Le prochain président pourra-t-il relancer l'économie ?

 |   |  749  mots
Pour l'instant, c'est une progression de 1,5% du PIB qui est attendue en 2017.
Pour l'instant, c'est une progression de 1,5% du PIB qui est attendue en 2017. (Crédits : CC0 Public Domain)
Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances table sur une croissance de 1,5% cette année. L'activité peut-elle progresser plus rapidement ?

Optimiste, Michel Sapin l'était lorsqu'il avait en charge le ministère du Travail et du Dialogue social. Jusqu'au bout, il avait soutenu mordicus que la courbe du chômage allait s'inverser à la fin de l'année 2013. Optimiste, il l'est toujours depuis son transfert à Bercy en 2014. A quelques semaines de la fin du quinquennat, il reste confiant quant à la capacité de l'économie française à progresser à un rythme de 1,5% cette année, conformément à la prévision fixée dans la loi de finances 2017.

"Je peux confirmer très clairement qu'une prévision de croissance de 1,5% en 2017 est aujourd'hui parfaitement raisonnable. Les principaux moteurs économiques de la France sont en marche", a déclaré mardi le ministre à l'issue d'un entretien avec Mario Centeno, son homologue portugais, dans le cadre de la cinquième conférence économique franco-portugaise organisée à Lisbonne.

Les indicateurs dans le vert

Devant la presse, Michel Sapin a mis en avant "la reprise de l'investissement, une consommation des ménages élevée, au plus haut depuis 2007, et des exportations positives". "Lorsque la prévision de croissance avait été établie à l'automne dernier, il y a eu beaucoup d'interrogations, mais toutes les données depuis le dernier trimestre 2016 et les premières tendances de 2017 confirment notre chiffre de 1,5%. Les entreprises sont prêtes à investir et créent des emplois ce qui permet au chômage en France de diminuer", a précisé le ministre. Espérons qu'il ne se trompe pas.

Ce serait une jolie performance. Si le PIB tricolore devait afficher une telle progression, celle-ci serait supérieure de 0,4 point à celle enregistrée en 2016.

Rappelons, pour l'anecdote, que la loi de finances 2016 tablait initialement sur une croissance de 1,5%, estimation révisée à l'automne par Bercy, dans la foulée de statistiques macroéconomiques médiocres. La consommation des ménages, le principal moteur de la croissance française, a subi quelques hoquets que n'a pas compensé la reprise de l'investissement des entreprises qui ne ne représente que 23% de la consommation des ménages et 12% du PIB.

Les économistes sont peu confiants

Tous les économistes ne partagent pas cette confiance. Si l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) envisage une hausse de 1,5% à 1,6% du PIB cette année, l'OCDE, qui a révisé de 0,1 point sa prévision ce mercredi anticipe une croissance de 1,4%.

La Banque de France est encore plus prudente et vise une croissance de 1,3% cette année. BNP Paribas est sur la même longueur d'onde.

Certains sont encore plus pessimistes. C'est le cas de Marc Touati, chez ACDEFI, qui estime à seulement 1% la progression annuelle du PIB et d'Alexandre Mirlicourtois chez Xerfi à peine moins prudent et qui table sur une croissance annuelle de 1,1% seulement.

A la différence de la plupart des candidats à l'élection présidentielle en 2012, qui semble-t-il, n'avait pas réellement pris la mesure de l'état de l'économie française après la crise de 2008-2009, les protagonistes actuels font preuve de modération. Ainsi, François Fillon envisage une croissance de 1,3% cette année puis de 1,5% en 2018. Emmanuel Macron est un tout petit peu plus optimiste, et table sur une hausse de 1,4% et de 1,8% du PIB en 2017 et 2018. Seul Jean-Luc Mélenchon témoigne d'un certain allant. Le candidat de la "France insoumise" vise une hausse de 1,8% du PIB en 2017 et en 2018. On attend le cadrage macroéconomique de Benoît Hamon. L'intégration du coût du revenu universel qu'il entend mettre en place compliquerait l'exercice.

Une estimation délicate

Un programme est-il de nature à stimuler davantage la croissance et l'emploi que les autres ? Gilles Moëc, le chef économiste Europe de Bank of America Merrill Lynch clôt le débat. "A ce jour, aucun des candidats à l'élection présidentielle n'est descendu assez dans les détails pour que l'on puisse faire une estimation sérieuse de leurs effets macroéconomiques. La granularité des mesures avancées est encore trop faible", estime-t-il. "La seule chose que l'on peut estimer, ce sont les effets des mesures adoptées par nos voisins ces dernières années. Si la France parvient à augmenter le taux de participation au marché du travail dans les mêmes propositions qu'en Allemagne après 2003, si la France arrive à faire baisser son taux de chômage à son niveau naturel à la même vitesse que l'Allemagne ces dernières années, alors, on peut raisonnablement penser que le taux de croissance potentiel de l'économie française, actuellement de 1,2%, pourrait grimper, à 2%", avance Gilles Moëc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2017 à 13:19 :
ils l ont pas foutus a la benne en fin d année le sapin?
a écrit le 10/03/2017 à 6:28 :
il faut etre lucide avec macron pas plus que les autres ça n'ira pas mieux car ils vous font croire qu'l vont resorber le chomage c'est du vent car comment faire quand il n'y a plus d'usine ni de patron en france,avec l'europe tous parti a l'etranger alors quel est la formule
pour donner du travail sans usine ni patron;ne croyer pas a leur belle parole;macron et les autres ne parle de faire revenir des usines en france,voyer la misere de nos agriculteurs
et eleveurs c'est pas admisible il fait reformer cette europe ou la quitter de plus il est prevu
avec l'accord avec le canada de faire venir de la viande bovine en france alors que nos eleveurs sont deja en difficulter
a écrit le 09/03/2017 à 13:06 :
Attadez, là. Même vous, La Tribune, ne vous êtes PAS rendu compte que la crise économique était mondiale..?? Faut ouvrir les yeux, là.
a écrit le 09/03/2017 à 11:37 :
en fait 1 ou1,4% ,n'ont vraiment rien de formidable à avoir, sauf que la France avec peu de croissance est bien plus pénalisée que ses voisins européens avec un poids à la fois de la dette (96% du PIB) et de la dépense public au sommet à 57% du PIB, donc il n'y aura pas de créations massives d'emplois, non aidés, et du secteur privé; donc pas de baisse significative du chômage et une France avec des taux d'intérêts en hausse, qui continue de s'endetter, un commerce extérieur qui lui aussi bas des records, mais à la baisse (janvier ) Donc oui il n'y a pas de quoi exulter.
a écrit le 09/03/2017 à 9:43 :
Relancer l'économie, faire de la croissance pour aller où? La réponse est généralement...dans le mur. Le mur de quoi? Le mur de la finance bâti sur les fondations d'une mondialisation et d'une dérégulation anarchique. La France n'est ni la Chine,les US, ni le Japon, la Corée du sud, l'Inde... l'Europe, c'est La suprématie Allemande qui cumule les excédents commerciaux, au détriment de ses voisins et les grands groupes Français produisent ailleurs pour les marchés sur lesquels auparavant ils exportaient à partir de la France. Relancer l'économie en France est une gageure impossible dans le contexte économique mondial, et comme nous ne pouvons pas changer le contexte mondial, nous nous écraserons toujours plus sur ce mur. Il faut être capable de penser et faire autrement... mais les temps ne sont encore venus.
Réponse de le 10/03/2017 à 6:42 :
comme je le dis plus haut la crise du chomage en france vient de l'europe il ne faut avoir peur de le dire car c'est bien la verité,il n'y a plus d"usine en france pour resorber le chomage et relancer l'economie,il faut quitter cette europe ou reformer,la france doit rester souveraine en priorité il n'y a pas d'autres solutions,il faut absolument faire revenir des usines en france
mais quel politique veut cela aucun a part le fn
a écrit le 09/03/2017 à 9:11 :
plutot que d'essayer de se fixer un objectif de croissance a atteindre,le role du gouvernement est plutot d'adapter le pays a la croissance.les leviers sont simples:ajustement du temps de travail,partage du travail,redistribution aux exclus,lois protectrices.une arme forte:la fiscalité qui doit etre redistributive,en expansion bien que non punitive.
a écrit le 09/03/2017 à 8:09 :
AFFAIRE FILLON : le « dossier » émane du Ministère des Finances. Il a été remis au Canard Enchaîné par Gaspard GANTZER, grand ami d’Emmanuel MACRON (même Promotion à l’ENA) auquel il doit son poste à l’Elysée.
Le circuit du dossier :
1) Thomas CAZENAVE (ENA, Promotion République, ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel MACRON, et nouveau Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée, en remplacement de Boris VALLAUD, mari de Najat VALLAUD-BELKACEM) a remis les documents à François HOLLANDE en guise d’allégeance au Souverain.
2) HOLLANDE a transmis ce « dossier » à GANTZER en lui disant simplement « Faites en bon usage »
3) GANTZER est un grand ami d’Emmanuel MACRON, ils sont de la même Promotion à l’ENA -Promotion SENGHOR. Il est également un proche de Dominique STRAUSS-KAHN. (NDRL : DSK est un habitué des documents fuités compromettants. On se rappelle la fameuse cassette Mery qui a atterri chez lui après le « suicide » de ce dernier, et qui a durablement secoué la France)
4) Le Mardi 9 Janvier, Gaspard GANTZER a rencontré Michel GAILLARD, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné (et ami de longue date de François HOLLANDE) pour lui remettre les éléments.
ET DEPUIS LA MACHINE EST EN MARCHE.
A ce jour Madame Eliane HOULETTE, Procureur du Parquet National Financier (nommée par François HOLLANDE sur les recommandations de Christiane TAUBIRA et sympathisante Socialiste avérée), s’est saisie très rapidement (comme par hasard) du « dossier ».
Réponse de le 09/03/2017 à 8:48 :
@Takavoir , voilà une personne dans le secret, Mme Irma la voyante du peuple la personne la mieux informée de France vite vite M. Fillon vous avez le dossier VRAI de votre affaire vite vite la légion d'honneur. Dans l'entourage de M. Fillon on cherche et croyez moi ils ont d'autres moyens que votre petit message plein de noms mais sans grande véracité. J'adore les gens comme vous qui écrivent tout et n'importe quoi qui font des messages dans tous le réseaux pour écrire leur "connerie" . Pauvre France les gourous et saltimbanques en tout genre sont devenus tes habitants. J'attends avec impatience après le bouclage de votre enquête "secrète" l'affaire des emplois de Mme Le Pen puis des frais de bouche et de la sortie Las Vegas de M. Macron et puis tout ce que nous ne savons pas sur M. Hamon , M. Mélenchon... Enfin n'oubliez de vendre vos recherches poussées !!!! au cinéma vous allez vivre de vos royalties. Encore une fois bravo vous m'épatez. Je vais envoyer votre message chez LR ils vont vous téléphoner attendez vous aux félicitations non ne rougissez pas et votre CDI!!! à la tête des renseignements français est dans les tuyaux . Bravo bravo je ne m'en lasse pas de vous féliciter. J'espère que vous avez de l'humour même si j'en doute. N'oubliez pas une douche glacée remet les neurons dans l'ordre. Bonne journée.
Réponse de le 09/03/2017 à 9:21 :
@Takavoir
FAUX, "l'affaire Fillon dite du Pénélope Gate", c'est un coup du camp de $arkozy de Nagy Bocsa.
Néanmoins, les faits sont là et peu importe le moment où ils ont été dénoncés. Fillon aime l'argent, il a utilisé des moyens au minimum "immoraux" pour satisfaire son avidité. Et je considère que ceux qui le soutiennent sont dans le même état d'esprit. Déni, immoralité.
Réponse de le 09/03/2017 à 10:09 :
On en apprends des choses, et le Sapin de noel qui prévoit de la croissance en plus, (il est pas beau le garenne) !!!!!
a écrit le 09/03/2017 à 7:58 :
La croissance ne dépend plus seulement de la politique d’un pays et plus particulièrement le notre qui en dehors de fleurons n’est pas en mesure de combler son retard autant dans la recherche , l’industrie, les services et a mis longtemps à se lancer dans les nouvelles technologies. Le retard à la robotisation montre combien nous avons trainé les pieds pour nous lancer dans la compétition. Ce retard ne peut- être le seul fait des politiques mais plus de l’ensemble des acteurs institutionnels le politique le Medef et l’ensemble des syndicats. Les candidats aujourd’hui lancent des chiffres et malgré ceux que certains voudraient nous laisser croire comme M. Fillon ou M. Mélenchon leur programme ne sont que des chiffres avec déjà pour M. Fillon des changements notoires et pour M Mélenchon une nouvelle référence à la roue qui tourne et qui rapporte cela se nomme le jeu du hasard, tout cela n’est pas sérieux. Les candidats doivent donner des axes car ce qui est vrai aujourd’hui en économie ne l’est plus demain. Alors au lieu de lancer des chiffres qui ne seront jamais réalisés voir depuis 81 les programmes non tenus qu’ils donnent des orientations. Je rigole mais jaune lorsque j’entends des candidats donner le pourcentage de chômeurs à al fin de leur mandat quel manque de sérieux. Le système et cette maladie française de défaire systématiquement ce qu’a décidé le prédécesseur, fait que depuis 1981 nous refaisons à chaque élection entièrement la ligne économique. La raison est simple en dehors de la politique politicienne le manque de compétence économique de nos politiciens qui ne l’oublions pas s’entourent non pas de quelques conseillers compétents mais de plusieurs centaines qui bien sur tous aussi!!! compétents les uns que les autres avec le
a écrit le 08/03/2017 à 22:31 :
A bien lire... http://www.boursorama.com/forum-politique-fillon-l-auteur-du-piege-identifie-445555059-1
a écrit le 08/03/2017 à 20:52 :
Sûrement pas en tondant de plus en plus ras les contribuables, via TVA, CSG, taxe d'habitation, changement de fiscalité sur l'assurance vie, nouvelles taxes, ...
a écrit le 08/03/2017 à 19:20 :
suppression de la taxe d'habitation et 100 € de plus par mois, c'est bon pour la consommation et les entreprises si on achète français :))
Réponse de le 08/03/2017 à 20:02 :
AVEC SES DEUX PROMESSES JE POURRAIS METTRE UN PEU DE BEURRE DANS MES EPINARDS. MAIS JENE SUIS PAS SUR QUE CELA SUFISSENT A FAIRE REPARTIR L ECONOMIE?LES PROMESSES N ENGAGE QUE CEUX QUI Y CROIES . JE NE SUIS PAS SUR QUE CELA FASSE REVER LES CHOMEURS QUI APRES DEUX REFUS D EMPLOIES SERONS RAYES DES STASTITIQUES DU CHOMAGE. C EST LA SEUL CHOSSE QU IL VAS REUSSIR FAIRE DISPARAITTRE LES CHOMEURS. C EST UNE BONBE A RETARDEMENT SOCIAL. IL RIQUE DE REFAIRE MARCHE BEAUCOUP LES GENS DANS LES MANIFS CONTRE CE PROGES DANGEREUX HUMAINEMENT???///LA PERSONNE LA PLUS DANGEREUSE LE MENTEUR/// GANDHI///
Réponse de le 08/03/2017 à 22:20 :
Les français ne veulent pas et/ou ne peuvent pas acheter français. Soit c'est plutôt cher pour une qualité simplement correcte, soit ça n'existe carrément plus ou presque (électronique grand public, électroménager, textile-habillement, chaussure, petites voitures,...), soit c'est du produit de grand luxe (Hermès, Louis Vuitton, Devialet,...) hors de prix.
a écrit le 08/03/2017 à 19:05 :
Le redressement du pays passe par une baisse des pensions supérieures au smic.et la prise en charge des soins santé par une assurance privée à partir de 70 ans
Réponse de le 08/03/2017 à 20:54 :
Pourquoi pas au-dessus de la moitié du smic, et assurance santé privée pour tous ?
a écrit le 08/03/2017 à 18:35 :
Voyants tous verts: il n'avait pas vu le voyant du commerce extérieur qui lui est rouge vif.
Comme quoi la méthode Coué ne marche pas.....
a écrit le 08/03/2017 à 17:21 :
Encore un qui compare avec l'Allemagne alors qu'en même temps que la baisse du chômage s'est accompagnée d'une paupérisation de la population allemande.

C'est usant les messes néolibérales mais ça pourra être utile aux funérailles du capitalisme tout ces prêtres.
Réponse de le 08/03/2017 à 18:05 :
Je vous conseille d aller visiter la RFA. Vous verrez si les allemands sont plus pauvres que les francais...
Faut pas ecouter uniquement l extreme gauche francaise. Tout n est pas rose en RFA mais vous y voyez par ex bien moins de SDF qu en france (en fait vous en voyez pas). De meme le taux de pauvreté chez les jeunes ets 4 fois plus fort en france qu en RFA... C ets vrai que chez les retraités on a l effet inverse (bien plus d allemands pauvres que de francais pauvres). C est du en parti a notre politique pro vieux mais aussi au fait que la RFA a du absorber la RDA. Si demain on doit se reunifier avec l algerie (apres tout c etait des departements francais) vous allez voir le taux de pauvreté exploser
Réponse de le 08/03/2017 à 19:07 :
En France, c'est encore mieux qu'en Allemagne, on a la paupérisation d'une grande partie de la population et un chômage de masse.
Réponse de le 08/03/2017 à 19:09 :
Mais ce sont des organismes européens et internationaux qui indiquent que les job précaires sont bien plus nombreux au Royaume-Uni et en Allemagne qu'en France. Et que les soins sont de meilleure qualité en France et qu'on vit plus longtemps ici bas. Ces chiffres ne sont même pas discutables. Toute l'économie de l'Allemagne est basée sur ses exportations, donc elle est obligée de maintenir des cout de productions bas et n'a pas de croissance intérieure. Si l'Allemagne relance sa croissance intérieure, les prix et salaires vont augmenter bien plus que ne peuvent le supporter les exportations. D'où la politique d'austérité imposée à l'Europe, qui n'oublions pas doit aussi contribuer à ne pas flinguer les retraites allemandes. L'année dernière la croissance allemande intérieure a été porté par les investissements pour et issus des réfugiés arrivés en nombre, et d'absolument rien d'autre !
Arrêtez donc svp de nous prendre pour des quiches, merci !
Réponse de le 09/03/2017 à 7:30 :
L'analogie avec l'Algérie est intéressante à analyser. Mais en plus, il y a le pétrole.
Réponse de le 09/03/2017 à 8:57 :
"Je vous conseille d aller visiter la RFA"

C'est une blague ou bien vous êtes en dépression ou un truc du genre ?

Vous savez que la RFA n'existe plus depuis 1991 quand même ?

Je ne lis pas la suite du coup hein, ça doit être vraiment moche pour porter une telle obsession si haut dans le n'importe quoi, merci.

"En France, c'est encore mieux qu'en Allemagne, on a la paupérisation d'une grande partie de la population et un chômage de masse"

ET au Burkina Faso il fait beau ?

C'est pour illustrer les "messes néolibérales" que vous faites tout cela ? Vous savez ce n'était vraiment pas la peine hein, merci.
a écrit le 08/03/2017 à 16:40 :
On ne peut relancer ni par la dépense publique (qui est déjà extrêmement élevée) ni par la baisse de la fiscalité vu l'état des déficits et de la dette. La seule solution est l'investissement et la libéralisation par la déréglementation.
Réponse de le 08/03/2017 à 17:00 :
On peut aussi basculer la fiscalité du travail de la production (cotisations sociales des entreprises) sur la consommation, TVA sociale, CSG, impot sur le revenu, ou sur la consommation d'énergie. Ce dernier impot sur l'énergie permettrait de réduire le chomage, de retrouver un peu de croissance, et en plus, de protéger le climat. Nous serons obliger de le mettre en place rapidement si on ne veut pas de la faillite d'AIRFRANCE.
a écrit le 08/03/2017 à 15:53 :
totalement.
Ca bouge, en apparence trop lentement !
Mais n'est-ce pas justement le bon rythme, avec nos citoyens-grognards ?
Les réformes qui s'accumulent depuis 2012 pour booster les entreprises à l'exportation, notamment nos PME, commence à se traduire en résultats.
Remerciements premiums aux initiateurs virés, Pellerin et Montebourg.
Avec du recul, il faudra conserver se qui fonctionne bien et corriger ce qui n'est pas parfait.
Les baisses de charges (CICE) doivent maintenant être définitivement adoptées pour les entreprises, ainsi que la baisse engagée de l'impôts pour les PME.
Il faut donc continuer à dynamiser le système orienté export et accompagner au mieux les PME dans leurs démarches, prospections et investissements.
Accompagner toujours plus de PME pour qu'elles passent ETI:
http://www.lemoci.com/actualites/aides/export-accompagnement-laccelerateur-de-bpifrance-a-transforme-un-tiers-de-pme-en-eti/
Accompagner nos Startups, PME et ETI à l'export
http://www.lemoci.com/actualites/aides/export-accompagnement-business-france-a-transforme-lessai-en-2016/
Avec parallèlement les investissements privés français et étrangers qui ont atteint des records en 2016, capital et capital risque, la France devrait sortir du tunnel prochainement. Je principal souhait des entrepreneurs, c'est évidement que ce mouvement ne soit pas cassé. Exit dont Hamon, Mélenchon et Le Pen, et leurs rétropédalages !
a écrit le 08/03/2017 à 15:16 :
Touchons du bois mais on ne devrait pas avoir d'inondation cette année, pour le moment on n'a pas eu d'attentat (réussi) et on aura pas de grandes grèves au printemps.
L'UE et l'inflation zone euro sont plus fermes, on peut donc à mon sens raisonnablement penser qu'on fera mieux que l'année passée. Toute façon au prix du dixième de point de PIB en plus tout est bon à prendre!
a écrit le 08/03/2017 à 14:00 :
Ce qui pourrait redonner de la croissance, c'est une baisse significative de la pression fiscale , que nos politiques ne changent pas sans arrêt la fiscalité des entreprises et des particuliers. Une simplification des contrats de travail , la fin des 35 h ,une administration
moins envahissante. Pour simplifier, qu'on lâche les baskets et qu'on laisse travailler les français tranquillement.
Réponse de le 08/03/2017 à 20:43 :
Bien entendu et surtout la stabilité juridique et fiscale !!! Par contre, au cas de MLP ou de Hamon...il ne faudra plus parler d'avenir...le programme, c'est le passé et la régression... Obscurantisme et xénophobie ne font pas bon ménage avec l'économie !!!!
a écrit le 08/03/2017 à 13:44 :
MARKIT : INDICES MOIS de FEVRIER :

COMPOSITE :
55,9 (54,1 en jan. 53,1 en déc. 51,4 en nov.)
Plus haut depuis 69 mois.

SERVICES :
56,4 (54,1 en jan. 52,9 en déc. 51,6 en nov.)
Plus haut depuis 66 mois (août 2011).

INDUSTRIE MANUFACTURIERE
52,2 (53,6 en jan. 53,5 en déc. 51,7 en nov.)
Baisse, avec néanmoins le mois précédent qui affichait son haut depuis 68 mois.

COMMERCE DE DETAIL
51,7 (53,1 en jan. 50,4 en déc.)
En janvier, le niveau était au plus haut depuis 5 ans et demi.
a écrit le 08/03/2017 à 12:10 :
Avec la suppression de la taxe d'habitation et 100 € de plus /mois sur le net a payer oui c'est possible :)) manque plus que la suppression de la redevance TV
Réponse de le 08/03/2017 à 14:05 :
Vous avez raison , reste la suppression de l'IR , de la CSG , de la TVA etc...
Je blague évidemment ; on peut rêver de temps en temps, pourtant,c'est ce que se disent les 47 % de contribuables qui ,ne sont jamais concernés par
une quelconque réduction fiscale.
Réponse de le 08/03/2017 à 16:42 :
Et surtout de l'ISF pour doper l'investissement.
a écrit le 08/03/2017 à 12:05 :
"Les principaux moteurs économiques de la France sont en marche" dixit Sapin...faut-il y voir un soutien implicite à Macron ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :