Explosion à Istanbul : un "kamikaze d'origine syrienne" selon Erdogan

 |   |  438  mots
L'explosion a eu lieu sur cette vaste esplanade située entre la basilique Sainte-Sophie et la mosquée bleue, à 10h20 heure locale.
L'explosion a eu lieu sur cette vaste esplanade située entre la basilique Sainte-Sophie et la mosquée bleue, à 10h20 heure locale. (Crédits : Capture d'écran Hurriyet Daily News)
Les médias locaux rapportent au moins 10 morts et une quinzaine de blessés dans l'explosion survenue dans le quartier touristique de Sultanahmet, sur la rive européenne d'Istanbul. Selon plusieurs médias turcs, des touristes allemands feraient partie des victimes.

Article publié le mardi 12 janvier à 09:58, réactualisé régulièrement

Une puissante explosion est survenue dans le quartier touristique de Sultanahmet, près de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, à Istanbul, ont rapporté les médias turcs.

De nombreuses ambulances et d'importants effectifs de police sont rapidement arrivés sur place, selon les images diffusées par les chaînes d'information turques.

istanbul

Des témoins disent avoir entendu une forte déflagration vers 10:20 heure locale (soit 9:20 heure de Paris). Un premier bilan officiel fait état d'au moins 10 morts et 15 blessés. Des touristes allemands et norvégiens  feraient partie des victimes, indiquent par ailleurs les médias locaux.

Un kamikaze aperçu par des témoins ?

La zone est inaccessible aux journalistes sur place, mais plusieurs rapportent que le périmètre a été bouclé, et la circulation du tramway suspendue.

Pour le moment, cette explosion dans un quartier très touristique n'a pas été revendiquée mais la piste d'une attaque terroriste est d'ores et déjà avancée par les autorités. Des témoins interrogés par les médias turcs disent avoir vu un kamikaze.

Censure imposée aux médias

Alors que les informations arrivent au compte-gouttes, le gouvernement turc a demandé aux médias, en fin de matinée, de ne plus diffuser d'informations, comme le confirme un journaliste anglo-saxon, Alex Christie-Miller, à Istanbul. 

turquie

En fin de matinée, le président turc Erdogan a indiqué que cette explosion serait due à un "kamikaze d'origine syrienne".

"Cet événement prouve encore une fois notre détermination face au terrorisme", a-t-il également précisé à Ankara, alors que se déroule la conférence annuelle des ambassadeurs, dans son palais présidentiel.

Etat d'alerte dans le pays

Cette attaque se déroule dans un contexte extrêmement tendu depuis plusieurs mois. Le 10 octobre, l'explosion de deux bombes, à Ankara, au milieu d'une manifestation pacifiste pro-kurde, fait 103 morts et des centaines de blessés. La Turquie fait alors face à l'attaque terroriste la plus meurtrière de son histoire.

En janvier 2015, une kamikaze s'était fait exploser devant un poste de police sur le même site de Sultanahmet, blessant deux policiers. L'attaque avait été attribuée à une organisation d'extrême-gauche, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C).

Il y a quelques jours, le 23 décembre, l'aéroport Sabiha Gökçen (sur la rive asiatique d'Istanbul) avait également été la cible d'une attaque au mortier. Bilan : un mort et un blessé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2016 à 9:27 :
Qui sème le vent, récolte la tempête !

Comment ce fait-il que les autorités turques connaissent ce kamikaze déjà, alors qu'il à fallut plusieurs semaines pour connaître les auteurs d'autres attentats et ce monsieur erdogan ne cherche qu'a muselé les medias pour caché les dérives autoritaires de son regime!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :