Wikileaks obtient le soutien de Varoufakis pour faire fuiter le texte du TTIP

 |   |  474  mots
Julian Assange a lancé une campagne de financement participatif pour récompenser celui ou celle qui acceptera de révéler le texte du traité de commerce transatlantique (TTIP). A la clé : une récompense de 100.000 dollars.
Julian Assange a lancé une campagne de financement participatif pour récompenser celui ou celle qui acceptera de révéler le texte du traité de commerce transatlantique (TTIP). A la clé : une récompense de 100.000 dollars. (Crédits : Reuters)
Le lanceur d'alerte promet une récompense de 100.000 euros à qui lui fournira le texte du traité de commerce transatlantique (TTIP), actuellement en cours de négociation entre l'Union Européenne et les Etats-Unis. Lancée mardi 11 août, la cagnotte de Julian Assange a déjà récolté 42.424 dollars mercredi matin.

Un peu plus d'un mois après son départ du gouvernement de Alexis Tsipras, et les révélations sur son projet de système bancaire parallèle, le grec Yanis Varoufakis fait de nouveau parler de lui. Et pour l'occasion, il a frappé fort en soutenant le lanceur d'alerte Julian Assange.

Le co-fondateur de WikiLeaks a lancé mardi 11 août, sur son site internet, un appel aux dons pour constituer une cagnotte de 100.000 euros pour le "secret le plus recherché du monde". Une récompense destinée à celui qui acceptera de faire fuiter le texte - tenu secret - du traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou "Tafta"), en cours de négociation entre les Etats-Unis et l'Union Européenne depuis 2013.

L'ancien ministre des Finances grec, honni par Bruxelles, a d'ores et déjà apporté sa contribution financière. Il affiche son engagement sur Twitter, et encourage sa communauté à rejoindre ce mouvement qui plaide pour la transparence. En revanche, aucune information n'a été communiquée sur le montant consenti par Yanis Varoufakis.

D'autres contributeurs de renom ont également participé à cette campagne de crowdfunding, à l'instar de la créatrice de mode Vivienne Westwood, du journaliste politique américain Glenn Greenwald, du réalisateur et documentariste australien John Pilger. L'américain Daniel Ellsberg, à l'origine des révélations d'un rapport gouvernemental "Pentagon Papers" en 1971 sur l'implication des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam, a également mis la main au portefeuille.

Le TTIP, cette "menace" pour les Européens

L'appel de Julian Assange est une réponse à la "menace" que constitue le TTIP pour l'avenir de la démocratie européenne :

"Certains intérêts en profitent allègrement, comme on a pu le voir lors du siège financier contre le peuple grec. Le TTIP a un impact sur la vie de tous les Européens, et dessine une Europe s'engageant dans un conflit de long terme avec l'Asie"

Assange dénonce également l'opacité autour de cet accord de libre-échange, alors même que les Européens sont directement impactés par ce traité commercial :

"Mais pour les Européens la majorité de ces accords demeurent secrets. Le TTIP, actuellement en négociations entre les Etats-Unis et l'Union Européenne reste religieusement gardé par les négociateurs et les multinationales qui, elles-seules, ont le privilège d'avoir accès au texte. Le public, lui, ne peut pas le lire".

En juin, le site WikiLeaks a déjà promis 100.000 dollars (91.000 euros) à qui révélera le contenu d'un autre texte, celui du TTP (l'accord de partenariat transpacifique), en cours de négociation. A ce jour, le lanceur d'alerte affirme avoir récolté 80% de la somme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2015 à 17:26 :
Ce traité nous vassalise probablement un peu plus aux Américains. Toute mesure qui entend restreindre les libertés au profit d'un pouvoir unique est forcément dangereux pour les peuples. Mais attention, les citoyens ont aussi des responsabilités, à savoir par exemple qu'ils doivent participer au lieu de jouer le rôle d'assistés permanents aux crochets des autres.
a écrit le 12/08/2015 à 17:23 :
Une raison de plus de sortir de l'UE, de l'Euro et de l'OMC. Nous n'avons rien à gagner à jouer dans la cour des grands. Laissons les Américains, les Chinois et les Russes s'épuiser pour la domination du Monde. Contentons-nous de les tenir à distance, et s'il devait y avoir une Europe ce devrait être avant tout une Europe pour sa sécurité... Ce qu'elle n'a jamais été et ne sera jamais. Donc: Sortons.
a écrit le 12/08/2015 à 16:37 :
Une bonne nouvelle qui rassurera tous ceux qui pensent que Varoufakis travaille pour les Américains...
a écrit le 12/08/2015 à 14:55 :
Utopie !
Si vous êtes contre ces négociations en catimini, c'est simple, ils vous suffira de voter systématiquement contre tous ceux qui auront approuvé ce traité.
Le bulletin de vote bien employé peut être une arme redoutable, en interdisant l'émergence d'un quelconque projet, jusqu'à ce qu'un groupe politique honnête (cela doit bien exister ?) fasse des propositions que le peuple approuve.
Réponse de le 12/08/2015 à 16:38 :
@iciailleurs: tu crois que ton vote compte encore ? Regarde bine comment en France, un quidam qui obtient 20% des voix des inscrits au 1er tour peut se gargariser d'avoir obtenu une légimité absolue au 2e tour et faire ce qu'il veut ensuite !!! Le jour où en effet les gens voteront blanc pour signifier qu'ils ne sont d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre que peut-être les esprits s'ouvriront sur la magouille électorale :-)
a écrit le 12/08/2015 à 14:25 :
Quand une négociation ce dit secrète c'est que la dite négociation n'existe pas! Que les décisions sont déjà prise par initiateur du projet et que seul "le temps" donne le sérieux de ce dit projet sans qu'il y ai la moindre intervention humaine!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :