Bandeau Présidentielle

Présidentielle 2017  : Fillon concède des erreurs et Le Pen repasse en tête dans un sondage

 |   |  736  mots
François Fillon est désormais devancé par Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage.
François Fillon est désormais devancé par Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui : Fillon concède des erreurs sur la santé, baisse dans les sondages, et Macron étoffe son équipe de campagne.

Mea culpa. François Fillon avoue avoir fait des erreurs concernant ses propositions de réforme du modèle social français... qui ont pourtant participé à lui faire gagner la primaire de la droite ! « Cette affaire de Sécurité sociale...On n'a pas été bons, on n'a pas été clairs dans nos propositions », a-t-il reconnu sur RMC ce mercredi matin. Dans la foulée, lors d'une visite à l'hôpital Marie-Lannelongue au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), François Fillon a affirmé : « Non, à aucun moment, je n'ai voulu ou je ne voudrais privatiser l'Assurance-maladie. Non, je ne veux pas distinguer entre gros et petit risque. »

« Ce que nous avons écrit a été mal compris, je l'ai retiré. J'ai lancé un débat avec l'ensemble des responsables de la santé, comme les médecins. (...) Je referai des propositions avant la fin du mois de janvier ou au début du mois de février », a-t-il précisé. « Ce que je veux, c'est une meilleure répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale », a-t-il poursuivi.  L'ancien Premier ministre a ensuite assuré qu'il proposerait une « agence de régulation » des seules mutuelles, excluant de fait la sécurité sociale de ses prérogatives. Interrogé sur cette modification de son projet initial, François Fillon s'est timidement justifié: « Il y a des porte-paroles qui parlent un peu vite, on est en train de fusionner des équipes qui faisaient campagne pour des candidats différents. Il y a encore des réglages à faire, je le reconnais », a-t-il concédé.

Le Pen repasse devant Fillon au premier tour

François Fillon est, du reste, contraint de préciser sa position sur le sujet de la sécurité sociale, car il est de plus en plus en difficulté dans les sondages. Déjà, la semaine dernière, on avait pu constater que la dynamique Fillon s'essoufflait. Ce mercredi, un baromètre Ifop-Fiducial pour iTélé, Paris-Match et Sud Radio confirme que le recul de Fillon s'amplifie : le candidat des Républicains passe ainsi de 28% à 24% quand Marine Le Pen regagne 2 points à 26% et repasse donc en tête. « On peut y voir la fin prévisible de l'écho de la victoire de François Fillon à la primaire.  On peut aussi mettre en lien ce rééquilibrage à droite avec les attaques de ses adversaires sur son programme social », indiquait au Figaro Jérôme Fourquet, le directeur du département « Opinion & stratégies d'entreprise » de l'Ifop.

Surtout, François Fillon dévisse très nettement dans les milieux populaires où il passe de 19% à 11% soit une perte de 8 points. « Cet électorat, qui n'avait que très peu participé à la primaire, lui semble aujourd'hui très réfractaire », estime Jérome Fourquet. Problématique pour le candidat à la présidentielle, car ces catégories pèseront lourd lors de l'élection. A l'inverse les scores de Marine Le Pen chez les classes populaires restent très élevés : 49% chez les ouvriers et 35% auprès des employés.

Macron complète son équipe de campagne

Emmanuel Macron vient d'accueillir deux nouveaux membres dans son équipe de campagne, tous deux en fin de cycle dans leur vie professionnelle respective. D'abord Jean Pisani-Ferry, le Commissaire général de France Stratégie depuis mai 2013, un organisme rattaché à Matignon, va devenir le « responsable du programme et des idées » du mouvement d'Emmanuel Macron « En Marche ! ». Le mandat de Jean Pisani-Ferry avait pourtant été renouvelé pour un an en novembre, alors qu'il avait atteint la limite d'âge. Mais le changement d'exécutif à venir au printemps 2017 l'aurait de toute façon condamné à quitter rapidement son poste.

Par ailleurs, après 23 années passées aux Etats-Unis, la désormais ex-journaliste d'i-Télé Laurence Haim rejoint l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron en tant que porte-parole. Comme elle, près de la moitié des journalistes d'i-Télé ont démissionné à l'automne 2016, après une longue grève contre la nouvelle politique éditoriale de la direction de la chaîne. Alors qu'elle n'avait pu être retransmise en direct durant la fin de la campagne présidentielle outre-manche, Laurence Haim avait posté sur son compte twitter ce message de soutien à ses confrères : « Voilà. C'est le dernier meeting de cette campagne 2016, il est plus d'1h30, on est avec Donald Trump dans le Michigan, et j'avais envie de vous faire cette image, ma dernière campagne, mon dernier meeting, pour vous, i-Télé. Vive le journalisme. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2017 à 14:35 :
"Alors qu'elle n'avait pu être retransmise en direct durant la fin de la campagne présidentielle OUTRE-MANCHE, Laurence Haim avait posté sur son compte twitter... on est avec Donald Trump dans le Michigan"

Le Michigan serait donc en Grande Bretagne donc Donald Trump doit être reine d'Angleterre... effectivement vive le (grand) journalisme
a écrit le 17/01/2017 à 13:04 :
Emmanuel Macron complète son équipe de campagne avec Jean Pisani-Ferry (sic), oui! Oui! vous avez bien lu !!! L'homme qui avec "France Stratégie" plaide pour la fin de l'héritage Parents-Enfants
a écrit le 17/01/2017 à 8:49 :
Peut-on faire confiance à un sondage Ifop commandé par Fiducial dont le PDG Christian Latouche est un fervent supporter de Marine Le Pen. On sait que les sondages influencent les votes d'une manière systématique, ce serait bien de les supprimer carrément !
a écrit le 14/01/2017 à 16:14 :
M.FILLON!!!!
A bien regarder les transferts et prises de position,qui chaque jour croissent en faveur de M.Macron,le sieur Fillon ,va devoir recadrer ses éléments de langage,car en dessous de 25%,il ne sera pas présent au 2eme tour.
Apres tout,M.Fillon devrait,s-il était en secteur privé,être à la retraite.
Bienvenu la jeunesse,avec sa fougue,et sa vigueur.
Réponse de le 14/01/2017 à 20:02 :
Que racontez vous, si il fait 25% il sera premier... N'oubliez pas le nombre grandissant de votes blanc/nul et même les non votants...
a écrit le 14/01/2017 à 16:13 :
M.FILLON!!!!
A bien regarder les transferts et prises de position,qui chaque jour croissent en faveur de M.Macron,le sieur Fillon ,va devoir recadrer ses éléments de langage,car en dessous de 25%,il ne sera pas présent au 2eme tour.
Apres tout,M.Fillon devrait,s-il était en secteur privé,être à la retraite.
Bienvenu la jeunesse,avec sa fougue,et sa vigueur.
a écrit le 12/01/2017 à 10:29 :
Un nouveau capitaine de pédalo se profile à l'horizon, décidément ce pays est voué à la ruine..! Comme les autres, Fillon navigue à vue, 1 pas en avant 2 pas en arrière. Lors de son dernier meeting à Nice, il est revenu sur le contrôle de l'immigration mais ne parle jamais du regroupement familial et du doit du sol qui en sont les principaux vecteurs. De plus, il risque de s'acoquiner avec un autre louvoyeur professionnel (Bayrou) ce qui ferait un duo de bras cassés qui nous coulerait encore plus vite. Vraiment, l'avenir de ce pays s'annonce radieux.......!
Réponse de le 12/01/2017 à 15:42 :
"mais ne parle jamais du regroupement familial "

Normal, cela vient de son camp et du patronat :

Décret du 29 avril 1976
Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d'Estaing, son premier ministre Jacques Chirac et le ministre du Travail Michel Durafour. Il est également soutenu par un certain nombre de chefs d'entreprises français qui souhaitent comme Francis Bouygues, dont le personnel est constitué alors de 80 % d'immigrés
a écrit le 12/01/2017 à 9:54 :
La Tribune va vraiment faire un article à chaque fois qu'un sondage sort ? A la limite, les sondages n'ont de sens que deux semaines avant l'élection
a écrit le 11/01/2017 à 19:50 :
Les français ont parfaitement compris que Fillon compte augmenter la part de la prise en charge des dépenses de santé par le privé, d'ailleurs il le dit lui même.
Évidemment, ça a de quoi inquiéter la classe ouvrière, la classe moyenne et surtout les retraités.
a écrit le 11/01/2017 à 18:28 :
... Hollande a été "bashé" pendant 4 ans 1/2... A voir la bande de "branquignols" qui briguent le poste de Président (de l'extrême droite à l'extrême gauche), Hollande finira par être reconnu comme un bon (grand faut pas exagérer non plus) Président.
En Mars, il se représente, il est élu haut la main!!! Les Français, des veaux? Pire????
a écrit le 11/01/2017 à 18:11 :
Pour la première fois sur la scène politique française, une vidéo de 35 minutes montre de façon irréfutable et très argumentée que la seule et unique version qui n’est JAMAIS proposée par le FN, c’est justement la seule et unique version que propose l’UPR continuellement depuis sa création : à savoir la sortie unilatérale de l’Union européenne et de l’euro. Et cela de façon juridique et sereine, par la mise en œuvre de l’article 50 du traité de l’Union européenne (TUE).. Pourquoi devons-nous donc considérer le FN comme le SYRIZA français ...?
Pour cette seule raison de programme inapproprié et mensonger.

https://www.youtube.com/watch?v=LwvnNJO6RBo
a écrit le 11/01/2017 à 17:47 :
Bas les masques ...Malgré la bienveillance de plusieurs média et leur mutisme sur sa petite entreprise, voire sa modeste maison, ou encore ses liens de fidèle amitié avec M.Poutine, place aux réjouissances promises par le programme, désormais à moitié assumées par M. Fillon : aux dernières nouvelles, l'intéressé promettrait des hausses du salaire direct (NDLR pour une durée de travail désormais fixée à 39 heures) financées par la réduction des charges sociales des salariés, elle-même contrebalancée par des assurances privées pour le risque de maladie ; la hausse de la TVA de 3,5 points, voire la privatisation des services publiques, gages de progrès social et de baisse des prix, comme l'ont démontré naguère celles de France Télécom et d'EDF...Voici l'ancien Iznogoud du quinquennat Sarkozy mué en Perlin Pinpin.
a écrit le 11/01/2017 à 17:39 :
" Déjà, la semaine dernière, on avait pu constater que la dynamique Fillon s'essoufflait"

Pourtant il avait prit son meilleur cheval c'est étonnant... Merci pour cette note d'humour étant donné que sa campagne n'a commencé en fait que la semaine dernière.

Mais bon faut lire les fillonistes ici et on comprend vite pourquoi il n'a aucune chance...
a écrit le 11/01/2017 à 17:37 :
Macron qui nomme un monsieur en fin de carrière et ayant atteint la limite d'âge au poste de responsable du programme et des idées. Cela sent le jeune. Bonjour les idées (retour au Minitel et au bicycle).

En marche vers le Passé
a écrit le 11/01/2017 à 17:33 :
Que c'est dommage pour les Pays concernés que cette attirance envers les pétomanes d'extrême droite!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :