Rafale en Inde : Hollande et Modi signent un accord de plus

 |   |  167  mots
François Hollande a qualifié d'"étape décisive" la souscription de cet accord. (Photo: des Rafale sur le pont du porte-avions français "Charles-de-Gaulle" le 31 décembre 2015).
François Hollande a qualifié d'"étape décisive" la souscription de cet accord. (Photo: des Rafale sur le pont du porte-avions français "Charles-de-Gaulle" le 31 décembre 2015). (Crédits : Reuters)
Les dirigeants français et indien ont signé un "accord intergouvernemental" à propos de la vente de 36 Rafale à l'Inde. Mais les aspects financiers du contrat doivent encore être définis, a déclaré lundi le Premier ministre indien, Narendra Modi.

Une "étape décisive" a été franchie, a déclaré lundi 25 janvier François Hollande. L'Inde et la France ont en effet conclu ce même jour,  à l'occasion d'une visite du président de la République français en Inde, un accord intergouvernemental pour l'acquisition de 36 Rafale par l'armée indienne. Ses modalités financières restent toutefois à définir.

    |Lire aussi : Rafale : Hollande veut signer un accord intergouvernemental avec l'Inde

Le prix encore en cause

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a en effet précisé:

"Nous avons trouvé un accord intergouvernemental sur l'achat de 36 Rafale, à l'exception des aspect financiers."

Le Premier ministre avait annoncé cette commande lors d'une visite en France en avril 2015, mais les discussions achoppent notamment sur le prix.

Ces modalités financières seront résolues dans "les jours prochains", a toutefois affirmé François Hollande. Cet accord intergouvernemental est un préalable indispensable à un accord commercial, avait-il rappelé dimanche. Le montant du contrat est estimé à plusieurs milliards d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2016 à 14:14 :
Drôle de vendeur ce francois !!

Il a un bon de commande sans prix et sans financement
Heureusement qu'il n a pas de patron !!
a écrit le 25/01/2016 à 13:23 :
pas de chèque ???
a écrit le 25/01/2016 à 12:41 :
Hollande doit être le premier vendeur au monde qui signe des contrats sans le prix. Ce type ose vraiment tout... Est ce le désespoir face à son impuissance ou une certaine propension à nous prendre pour des niais qui le fait agir de la sorte depuis bientôt quatre ans?
Réponse de le 13/02/2016 à 12:36 :
Le supplement avotre recit ,aurait ete de bonne foi ,si vous auriez signaler que :cetait le 1er president francais de gauche ,pourtant a avoir vendu les rafales deMR dassault pourtant pastres de gauche ,mais ca vous le mettez sous le manteau ,combien de vos soits disants tres competents presidents qui on eux votre faveur ,en on :til vendu de leur temps ,mais l:autre est toujours mieux, dans la langue de bois,tout le monde est bon
a écrit le 25/01/2016 à 12:35 :
Nôtres vrp a frappes ?
a écrit le 25/01/2016 à 12:06 :
Alors là, c'est le scoop commercial de l'année, je t'achète tes avions, mais je ne te dis pas le prix que je veux mettre. Çà tombe bien, moi François, je te vends mes avions, mais je ne te dis pas combien je te les vends. Aller on se sert la main et on fait la photo !! Ne reste plus qu'à transposer la démarche au niveau de l’emploi et tout sera réglé, ou presque !!!
a écrit le 25/01/2016 à 11:50 :
Du conditionnel, que du conditionnel, pour l'instant, le contrat s'enlise dans les méandres de l'indécision indienne. Nous sommes dans un plan de communication plus que dans le concret.
a écrit le 25/01/2016 à 11:08 :
Dans le secteur purement industriel, on ne parlerait pas d'accord conclu si le prix n'était pas agréé. Mais là, c'est du politico-militaro-industriel, c'es tplus compliqué; espérons que nous arriverons à nous ùmettre d'accord sur le prix ds des tps décents.
a écrit le 25/01/2016 à 11:06 :
Aspect financier pas encore défini parce que cela bloque sur le prix du rachat des Mirages 2000 indiens, et que la France ne peut plus revendre, et qui vont finir certainement en ferraille !!!! à pleurer !!!
Réponse de le 25/01/2016 à 11:42 :
Tout faux. L'Inde garde ses mirage 2000 et vient de les moderniser. C'est le contrat avec les Emirats Arabes Unis qui est bloqué car les EAU veulent faire reprendre leurs Mirage 2000-9. Des discussions seraient en cours pour en livrer une partie aux forces irakiennes.
a écrit le 25/01/2016 à 10:59 :
tout le monde (sauf nos gouvernants) sait qu'en Inde , un contrat met des années avant d'être signé et qu'un contrat avec l'Inde est systématiquement remis en cause jusqu'à ce qu'ils obtiennent tout ce qu'ils ont demandé ! Alors si déja il n'y a pas d'accord sur les prix , ça va prendre du temps , sachant qu'en plus l'Inde veut que les avions soient construit chez eux pour qu'ils puissent acquérir la technologie et nous faire ensuite concurrence ! Hollande vendrait sa chemise et la nôtre pour s'attribuer un tel succès ! mais ce sera pour son successeur !
Réponse de le 25/01/2016 à 11:30 :
Arrêtez avec votre Hollande bashing. Pendant des années, l'ancien gouvernement a passé son temps à annoncer comme signé des contrats qui n'étaient même pas fini d'étudier. Il faut se souvenir par exemple de la vente des rafales au BRESIL, mais aussi des centarles nucléaires à DOHA etc.
Et M. MORIN qui avait annoncé les rafales comme vendus à l'Inde en Janvier 2012..
Au moins Hollande ne sabote pas les exportations militaires françaises pour laisser une terre brûlée, comme l'a fait le précédent gouvernement, même si il sait qu'il est peu probable que ce soit lui qui en tire avantage.
Réponse de le 25/01/2016 à 11:53 :
Encore une fois, il y en a qui débarque depuis hier et qui ose donner leur point de vue sans connaitre meme pas 10% de l'historique de cette future vente.
Tout d'abord pour la première phrase, je suis à moitié d'accord avec vous, tout les décideurs savent que signer un contrat en Inde met beaucoup beaucoup de temps excepté le français moyen.
Deuxièmement, oui les indiens ont voulu d'abord cherché à construire 108 avions chez eux mais ils ont renoncé car ils se sont apercu que leurs industriels n'en n'étaient pas capables sans investir des milliards d'investissements qui leur auraient fait doubler ou tripler la facture et surtout sans être certain d'avoir des avions fiables. Et dernièrement, on ne vend pas des centaines d'avions sans transfert de technologies, ce qui est normale, vu qu'ils ont des millions de jeunes ingénieures et techniciens à faire travailler. Il n'y a que dans les pays du Golfe que l'on peut vendre des milliards de contrats sans transfert de technologie.
Mais pour ce contrat, ce seront 100 % des avions Made in FRANCE !
a écrit le 25/01/2016 à 10:57 :
On est d'accord sur tout sauf sur le prix....

Autrement dit on n'est pas d'accord....
a écrit le 25/01/2016 à 10:56 :
Autrement dit, PAS d'accord !
Pour de l'hypocrisie .....
Mais ça n'abusera personne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :