Macron - Le Pen : portrait-robot de l'électeur du second tour

 |   |  713  mots
Marine Le Pen a capté une grande majorité de l'électorat ouvrier.
Marine Le Pen a capté une grande majorité de l'électorat ouvrier. (Crédits : Reuters/Stephane Mahe)
Le vote des personnes âgées de plus de 65 ans et dotés de hauts revenus est nettement en faveur du candidat d'En Marche ! au second tour de la présidentielle, selon une enquête réalisée par l'institut de sondages BVA. Du côté du Front national, Marine Le Pen a réalisé ses meilleurs scores chez les 25-34 ans.

La sociologie des électeurs d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen révèlent des profils très contrastés. Sans surprise, les cadres ont préféré glissé dans l'urne le bulletin du candidat d'En Marche !. A l'inverse, les ouvriers ont voté pour Marine Le Pen. Retour sur le profil des électeurs selon l'âge, la catégorie socioprofessionnelle, les revenus ou la taille de la commune de résidence.

Macron plébiscité par les plus de 65 ans

D'après l'enquête menée par l'institut de sondages BVA réalisée le 7 mai dernier, Emmanuel Macron, qui s'est présenté comme "le candidat du renouveau", réalise ses meilleurs scores chez les Français âgés de 65 ans et plus (80%). A l'inverse, Marine Le Pen a séduit un électorat bien plus jeune puisqu'il elle a fait ses meilleurs résultats chez les 25-34 ans.

Dans un document de la fondation Jean Jaurès consacré au portrait-robot d'un électeur du Front national et publié en décembre 2016, Jérôme Fourquet directeur du département "Opinion et stratégie d'entreprise" à l'Ifop apporte quelques éléments d'explication à ce vote des jeunes en faveur du FN :

"Quand on se pose la question de savoir pourquoi des jeunes se mettent aujourd'hui à voter Front national, il faut comprendre que ce sont des personnes qui sont nées au milieu ou à la fin des années 1980, au moment où le FN a percé. Leurs parents étaient déjà en âge de voter à l'époque. Or on se rend compte que beaucoup de ces jeunes sont issus de familles elles-mêmes pas forcément adhérentes, mais en tout cas proches des idées frontistes. Il n'y a donc pas de phénomène de "génération spontanée"."

Les catégories sociales supérieures en faveur de Macron

Les catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) ont largement voté en faveur de l'ancien ministre de l'Economie (76%). Chez les cadres, le taux atteint même 79%. Au niveau des professions intermédiaires, Emmanuel Macron a convaincu 69% des interrogés, contre 31% pour Marine Le Pen. Enfin chez les CSP-, les résultats sont équivalents entre les finalistes du scrutin présidentiel. En revanche, l'étude détaillée des résultats indique que Marine Le Pen a fait son meilleur score chez les ouvriers (59%). Convaincre cette catégorie d'électeurs pourrait représenter un des plus grands défis d'Emmanuel Macron durant son quinquennat.

Macron bat des records chez les hauts revenus

Si les sondés dont le foyer gagne moins de 1.500 euros ont voté à 53% pour l'ancien secrétaire général à l'Elysée, cette tendance est encore plus forte chez ceux dont les revenus sont supérieurs à 3.500 euros. Au sein des électeurs du Front national, on observe un inversement du phénomène, comme l'illustre le graphique ci-dessous. Plus les foyers affichent de hauts revenus moins ils votent pour Marine Le Pen.

Le Pen au plus haut dans les zones rurales

L'examen de la géographie des votes montre que si l'on oppose souvent un vote des villes et un vote des campagnes, ce constat est loin d'être avéré au regard des résultats obtenus par l'institut de sondages. En effet, Emmanuel Macron a remporté la majorité des bulletins même dans les communes inférieures à 2.000 habitants (57% contre 43% pour Le Pen). En revanche, la conseillère régionale des Hauts-de-France réalise tout de même ses meilleurs scores dans les communes les moins peuplées. Enfin, le plus grand contraste concerne l'agglomération parisienne. L'ancien banquier d'affaires y a obtenu 78 % des voix contre 22% pour l'eurodéputée.

 >> Lire aussi Au premier tour, qui a voté pour Le Pen, qui a voté pour Macron ?

*Méthode : Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet le 7 mai 2017. Il est basé sur un échantillon de 2.877 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d'un échantillon représentatif de 3.002 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de l'individu, région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2017 à 11:06 :
Comme pour le brexit ou trump, le diplôme fait aussi la grosse différence. Comme celui ci protège également du chômage, plus que jamais éducation, éducation et encore éducation.
D'ailleurs la candidate FN a montré lors du débat l'importance d'être bien formée, car elle a été totalement ridicule.
Réponse de le 10/05/2017 à 11:38 :
et même niaise et bécassine !!
a écrit le 10/05/2017 à 8:46 :
Les retraités ont raison de voter Macron ???? enfin ,ou ils sont sourds et aveugles car dés septembre le gouvernement Macron va les taxer de 1,7% de plus de CSG !!donc toujours ca en moins sur leur retraite qui n a pas été augmentée depuis 5 ans !!il faut vraiment être maso !!!
a écrit le 10/05/2017 à 7:56 :
Les médias excellent à vouloir généraliser , nous sommes retraités,payant des impôts sur le revenu et nous n'avons pas voté pour Mr Macron ni Mme Le Pen ni le Mr Propre de la droite,pas plus que nos enfants encore étudiants ...Vouloir taxer les retraités dont les retraites n'ont pas été revalorisé depuis 4 ans, sous prétexte de solidarité avec les jeunes, leur imposer de payer une assurance chômage alors que nous ne sommes pas concernés ne peut qu'alimenter une espèce de racisme à l'égard des vieux qui seraient responsable de la situation économique et sociale du pays.La France est toujours la cinquième puissance économique du pays,les trente glorieuses se sont achevés en 1975 beaucoup de retraités ont aussi connu les plans de licenciement et la montée de la précarisation.Ils aident leurs enfants voir leurs petits enfants en fonction de leurs moyens nul besoin de les taxer encore un peu plus !
a écrit le 09/05/2017 à 20:52 :
Il ne faut pas oublier le vote Républicain et la valeur que l'on accorde aux libertés. Certainement que les plus âgés ont une culture de l'après guerre 39-45, question d’éducation et de vécu à travers les parents victimes du fascisme. Surtout qu'ils ont du tout reconstruire, avec l'aide également de travailleurs immigrés...
Sans parler des conflits qui ont suivi pendant plusieurs décennies et le contexte pesant de la guerre froide. De ce point de vue il est rassurant d'avoir un partisan de l'Union Européenne au pouvoir, puisque cela protège aussi les ex pays du bloc de l'est des volontés de reconquête de l’oligarque en place. Je n'irai pas jusqu'à affirmer que des malfaisants ont intérêt à détruire l'UE, mais on peut se demander à qui profite la zizanie que sème l’extrême droite.
Ce n'est même pas une question de communisme ou de capitalisme. Quoi que, à la chute du mur, c'est incroyable le nombre de gens que l'on a vu s'enfuir vers l'Est, comme le disait un humoriste.

En dehors des moyennes statistiques, ce que l'on peut constater "pratiquement" c'est qu'il y atout de même des départements ou des communes qui sont plus perméables au thèses extrémistes et au culte du chef tout puissant. Le comble du vote extrême droite étant atteint par les 25-34 ans dont les parents sont des immigrés, ou ont même été victimes de la guerre. Voir les scores dans le sud de la France.

Tout comme pour la montée du fascisme, il existe des explications qui ont déjà été analysées par des sociologues, anthropologues et psychanalystes. Voir le phénomène du Bouc Émissaire, que le FN sait très bien exploiter.

Bravo aux défenseurs de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité.
a écrit le 09/05/2017 à 19:57 :
Macron , c'est le candidat des diplômés , Le Pen, la candidate des ouvriers, des employés, bref des incultes en économie. C'est le message véhiculé par les médias , les politologues et autres spécialistes. Le problème avec la démocratie, c'est que tous les électeurs ont les mêmes droits. Cette sociologie , la France coupée en deux , celle des nantis , des digitalisés des connectés , du numérique avec en face d'elle , la machine à écrire , la TV abrutissante, le joueur de belote, etc...
Il n'y à pas si longtemps pourtant, des intellectuels n'auraient jamais voté pour un libéralisme Macronien, il existe des arguments pour refuser le mondialisme. Cette caricature artificielle imposée par une élite arrogante est lassante.
Réponse de le 09/05/2017 à 22:50 :
C'est quoi une machine à écrire ?
a écrit le 09/05/2017 à 18:55 :
"Le vote des personnes âgées de plus de 65 ans et dotés de hauts revenus est nettement en faveur du candidat d'En Marche !"

Une phrase adaptée au vote macron mais également au final à notre système électoral, on voit mal comment libérer notre pays de son carcan et du coup on voit mal comment la condition de la majorité des gens peut s'améliorer.

En Marche pour le cimetière.
Réponse de le 09/05/2017 à 19:24 :
@citoyen blasé: en effet, les gens, comme je dis toujours, votent en fonction de leur intérêt personnel. Ce n'est nullement une question d'âge, mais comme évidemment, on a normalement quelques économies en fin de vie, on vote pour ce qu'on pense être la protection de son épargne :-)
Réponse de le 09/05/2017 à 19:48 :
Et du coup nous évoluons dans un système où le "bonheur" de quelques uns fait le malheur de tous.

Principe qu'il serait temps de sérieusement remettre en cause étant donné que par définition cela finira mal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :