Bruxelles pointe la France du doigt en révisant ses prévisions

 |   |  724  mots
La Commission européenne constate que la zone euro fait face à un contexte international compliqué avec le ralentissement des grandes économies émergentes.
La Commission européenne constate que la zone euro fait face à un contexte international compliqué avec le ralentissement des grandes économies émergentes. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Dans ses prévisions d'hiver, la Commission européenne a revu légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour la France, mais aussi pour la zone euro. Bruxelles juge toutefois que Paris ne sera pas capable de ramener son déficit sous les 3% à horizon 2017 comme promis.

La Commission européenne reste sceptique sur la capacité de la France à ramener son déficit public sous la barre des 3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017. Bruxelles table plutôt sur 3,2% après 3,4% cette année, selon ses prévisions économiques d'hiver publiées jeudi.

Cette anticipation d'un déficit à 3,2% est légèrement plus favorable que le 3,3% qui était envisagé dans les dernières prévisions de l'exécutif européen publiées début novembre. Mais Bruxelles continue de penser que la France ne respectera pas son objectif, en raison d'une croissance des recettes fiscales trop faible pour compenser la dépense publique.

| Lire 72 milliards d'euros : le déficit budgétaire attendu en 2016

La Commission résolument pessimiste pour la France

La croissance des recettes devrait s'accélérer mais à "seulement 2,3%" l'an prochain, après +1,9% en 2016, "les réductions d'impôts pour les entreprises prévues dans le cadre du Pacte de responsabilité n'étant pas pleinement compensées", est-il souligné dans un communiqué. En outre les dépenses de l'Etat et des soins de santé "devraient évoluer conformément aux tendances récentes", est-il ajouté.

A la mi-janvier, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, avait reproché à la France de tarder à mener les réformes structurelles nécessaires pour "corriger son déficit excessif" d'ici 2017.

"En clair, le pays devra faire plus d'efforts structurels en 2017, pour corriger son déficit excessif", avait affirmé le commissaire, selon qui "cela aurait été plus facile si plus d'efforts avaient été réalisés en 2015 et 2016".

| Lire aussi Budget : le Sénat récuse le "sérieux" de Bercy

Paris veut rentrer dans les clous en 2017

Paris s'est engagé à ramener le déficit public de 3,7% du PIB en 2015 à 3,3% cette année, avant de repasser en 2017, année des élections présidentielle et législatives, sous la barre symbolique des 3% du PIB, fixée par le "pacte de stabilité" européen. Consciente que Paris ne ramènerait pas son déficit sous 3% en 2015, la Commission lui avait accordé un délai de deux ans pour s'exécuter.

Côté croissance, l'exécutif européen continue de tabler sur une progression du PIB de la France de +1,7% en 2017 (Paris n'a pas exprimé de prévision, ndlr), mais réduit légèrement, à 1,3% contre 1,4% auparavant, sa prévision pour cette année. Le gouvernement français vise, de son côté, 1,5% de croissance en 2016, après 1,1% en 2015.

| Lire aussi La France un ton en dessous de la croissance européenne en 2015

Le taux d'endettement revu à la hausse

En 2017, la croissance devrait être "tirée par la consommation privée puis par une reprise de l'investissement", a déclaré jeudi Pierre Moscovici, commissaire chargé de l'Economie.

Bruxelles estime par ailleurs que le niveau de dette publique rapporté au PIB sera de 97,1% en 2017, après 96,8% cette année -contre 97,4% et 97,1% anticipés il y a trois mois dans les prévisions d'automne-, et 96,2% en 2015.

La Commission voit le taux de chômage en France légèrement reculer l'an prochain, à 10,3%, après 10,5% en 2016, comme en 2015. Un taux qui se situerait en 2017 un peu au-dessus de la moyenne de la zone euro (10,2%).

La zone euro fera aussi moins bien que prévu

Sur la zone euro, la Commission a également revu ses prévisions à la baisse. Bruxelles a pointé "les risques" accrus sur l'économie, tel le ralentissement dans les pays émergents.

Ainsi, la Commission table désormais sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,7% en 2016 en zone euro, contre 1,8% prévu dans ses prévisions d'automne le 5 novembre dernier. En 2015, la croissance s'était établie à 1,6%. Pour 2017, la Commission n'a pas changé ses prévisions par rapport à novembre dernier, tablant toujours sur 1,9%.

"L'économie européenne parvient à surmonter de nouveaux défis cet hiver, grâce à un pétrole bon marché, au taux de change de l'euro et à la faiblesse des taux d'intérêt. Néanmoins, la dégradation du contexte mondial constitue un risque face auquel nous devons redoubler de vigilance", a déclaré Pierre Moscovici.

Pour l'ensemble de l'UE, la croissance économique devrait rester stable à 1,9% cette année et augmenter pour atteindre 2,0% l'an prochain, selon les prévisions d'hiver. Lors de ses prévisions d'automne, la Commission tablait sur une croissance de 2% cette année et de 2,1% pour 2017.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2016 à 11:42 :
On publie que les salaires baisseraient, n’est-ce pas un scandale de société ? Peut-on justifier les salaires des professions, par exemple il y aurait des formations bac+5 en taille haies qui serait employés à l’heure, a-t-on un justificatif pour la profession ?
a écrit le 08/02/2016 à 10:17 :
L’Europe n’a-t-elle pas un comportement scandaleux, par exemple en Espagne on aurait un chômage massif, on dit aux gens de s’en aller, n’est-ce pas en particulier pour les jeunes plus vulnérables une maltraitance qu’on pourrait indemniser ? 400 000 jeunes auraient quitté le pays, n’est-ce pas une forme de déchéance de nationalité ? On trouve des maîtrises en emploi de mi-temps précaire sans logement, ne devrait-on employer les gens à des emplois utiles, ne fait-on pas dans les laissés pour compte ? N’avons-nous pas une société indigne qui rend le travail impossible à tel point que des salariés se suicident ? On parle d’une bulle qui exploserait et que l’euro serait en péril, ne devrait-on examiner s’il existe des menaces sur le niveau de vie ?
a écrit le 08/02/2016 à 9:59 :
On nous publie que la production est au niveau de 1994, avons-nous un Parlement dont le but est de détruire la production nationale ? Par ailleurs, on entend dire que des entreprises prendraient des salariés pour des chose, par exemple des diplômés se voient proposer des emplois non qualifiés, des allocations doivent être remboursées et on ferait des emplois non rémunérés, ne devrait-on éviter ces comportements.
a écrit le 08/02/2016 à 9:51 :
Ne devrait-on citoyens de l’Europe examiner la situation économique alors qu’il existerait des pays qui font baisser le produit par habitant ? On parle d’un suicide agricole, avons-nous affaire à un Parlement bourreau ?
a écrit le 05/02/2016 à 5:50 :
Bruxelles pointe la France, quid des autres ? ZONE EURO = ZONE ZERO ! La croissance forte a-t-elle été rétablie ? Si on regarde les données de croissance publiées à la Banque Mondiale, que constatons-nous ? Sur la période après 2009, en faisant la moyenne de la période 2010-2014 en comparant aux périodes de croissance fortes hors chutes passagères que constatons-nous, sachant que les baisses de croissance depuis 1980 ont duré 1 ou 2 ans maximum ? La croissance de long terme n’est pas rétablie dans de nombreux pays de l’Europe avec une croissance faible sur la période après 2009, ce qui est un précédent depuis 1980. Par exemple, les Pays-Bas font de 83 à 01 une croissance de 3,06 et de 04 à 08 on obtient 2,86 mais de 2010 à 2014 on a -0,32 en moyenne annuelle. En Italie, de 83 à 91 on fait 2,71 puis de 94 à 01 on fait 2,11 puis de 04 à 07 on fait 1,5 et de 2008 à 2014 on a -1,3%. En Espagne, de 83 à 93 on a 3,43 puis de 94 à 08 on a 3,46 puis de 2009 à 2014 on a -1,02. Pour la France de 81 à 92 on a 2,3 puis de 94 à 07 on a 2,3 puis de 2010 à 2014 on a 1,0 à modérer par le résultat de 2010 à 2,0 et 2011 à 2,1. Pour le Royaume-Uni de 82 à 89 on a 3,65 puis de 93 à 07 on a 3,02 soit plus que la France, de 2010 à 2014 on a 1,7 soit à peu près 50% des rythmes précédents. Pour la Belgique de 84 à 92 on a 2,54 puis de 94 à 07 on a 2,46 puis de 2010 à 2014 on a 1,12 soit 45% de la moyenne des périodes précédentes. Si on prend les données Eurostat pour l’Europe à 19, de 2004 à 2007 on a 2,58 puis deux années basses, puis de 2010 à 2014 on relève 0,68 soit 26% de la période précédente… Pour l’Allemagne de 83 à 92 on a 3,03 puis de 94 à 01 on a 1,94 puis de 04 à 08 on a 2,0 puis de 2010 à 2014 on a 1,96. La croissance a donc été rétablie à un bon niveau par rapport aux périodes précédentes. Pour les USA, de 83 à 90 on a 4,1 puis de 92 à 00 on a 3,8 puis de 02 à 07 on a 2,7 puis de 2010 à 2014 on a 2,2. La croissance est donc rétablie à un bon rythme et stable par rapport aux périodes précédentes, cependant on note une chute de croissance après 2000. On voit que l’Europe reste à faible croissance et fort chômage ce qui n’est pas le cas des USA, n’avons-nous pas un souci de PERFORMANCE et ne devrait-on remettre en cause les institutions. Les citoyens de la communauté ne devraient-ils se saisir de ce souci ?
a écrit le 04/02/2016 à 19:32 :
Les technocrates Bruxellois feraient mieux d'inciter les pays dit vertueux a financer
les opérations militaires en Syrie, Mali , Irak etc... ces opérations servent à défendre
l'Europe du terrorisme. Pour le moment, les contribuables français payent la facture.
Peut-être qu'en participant à cet effort de guerre , le déficit français serait moins important.
a écrit le 04/02/2016 à 18:10 :
Parce qu'il avait cru nos engagements !

Depuis toujours on promets des reformes et des économies pour demain
a écrit le 04/02/2016 à 17:38 :
Meme ce monsieur de S.Poors ne croit pas a ce qu'il dit, va y avoir certainement des surprises !!!
a écrit le 04/02/2016 à 17:19 :
Apres avoir fait une croix sur notre industrie,ils sont en train de bousiller notre agriculture,étranglée par des cotisations MSA insupportables.Nous vivons dans un pays ou des gens qui travaillent 70h par semaine ne peuvent plus subvenir à l'entretien de leur famille. La France est foutue...
a écrit le 04/02/2016 à 17:16 :
C'est paradoxal d'entendre que nous sommes , nous Français, mauvais gestionnaires au sein de l'Europe et payer, payer, payer toujours et encore plus d'impôts et taxes sans y voir la moindre amélioration. Alors monsieur Europe, aller voir les responsables et pas le peuple pour faire appliquer vos traités.
a écrit le 04/02/2016 à 16:56 :
L’Europe n’est-elle pas une zone à problèmes à réformer, dans de nombreux pays on n’aurait pas rétabli le rythme de croisière en termes de croissance et le plein-emploi n’est pas rétabli. Peut-on expliquer si les traités doivent s’appliquer, par exemple dans Lisbonne il faudrait 70% d’emploi et qu’en est-il du pacte de stabilité. La baisse de la monnaie est-elle opportune ? Par ailleurs, n’est-ce pas inquiétant de voir qu’on parle d’une Europe barbare et d’un conflit ?
a écrit le 04/02/2016 à 16:54 :
Quelle reprise ? La bourse s'effondre, la commission revoit nos déficits à la hausse et notre croissance à la baisse (1,3 vs 1,4 avant, quand Sapin prévoit 1,5...), la côte de popularité de notre président à touché le fond (à 15 pc selon yougov), plus très loin du moral économique de nos compatriotes qui s'effondrent comme le tourisme après les attentats .

Bye bye l'alignement des planétes qu'on nous a seriné ad nauseam, c'est l'alignement des trous noirs oui !
Réponse de le 04/02/2016 à 17:41 :
Cerise sur le gateau le Batic à 300 points du jamais vu ?
Réponse de le 04/02/2016 à 18:40 :
@ grand C'est clair, le commerce mondial est au plus bas depuis 1991, à la fin de l'URSS, malgré tous les traités ( traité trans pacifque qui vient d' être signé, Traité UE USA à venir qui sera signé quoiqu'on en dise même à minima pour ne pas perdre la face, ne serait-ce que pour évacuer un éventuel BREXIT qui a à nouveau la faveur des British dans les sondages...)

Le BALTIC DRY INDEX est le seul indicateur qui vaille pour nous renseigner sur l'intensité et la valeur des échanges commerciaux, tout le reste comme les statistiques chinoises est manipulé de toute façon...

Regardez la bourse, c'est 2008 bis repetita à venir, surtout si un gros pays (russie, brésil) ou une grosse boite comme Glencore (GB) ou Pétrobras (Brésil) fait défaut, alors là c'est la catastrophe, on ira rejoindre les abysses du CAC 40 à 2300 points de mars 2009 et les 6 547,05 points sur le dow jones à la même époque. Un stratégiste de SG prédit un s and p à 500 points, tout comme Georges Soros qui prédit la fin du monde suite à la chute des matiéres premiéres. Un conseil : vendez tout comme moi !
Réponse de le 04/02/2016 à 19:53 :
Vivement le CAC 40 à 2000pts voire moins que je puisse acheter massivement .Il a toujours remonté et fera pareil demain .
a écrit le 04/02/2016 à 16:20 :
Mais qu'attend dont Bruxelles pour contribuer à l'effort de guerre français?
Nombreux états européens viennent de décider d'augmenter leurs budgets militaires et accélèrent les commandes, comme aussi la France.
Mais combien d'économies lamentables sur le budget ont réalisé nos voisins durant ces 15 dernières années?
Angleterre, pas d'avions de surveillance maritime fait que le Royaume a fait appel plusieurs fois à l'OTAN, dont la France, pour faire la chasse au sous-marin russe dans les eaux britanniques. Un flotte aérienne rikiki, des blindés achetés aux US parce que plus capable de construire ses propres blindés.
Allemagne, des chasseurs impuissants, qui ne voient pas la nuit, collés au sol pour la plupart.
Des drones qui n'aiment pas le froid.
Des blindés avec des manches à balai peins en guise de canons.
Des fusils qui s'usent prématurément.
3 transports en panne (à la suite) pour une première livraison d’armes aux kurdes irakiens.
Etc.
Depuis au minimum une dizaine d'années, nos voisins nous enfument!
L'argent qu'ils auraient du engager dans leur défense a servi leurs économies, au détriment de la notre. A combien de points de croissance Bruxelles estime t'il la chose?

C'est du réchauffé puisque il est prévu que le CICE soit transformé en baisse de charges!
C'est un peu comme lorsque la N.K.M. nous promet des supers investissements dans les transports en Ile de France. C'est déjà acté depuis longtemps, cela se nomme le "Grand Paris" !
Pas mieux?
Les investissements, c'est maintenant à la mode, au gouvernement, à l'assemblée, au sénat, dans les régions et les communes. Même Marine, Jean-Luc et Jean-Claude nous jouent la musique investissement, mot qu'ils ne connaissaient pas il y a encore peu!
Réponse de le 04/02/2016 à 17:09 :
bien dit. nous devons aider le UK parce-qu'ils manquent de matos militaire à cause de leur austérité...
et après, on nous dit qu'on dépense trop. hallucinant !

notons par ailleurs que les collectivités publiques dépensent à la place des ménages français. les ménages français épargnent un max et sont peu endettés : 55% du PIB (110% au UK...).
et puis l'investissement public français est près du double de la Germanie, et bien supérieur à celui du UK.
Réponse de le 04/02/2016 à 18:44 :
L ' Europe est tout juste préoccupée par établir un cordon sanitaire contre, tout contre la Russie pour faire plaisir aux USA, le reste, les européens, elle s' en fout..
https://www.youtube.com/watch?v=zti4aV2WL5w
a écrit le 04/02/2016 à 15:58 :
Si auparavant un pays avait le mot "adaptation" pour progresser dans une situation, maintenant elle n'entend que le mot "réforme" pour ce mettre au niveau des autres c'est a dire a un niveau inferieur a ce qu'elle était!
a écrit le 04/02/2016 à 15:23 :
Pourquoi il est devenu nécessaire de sortir de cette Union européenne morbide et par le choix démocratique de la mis en jeu de l'article 50 du TUE;;

1848 est la chute de la Monarchie, qui a amené à la IIè République. Cette médaille qui date de 1848 est consubstantielle de la France.
A l’avers on voit une Marianne qui représente la république.
Sur le revers de la médaille on y voit un faisceau de licteur, qui représente la république romaine, c’est à dire la grandeur de Rome avant de basculer dans l’empire. Il y a les épées qui symbolisent la force, le bonnet phrygien qui symbolise la République, et une équerre qui est un symbole maçonnique (la révolution française et celle de 1848 ont été largement inspirés par la franc-maçonnerie (Fr. Asselineau ne se réclame pas de la Franc-Maçonnerie mais commente un symbole historique).
Tout autour du listel : « La France donne l’exemple aux Nations ». Les Nations étant les peuples souverains, les peuples libérés. En 1789 la France a donné l’exemple aux Nations (le réveil des nationalités. En Europe, actuellement, nous allons vers un nouveau réveil des nationalités). La France a servi d’exemples aux Nations en 1848, en 1870 avec la Commune, en 1914, en 1918, en 1940 avec de Gaulle, en 1945 avec le Conseil National de la Résistance, en 2005 lorsque les français ont voté NON à 55 %.
C’est un formidable message d’espoir. L’intérêt de l’Histoire est de prévoir l’avenir, puisque ce qu’il s’est passé va se reproduire. Nous allons de nouveau donner l’exemple aux Nations en sortant de cette construction néo-fasciste qu’est la construction européenne.

http://u-p-r.wikia.com/wiki/Les_10_raisons_qui_nous_imposent_de_sortir_de_l%E2%80%99Europe
Réponse de le 04/02/2016 à 20:34 :
Bien vu, on comprend mieux..
a écrit le 04/02/2016 à 15:21 :
Vous auriez pu simplifier votre article en ne prenant que les têtes de chapitres pour constater que nous sommes MAUVAIS dans tous les compartiments. Au point où nous en sommes 4 ans après 2012, il ne nous reste qu'à attendre le "changement", vous savez le slogan préféré de tous les postulants depuis MITTERRAND !!!
a écrit le 04/02/2016 à 15:20 :
Mais Bruxelles continue de penser que la France ne respectera pas son objectif, en raison d'une croissance des recettes fiscales trop faible pour compenser la dépense publique. Ben pourtant avec tous les prélèvements obligatoires que l'on a en France avec des taux parmi les plus élevés au monde on n'y arrive pas mais pourquoi ? Cherchez l'erreur!
a écrit le 04/02/2016 à 15:20 :
Et les Agences de Notation sont bien silencieuses à l'égard de la France, dont le gouvernement dépense sans compter: tous les jours des millions voir des milliards d'euros de distribués, même à des pays étrangers. Ce n'est pas un homme politique qu'il faut à la tête de la France, mais un homme "père de famille" sachant gérer son budget.
On a un déficit ABYSSAL.............................................
a écrit le 04/02/2016 à 15:17 :
Pour le déficit, aura-t-on des impôts pour l’équilibre selon la règle d’or ? On lit que les classes moyennes seraient laminées, que la production industrielle serait au niveau de 1994 pour une richesse par habitant inférieure de 15 % à la moyenne des pays développés en 2013. La France serait congelée et deviendrait une grosse Grèce. On publie que l’euro serait menacé d’éclatement et qu’il y aurait une guerre civile possible en Europe, par exemple dans le point, est-ce pour une sécession et à cause du chômage, n’est-ce pas inquiétant et ne devrait-on assurer la paix et la prospérité par la croissance au niveau d’avant crise comme dans de nombreux pays et le plein-emploi comme ailleurs. Peut-on expliquer que le Dax aurait dépassé les pics de 2000 et 2007 comme les indices américains mais pas le CAC ? On a signé un traité Maastricht au niveau européen, sera-t-il appliqué et comment ? Avec une maîtrise on ne trouve parfois qu’un mi-temps précaire comme préparateur en tp, tout le monde n’a pas des réseaux… on pourrait faire des pétanques subventionnées ?
a écrit le 04/02/2016 à 15:02 :
Je tremble à l'idée que cette Europe intégrera bientôt la Turquie. Cette Europe là est en train d'assassiner la démocratie.
a écrit le 04/02/2016 à 14:56 :
la Commission, c'est le machin qui prédisait un déficit de 4,4% pour 2014. le résultat final étant de 3,9%.
ce machin, comme tous les machins, fait des "prévisions" au doigt mouillé et les modifie constamment.
a écrit le 04/02/2016 à 14:30 :
Dans Byzance assiégée, on débattait du sexe des anges.
Réponse de le 04/02/2016 à 18:40 :
Ca occupe les esprits... et M Mou est à 19 % ce soir !
a écrit le 04/02/2016 à 13:54 :
Bruxelles nous gave! Ils n'ont qu'a garder leurs conseils pour eux ainsi que leur terroristes. Ras le bol d’être inféodés a ses ronds de cuirs et banquiers...
Réponse de le 04/02/2016 à 14:46 :
Plus la France s'endette et plus elle s'inféode aux banquiers en fait. Apparemment ca ne doit pas vous déranger ant que ça puisque vous semblez souhaiter maintenir les déficits.
a écrit le 04/02/2016 à 13:44 :
la france ne tiendrait donc pas ses promesses? fichtre, quelle surprise, hein?
en anglais on appelle ca ' french promise' !
Réponse de le 04/02/2016 à 15:23 :
Cher Winston, je préfère depuis LOL : à nous les petites Anglaises !
Réponse de le 05/02/2016 à 0:15 :
vous savez ce que les français disent aux anglais qui les critiquent? et bien c'est simple "le mot de Cambronne" ! parce que justement la plupart des français pensent que les anglais n'ont pas de leçons à nous donner ! leurs bons chiffres se font aux dépens des plus précaires, car ds ce pays l'écart entre les plus pauvres et les plus riches ne cesse de se creuser, leurs emplois à 0 heure sont un véritable scandale et une insulte à la modernité !!! alors.......
a écrit le 04/02/2016 à 13:44 :
Pour paraphraser l'article, et en réponse aux "inquiétudes" des eurocrates, "les français résolument pessimistes sur l'avenir de l'Europe".
a écrit le 04/02/2016 à 13:38 :
Encore un intitulé "misleading", mais la désinformation n'embarrasse pas les Medias... C'est leur mission !!! Bruxelles ne pointe absolument pas du doigt la France... C'est une sottise ce que vous dites. Mes multiples relations dans ce milieu démentent absolument ce biais journalistique. Jamais Bruxelles, comme vous dites, n'aurait la bêtise de se comporter ainsi dans le contexte actuel européen....
a écrit le 04/02/2016 à 13:25 :
Sans blague, à Bruxelles ils croyaient vraiment que nous allions passer sous les 3% en 2017 ? Décidément, ces gens là vivent vraiment en dehors de toute réalité et ne méritent que d'être virés en bloc !!
a écrit le 04/02/2016 à 13:18 :
L'Europe mise beaucoup sur l'avènement de l'extrême droite en france afin enfin de faire enfin rentrer ce pays dans l'ordre.

Le fait que les députés européens aient refusé de lever l'amnistie parlementaire de Philippot et que le front national ne veuille plus sortir de l'europe montre que les deux protagonistes semblent être sur la même longueur d'onde dorénavant.

Tandis que l'économie néolibérale, livre de chevet de l'europe, n'a jamais été autant contestée par les peuples du monde, la dictature plutôt que le partage des richesses sera largement privilégiée, extrême droite et union européenne dans les starting blocks...
Réponse de le 04/02/2016 à 14:49 :
Mais bien sur. Vous croyiez vraiment a ce conte de fée? L'Europe s'est construire sur des conepts qui sont et resteront toujours étranger à l'extreme droite: démocratie libérale, non-discrimination, Etat de droit, rejet du nationalisme.
Réponse de le 04/02/2016 à 15:12 :
L'europe a imposé le traité constitutionnel au peuple français qui l'avait refusé à 55% lors d'un légitime référendum. En quoi est-ce une attitude démocratique ?

Il y a ce qu'on dit, comme tout ces politiciens bavards mais au final incompétents, et ce que l'on fait qui a de véritables conséquences par contre.

De plus l'attitude de l'Europe vis à vis de la Grèce, d'un peu plus sous les conseils avis(n?)és de Rocard on envoyait les chars contre le peuple crevant de faim, est d'une particulière violence.

L'europe est néolibérale, je pense que vous ne pouvez pas le contester or le néolibéralisme se repose sur le fait de faire avancer une minorité de la population au détriment de la majorité, le fascisme c'est exactement la même chose.

Dans les paroles ils semblent en contradiction, dans les faits ils imposent leurs vérités de la même façon. Pour les deux la fin légitime les moyens.
Réponse de le 04/02/2016 à 15:50 :
@KidA Tactique européiste qui consiste à accuser la critique de ses propres turpitudes. Le conte de fée, c'est vous qui y croyez ! De Walter Hallstein, membre de l’Association nazie des ‘Protecteurs de la Loi’, 1er président de la Commission européenne, à Robert Schuman, ministre pétainiste, ce qui est devenu l'UE ne s'est pas, comme vous le dîtes, 'construite sur des concepts qui sont étrangers à l'extrême-droite'. De plus, votre certitude sur son avenir et son éloignement pour 'toujours' de ces idées, nous montre le manque de discernement de vos propos.
Réponse de le 04/02/2016 à 16:23 :
@cendrillon: vous aimez vraiment les contes de fées.
Qui décide du contenu des traités Européens? ---> les gouvernements européens élus
Qui décide du contenu des legislations Européennes? -----> les gouvernements élus a égalité avec le parlement européens élu. Sauf que sur tous les sujets d'interets national majeur, les députés Européens suivent dans leur majorité les instructions de leur gouvernements nationaux.

Vous me direz "oui mais la commission européenne blablabla". ---> La Commission Européenne ne fait que deux choses: 1- s'assurer que les regles votées par les gouvernements nationaux sont suivies. 2- proposer des législations pour atteindre les objectifs des memes traités, et uniquement apres avoir consulter au préalable les memes gouvernements européens.

Les Etats membres sont au commande de la construction Européenne depuis le commencement et, malgré l'accroissement des pouvoirsdu parlement européens, en sont restés les seuls maitres.
Réponse de le 04/02/2016 à 16:31 :
@cendrillon: mon post précédent vous a ete adressé a vous par erreur. Excusez moi pour cela. Pour répondre a votre message: "non-discrimination, Etat de droit, rejet du nationalisme" sont trois pilliers de toute la construction européenne que l'on retrouve en ligne de fond de tous les traités Européens. tous sans aucune exception. ces trois principes sont par essence incompatible avec une politique d'extreme droite.
Essayez donc de trouver des references nationalistes dans les traités: vous n'en trouverez pas. Le pilier des traités de rome et Maastricht, c'est la non discrimination. Le corpus juridique de l'UE intégre meme la charte des droits fondamentaux qui est a l'opposé de ce que représente l'extreme droite. Vous pourrez donc affirmez ce que vous voulez, les faits sont têtus et vous donnent tort.
Réponse de le 04/02/2016 à 16:39 :
@Bernardo Zorro: m'est avis que vous ne connaissez pas ce que c'est le fachisme. la preuve est que vous pouvez parfaitement etre fachiste en étant majoritaire.

L'extreme droite se caracterise par: 1- un nationalisme fort 2- un tendence forte à la négation des libertés individuelles et public 3- une forte propension à la discrimination (sur des bases de couleur de peau, de religion ou d'opinion supposée) 4- dl'usage de la force au détriment du droit

or la construction européenne a toujours été a l'oppose de ces 4 points la, c'ets d'ailleurs pour cela que l'extreme droite détesté l'europe.

pour terminer: au cas ou vous ne l'auriez pas lu, le traité de Lisbonne est différent du traité constitutionnel et integre notamment des changements majeurs (disparition de l'article sur les services publics, référence a la possibilité de retirer des competences a l'UE, reference souverainiste multipliée, réinsertion du compromis de Ioannina, etc.). personne, et surtout pas "l'Europe) n'a donc imposé le traité constitutionnel a la France. Vous devriez approfondir le sujet au lieu de répeté ce que l'on vous a dit sur le sujet.
Réponse de le 05/02/2016 à 9:50 :
Kid A, le référendum de 2005 dans lequel les français avaient voté massivement contre le traité constitutionnel européen a été ignoré par les instances européennes et validé par dessus le dos du peuple français via ce traité de lisbonne qui était quasiment le même, avec la complicité des députais français.

Puisque comme vous l'affirmez il y a eu des modifications notables, pourquoi ce traité de lisbonne n'a t'il pas été proposé par référendum au peuple français également ?

Je répète donc ma question, est-ce qun comportement démocratique de passer par dessus l'opinion d'un peuple afin de lui imposer ce qu'il avait refusé 2 ans auparavant ? Où voyez vous une quelconque attitude démocratique ?

En ce qui concerne le traitement de la question Grecque par l'union européenne, comment une institution peut-être être démocratique alors qu'elle affame un peuple afin que celui ci paye une dette qui comme l'affirment la plupart des économistes, mais pas les économistes des décideurs, ceux qui sont très bien payés pour mentir, est tout simplement impossible à régler par ce pays ?

Où voyez vous une quelconque démarche démocratique dans tout cela ?

Par la même, ne pas voir que le nazisme n'a pas été correctement, et c'est un euphémisme, nettoyé par les institutions européennes qui ont conservé en grande partie l'oligarchie d'extrême droite parce qu'ayant fortunes et influence c'est commettre un déni, c'est à la limite du négationnisme.

Par ailleurs puisque vous semblez être un eurobéa, je vous invite à lire ce remarquable article du monde diplomatique qui devrait vous faire, du moins si vous le comprenez, du moins si vous voulez le comprendre, retomber de votre petit nuage: "L’euro, ou la haine de la démocratie"

extrait: "Prononcer le mot « référendum », c’est en effet immanquablement faire resurgir le spectre du Traité constitutionnel de 2005, celui de l’acharnement jusqu’à ce que ça dise oui, ou du contournement si ça persiste à dire non. Celui du putsch également, à l’image du débarquement en 2011 de Georges Papandréou, ordinaire socialiste de droite qui n’avait rien de bien méchant, mais avait fini par s’apercevoir qu’on approchait des seuils où férule macroéconomique et tyrannie politique deviennent dangereusement indistinctes, et éprouvé le besoin d’un mandat légitime en soumettant le mémorandum à son peuple… par référendum. Appliquant une doctrine en fait formée de longue date puisqu’elle est intrinsèque à l’Union monétaire même, mais dont la formulation pleinement explicite attendra 2015 et l’inénarrable Juncker – « il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens »… –, "

http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie
a écrit le 04/02/2016 à 13:05 :
L'UE est très forte pour décerner des bons ou des mauvais points imaginaires et pour jouer les Nostradamus de pacotille. Par contre pour régler les problèmes ACTUELS, REELS et CONCRETS y'a personne ! Plus d'un million de migrants, des relations conflictuelles avec la Grèce, l'Italie, probablement bientôt l'Espagne, le Portugal...Schengen qui est quasiment en train d'exploser, les Britanniques qui font du chantage, bref rien ne fonctionne mais tout ça n'est pas bien important: ce qui compte c'est que chacun passe sous les 3% de déficit, parce que 3,2% ce serait le drame bien sûr.

En fait l'UE actuelle c'est l'Allemagne (et quelques alliés de circonstance) contre tous les autres. Ces gens là risquent de tomber de haut...si la France faisait ne serait-ce que le quart du chantage des Britanniques, on imagine les cris d'orfraie à Bruxelles et à Berlin !
Réponse de le 04/02/2016 à 13:58 :
N'oubliez pas que le R.U a des cou... et que nous n'en avons jamais eu et le plus important que c'est le 51 ieme etat des Etats Unis d’Amérique ce qui les rend dépendant de leur cousin d’Amérique plus que de l'Europe
Réponse de le 04/02/2016 à 14:51 :
Aussi longtemps que les gens comme vous ne comprendrons pas que "l'UE" ou "Bruxelles" ou "l'Europe" ce sont en réalité nos propres gouvernements, effectivement c'est sans espoir.

Vous êtes insatisfait que "l'Europe" ne trouve pas de solutions aux problèmes mentionnés? C'est simple plaignez vous de nos gouvernements, puisque ce sont eux qui refusent les solutions afin de jouer aux gros bras à la TV face a leurs citoyens un peu naifs.
a écrit le 04/02/2016 à 12:53 :
3.2 ou 3.4, c'est une grosse epaisseur de trait. A peu près 4 milliards d'euros... pas très significatif à mon sens.
a écrit le 04/02/2016 à 12:34 :
La consommation privée ne tirera rien du tout dans un contexte de pouvoir d'achat en berne et de chômage persistant. Moscovici est dans le rêve

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :