Allemagne : un budget fédéral de relance ? Pas vraiment...

 |   |  1077  mots
Wolfgang Schäuble est-il devenu keynésien ?
Wolfgang Schäuble est-il devenu keynésien ? (Crédits : reuters.com)
Wolfgang Schäuble a présenté le plan budgétaire de l'Etat fédéral allemand pour les cinq prochaines années. La hausse des dépenses de 31 milliards d'euros font penser à certains qu'il s'agit d'une relance. Qu'en est-il en réalité ?

Le projet allemand de plan budgétaire pour 2016-2020 a été présenté mercredi 23 mars par le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble. Ce projet a été salué par une grande partie de la presse française comme un exploit : un budget de relance sans déficit. En effet, le ministère fédéral des Finances a annoncé le maintien du « Schwarze Null » (« le « zéro noir », terme allemand pour désigner l'équilibre budgétaire) du budget de l'Etat fédéral. L'augmentation des dépenses prévue, de 30,9 milliards d'euros sur cinq ans étant couverte par la même augmentation des recettes.

Une croissance très réduite des dépenses

Y a-t-il donc une conversion de Wolfgang Schäuble au keynésianisme comme le laisse entendre les critiques de la presse conservatrice allemande qui déplore l'abandon de l'idée de l'excédent budgétaire ? Certes, la hausse des dépenses est nettement plus rapide sur 2016-2020 et que sur 2011-2016 où elle était de 20,7 milliards d'euros. Mais ces deux chiffres sont-ils comparables ? Sur la période précédente, la croissance s'est fortement ralentie entre 2012 et 2014 et le budget fédéral était en déficit en 2011, il est maintenant à l'équilibre. Ces éléments étant établis, la hausse prévue des dépenses publiques semble faible.

De plus, si la croissance des dépenses publiques allemandes peut paraître immense en termes absolus, elle est extrêmement faible en termes relatifs. Ces 30,9 milliards d'euros supplémentaires ne représentent en effet en moyenne sur cinq ans qu'une hausse de 6,18 milliards d'euros par an, soit 0,2 % du PIB actuel de l'Allemagne. Si c'est un plan de relance, il est microscopique et clairement inutile.

Pas de logique de relance

En réalité, il n'y a de la part de Wolfgang Schäuble aucune volonté de relance de l'économie par la politique budgétaire. Il n'existe aucun « plan » qui chercherait à dynamiser certains secteurs de l'économie. La hausse des investissements publics demeurera très limitée avec une progression de 2,1 milliards d'euros sur 2017, soit une impulsion de 0,07 % du PIB. Un « effort » qui est clairement insuffisant et ne prend clairement pas la mesure des enjeux outre-Rhin, alors même que les milieux économiques commencent à s'inquiéter de la dégradation des infrastructures du pays et qu'une étude récente a mis en évidence le vieillissement des ponts autoroutiers.

La seule « relance » que l'on pourrait identifier serait l'abandon de l'idée de dégager un excédent budgétaire sur les prochaines années. C'est ce dont la presse conservatrice allemande s'émeut ce jeudi en accusant à bas mot Wolfgang Schäuble de laxisme. Mais en réalité, la politique budgétaire allemande est clairement encore restrictive. La logique reste de faire dépendre la croissance des dépenses de celle des recettes et, donc, de ne pas agir sur la croissance des recettes par les dépenses, logique keynésienne à laquelle Wolfgang Schäuble ne croit pas.

La forte hausse des dépenses remise à plus tard

On remarquera ainsi que, sur les exercices 2017 et 2018, la croissance cumulée des dépenses de l'Etat fédéral est inférieure à 10 milliards d'euros, à 9,4 milliards d'euros, avec une quasi stabilité sur 2018. L'effet immédiat sera donc minime et l'essentiel des hausses de dépenses porte sur les années suivantes, en particulier sur 2019, et sont donc soumis à une forte incertitude. Comment être sûr des rentrées fiscales de 2019 ? La « relance » allemande pourrait donc être tout aussi chimérique que les baisses d'impôts de 50 milliards d'euros décidées en octobre 2009 par Angela Merkel, saluée alors par toute la presse européenne et abandonnées en mai 2010.

Un budget en deçà des capacités de l'Allemagne

Au reste, l'Allemagne joue ici budgétairement clairement et consciemment en deçà de ses capacités. La règle d'or budgétaire (ou « frein à l'endettement ») inscrit dans la constitution en 2009 offre encore à l'Etat fédéral la possibilité d'inscrire un déficit structurel de 0,35 % du PIB, près d'une fois et demi plus que la moyenne annuelle de la croissance des dépenses proposées par Wolfgang Schäuble. Quant aux Länder, ils devront atteindre l'équilibre en 2020. Or, ils dégagent déjà des excédents budgétaires cumulés, de près de 2,3 milliards d'euros pour 2015. Malgré la crise des réfugiés, les Länder sont donc restés en deçà de leurs possibilités budgétaires. Ces deux éléments prouvent le biais restrictif de la politique budgétaire allemande.

Un budget qui ignore les défis de la zone euro

Une chose est certaine : ce projet de budget est incapable de résoudre les grands problèmes de la zone euro. L'impulsion est insuffisante pour permettre de créer un effet d'entraînement de la demande dans les pays partenaires de l'Allemagne et des déboucher au stimulus purement monétaire de la BCE. Le maintien de l'équilibre budgétaire empêche en réalité toute réelle politique de relance et l'observation des simples courbes en valeur nominale des dépenses de l'Etat fédéral allemand ne permet pas de conclure à la « relance. »

En fait, ce budget fédéral allemand ignore entièrement le besoin de l'économie de la zone euro de relancer l'inflation, ainsi que le débat actuel sur l'inefficacité des mesures de la BCE. L'Etat fédéral allemand prend, mais ne rend pas. Wolfgang Schäuble est fort heureux de profiter de l'action de la BCE sur les taux : en 2017, le coût de la dette pour le budget fédéral reculera de 20 %, soit 5,1 milliards d'euros, ce qui financera plus de la moitié des hausses de dépenses prévues. Mais Berlin n'entend pas utiliser cette opportunité pour apporter son soutien à l'action de la BCE par un stimulus budgétaire.

C'est que le budget fédéral allemand demeure concentré sur un objectif purement allemand : la baisse de l'endettement. Il n'y a aucun gramme dans ce budget de cette solidarité européenne par ailleurs réclamée par l'Allemagne. C'est l'illustration de la logique économique dominante dans la zone euro : l'intérêt général de cette union monétaire n'est pas prioritaire et l'on continue de feindre que les questions de l'endettement et de la croissance relèvent de la seule responsabilité des Etats et non d'une politique commune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2016 à 20:32 :
Ce qui m etonne dans les commentaires c'est la persistance du clivage Droite Gauche !!
Il y a surtout la classe politique et la Finance , plus connues sous le vocable "Les Elites" ??
Il y a eu quelques gouvernement de droite depuis quelque temps , Chirac et Sarkosy.
Je ne vois guere de difference , par exemple , de traitement des classes moyennes par les uns et les autres.L'elite politique se prepare à nous infliger des promesses
(qui n engageront que ceux qui les ecouterons).Nous verrons encore les memes car ils veulent le pouvoir et se moquent éperdument des citoyens.
Il serait temps de reflechir.
a écrit le 28/03/2016 à 17:21 :
On parle d’une croissance et d’emplois, les classes moyennes seraient sous pression, y aura-t-il une évolution en Europe afin d’établir une saine croissance et le plein-emploi ? Par exemple, chez Eurostat on aurait un pib par habitant en constant ppa 2010, 2014 sous le niveau de 2007, n’est-ce pas bizarre, ne devrait-on demander en réseau diplômé les raisons alors qu’il aurait de nombreux diplômés chômeurs ? Pour la croissance a-t-on analysé la FBCF publiée à l’OCDE ? Par exemple n’est-ce pas étrange si dans la presse Mr Junker parle d’une crise qui perdure ? Selon ces données, pour 95-00 puis 00-07, on aurait pour l’OCDE 2,73 puis 1,83, pour 2010-2014, on aurait pour la France 0,31, 1 pour l’OCDE, 1,20 aux USA, la ZE 19 donnerait 0,13 et l’UE 28 aurait 0,50. S’il existe des mouvements protestataires CONTRE L’EURO ne devrait-on en réalité proposer de saines réformes pour une meilleure performance ? Avons-nous un problème de compétence si des experts seraient démis pour une promotion ambitieuse qualifiée de génération précaire. Ne devrait-on citoyens de l’UE nous poser la question de la performance, de la sécurisation des parcours et des emplois qui seraient rendus impossibles ? Révolutionnera-t-on l’Europe pour cause de chômage ou d’inéquité si on parle de classes moyennes qui seraient sous pression ?

Dans productivité : http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=DECOMP&Lang=fr

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://philippewaechter.files.wordpress.com/2013/08/ze-us-comp-pib-3.png&imgrefurl=http://philippewaechter.nam.natixis.com/2013/08/19/etats-unis-zone-euro-la-dynamique-de-lactivite-est-elle-comparable/&h=506&w=902&tbnid=S_wKNLFH268qIM:&docid=fbNgNDOYZMVL2M&ei=iyP5Vs6cHaavygOcrYDwCQ&tbm=isch
a écrit le 26/03/2016 à 8:43 :
M. Godin a oublié de mentionner que le nouveau plan d investissement pour l infrastructure des voies de transport prévoit 260 milliards d euro pour les prochaines 10 années. Mis à part ce "détail" je ne vois pas dans quelle mesure un politique d endettement de l Allemagne aurait des conséquences positives pour l economie en France.
La bonne santé de l economie, le chomage faible permet à cet gouvernement d´augmenter les retraites de 4,5 % a l Ouest et de 6 % a l est à partir de Juillet 2016.
Ca aussi il faut le dire car cette augmentation succinte ne fera que renforcer le dynamisme de la consommation intérieure !!
a écrit le 25/03/2016 à 8:46 :
M Godin : prenez votre voiture et allez faire un tour en Allemagne : les travaux sur les autoroutes sont gigantesques : les ponts son refaits sur nombre d'autoroutes : alors pour les dépenses l'Allemagne est très dynamique : vous pouvez en revanche regretter que rares sont les entreprises françaises qui y participe ! pourquoi : je l'ignore. Ensuite concernant l'économie allemande : si l'économie française veut arriver au niveau de l'économie allemande il lui faudra faire 40 % de croissance : si un pays est en pleine activité, un taux de croissance de 0.2 par an c'est énorme. Si la France, dont l'économie est dans un état de décomposition avancée (on parle aujourd'hui de 3000 entreprise qui font le pays), fait 1.5 % c'est totalement insuffisant non seulement pour créer de l'activité mais aussi pour créer de l'emploi.
M Godin, je reflechis sur l'origine de l'effondrement de la France : la seule explication c'est la "médiocrité" des formations car des taxes les allemands en paient énormément , des fonctionnaires, l'Allemagne en a trop et leur normes sont souvent pires qu'en France : ALORS QUE SE PASSE T IL ??????????????????????????
Je lis avec intérêt vos articles : vous êtes de gauche mais cela ne me gêne pas car il va falloir trouver une solution violente à ce pays !!! il n'est pas sûr que la droite est raison et quand l'extrême gauche se plaint des faibles salaires : il serait interessant d'en connaitre les raisons : ne serait-ce pas la grande médiocrité des formations qui est en cause ???
a écrit le 24/03/2016 à 23:22 :
Quand l'Allemagne elle-même fut frappé par un chômage fort il y a à peine plus d'une décennie, ce n'est pas une solidarité européenne qui lui aurait permis d'en sortir, mais sa force de réaliser des réformes.
a écrit le 24/03/2016 à 20:11 :
Sur la photo, le visage de Monsieur Schaüble reflète très bien l'avenir de l'Europe, sous la férule germanique ...
a écrit le 24/03/2016 à 19:58 :
Toujours cette vieille croyance sans le moindre début de preuve que la dépense publique à tout crin serait le seul moyen de créer de la croissance ; si c'était le cas la France serait la première puissance économique mondiale... or nous sommes maintenant nettement devancés par le Royaume-Uni qui fait exactement l'inverse...
a écrit le 24/03/2016 à 19:28 :
Quelle conclusion : l'on continue de feindre que les questions de l'endettement et de la croissance relèvent de la seule responsabilité des Etats et non d'une politique commune.

Ben non ?
a écrit le 24/03/2016 à 17:18 :
Les Allemands ne font pas comme Mitterrand en 1981, qui avait engagé un gigantesque plan de relance. Résultat, comme les autres pays étaient en faible croissance, le déficit
commercial français est devenu abyssale. Il s'en est fallu de peu que nous soyons géré
par le FMI. Les pauvres français qui avaient voté à gauche ont ensuite eu un plan de rigueur et la désindexation des salaires sur l'inflation. Hollande de son coté , gonfle la dette
pour payer les fonctionnaires et les emplois aidés. Les classes moyennes peuvent attendre
encore longtemps la baisse des impôts.
Réponse de le 24/03/2016 à 18:17 :
Avec toutes les promesses faites par Hollande ces dernier temps (agriculteurs, fonctionnaires, garantie jeunes, pérennisation du CICE, etc) et qui s'appliqueront principalement en ou après 2017, soit après son départ, le contribuable va subir encore durant des années les effets de sa politique inique... Peu importe la couleur du prochain vote, ces mesures vont atteindre le pouvoir d'achat de tous les salariés ou retraités, même si parmi nous les fonctionnaires auront droit à une petite revalorisation de la valeur du point (pour qu'ils revotent de gauche, s'entend...). Les années à venir vous être tant politiquement qu'économiquement douloureuses

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :