Brexit : feu vert du Parlement, la procédure déclenchée fin mars

 |   |  352  mots
Le vote du parlement laisse désormais les mains libres au gouvernement conservateur de Theresa May pour lancer la procédure de divorce avant la fin du mois de mars, date butoir qu'elle s'est fixée.
Le vote du parlement laisse désormais les mains libres au gouvernement conservateur de Theresa May pour lancer la procédure de divorce avant la fin du mois de mars, date butoir qu'elle s'est fixée. (Crédits : © POOL New / Reuters)
Cette approbation intervient quelques heures après l'annonce par la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qu'elle allait demander un nouveau référendum d'indépendance, faisant planer une menace d'éclatement du Royaume-Uni.

La chambre des Lords britannique, après celle des députés, a donné lundi soir son accord final à la loi de déclenchement du Brexit. Le vote du parlement laisse désormais les mains libres au gouvernement conservateur de Theresa May pour lancer la procédure de divorce avant la fin du mois de mars, date butoir qu'elle s'est fixée.

"Aujourd'hui, le Parlement a soutenu la détermination du gouvernement à faire son travail pour quitter l'Union européenne [...] Nous sommes désormais à l'aube de la négociation la plus importante pour notre pays depuis une génération", a dit le ministre britannique au Brexit, David Davisdans un communiqué.

"Nous allons donc déclencher l'article 50 d'ici la fin de ce mois, comme prévu, et nous obtiendrons un résultat conforme à l'intérêt de l'ensemble du Royaume-Un", a-t-il ajouté.

Cette approbation intervient quelques heures après l'annonce par la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qu'elle allait demander un nouveau référendum d'indépendance, faisant planer une menace d'éclatement du Royaume-Uni.

     | Lire Ecosse : Brexit ou indépendance ? Pas si simple...

Deux amendements rejetés

La Chambre des Communes avait rejeté quelques heures plus tôt deux amendements qu'avaient adjoint les Lords au projet de qui doit permettre à Theresa May d'activer l'article 50, préalable aux négociations sur le Brexit.

Le premier amendement prévoyait que la Première ministre ne pourrait enclencher les négociations sur un divorce avec l'UE que si elle s'engageait à protéger les droits des Européens vivant sur le sol britannique. Les députés des Communes ont voté par 335 contre 287 en faveur du rejet de cet amendement.

Peu après, les députés ont rejeté un second amendement, lui aussi greffé par les Pairs du royaume, visant à accorder au Parlement le droit à un "vote significatif" sur tout accord définitif négocié entre Londres et ses partenaires européens. Ce second amendement, qui aurait donné aux parlementaires plus de latitude pour rejeter les conditions finales du Brexit, a été battu en brèche par 331 voix contre 286.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2017 à 14:13 :
Difficile de ne pas regarder avec envie cette Angleterre qui part à l'aventure certes, mais qui montre encore des signes de vie au moins et peut espérer, tandis que nous autres pays européens autres que l’Allemagne sommes condamnés à lentement agoniser du fait de la doctrine néolibérale européenne.
a écrit le 14/03/2017 à 14:06 :
Bravo ! Félicitation ! L'Angleterre est décidément toujours avec un coup d'avance ! Sacré nation qui a bien senti que le projet "Européen" allait tourner à la débâcle , il n'y a qu'à voir l'affaire Erdogan ! Waoo quelle belle preuve d'unité et de couple "Franco/Allemand" !
a écrit le 14/03/2017 à 11:49 :
Vivement que ce soit voté que l'on puisse se moquer de tout les experts néolibéraux hystériques qui annonçaient la fin du monde de l’Angleterre si elle sortait de l'UE.

Mais bizarrement on les entend de moins en moins les serviteurs néolibéraux, sur ce thème hein bien entendu, parce que sur les autres, sur ceux dont les faits ne les ont pas encore désavoués, il en reste de moins en moins c'est vrai, on les entend encore beaucoup les prédicateurs néolibéraux.
a écrit le 14/03/2017 à 11:48 :
La seule manière pour que l'UE de Bruxelles se réforme c'est de sortir des traités et, pour nous, retrouver sa souveraineté c'est sortir de l'euro!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :