Bandeau Présidentielle

Présidentielle 2017  : Valls accuse les frondeurs sur le 49.3 et recadre les fillonistes

 |   |  687  mots
Manuel Valls était l'invité de « L'Emission politique » sur France 2 jeudi soir.
Manuel Valls était l'invité de « L'Emission politique » sur France 2 jeudi soir. (Crédits : FranceTVPluzz)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui: Valls se justifie sur le 49.3 et Mélenchon qui questionne l'utilité d'un candidat PS à la présidentielle.

Jeudi soir, le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls était l'invité de « L'Emission politique » sur France 2. Il y a justifié son revirement sur la question du 49.3, qu'il souhaite désormais supprimer, alors qu'il l'a utilisé à deux reprises en tant que Premier ministre pour faire adopter, sans vote du parlement, la loi Travail et la loi Macron. Sur France 2, il a, du reste, affirmé qu'on lui avait «imposé le 49.3 ». Il rejette en en effet la responsabilité de ce passage en force sur la cinquantaine de député PS « frondeurs » qui refusaient de voter les textes concernés en l'état. « J'ai obtenu l'accord de la très grande majorité des parlementaires socialistes (...), l'accord des syndicats réformistes comme la CFDT et la CFTC mais je n'ai pas trouvé le soutien d'une cinquantaine de députés socialistes », a avancé Manuel Valls. Une manière assez baroque de se dédouaner de l'utilisation du très impopulaire article constitutionnel.

Valls, le Virenque de la politique ?

Sans surprise, le revirement de Manuel Valls a provoqué de vives réactions du côté de l'opposition. Le secrétaire général adjoint des Républicains Gérard Darmanin a notamment défini Manuel Valls comme « le Richard Virenque de la politique ». « Il a tout fait à l'insu de son plein gré », a-t-il ironisé.

Jeudi soir, Manuel Valls s'est en revanche retrouvé plus à son avantage lorsqu'il a débattu avec le député LR des Hauts-de-Seine Thierry Solère sur le programme de François Fillon. Face à l'organisateur de la primaire de la droite, Manuel Valls a ainsi pu fustiger les propositions de réformes du modèle social français du candidat LR : « Le projet de François Fillon, c'est de mettre plus d'inégalités. C'est une question importante qui porte sur notre modèle républicain, sur notre modèle social. Quand on veut mettre en cause la Sécurité sociale, on veut mettre en cause un des fondements de notre société, on a deux visions très différentes de la société », a expliqué l'ancien Premier ministre, beaucoup plus à l'aise que sur le sujet du 49.3.

Mélenchon questionne la candidature PS

Dans le Monde de jeudi, le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a de son côté questionné l'utilité d'une candidature du parti socialiste à l'élection présidentielle. «  A quoi bon un candidat du Parti socialiste ? », s'interroge-t-il. « Jusqu'à présent, l'ultime justification du candidat socialiste, c'était d'être en tête dans les sondages. Il se présentait alors comme le vote utile ». Mais, « actuellement, le PS est en troisième position derrière Emmanuel Macron et moi-même. Dans ces conditions, sans projet et sans avantage électoral, à quoi bon un candidat du PS ? En réalité, le vrai choix des électeurs du PS, c'est de trancher entre l'orientation gouvernementale amplifiée, telle que la porte Emmanuel Macron, et la tradition de l'humanisme émancipateur de la famille culturelle que j'incarne.» Par ailleurs, toujours selon Jean-Luc Mélenchon, « la légitimité de la candidature PS, c'était celle du président sortant qui, faisant valoir son bilan, aurait proposé de le corriger ou de l'amplifier. Faute de bilan, il aurait pu y avoir comme alternative un projet ou un programme du PS.  Mais lui-même a renoncé à en avoir un », a-t-il déploré.

Pinel présente son programme

L'ancienne ministre du Logement Sylvia Pinel a quant à elle présenté son programme pour la primaire de la gauche. Si elle assume être très proche de la ligne défendue par Manuel Valls, la présidente du parti radical de gauche (PRG) a tout de même souhaité se présenter à la primaire qui se déroulera les 22 et 29 janvier. Elle est pour l'instant créditée de 2 % des intentions de vote selon un sondage. Parmi ces propositions phares : la suppression le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), la baisse de l'impôt sur les sociétés à 20%, la légalisation du cannabis, l'école obligatoire à partir de 3 ans, et le droit de vote aux étrangers pour les élections locales et nationales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2017 à 8:27 :
Un domaine parfaitement maitrisé par Valls : la tartufferie !
Par contre un domaine parfaitement ignoré : le courage ..... c'est pas moi m'sieur c'est lou-is !!!
a écrit le 07/01/2017 à 7:56 :
la lachetè du personnage incapables d'assumer
sa responsabilités
se sont bien ses paroles taigneuses que les Français ont entendu
retransmis depuis le tribune de l'assemble
et non celle d'un responsable pour defendre les acquis des Français
mais biencelle d'un lache a la botte de la finance
et la question est devant une telle depandance qui gouverne le pays
des incapables ou les banquiers
a écrit le 06/01/2017 à 23:05 :
Valls, il sait pas se qu'il dit, normal car c'est pas de sa faute.
a écrit le 06/01/2017 à 20:55 :
Petite suggestion pour M. VALLS : aligner les régimes fiscal et de protection sociale des parlementaires sur ceux des cadres supérieurs qui supportent l'essentiel de l'impôt sur le revenus et des cotisations sociales.
a écrit le 06/01/2017 à 17:29 :
le résultat est confirmé lors du débat télévisé. rejet !....avec la journaliste Salamé...
a écrit le 06/01/2017 à 17:25 :
Utiliser le 49.3 pour une loi que personne ne désirait sauf la Commission de Bruxelles donne a Valls un motif pour dire de vouloir la supprimer! Bien qu'elle permette de passer des lois outre les élus du peuple! Chose que cet "UE" lui interdira de faire!
a écrit le 06/01/2017 à 14:23 :
Je crois qu'il faudra investir 1 euro dans 3 semaines pour éliminer le pire des super menteur de gauche et le champion du monde du retournement de veste
Réponse de le 14/01/2017 à 19:09 :
Vu les sept prétendants, pas la peine de dépenser le moindre sous, si DSK était là je dis pas mais là quelque soit le finaliste il n'accèdera jamais au second tour de la présidentielle...
a écrit le 06/01/2017 à 14:06 :
Pour résumer : le quinquennat désastreux c'est pas sa faute, et d'ailleurs Valls nous le dit droit dans ses bottes : c'est lui le gentil Père Noël qui va distribuer les cadeaux en 2017, et c'est Fillon le méchant qui va casser "notre modèle social" et créer des dizaines (centaines ?) de millions de chômeurs en France. Si après ça vous savez toujours pas pour qui il faut aller voter...
Réponse de le 14/01/2017 à 19:11 :
Il parait que si Valls devient président, il fera une lui pour que tous les citoyens puissent emprunter l'avion présidentiel gratuitement pour aller voir un match de foot en Allemagne...
a écrit le 06/01/2017 à 13:49 :
Les blasblas de Valls sont des propos imbéciles
a écrit le 06/01/2017 à 13:15 :
Valls a tord de critiquer le programme de Fillon. Il est impératif dans un pays comme le notre ,surendetté de réformer notre système de protection sociale et de santé. La SS ne rembourse pratiquement plus les soins dentaires ni d'optiques quoi de scandaleux à revoir le système et utiliser d'avantage les mutuelles. Fillon a bien précisé que les personnes percevant des petits revenus auraient un meilleur remboursement. Les socialistes devraient faire de la pédagogie et expliquer la situation plutôt que de faire de la démagogie
pour pouvoir gagner les élections.
a écrit le 06/01/2017 à 13:09 :
Politicien ou l'art de dire que c'est la faute de l'autre...
a écrit le 06/01/2017 à 13:09 :
Valls n'a jamais utilisé le 49.3 d'ailleurs Valls n'a jamais fait partie du gouvernement ! C'est comme sarkozy qui affirmait ne jamais avoir été mis en examen et aucun journalistes pour leur mettre leurs contradictions, même si ce ne sont plus des contradictions mais des mensonges, sous le nez.

A médias soumis et incultes politiciens incompétents et corrompus.

Mauvaise foi, mensonge, hypocrisie, nous sommes bien en pleine campagne présidentielle. Misère...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :