La majorité présidentielle sera ouverte à toutes les "bonnes volontés" E. Philippe

 |   |  271  mots
Edouard Philippe devrait présenter sa traditionnelle démission avant de procéder à un remaniement technique dans les jours qui viennent.
Edouard Philippe devrait présenter sa traditionnelle démission avant de procéder à un "remaniement technique" dans les jours qui viennent. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Dimanche, après s'être félicité des résultats de La République en Marche (LREM) lors du 2e tour des législatives, le Premier ministre Edouard Philippe a commenté le record d'abstention, et promis de la part du gouvernement "un engagement sans faille et des résultats tangibles".

Malgré un taux d'abstention record, la République en Marche a obtenu sa majorité. Le parti d'Emmanuel Macron devrait compter plus de 350 députés à l'Assemblée nationale, ce qui réjouit le Premier ministre, Edouard Philippe. Celui-ci s'est exprimé dimanche, affirmant que les Français avaient "préféré l'espoir à la colère". Il a ensuite indiqué que, la nouvelle majorité serait "ouverte" et "prête à accueillir toutes les bonnes volontés".

"Il y a un an, personne n'aurait imaginé un tel renouvellement politique. Nous le devons à la volonté du président de la République de donner un nouveau souffle à la démocratie. Nous le devons aussi aux Français, qui ont voulu donner à la représentation nationale un nouveau visage", s'est réjoui le chef du gouvernement.

Le gouvernement a une "obligation de réussir"

Néanmoins, le fort taux d'abstention (56,37%) vient entacher les résultats de LREM - ce "n'est jamais une bonne nouvelle pour la démocratie", a relevé à ce propos Edouard Philippe.

"Le gouvernement l'interprète comme une ardente obligation de réussir", a-t-il indiqué, en promettant au nom du gouvernement "une exemplarité, un engagement sans faille et des résultats tangibles".

D'ores et déjà, Edouard Philippe a demandé aux ministres une feuille de route concernant les actions qu'ils entendent mener. Il utilisera ces textes pour son discours de politique générale.

Comme le veut l'usage, Edouard Philippe sera amené à présenter sa démission dans la journée avant de procéder à "un remaniement technique". Un nouveau gouvernement sera constitué dans les jours qui viennent sous l'autorité du Premier ministre.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2017 à 13:28 :
"préféré l'espoir à la colère" ! Il faudra encore attendre un peu pour le savoir parce que 57% d'abstentions + 10 à 15% de votes blancs et nuls, cela fait quand même beaucoup de monde qui ne sont prononcés ni pour l'un, ni pour l'autre. Si Macron règne par ordonnances, cela voudra dire "tais-toi et paies". Et je crois que quand les gens vont comprendre, ils vont descendre dans la rue. Pour le reste, on se doute bien que ceux qui brossent dans le sens du poil sont les bienvenus. Mais bon, à suivre :-)
a écrit le 19/06/2017 à 13:20 :
Le dégagisme tout azimut a bien fonctionné, le "rouage" Macron va pouvoir imposer la vision dogmatique de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles! L'état d'urgence va en faciliter la mise en place par l'interdiction de toute manifestation!
a écrit le 19/06/2017 à 11:08 :
"n'est jamais une bonne nouvelle pour la démocratie"

Tu m'étonnes... et donc on fait comme si c'était une fatalité ?

Quand va t'on enfin s'alarmer de l'abstention exponentielle ? Si on valide des élections avec plus de la moitié de l'électorat qui s’abstient, en y ajoutant 10 points de vote nul ou blanc on en est à plus deux électeurs sur trois qui ne se sont pas prononcés, il est évident que notre PR et son parti ne sont qu’anecdotiques en ce qui concerne les intentions de vote. Bien entendu cela aurait été pareil pour le pen, fillon et-c...

Alors certes cela a permis de calmer un peu nos médias fan de macron mais enfin quand même on ne peut pas dire qu'ils abordent le sujet à traiter au contraire ils valident tranquillement la mise à mort de notre démocratie.

Nos élections agonisent, nous sommes prêts à l'autogestion mais l'oligarchie non, forcément vu qu'elle a tout pouvoir, jusqu'où ce barrage des privilégiés anti-démocratique va t'il aller ?
a écrit le 19/06/2017 à 10:38 :
Sans surprise la République bananière est toujours en marche, le second tour des élections législatives a confirmé le premier, Emmanuel Macron disposera d'une majorité absolue à l'Assemblée avec environ 350 élus (LREM et MoDem) bien loin de la représentativité de la France d'en bas puisque à une large majorité les nouveaux députés venant de la fonction publique et territoriale.... Cela veut dire que les réformes et les efforts seront toujours et continuellement supportés par le privé... Mais le taux d'abstention atteint un niveau record avec plus de 56% ce qui veut dire que dans les mois qui viennent le privé va descendre dans la rue pour se révolter contre les monarques de l'état et ses vassaux de 6 millions de fonctionnaires qui conservent leurs avantages et privilèges d'un autre temps et ne participent pas au redressement de notre pays !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :