Financement du déficit  : mais où va Marine Le Pen  ?

 |   |  1407  mots
Marine Le Pen prétend qu'elle donnera une souveraineté monétaire à la France... mais la réalité est plus complexe.
Marine Le Pen prétend qu'elle donnera une souveraineté monétaire à la France... mais la réalité est plus complexe. (Crédits : REUTERS/Christian Hartmann)
La présidente du Front National propose de « remettre de l'ordre » dans les finances publiques. Mais, en parallèle, elle mise sur des baisses d'impôts et des hausses de dépenses... qui seraient en partie financées par la Banque centrale qu'elle veut, de nouveau, indépendante.

Il fut un temps où le Front National était résolument libéral économiquement, où il dénonçait la gabegie de l'Etat, et où il reprenait volontiers certaines idées du président américain Ronald Reagan, avec qui le parti fondé par Jean-Marie Le Pen partageait un anti-communiste prononcé. Mais, ces dernières années, la ligne a changé du côté de l'extrême droite française. Assumant ce virage, la présidente du FN, Marine Le Pen, mise désormais sur un « Etat-stratège » sur fond de « priorité nationale ». Un dernier thème qui reste, en revanche, profondément ancré dans la doctrine frontiste, comme tout au long des dernières décennies.

Un Etat (très) stratège

Le week-end dernier à Lyon, Marine Le Pen a justifié une fois de plus cette nouvelle ligne politique lors de la présentation de son programme présidentiel. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que, si elle est élue, l'Etat, même "stratège", sera très actif. Marine Le Pen propose en effet moult hausses de dépenses et baisses d'impôts : outre sa politique de dépenses expansionniste dans la police, l'armée ou les prisons, elle propose notamment le « grand carénage »  pour « sécuriser » la filiale nucléaire française, et des plans d'investissement dans les secteurs autoroutier (avec des nationalisations), de la recherche, du bâtiment et dans l'entretien et la rénovation du patrimoine national. Par ailleurs, elle promet d'agir directement sur le pouvoir d'achat des jeunes, des personnes âgées, des familles dans le cadre d'une « grande politique nataliste », des personnes handicapées et des agriculteurs. Elle veut avancer aussi l'âge de la retraite à 60 ans, comme sous Mitterrand, baisser de 10 % les trois premières tranches de l'impôt sur le revenu, augmenter le plafond du quotient familial, réinstaurer la défiscalisation des heures supplémentaires, assouplir la fiscalité sur les donations, baisser la taxe d'habitation pour les plus modestes, réduire l'impôt sur les sociétés et certains impôts sur les plus-values de cession, et abaisser les charges sociales des PME et les droits de mutation à titre onéreux...

L'Europe, la grande perdante

Bref, les trous dans le budget de l'Etat pourraient être nombreux si le Front national l'emportait. A Bercy et à la Cour des comptes, on tremble déjà... De là à ce que les détracteurs de Marine Le Pen la qualifie de « laxiste » en matière budgétaire, il n'y a qu'un pas... Mais à l'extrême droite, le laxisme ne fait pas partie du vocabulaire. Et malgré toutes ses annonces, Marine Le Pen assure qu'elle va « remettre de l'ordre dans nos finances publiques ». Comment va -t-elle faire ? En agissant sur ce qu'elle appelle « les mauvaises dépenses publiques (notamment celles liées à l'immigration et à l'Union européenne) » et sur « la lutte contre la fraude sociale et fiscale ». Ainsi, comme l'expliquent plusieurs économistes dans un ouvrage* consacré au programme du FN, « l'Europe est évidemment la grande perdante, mais des catégories de populations se verront écartées de la protection sociale pour des motifs discriminatoires. »

Se financer grâce à l'indépendance de la Banque de France

Dans son programme, le FN ne dit quasiment rien de plus sur ses futures coupes budgétaires. Il préfère d'ores et déjà anticiper de combler les trous budgétaires par l'autorisation « du financement direct du Trésor par la Banque de France.»  En effet, Marine Le Pen assure que la France retrouvera sa souveraineté économique et monétaire si elle est élu, en sortant, seulement partiellement, de la zone euro. L'indépendance monétaire de la Banque de France autoriserait selon le FN un financement public de la dette française. La création monétaire est ainsi présentée comme la solution miracle permettant le financement de diverses politiques.

Mais il est intéressant de se pencher sur l'effectivité de cette souveraineté monétaire promise par le FN. Car comme nous l'avons déjà expliqué sur le site de La Tribune, une telle souveraineté dépend du nouveau système monétaire qui sera instauré. Sur Europe 1, Marine Le Pen a concrètement annoncé qu'elle instaurerait « une monnaie pour les Français », le franc, mais qu'il sera « aussi possible d'envisager pour les entreprises, ce qui a existé par le passé : l'ECU. » « C'est une monnaie commune qui touchera uniquement les Etats et les grandes entreprises. Cela n'a certes pas été une grande réussite, mais nous pouvons tout de même envisager, dans le cadre de cette négociation, une coopération monétaire avec les autres pays d'Europe », a-t-elle ajouté.

Grand flou autour de la sortie de l'euro

Problème -de taille -, l'ECU et la monnaie commune sont deux choses bien différentes. En effet, l'ECU, pour European Currency Unit (Unité monétaire européenne) a été créé en 1979, et intégré au « Système monétaire européen » dans lequel les fluctuations étaient déterminées par rapport à un panier monétaire (une valeur pondérée de l'ensemble des monnaies du système) appelé l'ECU. Ainsi, si ce que veut désormais le Front National est un ECU à la façon de 1979-1999, il ne s'agit pas réellement d'une « monnaie commune » coexistant avec des monnaies nationales, mais d'une unité de référence permettant de mesurer les relations entre les monnaies nationales. Les propositions de Marine Le Pen sont donc floues.

Mais sur le fond, on comprend dans les déclarations de Marine Le Pen une volonté de renouer avec un système de « monnaie commune », c'est-à-dire l'existence d'une monnaie partagée par les Etats membres pour leurs transactions hors de la zone euro, ainsi que, dans chaque Etat membre, une monnaie quotidienne qui serait nationale. Ce système permettrait d'ajuster la compétitivité de chaque Etat en ajustant la monnaie nationale par rapport à la monnaie commune. Mais, à la différence du SME, les transactions internationales seraient bien facturées par les entreprises françaises en euro, et non en franc comme au temps du SME. Ce que confirme Marine Le Pen quand elle fait référence sur Europe 1 à « l'Etat » et aux « grandes entreprises ». Or, si tel était le cas, l'argument de la souveraineté monétaire serait caduc. Car dans le cas de la « monnaie commune », la souveraineté économique est nécessairement limitée puisque l'euro, tel qu'il existe aujourd'hui demeure comme monnaie de la France, même s'il n'est pas la monnaie de transaction interne « pour les Français ».

Une fausse souveraineté monétaire

Cette monnaie commune suppose le maintien d'institutions « fédérales » pour la gérer, mais aussi pour décider des parités entre les monnaies nationales. Dès lors, l'indépendance de la banque centrale sera imposée. Nul ne peut imaginer que la France dicte seule sa « bonne parité » sans que ses partenaires-concurrents ne s'en plaignent et défendent leurs propres intérêts. En conséquence, des règles budgétaires strictes pourraient être jugées nécessaires pour éviter des décalages que paieraient les autres pays à terme. Et la souveraineté budgétaire de la France serait dès lors durement affectée.

Par ailleurs, dans le cas où Marine Le Pen souhaiterait en fait revenir au SME -avec l'ECU -, la souveraineté monétaire serait tout aussi compliquée à assumer : ce système oblige les Etats à disposer de réserves de change importantes pour pouvoir préserver les parités face aux marchés. Dans un SME, un pays peut en effet être sujet à des attaques sur sa monnaie. Et il peut parfois être contraint de céder, comme en 1983, où le « tournant de la rigueur » a été le fruit du choix du gouvernement de Pierre Mauroy de demeurer dans le SME après une dernière dévaluation du franc.

Reste alors une seule solution pour garantir une réelle souveraineté monétaire et budgétaire : la sortie pure et simple de l'euro. Mais le FN ne veut pas affronter cette éventualité durant la campagne, car les conséquences économiques seraient immenses pour la France. Le FN n'a pas voulu rentrer dans ce débat. Mais qu'il n'argue pas alors qu'il rendra sa souveraineté monétaire à la France pour garantir son indépendance économique.

(*) Petit manuel économique anti-FN, préface de Thomas Piketty, par le collectif Ecolinks, aux éditions Le Cavalier Bleu, 10 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2017 à 11:58 :
A la TV, j'ai entendu un professeur d'économie de la Sorbonne dire que quitter l'euro aujourd'hui ce serait pour la France la ruine de tous les épargnants.
Qu'en pensez-vous.
a écrit le 13/02/2017 à 15:13 :
Nous sommes dans une sérieuse impasse et affirmer que MLP ne passera pas correspond a faire l'autruche. On est plus en 2012, les deux partis traditionnellement forts sont à genoux, elle pourrait donc bien en profiter. Certes sa majorité à l'assemblé n'est pas pour bientôt mais c'est aussi en soit une impasse, non?
a écrit le 10/02/2017 à 12:36 :
Certes,certes...mais pourquoi s'acharner dans le même enfermement depuis plus de trois décennies ? Pourquoi ne pas tirer de leçon des ennuis d'un Occident perclus de "populisme", et alors que les deux fondateurs de son "Système", USA et GB entreprennent leur virage actuel ? Pourquoi, à côté, imposer le carcan de questionnements étriqués ? Il y a déjà un demi-siècle De Gaulle initiait des changements fondamentaux jugeant que la politique ne se faisait pas à la corbeille. La suite fut une transformation profonde de notre politique économique. Nous, en 2010 puis en 2012 on a gesticulé pareillement à Davos puis au Bourget. Ouvrons notre réflexion.
a écrit le 09/02/2017 à 18:08 :
"Où va Marine Le Pen" mais d'où vient l'auteur de cet aimable article très objectif ; le ton, et même plus, est donné dans le titre ; pour le reste, voyez la référence au "petit manuel économique anti-FN" ... Sans rentrer dans le détail de l' "analyse" économique, disons simplement que nous pourrions démontrer exactement la thèse inverse en se référant, non pas à Thomas Piketty, mais à Joseph Stiglitz, prix nobel d'économie, lequel, dans son ouvrage "L'euro : comment la monnaie unique menace l'avenir de l'Europe" démontre la contre-productivité des mesures libérales de dévaluations internes, soutient qu'en période de faible croissance, voire de croissance nulle, réduire les dépenses publiques et augmenter les impôts est exactement le contraire de ce qu'il faut faire ; que le principal problème - ingérable dans le cadre de la monnaie unique - n'est pas le déficit public mais le déficit structurel ; que l'endettement des ménages et des entreprises compte au moins pour autant que l'endettement de l' Etat ; ....Tout ceci pour dire que, lorsqu'on fait de l'économie, on fait aussi de la politique et que, stigmatiser un choix de politique économique comme stupide parce que différent de ses propres options, c'est aussi faire un choix politique. Donc, quand on défend une politique dans un article et que l'on se dit journaliste, la moindre des choses et d'annoncer clairement la couleur en précisant qu'on est journaliste politique engagé au service de la politique économique qu'on défend ; c'est ce qu'on nomme l'honnêteté
a écrit le 09/02/2017 à 17:36 :
https://matthieulepine.wordpress.com/2013/04/11/les-frequentations-douteuses-du-front-national-en-cinq-images/

Apparemment on ne l'a pas forcé à venir à cette petite sauterie de nostalgiques du IIIème Reich... elle a l'air plutôt souriante ? à moins qu'elle ait été dupée par des plaisantins... ou que Photoshop soit passé par là... c'est fou ce que l'on peut faire avec ce satané logiciel...

Rappelons-nous seulement des ravages du totalitarisme en Europe ? Une pensée pour tous les disparus...

Instruisez-vous ceux qui sont tentés de voter pour elle ;) la lecture qui suit leur est destinée... pour les autres, ne vous instruisez pas... çà va vous perturber et vous allez être désagréables avec votre entourage ;)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dystopie
https://www.qwant.com/?q=anne-sophie%20lapix%20marine&t=videos&o=0:922d2e4bddb5f1980b51349c25a68e0d

Une très talentueuse sophiste malheureusement cette MLP...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme
a écrit le 09/02/2017 à 14:47 :
Avant de juger les programmes il faudrait que nous sachions ou est notre déficit extérieur et les remèdes que prévoient les candidats pour y remédier .
Pour ma part certains domaines marchands sont récupérables ( habillement ,alimentation
electro ménager , etc ) .Une augmentation des prix en sera le prix à payer .
Des renationalisations évidentes : Total , les autoroutes .
Et je suis sur qu en quelques années nos ingénieurs et entrepreneurs en diminueront les prix de revient et nos immigrés parlant plusieurs langues deviendront nos commerciaux pour travailler à l exportation .
Cela vous semble chimérique et enfantin je veux bien vous croire , mais de plus intelligents peuvent concocter des programmes plus réalistes , à eux la parole .
Vive la France !!
Nous ne pouvons pas continuer dans la voie que notre oligarchie à choisie .
a écrit le 09/02/2017 à 12:33 :
Programme de retour au passé merveilleux, "c'était mieux avant".
Et bien hélas, la vie économique d'un pays c'est comme la vie d'un individu - on ne peut pas revenir en arrière.
La sortie de l'Euro est une chimère, on ne le fera jamais, et on reste donc dans les engagements collectifs que nous avons pris au moment du référendum de Maastricht en termes de dette et de déficit.
On peut ne pas être d'accord, mais c'est fait.
a écrit le 09/02/2017 à 12:32 :
LE FOND ED COMMERCE DE MARINE RESTE LE RACIME.? LES ETRANGERS NE COUTENTPAS CHER A LA FRANCE CE QUI COUTE CHER C EST LA FRAUDE ET LES MAGUOUILLE FINENCIERE DE LARGENT PUBLIS ET PRIVE? CERTAIN S ENRICHISSE A VUE D OEIL? ON VAS BIENTOT AVOIR LE CHIFFRE DES GAINS DES EMTRPRISES VOUS VERRAIS QUE DE L ARGENT LE PATRONAT EN FAIS ENORMEMENT TOUS EN DEMENDANT TOUJOURS PLUS A LA CLASSE OUVRIERE QUI EST CONSTITUES AUSSI DE BEAUCOUP D EMIGRES EN DEMENDANT LA CASSE DES CHARGES ET LA CASSE DU CODE DU TRAVAIL. MACRON EST DANS CETTE POLITIQUE LA. REGARDER QUI LE SOUTEINT QUE DES RICHES ET DES BOURGOIE DECUE QUI ONT PEUR DE PERDRE LEURS PRIVILEGES ? C EST POUR CELA QUE MARINE ET MACRON ET FILLON NE SONT PAS L AVENIR DES OUVRIERS ET DES EMPLOYES ???
a écrit le 09/02/2017 à 10:18 :
"En conséquence, des règles budgétaires strictes pourraient être jugées nécessaires pour éviter des décalages que paieraient les autres pays à terme. Et la souveraineté budgétaire de la France serait dès lors durement affectée."
C'est pas necessaire du tout sous un régimes de change fixes et ajustables. L'essentiel est que la dette de l'etat soit relibellé en francs
Réponse de le 09/02/2017 à 11:08 :
Les systèmes de change fixes et ajustages ont montré depuis longtemps toute leurs limites et font la joie des spéculateurs. Demandez aux Anglais.

Libeller sa dette en Francs quand on a emprunté en Euro, c'est la faillite et le défaut de paiement assurés, cause dévaluation sévère direct, et donc fin du système sociale rapidement.

La seule position tenable pour les anti euro c'est de demander la sortie de l Allemagne en fait.
Réponse de le 09/02/2017 à 12:29 :
Comment vous faites pour expliquer à un investisseur qu'il a prêter de l'argent dans une monnaie forte, l'Euro et qu'on le transforme en Franc qui ne vaudrait rien ?
Vous croyez au père-noel ? Au fait, à votre avis, pourquoi la Grèce ne l'a pas fait ?
Nous sommes les grands gagnants de l'euro, car nous avons une monnaie forte et stable grace à l'allemagne.
Réponse de le 09/02/2017 à 18:13 :
réponse à Brice

vous voulez rire ou quoi ; rappel : pour le passage à l'euro, notre taux de conversion a été de 15 pour cent ; celui de l'Allemagne de 50 pour cent. Une récente étude du FMI - qu'on ne suspectera pas d'être proche de MLP - démontre que le passage à la monnaie unique a crée un différentiel de compétitivité de + 14 pts pour l'Allemagne et de - 12 pts pour la France, soit 26 pts au total en faveur de l'Allemagne. Résultat : ce pays engrange les excédents commerciaux pendant que nous nous endettons pour payer nos déficits ; alors, merci pour la "monnaie forte grâce à l'Allemagne"
a écrit le 09/02/2017 à 8:21 :
Le programme économique du FN est ambigu sur la question de l'euro. C'est vrai. Pour le reste il est plutôt cohérent. Mais l'auteur de cet article commence à tout mélanger quand il avance sans preuve qu'une sortie de l'euro serait catastrophique. Il ne semble pas que la Suède, le Royaume Uni, la Suisse ou le Danemark soient plus dans la difficulté que nous. A répéter les éléments de langage de Bruxelles on finit par dire n'importe quoi. Quoi qu'en pense Thépot, il y a eu une vie avant l'euro et il y en aura une après. C'est un peu comme quand on disait que le Brexit allait faire plonger immédiatement le RU dans la dépression économique. Il est en effet courant d'avancer que le programme du FN est incohérent. Peut-être, mais l'est il plus que celui de l'UMPS qui nous a conduit où nous en sommes en termes de chômage et de croissance ? En termes d'inégalités sociales aussi ? Bien que je ne vote pas pour le FN, je trouve que cette manière paresseuse d'attaquer son programme est indigne. Les programmes de Fillon (le pauvre) et Macron sont les mêmes sur le plan économiques : baisse des charges (c'est le mot qu'ils emploient pour les cotisations sociales) baisse des impôts des riches, hausse des impôts des pauvres (TVA dite sociale) dans le but de reconquérir des marchés extérieurs. Mais comme tous les pays font la même chose - comme dans les années trente - ça ne marche pas. Autrement dit on ne soigne pas une crise de la demande en relançant l'offre.
Réponse de le 09/02/2017 à 12:26 :
Un peu de sérieux, tout de même.
Sortir de l'euro est une chimère, et tout ce soit disant programme repose là dessus. Donc c'est une vaste blague.
LE programme de FIllon est cohérent même si il est dur, celui de Macron on ne le connait pas, celui d'Hamon/Mélenchon est du même niveau que celui de Le Pen - pas crédible une seconde.
a écrit le 09/02/2017 à 7:53 :
Collectif anti le pen. Piketty. Prof d economie (communistes ?). Bref on attend le droit de response....
a écrit le 08/02/2017 à 22:15 :
Quels que soient les prochains gouvernements, le redressement des comptes publics va être un exercice compliqué :-)
a écrit le 08/02/2017 à 19:25 :
Et la balance commerciale qu'en st il ?????
a écrit le 08/02/2017 à 16:06 :
Au mois de juin prochain, qui serait premier ministre, si M. Le Pen est élue ? un ou une L.R.?
a écrit le 08/02/2017 à 14:31 :
"et sur « la lutte contre la fraude sociale et fiscale "

Tiens ,pas patronale ?

La fraude aux prestations sociales tant dénoncé par la droite et le FN ne représente que 3 milliards d’euros par an, argent en grande majorité récupéré puisque le taux de recouvrement est de 90%.Par contre, la fraude patronale atteignait entre 16,8 et 20,8 milliards d'euros en 2012, fraude qui avait doublé depuis 2007 soulignait la cour des comptes dans son rapport et elle élargissait le périmetre à l'assurance-chômage et aux retraites complémentaires obligatoires, l'estimation grimpait dans une fourchette entre 20,1 milliards et 24,9 milliards, ce qui représente environ 5% du total des cotisations et contributions sociales ( et après ,on parle de caisses vides !) . Et du fait du manque criant d’inspecteurs de l’Ursaf, la Cour estime que cette fraude reste "difficile à détecter et à réprimer". Le taux de recouvrements est ainsi dérisoire: environ 1,5% de la fraude liée au travail dissimulé, hors retraites complémentaires et chômage
Réponse de le 09/02/2017 à 7:59 :
Etat spoliateur
Ex le Tva 20%. Puis Rsi 50%. Cipav 15%. Urssaf 5%. TVA 20%. Cfe. Cotisation formation... Puis IR ?
a écrit le 08/02/2017 à 14:22 :
comme si tirait à toute berzingue sur sa banque centrale nationale était une solution miracle. Avec le FN retour aux assignats.
a écrit le 08/02/2017 à 14:14 :
Les candidats à la présidentielle : deux apparatchiks, une mé(na)gère incompétente, et Mr Macron.
Intéressant....
a écrit le 08/02/2017 à 14:07 :
Il est impossible que la monnaie nationale soit à parité avec l’euro, pour la bonne et simple raison que que la France a accumulé des dizaines de milliards de dettes auprès de la BCE. Ces dettes proviennent de ses déficits extérieurs et de la balance des paiements soldés auprès de la BCE par la BdF, en contrepartie de la création monétaire européenne permettant de maintenir en équilibre les flux entrants et sortants avec nos partenaires de la zone euro. Ces dettes vont devoir être reprises par la BdF en cas de sortie de la zone euro, ce qui provoquera une dévaluation immédiate de la monnaie nationale, du fait de la création monétaire par la BdF pour éponger ses dettes monumentales. Par ailleurs l’euro est une monnaie de dette de marché, qui permet aux Etats de financer la croissance de leurs dépenses par les dettes émises en euros par les banques. Nous sommes en effet un Etat socialiste pratiquant la relance par la dette publique, en l’absence de création de valeur suffisante par les entreprises, privées qu’elles sont de capital de financement aspiré par le capital dette créé par les banques. En cas de renonciation à une monnaie de dette financée par les banques de marché, il va bien falloir trouver des sources alternatives de financement. Ou bien il faudra diminuer les dépenses de l’Etat des deux tiers en liquidant le personnel en trop. Je veux dire en le rendant disponible pour créer de la valeur dans l’économie privée. Donc Marine sera a priori mal placée pour diminuer les taxes pétrolières et autres, et ce d’autant plus que l’Etat aura un besoin urgent de l’économie privée pour créer des emplois rémunérateurs. Il va donc falloir inverser la vapeur pour redonner du pouvoir économique aux citoyens, c’est-à-dire leur permettre de créer la valeur économique que l’Etat ne sera plus en mesure de fournir par ses dépenses. Voilà bien le changement de modèle économique dont il s’agit, dans un contexte de guerre commerciale avec nos partenaires de l’Europe pour la conquête des marchés mondiaux. On n’est pas obligé de partir à la conquête du grand large. Mais alors il faudra que le marché intérieur s’adapte aux nouveaux besoins d’une population à la recherche désespérée de revenus.
Faire la queue au ticket de rationnement... Faut écouter les anciens.
Réponse de le 08/02/2017 à 14:18 :
Au lieu d'écrire toute une page, à mon avis pourquoi ne pas dire que notre pays et l'Allemagne les bailleurs de fond de la zone euro sont au bord de la faillite , tout le monde le comprendrait plus vite .
Réponse de le 08/02/2017 à 19:42 :
+10000000000000000000 ! et personne ne se rend compte de cette vérité va directement pour la population aux enfers ! (Mélenchon, Fillon etc .... idem)... je fais partie d'un tas de gens qui ne savent plus pour qui voter !
a écrit le 08/02/2017 à 13:21 :
Elle va à l'essentiel Marine.

Enfin elle a du courage politique, cela fait désordre pour les tenants du boboisme...
Ciao.
Réponse de le 08/02/2017 à 16:52 :
Du courage politique pour quoi faire si son programme se heurte au principe de réalité et de cohérence... ne vous laissez pas enfumer par ses arguments.
Rappelez-vous son cinéma en 2012 quand elle a convoqué des économistes pour développer un programme économique... beaucoup de communication et rien... C'est de l'enfumage, de la gesticulation... elle n'est évidemment pas à la seule à promettre tout et n'importe quoi.
Elle n'a aucun courage pour moi.
a écrit le 08/02/2017 à 13:05 :
Et voilà : le F.N. veut continuer avec l'euro. Front NATIONAL tu parles ! Reste alors une seule solution pour garantir une réelle souveraineté monétaire et budgétaire : la sortie pure et simple de l'euro. --> Mais le FN ne veut pas affronter cette éventualité durant la campagne, car les conséquences économiques seraient immenses pour la France. --> Le FN n'a pas voulu rentrer dans ce débat. Mais qu'il n'argue pas alors qu'il rendra sa souveraineté monétaire à la France pour garantir son indépendance économique. » ..!!


Le FN est-il réellement un parti leurre à la Syriza ..?


Voyons ...

https://www.upr.fr/actualite/france/le-fn-epouvantail-consentant-au-service-du-systeme
Réponse de le 08/02/2017 à 20:06 :
Une fois que la France sera sortie de l'euro, qu'elle sera l'interet pour l'Alsace et la Bretagne d'etre dans le meme systeme monetaire? Paris defendra-t-il les interets de ces 2 regions aussi bien qu'elles le feraient de facons independantes??
Réponse de le 29/03/2017 à 6:25 :
"Le FN est-il réellement un parti leurre à la Syriza ..?"

Je sais pas, mais il risque de nous porter la Syriza...
a écrit le 08/02/2017 à 13:03 :
Un détricotage en inversant les mouvements évite de casser le fil!
a écrit le 08/02/2017 à 12:26 :
Où va M.Lepen?
Tout droit dans le mur et nous avec si on vote pour elle.
Quelle idée stupide: un pays 2 monnaies? Ben bonjour les effets secondaires sur les échanges commerciaux. L'aspec positif: on pourrait aussi utiliser des billets du Monopoly, ils auront à peu près la valeur de ce nouveau Franc
Réponse de le 08/02/2017 à 20:27 :
Le problème reste que depuis plus de 20 ans on a déjà le nez dans le mur er les gouvernants successifs qui nous l'enfonce encore plus... Voter Le Pen ne fera pas avancer le chmilblick durant ça gouvernance (on est pas à l'abris d'un miracle), mais si les autres parties font le ménage et se mettent au travail, on a tout a y gagner... de plus le FN sera bloqué par les assemblée alors y a pas trop de risque non plus !
a écrit le 08/02/2017 à 12:05 :
Elle a tout a fait raison dans le cas ou elle veut bien s'attaquer a ce qui grève les budgets du pays , c'est son organisation pour tous ceux qui ponctionnent à tous les niveaux. Pour la banque de France elle a tout a fait raison même je suggère qu'elle gère
elle même la caisse des dépôts .
Réponse de le 08/02/2017 à 16:54 :
Rien compris...
Réponse de le 08/02/2017 à 20:29 :
Vous devriez relire l'article.
Réponse de le 09/02/2017 à 16:59 :
Elle a tout a fait raison dans le cas ou elle veut bien s'attaquer a ce qui grève les budgets du pays , c'est son organisation pour tous ceux qui ponctionnent à tous les niveaux.

==> Qu'est-ce qui grève les budgets des pays ? La contribution française au budget européen ?
Lisez à votre tour cette page... très instructive.
http://www.economie.gouv.fr/union-europeenne-contribution-de-la-france-pour-2015

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. La France: 3 ème contributeur et 2ème bénéficiaire. On est en effet perdant... mais pour une cause juste qui a fédéré des peuples autrefois en guerre à cause de considérations
territoriales. C'est pas cher payé pour une paix durable et une prospérité avérée... c'est la raison pour laquelle l'UE dérange tant de nations...

Vous allez me répondre si c'est une page qui a été créé sous le mandat d'Hollande je suppose ?! et qui est donc sujette à caution...

Avant le Brexit, l'UE était la première puissance économique et commerciale... Le Brexit est une gabegie, un hold-up imaginé par des nostalgiques de l'Empire Britannique... part de la richesse britannique dans le monde... 3.5%
Wouaaaa !!! Good Luck guys !!!

L'UE se réforme perpétuellement mais elle devrait peut-être lancer un audit géant pour ré-éxaminer son fonctionnement administrative... pourquoi pas... mais quand on regarde le diagramme, on
s'aperçoit que çà ne représente que 8 milliards sur 162 milliards que constitue le budget européen... Mme Le Pen est bien contente d'empocher sa solde mensuelle pour un taux d'absentéisme des
plus élevés...

Autre vidéo qui montre MLP outrée comme à son habitude... mais qui se heurte à la réalité de l'algèbre... MLP ne sait plus comment justifier son programme économique qui n'a ni queue ni tête...

https://www.qwant.com/?q=anne-sophie%20lapix%20marine&t=videos&o=0:922d2e4bddb5f1980b51349c25a68e0d

Elle ne veut pas admettre qu'elle se soit plantée...

https://www.qwant.com/?q=anne-sophie%20lapix%20marine&t=videos&o=0:ebe5ce035a2b1d1d405959632d3624f8

Peut-être qu'Anne-Sophie Lapix est un suppôt de l'organisation franc-maçonnique... aucune idée...

Pour la banque de France elle a tout a fait raison même je suggère qu'elle gère
elle même la caisse des dépôts .

==> Qui gère cette institution ? MLP ? Hope she won't Sir !!

Après si vous êtes un adorateur du III ème Reich... je vous invite à lire cette page et à regarder attentivement ces photos qui sont peut-être truquées ? Allez savoir...

https://matthieulepine.wordpress.com/2013/04/11/les-frequentations-douteuses-du-front-national-en-cinq-images/

Et MLP qui se proclamait 'vraie gaulliste'... Le pauvre... aucun des hommes politiques actuels ne peuvent se réclamer du Général pour la simple et bonne raison que nous ne sommes pas dans la
même situation géo-politique, économique,... et encore moins MLP.

Au final, qu'est-ce qui distingue MLP des ses adversaires politiques ? Au passage je suis républicain donc de droite comme de gauche ? Seul le programme m'intéresse... point-barre. Et farouchement contre l'extrême-gauche et contre l'extrême-droite.
Ils pratiquent tous le sophisme à la différence que MLP excelle...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme
Réponse de le 09/02/2017 à 17:04 :
Prenez le temps de vous documenter... ne soyez pas obnubilé par la posture des politiques... mais je dois avouer que les conseillers en communication sont ultra-performants...
a écrit le 08/02/2017 à 11:42 :
la France est tombée si bas (2000 milliards de dette, désindustrialisation structurelle, déficit commercial abyssal, chômage astronomique, recul dans tous les classements) que même Hamon le fataliste propose un revenu universel de Misère Nationale. Alors, pourquoi pas MLP ? Les économistes qui se trompent toujours prédisent son échec, donc ça a des chances de marcher.
Réponse de le 08/02/2017 à 17:00 :
Le plafond de verre ne se brisera jamais parce que les français sont raisonnables et conservateurs. Elle ne passera jamais pour la simple et bonne raison qu 'elle est viscéralement ultra-nationaliste comme Trump et Poutine. Les français sont majoritairement républicains. Notre histoire a démontré que les aventures de l'extrême-droite sont bien plus nuisibles à la société que les gabegies de nos gouvernements successifs.
Réponse de le 08/02/2017 à 21:22 :
à Laurent
"les Français sont majoritairement républicains" c'est mal connaître l'histoire de l'entre deux guerres.
Réponse de le 09/02/2017 à 17:41 :
Réponse à ragoutoutou

Sauf que la IIème GM est passée par là et que le devoir de mémoire a fait son effet... mais la peste brune renaît ... c'est indéniable.
Le second tour de la Présidentielle l'a montré en 2002.
En 2017, MLP prendra une deuxième veste... elle va tomber sa chemise brune la blonde ;)
a écrit le 08/02/2017 à 11:37 :
En gros, il y a 4 lignes économiques qui s'affrontent:
Rester dans l'Euro et dire que tout va bien (à 3% de déficit et 10 millions d'inactifs) (Macron)
Rester dans l'Euro et accroître les dépenses publiques (vu qu'on est déjà dans la mouise, autant prolonger la courbe pour tendre vers 15 millions d'inactifs) (Hamon)
Rester dans l'Euro et faire baisser dépenses publiques et politiques sociales en s'adaptant aux traités signés par la France afin de réduire dettes et prélèvements publiques (Fillon)
Sortir de l'Euro et faire de l'inflation pour regagner en compétitivité, emplois, industrie et réduire le poids des dettes (Le Pen)

Fillon a la ligne la moins aventureuse des 4. Si Fillon est bloqué, il faudra sortir de l'UE avec des conséquences peu prévisibles mais en sachant que l'on est déjà dans une situation cataclismique, car il n'y a pas que la France qui va se rappeler aux défenseurs intransigeant du neo Deutsch Mark et des retraités allemands... L'Italie et la Grèce risquent de sortir très prochainement. Il est plus que temps d'ouvrir les yeux sur la période d'instabilité qui vient quels que soient les choix de la France.
Réponse de le 08/02/2017 à 13:29 :
La ligne Fillon si j'ai bonne mémoire a déjà montré son inefficacité pendant cinq ans de 2007 à 2012. Il est responsable d'un million de chômeurs supplémentaires, de 600 milliards de dettes en plus, de déficits budgétaires et commerciaux records. En plus connaissant maintenant les casseroles qu'il traine comment voter pour cette personne c'est du suicide.
a écrit le 08/02/2017 à 11:27 :
Ce n'est pas le programme de Mme Le Pen dont elle fait maintenant la promotion, mais celui de Philippot, ancien Chevenementiste marqué Gauche nationaliste. C'est d'ailleurs pour cela qu'il y a du tiraillement avec sa nièce qui est plutôt FN tendance libérale.
a écrit le 08/02/2017 à 11:10 :
Bizarre élection présidentielle, les français ont fait le ménage de personnes ayant échoués
Hollande, Valls, Sarkozy , il reste quoi ? Ni Marine, ni Macron n'auront de majorité parlementaire , Hamon , une gauche version 1981 à la tête d'un parti socialiste éclaté.
Mélenchon idem , un courant minoritaire. Reste Fillon et son" responsable mais pas coupable", antienne servie par tous les politiciens pris la main dans le sac. Les français déjà accablé par le chômage et une croissance anémiée ne sont décidément pas sorti de l'auberge.
a écrit le 08/02/2017 à 10:46 :
Ces arguties n'ont pas de raisons d'etre. La blonde ne sera jamais elue.
Les francais voteront micron dans le pire des cas. Ce qui n'est pas mieux, j'en conviens, mais que le feuilleton continue, n'arretez surtout pas.
a écrit le 08/02/2017 à 10:26 :
La différence entre les programmes économiques de l'UMPS et du FN, c'est que ceux de l'UMPS on les connait puisqu'ils ont ruiné la France. Comment choisir entre celui que l'on connait et celui qui est censé être mieux ou pire alors qu'il n'a jamais été mis en place.?
Cruel dilemme...!
Réponse de le 08/02/2017 à 17:22 :
Plutôt que de distiller vos rancoeurs, essayez de poser des raisonnements économiques et de faites preuve d'esprit critique en croisant les infos.
Le financement des déficits annoncés ne sera pas possible car personne n'aura plus confiance dans la France et sa monnaie dépréciée, et les taux d'intérêt seront de fait très élevés (charge de la nouvelle dette insupportable pour des dépenses courantes).
Retraite à 60 ans, c'est de la démagogie pure alors que l'espérance de vie gagne près de 1 trimestre par an (budget actuel de plus de 300 milliards € 13% du PIB - croissance PIB 1%/an environ...). Que Marine voudrait mettre par terre le système par répartition qu'elle ne s'y prendrait pas autrement !
Et tout le reste est à l'avenant.

Je ne vais pas dire que tout va bien, mais contrairement à ce que vous semblez croire, ça pourrait aller encore beaucoup plus mal avec le FN au pouvoir...
Réponse de le 08/02/2017 à 17:51 :
@leo RB

"Retraite à 60 ans, c'est de la démagogie pure alors que l'espérance de vie gagne près de 1 trimestre par an".

Oui, enfin cela dépend pour qui.

L'espérance de vie progresse, l'inégalité entre hommes et femmes diminue, mais les écarts entre catégories sociales demeurent.
Cette durée de vie moyenne masque des inégalités importantes entre groupes sociaux. A 35 ans, un cadre supérieur peut espérer vivre 49 ans dans les conditions actuelles de mortalité, contre 42,6 ans pour un ouvrier. Une femme cadre peut compter vivre 53 ans, contre 49,8 ans pour une ouvrière. Au total, l'écart entre cadres et ouvriers est resté stable entre la fin des années 1970 et les années 2010 : six ans chez les hommes, trois ans chez les femmes. Sur la base d'un départ en retraite à 62 ans, les cadres peuvent compter en profiter durant 22 ans contre 15,6 ans pour les ouvriers, souvent dans de meilleures conditions de santé pour les premiers.
Réponse de le 08/02/2017 à 20:37 :
1 trimestre par an? D'où sortez vous de telle absurdités? Je ne pense pas que notre génération vivra jusqu'à 120 ans et que celle de nos enfant jusqu'à 140 ans...Quand à celle de nos parents quand ils atteigne 100 ans ils sont tellement rare qu'ils passent dans les journaux !
Réponse de le 09/02/2017 à 10:03 :
@Léo RB

Vous devriez apprendre à lire car je ne distille aucune rancoeur.
1) En ce qui concerne les programmes économiques UMPS, je fais un simple constat que n'importe quel individu sensé peut faire actuellement.
2) En ce qui concerne le programme du FN, je ne fais que poser une question, rien de plus..!
a écrit le 08/02/2017 à 9:49 :
Bon article objectif sur le programme du FN. Un financement direct de l’État par la banque centrale ne peut pas être compatible avec un système SME ou monnaie commune. C’est comme si on voulait le beurre et l’argent du beurre. Par ailleurs, si on cumule monétisation de la dette publique, retraite à 60 ans et autre dépenses massives, taxes sur les importations, taxes sur les travailleurs étrangers, le résultat devrait être un effondrement total du taux de change de la monnaie nationale dans le régime des changes flottants après que la sortie de l’euro soit intervenue, et une crise inflationniste à gérer sans parler de la problématique du défaut sur dette liée à la sortie de l’euro (avec la possible saisie d’avoirs français à l’étranger).

Ces remarques n’enlèvent en rien le fait que la monnaie unique, l’Euro, ait été une calamité pour la France, l’Italie et d’autres pays (par exemple entre 1987 et 2001 la France a créé 2,5 millions d’emplois marchands, aucun entre 2001 et 2015 où le chiffre est resté stable à 15,8 millions d’emplois marchands alors que sa population est passée de 61 à 66 millions d'habitants). Ça n’enlève également rien au fait que sur le long terme la zone euro ne devrait pas survivre pas car on n’a jamais vu un système économique, vicié à la base, tenir éternellement.
Réponse de le 08/02/2017 à 12:18 :
Elle peut survivre en cas d’harmonisation des charges sociales , d'une fiscalité entreprises / particuliers identique. Dans un premier temps, réduire la taille de l'UE à 6 ou 7 avec des pays ayant grosso modo la même économie.
Ensuite , élargir aux pays de l'est (qui d'ailleurs n'auraient jamais dû rentrer si tôt même avec l’effondrement des soviétiques). L'espoir de l'UE, c'est une politique commune et fédéraliste. Reste que ce n'est pas le sens de l'histoire et que vous avez probablement raison, un délitement est vraisemblable..
a écrit le 08/02/2017 à 9:39 :
Cette analyse rationnelle n'a malheureusement aucune chance de détourner les électeurs de MLP qui ont depuis longtemps abdiqué toute rationalité en matière économique. La faute entre autres à une trop faible culture économique des français. Même au lycée en filière ES l'économie est noyée dans un immonde magma avec les sciences sociales.
Réponse de le 08/02/2017 à 17:42 :
En partie d'accord avec vous sur le 1er volet, mais pas résigné à combattre l'imposture FN.
Mêler l'enseignement Economique au Social n'a rien d'hérétique quand on considère la finalité de l'économie, son infusion dans tous les pans de la société, y compris les transferts sociaux.
Sans forcément partager toutes les conclusions, j'apprécie de lire Alternatives Economiques qui met en perspective et apporte le pluralisme hétérodoxe qui fait souvent défaut (et qui peut être atténuerait l'hystérie anti-élites).
Réponse de le 09/02/2017 à 16:49 :
Tout à fait bruno, l'EN formatte des futurs fonctionnaires...
a écrit le 08/02/2017 à 9:36 :
Pas de soucis, elle va nous financer avec des emprunts russes.
a écrit le 08/02/2017 à 9:21 :
Le FN qui a tellement promis à droite et à gauche se retrouve forcément face à ses immenses contradictions, c'est bien beau de racoler partout mais au final cela ne peut que se terminer avec des gens qui sont idéologiquement aux antipodes. Du coup la branche dur fasciste s'est réveillée, cela se voit sur ses affiches électorales qui nous parlent de remettre en la france en ordre, il y a de fortes chances que son électorat d'ex gauchiste s’effrite, il peut du coup ne pas être présent au second tour grâce à marion finalement.

La dernière nouvelle c'est que le FN ne veut plus sortir de l'union européenne, elle se servira d'un frexit pour essayer d'influencer l'UE mais comme elle est nulle même l'UE devrait la voir venir et anticiper le caprice, et le respect de l'extrême droite française vis à vis de l'autorité allemande devrait finir de le mettre dans le rang. On est vraiment hyper mal parti avec ce parti qui de toutes façons n'a aucune chance de gagner même hollande gagnerait face à le pen c'est pour dire.

Bref le FN est un parti d'imposteurs comme les autres, voter le pen c'est voter pour le système.
a écrit le 08/02/2017 à 8:53 :
C'est la preuve que "l’extrême" (que l'on appelle but) aboutit a du pragmatisme (que l'on appelle moyen) pour plus d’efficacité!
Réponse de le 08/02/2017 à 9:36 :
Aucune efficacité à attendre d'un programme fondé sur la planche à billet. Ce qui nous attendrait ce serait le Zimbabwe.
Réponse de le 08/02/2017 à 10:42 :
bruno_bd sombre dans l'outrance la plus ridicule, ça serait comique si cela ne tentait pas de dissimuler sous une ignorance crasse le fait que d'innombrables pays ont une politique monétaire active et ne sont pas "le Zimbabwe", ne citons que le Japon, la Suisse, Singapour, la Coree du Sud et les Etats Unis, pays ô combien dignent de moqueries quand à leur situation économique...
Réponse de le 08/02/2017 à 21:23 :
L'€zone a aussi une politique monétaire très active. Comment appelez-vous le QE de Draghi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :