Banque d'Angleterre : une hausse de taux envisagée "dans les prochains mois"

 |   |  565  mots
La vieille dame de Threadneedle Street, surnom donné à la Banque d'Angleterre dont le siège est situé dans la rue Threadneedle à Londres.
"La vieille dame de Threadneedle Street", surnom donné à la Banque d'Angleterre dont le siège est situé dans la rue Threadneedle à Londres. (Crédits : Reuters/Hannah Mckay.)
L'institution monétaire a maintenu ses taux inchangés, mais l'accélération de l'inflation la pousse à prévoir un durcissement de sa politique monétaire.

Article publié le 14/09/2017 à 13h25, mis à jour à 15h05

Les responsables de la Banque d'Angleterre (BoE) ont estimé jeudi qu'une première hausse des taux d'intérêt depuis plus de dix ans serait probablement nécessaire "dans les prochains mois" si l'économie continue de croître et que les pressions inflationnistes continuent de se développer.

Les membres du Comité de politique monétaire (MPC) ont voté par 7 contre 2 pour un maintien du taux d'intervention à un creux de 0,25% comme prévu, mais ils ont fait savoir que leur patience à l'égard d'une inflation supérieure à l'objectif fixé par la banque centrale atteignait ses limites et que tous pensaient que les taux pourraient augmenter plus rapidement que ne l'escomptaient les marchés financiers.

La livre a brièvement reculé après l'annonce, mais elle s'est rapidement orientée à la hausse quand les marchés ont digéré le communiqué de la banque centrale, notamment la perspective d'une prochaine hausse des taux. La monnaie britannique a gagné 1% face au billet vert, contre lequel elle a atteint son plus haut niveau depuis un an à 1,3339 dollar, et elle a pris près de 0,9% face au l'euro, autour de 89,20 pence 30 minutes après le communiqué de la BoE.

L'accélération de l'inflation appelle à un durcissement de la politique monétaire

Selon "certains membres" du CPM, l'accélération de l'inflation au Royaume-Uni en août à 2,9% a "renforcé les arguments en faveur d'un resserrement immédiat de la politique monétaire". La banque centrale a d'ailleurs relevé ses prévisions et s'attend à ce que l'inflation dépasse 3% en octobre, alors que le niveau cible de la BoE est de 2%.

Cette situation s'explique par la dépréciation de la livre britannique depuis le référendum sur le Brexit de juin 2016 qui a fait flamber les prix à l'importation, ainsi que la récente remontée des cours du pétrole, a détaillé l'institution. Cette dernière s'interroge sur la capacité de l'économie britannique à croître à moyen terme sans générer encore plus d'inflation.

Par conséquent, tous les membres du CPM "continuent à penser que, si l'économie poursuit sa trajectoire globalement conforme aux prévisions du rapport trimestriel sur l'inflation (publié le mois dernier, ndlr), le resserrement de la politique monétaire pourrait être plus marqué" sur les trois ans à venir que ne l'attend le marché, ont rappelé les minutes.

Le Brexit continue de faire peser des "risques considérables"

Enfin, la banque centrale a de nouveau mis en garde contre les effets de la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne (UE). "Des risques considérables continuent de peser sur les perspectives" de l'économie britannique, notamment la réaction des ménages, des entreprises et des marchés financiers aux développements en lien avec le processus de sortie de l'UE.

La BoE a une nouvelle fois prévenu que "la politique monétaire ne peut pas empêcher ni les ajustements nécessaires" liés aux nouvelles relations commerciales du Royaume-Uni, "ni la croissance des salaires plus faible" qui devrait les accompagner. Malgré une évolution meilleure que prévu (+2,1% sur la période mai-juillet), la faible croissance des salaires est un casse-tête pour la BoE car elle continue d'être inférieure à l'inflation, mettant à mal la consommation des ménages qui est l'un des principaux moteurs de l'économie.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2017 à 22:35 :
L'endettement des anglais est plus de deux fois supérieur a celui des français. Autant dire que la hausse des taux d’intérêts est une très mauvaise nouvelle pour la GB.
a écrit le 14/09/2017 à 16:49 :
En France l'inflation peut revenir au galop d'un cheval, notre gouvernement sans moque. Il a bloqué le taux du livret A. De belles économies sur le dos des français qui ne sont pourtant pas les plus aisés en possédant un livret A. Avec ce gouvernement Liberté - Egalité - Fraternité, connais pas.
Réponse de le 14/09/2017 à 17:20 :
et travail famille patrie non plus d'ailleurs puisque pour la rente et donc les gens qui gagnent beaucoup d'argent à rien faire, question famille heu notre président en est l'antithèse et la patrie ben c'est pas la peine puisque selon lui nous devons abandonner totalement notre souveraineté à cette UE du fric.

En tout cas au moins une vérité il n'est ni de droite ni de gauche c'est une certitude, il est à gages.
a écrit le 14/09/2017 à 13:38 :
Oh ben ça alors, ils sont sortis de l'UE et déjà ils sont pas loin de pouvoir augmenter leur taux d'intérêt eux ! Ah mais c'est vrai tout les prophètes néolibéraux qui il y a un an voyaient le pays s'effondrer vont nous dire qu'ils ne sont pas encore sortis de l'UE mais qu'après, promis ce sera la fin du monde de l’Angleterre !

Déjà, n'ayant plus à avoir à obéir au dogme néolibérale européen ils augmentent les salaires...

"si l'économie continue de croitre et que les pressions inflationnistes continuent de se développer"

Ben ça alors, le RU va plutôt même très bien ! Bref encore une prophétie néolibérale qui ne s'est pas réalisée, j'aimerais bien d'ailleurs que les deux trois prêtres néolibéraux qui viennent commenter ici me donnent un exemple de quand ils ne se sont pas trompés ces 20 dernières années, je suis large comme vous voyez je laisse du temps.

Et surtout j'aimerais bien savoir, mais là je triche je le sais déjà, comment on peut laisser ces incompétents envahir nos médias de masse et les laisser continuer de nous abreuver de salades sans permettre à des indépendants de s'exprimer et de s'opposer à ce bourrage de crâne aliénant et permanent néolibéral.

"A Bruxelles, les lobbyistes sont « les garants de la démocratie »" https://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/RUFFIN/19200
Réponse de le 14/09/2017 à 21:01 :
Ca fait de nombreux mois que l inflation progresse beaucoup plus vite que les salaires. Pourtant avec un taux de chômage historiquement bas, mais avec une productivité indigne, plein de petits boulots quoi.

Ils sont passés de la plus forte croissance du G7 à la dernière. Ils surperformaient la zone euro, on fait 2 fois mieux qu'eux quasiment...Ca doit être génial la décroissance pour vous, alors...

Au fait c'est parce qu ils importent massivement et que la Livre a pris un gros hit qu'ils ont de l'inflation. Faible croissance+inflation, je ne veux pas vous encombrer avec de la science, mais on appelle cela la stagflation. Situation pas terrible du tout dans la théorie keynésienne...

Vous laisse imaginer avec leur deficit public et leur dette, ce qui va se passer avec une hausse des taux...allez je vous aide encore plus d'austérité. Au passage, n'allez pas voir les cv des membres du gouvernement, vous risqueriez la syncope, parce qu'en néolibéralisme pas sure qu'on trouve plus rude sur le continent.

Ceci étant dit je vous souhaite le meilleur dans votre monde alternatif.
Réponse de le 15/09/2017 à 0:18 :
Juste pour dire que quand l'état augmente les salaires moins vite que l'inflation, cela revient à une mesure d'austérité déguisée. De plus, on ne peut pas dire que vote du brexit a été fait contre le néo-libéralisme de bruxelles, bien au contraire; le RU est justement ultra-libéral et est bien pire que Bruxelles en la matière. Le RU, c'est le temple de l'austérité, de la mondialisation et de la finance toute puissante. Sans compter les contrat zero hour, les inégalités criantes et la croissance dopée à l'endettement.Le parti conservateur, qui dirige tant bien que mal le RU reste le parti de Margaret Thatcher, l'icône sacrée du libéralisme débridé et sans complexe.
Réponse de le 15/09/2017 à 9:13 :
"allez je vous aide encore plus d'austérité"

ET bien écoutez, une politique d'austérité qui augmente les salaires et renforce les services publics je suis pour à fond !

On pourrait avoir une politique d'austérité à l'anglaise svp ?

"Vous laisse imaginer avec leur deficit public et leur dette, ce qui va se passer"

Oh ben tiens encore une prophétie, vous ne vous lassez jamais ?

"Au passage, n'allez pas voir les cv des membres du gouvernement, vous risqueriez la syncope, parce qu'en néolibéralisme pas sure qu'on trouve plus rude sur le continent."

Mais bon sang mais vous vous rendez compte que la réalité vous dément puissamment ? Merci pour la messe mon père mais je suis athée.

"Le RU, c'est le temple de l'austérité, de la mondialisation et de la finance toute puissante. "

En effet sous blair c'est bel et bien ce qu'il est devenu, avec la complicité massive des autorités européennes quand même. Jamais la finance anglaise n'aurait pu imposer de telles purges sans l'aval de l'UE et on peut être sûr que c'est même avec tout ses encouragements qu'elle l'a eu.

Et vous me parlez de Thacther maintenant, qui ne dirige plus l'angletterre depuis trente ans peut-être, quand on parle politique française je suppose que vous devez nous parler de mitterand et de l'urss non ?

Et bien je vais vous en apprendre une bonne, figurez vous que c'est Theresa May la première ministre actuelle et qu'elle est en train de récupérer la souveraineté de son pays qu’elle sauve justement de la city on lui retirant le gros gâteau UE qui ne faisait que la sur-dimensionner lui donnant un pôind politique aberrant.

Alors cela reste une politicienne hein, je ne me fais pas d'illusion mais j'échangerais sans problème May contre tous nos politiciens européistes technocrates avec grand plaisir et comme je le disais l'année dernière, dans 5 ans nous envierons la liberté qu'on repris nos amis anglais.

Par ailleurs rien que ça, les politiciens anglais eux ont respecté l'avis de leur peuple contrairement aux politiciens français qui s'y sont opposé via le traité de lisbonne.

Enfin merci beaucoup d'illustrer mon commentaire même si c'est un peu trop facile pour être vraiment délectable.

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :