BCE : Mario Draghi reste droit dans ses bottes malgré l'accélération de l'inflation

 |   |  1006  mots
Mario Draghi tient bon face aux critiques venues d'Allemagne.
Mario Draghi tient bon face aux critiques venues d'Allemagne. (Crédits : Reuters)
Le président de la BCE a réaffirmé sa politique accommodante ce jeudi malgré les critiques allemandes. La hausse récente du taux d'inflation n'est pas "convaincante" selon lui.

Mario Draghi tient bon et les critiques allemandes n'y changent rien. Malgré la remontée du taux global d'inflation en zone euro et en Allemagne, le président de la BCE a, lors de son habituelle conférence de presse suivant le Conseil des gouverneurs ce jeudi 19 janvier, a maintenu l'essentiel de sa politique accommodante ajustée le mois dernier. La banque centrale va donc continuer à acheter 80 milliards d'euros de titres mensuellement jusqu'au 31 mars, puis 60 milliards d'euros par mois jusqu'à la fin de l'année.

Une inflation en trompe-l'oeil

Le président de la BCE ne s'est pas laissé impressionner par le taux d'inflation de décembre qui, en zone euro, est remonté pour la première fois depuis septembre 2013 au-dessus de 1 % à 1,1 % et pas davantage par le taux allemand qui, sur ce même mois, a atteint 1,7 %. « La remontée du taux global d'inflation ne nous signale pas une tendance convaincante », a indiqué Mario Draghi qui a rappelé que le taux sous-jacent, celui qui ne prend pas en compte les effets des prix de l'énergie demeure stable. La remontée de l'inflation ne s'explique, pour Mario Draghi, que par deux facteurs principaux : l'effet de base du très faible niveau des prix voici un an et la remontée plus forte que prévu du prix du pétrole.

Dans cette situation, les entreprises décident donc de ne pas transmettre à leurs clients le renchérissement de l'énergie. Elles placent donc leurs marges sous pression. Pour une unique raison : elles estiment que la demande n'est pas encore suffisante pour supporter des hausses de prix. La BCE doit donc maintenir les taux à long terme à un niveau bas afin d'encourager la consommation et l'investissement et soutenir la demande. Lever le pied à présent et resserrer la politique monétaire conduirait à réduire encore la demande et donc à exercer une pression toujours plus forte sur les marges des entreprises qui devraient alors prendre des mesures sur l'emploi ou la sous-traitance, faisant renaître le risque de déflation, malgré l'effet pétrole.

Les conditions d'un changement de politique

Dans ce cadre, Mario Draghi n'est donc pas décidé à modifier sa politique. Et il a précisé les conditions qui pourraient lui faire changer de position et engager un durcissement monétaire. Il faudrait une « remontée durable et autosuffisante » de l'inflation, autrement dit que la hausse de l'inflation globale se transmette à l'indice sous-jacent, traduisant ainsi une réelle tendance inflationniste. Dans ce cas, en effet, la demande serait jugée suffisamment solide pour pouvoir absorber les hausses de prix. Mais aucun mécanisme de ce type n'est visible pour le moment : les marges étant sous pression, le risque serait même que l'investissement et l'emploi ralentissent et que les salaires nominaux connaissent un ralentissement de leur croissance. Du coup, la BCE doit assurer - puisqu'elle est la seule institution de la zone euro à pouvoir et à vouloir le faire - une politique favorable à la demande. Une fois la croissance réellement raffermie, une hausse « vertueuse » et durable des prix sera possible.

Du reste, une des conditions posées par Mario Draghi sera que cette hausse soit « géographiquement large », autrement dit qu'elle soit présente dans de nombreux pays de la zone euro. Mario Draghi laisse donc entendre que l'accélération de l'inflation en Allemagne n'est pas de nature à conduire seule à une modification de sa politique. Compte tenu de la situation économique de l'Allemagne, le différentiel d'inflation est logique et il est aujourd'hui encore insuffisant : l'Espagne, par exemple, affiche en décembre une inflation de 1,5 %, seulement 20 points de base en deçà de l'Allemagne.

Ne rien changer, pour l'instant

Toutes ces conditions impliquent donc d'attendre encore et de ne pas se laisser impressionner par les remontées de l'inflation globale sous le coup du prix du pétrole et des effets de base. Mais, comme le souligne Frederik Ducrozet, économiste chez Pictet, Mario Draghi semble même suggérer qu'il pourrait rester de marbre devant une remontée de l'inflation importée si cette dernière ne conduit pas non plus à une hausse des anticipations à moyen terme. La BCE annonce donc un vrai travail en profondeur de l'inflation qui dépasse le seul effet d'optique d'une inflation qui remonterait dans des niveaux proches de 2 %.

Mario Draghi n'a donc pas infléchi sa position. Le « forward guidance », autrement dit les perspectives de taux de la BCE n'ont pas bougé d'un iota : les taux seront maintenus durablement à leur niveau actuel (0% pour le taux de refinancement et -0,4 % pour le taux de dépôt) « ou plus bas ». Les rachats de titres pourront, en cas de besoin, être ramenés à 80 milliards d'euros mensuels. Le relèvement des taux et le ralentissement des rachats ne sont pas évoqués. Le biais de la BCE demeure donc très accommodant. De quoi déclencher la fureur des épargnants allemands et d'une partie du personnel politique allemand.

Appel de l'Allemagne à la patience

Il a rappelé aux critiques de plus en plus fortes venues d'Allemagne que « pour avoir plus tard des taux élevés, il faut en passer aujourd'hui par des taux bas ». Un appel à la patience qui traduit le phénomène décrit plus haut : si l'on remonte les taux dès maintenant, le ralentissement économique sera immédiat et il faudra à nouveau rabaisser les taux, pour plus longtemps encore. Ce message sera-t-il entendu ? Rien n'est moins sûr et pendant que Mario Draghi s'expliquait, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, appelait la BCE à changer de politique... Berlin devra donc admettre que l'indépendance de la banque centrale n'est pas à sens unique et ne conduit pas qu'à des resserrements monétaires. Mario Draghi a joué ce 19 janvier son rôle préféré : celui de défenseur de la zone euro contre les obsessions du gouvernement allemand. Il est resté droit dans ses bottes, déterminé à jouer sa propre partition, malgré des élections fédérales allemandes où les taux bas risquent de jouer un rôle non négligeable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2017 à 9:31 :
IL Y A DEJA DES MOYENS EN TEMPT QUE EUROPEENS ONT PEUT UTILISE. MUTUALISE LES DETTES ET LEVE UN IMPOTS EUROPEEN POUR RENBOURSE LA DETTE GLOBAL MESUELLEMENT EN COMMUN ? ENSUITE SE LIBERER DU POID DU PRIX DE L ENRGIE FOSSIL EN INVESTISENT TOUS ENSENBLE DANS LES NOUVELLES TECNOLOGIE SOLAIRE ET AUTRES? L EUROPES PEUT ETRE UNE FORCE SI LES HOMMES POLITIQUES EN PRENAIS CONSIENCE??? UNIE ONT EST TOUJOURS PLUS FORT? DANS LA VIE JE NE PERD JAMAIS SOIT JE GAGNE SOIT J APPREND/// NELSON MANDELA///
a écrit le 21/01/2017 à 9:31 :
IL Y A DEJA DES MOYENS EN TEMPT QUE EUROPEENS ONT PEUT UTILISE. MUTUALISE LES DETTES ET LEVE UN IMPOTS EUROPEEN POUR RENBOURSE LA DETTE GLOBAL MESUELLEMENT EN COMMUN ? ENSUITE SE LIBERER DU POID DU PRIX DE L ENRGIE FOSSIL EN INVESTISENT TOUS ENSENBLE DANS LES NOUVELLES TECNOLOGIE SOLAIRE ET AUTRES? L EUROPES PEUT ETRE UNE FORCE SI LES HOMMES POLITIQUES EN PRENAIS CONSIENCE??? UNIE ONT EST TOUJOURS PLUS FORT? DANS LA VIE JE NE PERD JAMAIS SOIT JE GAGNE SOIT J APPREND/// NELSON MANDELA///
a écrit le 21/01/2017 à 9:23 :
Les Allemands, et ils ne sont pas les seuls, sont destabilisés par le fait que l'épargne ne rapporte plus rien. Ça casse le modèle du travailleur qui veut bien en baver parce qu'il constitue son bas de laine pour sa retraite. Actuellement au niveau des particuliers il n'y a plus que l'immobilier qui donne un peu de visibilité, justement parce que ce marché est soutenu par des taux bas. En France le phénomène est accentué par l'instabilité fiscale et la fiscalité des revenus du capital, fiscalité "à la Hollande" construite sur une base idéologique et non rationnelle. On ne peut pas reprocher à Draghi de faire son boulot, ce sont les pays de l'UE qui ont un problème de convergence fiscale et économique.
a écrit le 20/01/2017 à 12:58 :
La botte italienne prend l'eau et la France devrait fusionner avec son cousin romain . Ce vase communicant permettrait de tenir Merkel par la barbichette dirait Trump .
a écrit le 20/01/2017 à 12:14 :
Censurer un commentaire critique (mais correct) sur un article est un moyen pratique d'avoir toujours raison. Il s'agissait de la non prise en compte de l'IPC hors énergie .
En référence à Maurice Clavel en 2010, messieurs les censeurs, je vous salue .
a écrit le 20/01/2017 à 9:37 :
" Il a rappelé aux critiques de plus en plus fortes venues d'Allemagne que « pour avoir plus tard des taux élevés, il faut en passer aujourd'hui par des taux bas ». Un appel à la patience qui traduit le phénomène décrit plus haut : si l'on remonte les taux dès maintenant, le ralentissement économique sera immédiat ...."

Cette position est SAGE mais importe peu à l'allemagne qui ne connait qu'un seul crédo : ce qui n'est bon QU'A l'allemagne doit être adopté par TOUS !!!

L'égoïsme économique allemand dans toute son expression outrancière...
Réponse de le 21/01/2017 à 9:21 :
EXAT??? LA RACINE DE TOUS LES MAUX L EGOISME/// GANDHI///
a écrit le 20/01/2017 à 9:15 :
Et il a raison, l'incompétence et la compromission totale de nos dirigeants européens, et surtout leur immobilisme mortifère recroquevillé sur ces seules politiques d'austérité mais tout est lié, font que de toutes façons ils se reposent tous sur la BCE pour gérer la politique économique européenne ce qui est lamentable, du coup Draghi dont ce n'est pas le rôle doit avec ses deux trois manettes, faire revenir la croissance, lutter contre les déficits et comme il n'a toujours pas de baguette magique fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et il a peu.

Aucune vision même à moyen terme d'une politique économique commune de nos dirigeants nous mène dans cette impasse financière et économique du coup. Tandis que les États Unis et la Chine sont parties pour se faire une course économique qui ne fera qu'exacerber leurs économies notre UE continue de se regarder le nombril en espérant qu'elle pondra des oeufs en or. Au secours.

Vite un frexit.
a écrit le 20/01/2017 à 8:08 :
la politique économique de la BCE ( rachat de la dettes de certain pays Europeen) a sauvent l'euro et l'union .... La crise est toujours présente , et les inquiétudes demeure , l'élection americain, le manque de certitude sur les échange internationnaux, l'absence de reprises economique de certains pays demande de ne rien changé.... Même si l'action de la BCE a souvent été reproché ( surtous pas les souverainistes) , elle a permis de ne pas dévaluer l'argent des pays les plus pauvre ( souvent avec une population importante ) de la zone euros.....
a écrit le 20/01/2017 à 6:02 :
Personne n'a avise Mario que la presence de ces poches au bas des yeux, sont des signes d'un foie au bout du rouleaux ?
Si personne ne l'informe, il est probable que celui-ci ait une fin difficile.
Sacre Mario.
a écrit le 19/01/2017 à 20:09 :
"pour avoir plus tard des taux élevés, il faut en passer aujourd'hui par des taux bas."

Vas-y Mario, gonfle encore un peu la bulle. Encore 6 mois avant que ca ne parte dans tous les sens.
Réponse de le 19/01/2017 à 20:35 :
C'est bien beau de dire que rachat d'actifs = bulle mais il fait savoir de quoi on parler et quelles sont les solutions...
a écrit le 19/01/2017 à 19:22 :
Super, l'inflation accélère ! Mais, élément d'analyse oublié : quand le prix du baril remonte, l'inflation aussi . Or, si vous prenez le taux d'inflation hors énergie en décembre 2015 : 1,0 / décembre 2016 : 1,0 (eurostat 4 janv 2017). Super Mario a raison de rester droit dans ses bottes pour continuer à distribuer 80 milliards/ mois de monnaie fraiche .
a écrit le 19/01/2017 à 18:52 :
Lui non plus n'est pas très convaiquant. Il s'en moque il est à l'abri du besoin comme on dit!
a écrit le 19/01/2017 à 18:05 :
Retour de l'inflation , allez , il faut vitre prévenir les partenaires sociaux qu'ils doivent
augmenter les retraites gelées depuis 3 ans. CGT et FO qui s'obstinent à dire ,malgré l'augmentation des tarifs d'assurances, transports, loyers, énergie etc... qu'il n'y a pas de hausse des prix dans notre pays.
Réponse de le 20/01/2017 à 13:31 :
C est sur que la priorite c est de taxer encore plus les actifs... Les retraites ont deja un niveau de vie superieur aux actifs mais ca ne suffit pas, c est vrai quoi, le prix des cures augmenetent et ils ne peuvent plus changer de voitures aussi souvent. Vivement que Fillon mette au travail tous ces sales jeunes avec leur iphone

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :