Le PS "dézingue" le gouvernement, la droite fait le dos rond...

 |   |  921  mots
Jean-Christophe Cambadélis, premier Secrétaire du PS, et François Baroin, chef de file Les Républicains pour les législatives tentent, chacun à leur façon, de dézinguer le gouvernement nommé le 17 mai. Le premier le qualifie de gouvernement de droite, le second précise qu'il ne s'agit pas d'un gouvernement de coalition.
Jean-Christophe Cambadélis, premier Secrétaire du PS, et François Baroin, chef de file "Les Républicains" pour les législatives tentent, chacun à leur façon, de "dézinguer" le gouvernement nommé le 17 mai. Le premier le qualifie de "gouvernement de droite", le second précise qu'il ne s'agit pas d'un gouvernement de "coalition". (Crédits : DR)
Le premier gouvernement du quinquennat Macron embarrasse dans les rangs "Les Républicains" qui essaient de minimiser le ralliement de trois d'entre eux. Au PS, on a choisi de "dézinguer" un gouvernement qualifié "de droite".

Pour l'instant, ça marche ! La révélation, mercredi 17 mai, de la composition du premier gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron a produit sa petite onde de choc à droite chez « Les Républicains » (LR) mais aussi du côté du PS.

Les nominations d'Edouard Philippe (Premier ministre), Bruno Le Maire (ministre de l'Economie) et de Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics) ne sont pas très bien "passées" au sein de LR. Même si François Baroin, chef de file LR pour les élections législatives, tente de minimiser. A l'occasion d'un déplacement à Bordeaux en compagnie d'Alain Juppé, le Sénateur de l'Aube a déclaré que les trois nouveaux ministres avaient « fait une analyse politique qui n'est pas la nôtre. Il ne s'agit pas d'une coalition. Il n'y a même pas eu de discussions avec Macron sur ce qu'il veut faire ». Il a par ailleurs considéré que les trois hommes s'étaient exclus d'eux-mêmes du parti car ils seront tenus de soutenir aux législatives les candidats du mouvement « La République en marche ».

Ce qu'a d'ailleurs confirmé Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement à l'issue du premier conseil des ministres : « Les ministres doivent soutenir les candidats de la majorité présidentielle, ils doivent se mobiliser dans les quatre semaines avec, pour mots d'ordre: rapidité et efficacité, mais ils n'ont pas vocation à conduire la campagne des législatives »

Les Républicains gênés par l'arrivée au gouvernement de trois d'entre eux

Résultat, Bruno Le Maire aura dans l'Eure un candidat LR face à lui. Ambiance ! Car les dirigeants LR ont beau tenter de minimiser l'affaire, il n'en reste pas moins que « l'opération séduction à droite », montée par Emmanuel Macron, rencontre un certain succès. Ainsi, un sondage Harris Interactive pour France Télévisions* le montre. Les candidats aux législatives soutenant le président sont maintenant crédités de 32% des suffrages exprimés (+3 points), nettement devant ceux ayant obtenu l'investiture "Les Républicains"-UDI (19%, -1 point) ou du Front national (également à 19%, -1 point). Les candidats de la France Insoumise recueillent, quant à eux, 15% des intentions de vote, progressant à nouveau (+1 point) au détriment des candidats soutenus par le Parti socialiste et le PRG... qui dégringolent encore (6%, -1 point).

> Lire aussi: Législatives 2017 : près d'un Français sur trois compte voter La République en marche (sondage)

Le PS « dézingue » un gouvernement « d'apparence »

D'ailleurs, au PS, c'est aussi la soupe à la grimace au lendemain de la révélation de la composition du gouvernement. Certes, le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis admet qu'il y a des personnalités de grand talent issues de la société civile mais c'est pour aussitôt « dézinguer » la nouvelle équipe, afin de tenter de remonter le moral des troupes socialistes : « Ce gouvernement a une apparence... Mais il a aussi une réalité: essayer d'obtenir la majorité absolue aux législatives » a-t-il lancé. Et d'insister sur le fait qu'il n'y a pas « de ministres socialistes dans ce gouvernement ». Ceux qui y siègent ayant été exclus du PS ou bien ayant rejoint En Marche! depuis longtemps.

Rodant un discours que l'on va sans doute retrouver chez tous les candidats socialistes aux législatives, Jean-Christophe Cambadélis s'est employé à dénoncer toutes les failles, à ses yeux du nouveau gouvernement. Il a d'abord ironisé sur la présence des deux ministres LR au ministère de l'Economie, « le Premier ministre a ainsi l'assurance de pouvoir mener une politique de droite: hausse de la CSG, fin de l'ISF, baisse du nombre des fonctionnaires, remise en cause de la protection sociale... ».

Le Premier secrétaire a aussi regretté que le ministère de l''Education nationale « soit tombée au 11e rang protocolaire » et qu'il n'y ait pas de ministère « du Logement, de la Jeunesse, de la Ville ».

« Haro sur ce gouvernement de droite »

Très en verve Jean-Christophe Cambadélis a aussi dénoncé les idées proférées par différents membre du gouvernement avant leur entrée en fonction. Ainsi, il a "chargé" Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l'Education nationale qualifié « d'homme des purges, largement responsable de la diminution du nombre des enseignants » sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il l'a aussi accusé de vouloir « remettre en cause le statut des enseignants et de trop militer pour l'autonomie des établissements, c'-est-à-dire en fait d'instituer l'inégalité ». Quant au nouveau ministre PRG de l'Agriculture, Jacques Mézard, il est l'homme qui est « pour le cumul des mandats » quant à Bruno Le Maire, il est celui qui « veut la fin du statut de la fonction publique territoriale »

Et de conclure « ce gouvernement de droite pour la droite ne peut pas inspirer confiance ». Est-ce à dire que Jean-Christophe Cambadélis veut définitivement inscrire le PS dans l'opposition à Emmanuel Macron ? Le Premier secrétaire se refuse à répondre pour l'instant: « Nous nous voulons constructifs et vigilants. On verra qui sera majoritaire à l'Assemblée nationale »...Le secret espoir de Jean-Christophe Cambadélis réside dans le nombre inédit de potentielles triangulaires et quadrangulaires qui pourraient favoriser des candidats socialistes bien implantés... Mais en attendant les législatives, le mot d'ordre va être « haro sur un ce gouvernement de droite »... histoire de tenter de se refaire une virginité.

__________

*Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 mai 2017, auprès d'un échantillon 5.015 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 4.598 inscrits sur les listes électorales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2017 à 12:59 :
Macron ne fait que parler. Si les Français, séduits par sa jeunesse et son apparente envie de renouvellement (le changement, c'est maintenant !), en déduisent que les mots sont préférables aux idées, c'est qu'ils sont naïfs. Comme pour les précédents présidents, la désillusion en déniaisera quelques uns, mais comme pour les précédents aussi, ce ne sera pas immédiat. Les gens qui ont des idées bénéficieront à terme gagnants que la France puisse voir ce dont est capable quelqu'un qui s'intéresse au rassemblement plus qu' ce qui se passe quand on rassemble des gens dont les idées sont incompatibles.

Personne n'indique que Bayrou , qui était semble-t-il mis en examen depuis des années, sera jugé par un tribunal en 2019, pour diffamation ? Moraliser la vie politique avec des transfuges, il n'y a que Macron pour tenter le coup. Un ministre de la justice devant les juges, ça approche, sans l'atteindre, le niveau de Cahuzac, dans le genre comble du comble. Je me demande s'il va avoir la dignité de démissionner, ou si Macron va avoir celle de le virer. Maintenant qu'il est élu, il fait ce qu'il veut.
a écrit le 19/05/2017 à 19:39 :
qu'il se taise Cambadélis lui qui a été incapable de gerer le PS et qui en est son fossoyeur
a écrit le 19/05/2017 à 19:00 :
si j'ai bien compris le PS se fait harakiri, la droite va faire de même, reste le soviet suprême MÉLENCHON et Marine (suicide en court) ! Bon, les choses sont claires avec Nicolas HUBLOT .... l'aéroport NDLL ne se fera pas .... un tas de fric dépenser pour rien (il a déjà été rendu inutile par Ségolène)!
Bon, pas de hausse de TVA (programme FILLON) ... remplacée par une hausse de la CSG !

Je ne crois plus au père NOËL depuis longtemps !
a écrit le 19/05/2017 à 11:32 :
beaucoup de bruit pour rien. La France reste la France et pour ce qui est du gouvernement, on a juste changé de promo de l'ENA. Journalistes et commentateurs semblent avoir oublié que la France est gouvernée par des énarques depuis longtemps. Sauf Pujadas qui a été remercié parce que la 2 avait signalé que le député E.Philippe n'avait pas fait grand chose (classé 478 sur 504 députés pour la "productivité") et pratiquement rien au Havre.
a écrit le 19/05/2017 à 11:07 :
On a une impression de soutien populaire, trans-partis, au gouvernement Macron, et au contraire, des réticences marquées au sein même des appareils.. I faudra bien que les deux se rejoignent. Evidemment, la grande question est la possible fin des partis, qui seraient autre chose que des rassemblement autour d'un leader et de ses idées (la mode et au Lepen, Mélanchon et Macron), et la déconfiture au PS, LR, PC sans véritables Leaders.
a écrit le 19/05/2017 à 9:20 :
LR et PS continuent leur rhétorique contre En Marche avec les vieilles formules contre tel ou tel parti. Pendant ce temps, EM ne parle que d'action, de pragmatisme et laisse les querelles de partis que les français ont fini par détester. Conclusion LR et PS sont pas très malins et EM l'est bien plus.
Réponse de le 19/05/2017 à 9:50 :
Le parti LREM et le gouvernement Macron n'ont pas encore agi. On en reparlera dans 1 ou deux ans avant de les qualifier de malins.
C'est facile de dire qu'on est ni de gauche ni de droite pour manipuler l'opinion publique et choisir des ministres de droite pour leur confier les postes clés. Le ton est donné, la politique menée sera libérale et de droite.
LREM est un nouveau parti de droite modérée qui sera en conflit avec les autres partis. Un faux air de nouveauté.
a écrit le 19/05/2017 à 7:51 :
Le PS dezingue ? Le cadavre remue encore ?
Réponse de le 19/05/2017 à 18:38 :
Le PS dézingue le PS?
a écrit le 19/05/2017 à 0:44 :
Il est clair que ce sera Sarko, mais en pire. Ce sont des commerciaux, rien de plus. Et merci à la le pen pour son débat qui a permis de voir ce qu'est le fn : pas franchement beau... Mais avec 5 neurones, nous le savions déjà...
a écrit le 18/05/2017 à 23:39 :
Les temps changent. C'est là qu'on voir les dinosaures, de droite comme de gauche.
Et comme tous les dinosaures, ils disparaitront dans les limbes de l'histoire.
a écrit le 18/05/2017 à 22:49 :
Comme de vieux coucous les partis du temps jadis partent en vrille et se crashent avec fracas . Le cimetière de ces ailes brisées enchevêtrées rappellent que l'histoire n'est qu'une accumulation d'illusions perdues sous l'assaut sans cesse renouvelé des vagues conquérantes de la jeunesse .
Réponse de le 19/05/2017 à 6:34 :
Magnifique envolée !
On dirait du Malraux .... avec son cortège .......
Réponse de le 19/05/2017 à 9:57 :
En effet les ailes PS UMP déguisés en LR avec leur dérive UDI se crashent avec fracas ...

laissant se désintégrer le fuselage surchargé de passagers enivrés avec son équipage de bras cassés LREM ...
a écrit le 18/05/2017 à 22:41 :
L'UMP et le PS sont en phase d'écroulement avancé, dans les gravas de l'UMP PS l'on trouve les poussières de l'UDI.

Macron en est leur prolongement, c'est ça le danger,

la misère et la pauvreté va continuer à se répandre, l'on ne pourra pas tondre des oeufs ni tirer du sang des pierres,

les classes moyennes vont trinquer ils l'auront mérité puisque ce sont les classes moyennes qui ont installé le magma Macron et ses sujets.

Nous ne vivons pas un changement majeur,

nous sommes en marche vers une guerre civile ou les propriétaires de villa voitures prémium et appartements cossus vont se retrouver en slip.
a écrit le 18/05/2017 à 20:35 :
Ils sont morts et c'est tant mieux ! Ras le bol des partis qui s'opposent pour s'opposer. Et de ceux qui font le contraire de ce qu'ils ont promis, si vous voyez ce que je veux dire...
a écrit le 18/05/2017 à 20:28 :
Ils sont morts et c'est tant mieux ! Ras le bol des partis qui s'opposent pour s'opposer. Et de ceux qui font le contraire de ce qu'ils ont promis, si vous voyez ce que je veux dire...
Réponse de le 19/05/2017 à 9:54 :
Attendez un peu avant de vous réjouir prématurément! On le saura dans cinq ans s'il a tenu ses promesses!
a écrit le 18/05/2017 à 19:34 :
Etre systématiquement contre un truc de droite quand on est de gauche, et réciproquement, c'est une attitude infantile, c'est ce qui a mis la France dans la panade, et c'est contre ça que les Français, qui sont adultes, ont voté franchement aux présidentielles.
Dur à avaler pour les vieux politicards, qui ont croûtonné la dessus pendant 30 ans.
Bref : le cirque est terminé.
Et les clowns vont se faire sortir en juin.
a écrit le 18/05/2017 à 19:25 :
Madame Trogneux, Chouchou les gens réclament du pain..

Qu' ils devient Uber- boulangers et fassent leur propre brioche ..!
a écrit le 18/05/2017 à 19:08 :
Même avec 6%, Cambadelis est persuadé que la politique socialiste est un réussite et qu'il faut la continuer. En leur espérant un naufrage pour la prochaine élection.
a écrit le 18/05/2017 à 19:06 :
Le PS n'est pas très bien placé pour dézinguer le nouveau pouvoir, bien qu'en temps que dézingueur ils ont fait leurs preuves, F.Hollande en sait quelque chose .
Ils ont été désavoués,même plus, et B.Hamon dans son habit de gauche on rase gratis n'a pas beaucoup convaincu et s'est fait doubler par J.L Mélenchon, qui lui non seulement rase gratis mais fait la révolution en désignant déjà ceux qu'il faudra mettre hors d'état de nuire comme M.Le Pen.
Alors laissez le temps au temps, et que la France conserve la paix sociale et la fraternité car le coup d'après c'est la révolution si cela ne marche pas.
Et on sait ce que c'est en France, relisez vos cours d'histoire.
a écrit le 18/05/2017 à 18:36 :
Desesperants de "bornitude" tous ces briscarts de la politique de pèpère !
Tellement peur de perdre leur place aux privilèges et prèts a tout pour couler les nouveaux arrivants : j'espère qu'ils prendront une veste encore plus monumentales aux législatives !
a écrit le 18/05/2017 à 17:48 :
La droite ne devrait pas faire le gros dos, son programme est équilibré et très différent de celui de Macron. Les LR veulent une baisse de 10 % de l'IR , Macron ne parle pas de baisser les impôts. C'est vrai que comme ministre des finances, ils les a beaucoup montés. Les LR veulent augmenter la TVA qui est un impôt sur la consommation de 1%
un montant qui ne sera pas répercuté sur les prix avec un avantage de taxer les produits importés. Macron veut augmenter la CSG et la porter de 15.5 % ( 3.7% en 1997) à 17.2%
les salariés et les cadres apprécieront. Sur l'ISF, les LR veulent le supprimer , Macron ne veut le supprimer que pour les actionnaires et taxer un peu plus l'immobilier. Les LR veulent baisser les droits de succession, Macron veut les augmenter. Les LR devraient être combatifs et parler des programmes en organisant des débats , cette fois-ci sérieusement.
Réponse de le 18/05/2017 à 18:37 :
ça les changerait de parler de leur programme au lieu de dénigrer les autres !
Réponse de le 18/05/2017 à 19:17 :
La tva n'est pas répercutée sur les prix!? Voilà une grande nouvelle il faut l'augmenter de 3 ou 4 points alors!

La TVA touche principalement les produits importés! C'est une grande découverte qui mérite aussi des explications!

Plus c'est gros plus ça passe, mais pour le coup il fallait oser le ridicule!
Réponse de le 19/05/2017 à 6:56 :
"Le Meilleur Programme, on a le Meilleur Programme avec Fillon " nous bassinait le LR.
Il a disparu comme par magie ce Meilleur Programme, il ne reste donc rien de son courage, de sa radicalité? Juste une soupe claire qu'on nous vend comme au marché " du LR moins d impôts msieurs dames, le LR moins d impôts pour tous bonnes gens"
Réponse de le 19/05/2017 à 10:42 :
la TVA est l'impôt le plus injuste (et non la taxe d'habitation), l'augmenter revient à augmenter les prix de tous les produits de première nécessité, ce qui plonge encore plus les plus faibles dans la précarité. Vous racontez n'importe quoi!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :