Catalogne : 2,2 millions de votants, appel à la grève générale mardi

 |   |  551  mots
Selon l'exécutif catalan, le oui à un Etat indépendant sous forme de République l'a emporté à 90%, avec 2,26 millions de voix et un taux de participation de 42,3%.
Selon l'exécutif catalan, le oui à un "Etat indépendant sous forme de République" l'a emporté à 90%, avec 2,26 millions de voix et un taux de participation de 42,3%. (Crédits : Statista*.)
Dès dimanche soir, un appel à la grève générale a été lancé dans la région afin de maintenir la pression sur le gouvernement central espagnol. Alors que le "oui" à l'indépendance l'a emporté à 90%, selon l'exécutif catalan, la tension reste vive entre Madrid et Barcelone.

Au lendemain d'un référendum interdit en Catalogne, marqué par des violences policières, le fossé semblait se creuser encore un peu plus entre Madrid et les dirigeants séparatistes de cette puissante région d'Espagne qui évoquent une possible déclaration d'indépendance.

D'autant que 44 organisations - dont les principaux syndicats catalans et deux associations indépendantistes - ont appelé à une journée de grève générale et de mobilisations mardi en Catalogne.

| Lire aussi : Catalogne : les 5 chiffres qui éclairent les enjeux du référendum

Taux de participation de 42%

Le président de la Catalogne Carles Puigdemont a affirmé dimanche que les habitants de sa région avaient gagné "le droit d'avoir un Etat indépendant qui prenne la forme d'une République", séparé de la monarchie espagnole, après cette consultation jugée illégale par la justice et que Madrid a tenté d'empêcher.

Dans un entretien accordé samedi à l'AFP, Carles Puigdemont, 54 ans, à la tête de la Catalogne depuis début 2016, avait assuré qu'en cas de victoire du "oui", il déclarerait l'indépendance de la Catalogne, région stratégique au cœur de l'Europe représentant 19% du PIB espagnol. Conscient de la situation de blocage, le président de la Generalitat en a appelé à l'Union européenne, l'enjoignant à "ne plus regarder ailleurs".

Selon l'exécutif catalan, le oui à un "Etat indépendant sous forme de République" l'a emporté à 90%, avec 2,26 millions de voix et un taux de participation de 42,3%. L'annonce a été accueillie par des "hourras" et des pétards dans le centre de Barcelone où quelques milliers de séparatistes s'étaient rassemblés.

Pire crise dans le pays depuis 1981

En face, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a lui estimé qu'il n'y avait "pas eu de référendum d'autodétermination en Catalogne" et que cette consultation n'a été qu'une "une simple mise en scène". Cette consultation, jugée illégale par le Cour constitutionnelle, n'était en effet assortie d'aucune des garanties nécessaires: aucune commission électorale n'a supervisé l'organisation, le recensement n'était pas transparent, le vote n'était pas secret, etc.

Sans le nommer, Mariano Rajoy a désigné Carles Puigdemont comme l'un des responsables des événements de la journée, estimant qu'il avait promu "la violation de la loi et la rupture du vivre-ensemble". "Ne cherchez pas d'autre coupables, il n'y en a pas."

| Lire aussi : Référendum en Catalogne : « Les banques françaises sont les plus exposées »

Et les sanctions judiciaires pourraient tomber. Carles Puigdemont et l'ensemble de l'exécutif catalan sont déjà visés par une enquête pénale pour "désobéissance, prévarication et détournement de fonds publics", en lien avec l'organisation du référendum.

Le 25 septembre, le procureur général espagnol avait suggéré que l'arrestation de Carles Puigdemont restait une possibilité, même si elle n'était pas envisagée dans l'immédiat. Et certains ont appelé à l'utilisation par Madrid de l'article 155 de la Constitution qui lui permet de suspendre l'autonomie de la Catalogne.

Cette confrontation politique est considérée en Espagne comme la pire crise politique vécue par le pays depuis le Coup d'Etat militaire avorté de 1981.

(Avec AFP)

[*Un graphique de notre partenaire Statista.]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2017 à 13:00 :
C'était quoi le guerre d'espagne?
le sud qui attaque le nord, catalogne, pays basque, gallice, aucune guerre dite civile ne s'oublie et les tentatives d'indépendance sont tout à fait normales face à ce qui est resté un ennemi : l'état espagnol.
a écrit le 03/10/2017 à 9:11 :
Les indépendantistes catalans se comportent comme la CGT en France : ils détiennent la vérité, et "ta liberté n'est pas la mienne", apparemment.
Le problème : les gouvernements démocratiquement élus, et donc légitimes, ne se laissent plus marcher sur les pieds.
Que lastima !
a écrit le 02/10/2017 à 17:21 :
A part cela ne n'est pas un coup d'Etat préparé, organisé, avec des capitaux probablement externes à l'Espagne, des spécialistes, une logistique, des moyens, une organisation toute prête, on nous prend vraiment pour de la purée truffes.
a écrit le 02/10/2017 à 16:34 :
Il est essentiel de revoir et redéfinir par là-même quelques fondamentaux.

Citoyen : individu considéré du point de vue de ses droits politiques
Nationalité : groupe humain uni par une communauté de territoire, de langue, de traditions, d'aspirations et qui maintient ou revendique son existence en tant que nation (Source : Le Robert)
Tous les bretons ne parlent pas breton, tous les basques ne parlent pas le basque, alsaciens etc...
Mais tous parlent le français, il y a donc bien une communauté de langue, de territoire, de traditions (avec des particularités régionales, bien sûr) et un maintien de l'existence en tant que nation.
Comme je le disais : "Aucun citoyen n'est plus important qu'un autre , aucun citoyen n'est moins important qu'un autre..." tous sont français, à égalité, ce qui ne signifie pas identiques ..

Mais l' euro-atlantisme à visée mondialiste pousse à la roue pour encourager les séparatismes et défaire les états-nations..

Divide and conquer et comme à l' habitude ...
a écrit le 02/10/2017 à 16:30 :
C' est manoeuvrier, souterrain et encouragé par l' Ue pour faire exploser les états-nations..

Mais les traités ne prévoient pour l' instant aucune procédure particulière pour le cas d’une région sécessionniste d’un État-membre souhaitant adhérer à l’UE.

Il n’y a pas de raison objective d’imaginer qu’une exception puisse être faite pour des nouveaux États issus d’une sécession d’un État déjà membre. Strictement rien n’est en effet prévu dans les traités européens pour cela sauf revirement à 180 degré.

Pour qu’une procédure immédiate d’admission d’une ancienne région d’un État membre devenue indépendante ait lieu, il faudrait donc commencer d’abord par modifier les traités en ce sens. Ce qui serait non seulement une procédure elle-même très longue, mais ce qui supposerait de surcroît qu’elle recueille l’unanimité des États-membres, y compris celui qui a été amputé par la sécession en question.

Dans le cas d’espèce, il faudrait que l’Espagne accepte donc de modifier les traités pour rendre immédiate l’adhésion de la Catalogne devenue indépendante. Ce qui revient à dire que les autorités de Madrid devraient donc faciliter considérablement la stratégie électorale des indépendantistes catalans ! C’est évidemment totalement exclu.

https://www.upr.fr/av/le-demantelement-des-etats
a écrit le 02/10/2017 à 16:29 :
Je comprends mieux pourquoi c'est la Guardia Civil qui s'est occupée du service d'ordre dans les cols de la Vuelta ... en fait c'était juste un entrainement en prévision de ce qui s'est passé le week-end dernier à Barcelone.
a écrit le 02/10/2017 à 15:21 :
90%..Vive la République bananière de Catalogne !
a écrit le 02/10/2017 à 14:42 :
Ce sont les CHARNEGOS qui doivent faire grève pour voir qui fait la richesse de la catalogne?
a écrit le 02/10/2017 à 14:08 :
2,2 millions de votants sur 5,3 inscrits et seulement 90 % des 2,2 auraient choisi l'indépendance. Ce n'est donc pas un vrai feu vert et un raz de marée !! Il faut que les Catalans réfléchissent avant de commettre une ânerie, comme les Anglais en ont commises une avec le Brexit .... Car après c'est trop tard et il n'y a pas la possibilité de faire refresh !!!
Réponse de le 02/10/2017 à 16:00 :
En même temps, quand on fait saisir des millions de bulletins de votes ,des urnes , et qu'on met des bataillons de policiers devant les salles de vote ,pas évident de mettre son bulletin en toute quietude ,non ?, d'ou ce taux de participation de 42,3% ce qui déja pas mal vu les circonstances.Même si pour Rajoy ce vote est illegale ce qui reste à voir, il aurait du le laisser ce derouler.Et la on aurait reellement vu qui est pour qui est contre et le taux de participation aurait été surement plus élevé.
a écrit le 02/10/2017 à 13:30 :
Même avec 90% de votes pour l'indépendance, la participation n'est que de 42%, il n'y a donc aucune légitimité à une déclaration d'indépendance.
Pour mémoire, en Hongrie le référendum anti-migrants d'Orban a sorti un "oui" à 98%, mais avec une participation de 39,9%. On est à peu près dans la même configuration avec un référendum hongrois qui a fini aux oubliettes.
a écrit le 02/10/2017 à 13:26 :
Dans cette histoire c'est a se demander lequel des 2 coqs gagnera le concours du plus idiot : le Catalan et sa proclamation d'une indépendance qui fera du mal à l'Espagne mais surtout aux Catalans pour ne pas gagner grand chose finalement, ou l'Espagnol qui refuse de reconnaitre le droit des Catalans a plus d'autonomie, fiscale notemment.
Avec les derniers evenements, l'Espagnol est en train de gagner...

Et nos grosses tetes parisiennes de feindre ne pas comprendre que quand on méprise un peuple, ca vous revient dans la figure (Alsace, Bretagne, Savoie).
Réponse de le 02/10/2017 à 16:12 :
Depuis quand on méprise l'Alsace, la Bretagne ou la Savoie? la Corse aussi non? Laissons les catalans et les espagnols traiter LEUR problème entre eux surtout. Par contre si les catalans sortent, de l'Espagne, ils sortent de l'Europe. et ca c'est une condition sine qua none.
Réponse de le 02/10/2017 à 17:58 :
@lolo

"Par contre si les catalans sortent, de l'Espagne, ils sortent de l'Europe. et ca c'est une condition sine qua none".

Et donc, fini la loi travail que leur a imposé Rajoy en 2012.
a écrit le 02/10/2017 à 12:48 :
Mais la sortie de la Catalogne de l'Espagne c'est aussi la sortie de l'Europe et l'euro et une procédure de demande d’adhésion longue qui se soldera par un veto de l'Espagne , de la France (la corse), de la Belgique (les flamands) etc ...
Réponse de le 02/10/2017 à 13:17 :
Oui, et alors?

la Suisse et l'Andorre ne font pas partie de l'Europe et s'en portent très bien car les 2 ont des ressources économiques (auto)suffisantes
a écrit le 02/10/2017 à 12:13 :
A l'Europe de montrer toute sa force ou sa faiblesse.

L'union, ce n'est pas que du business, c'est aussi se mettre autour d'une table, de discuter et de décider au mieux pour l'ensemble des citoyens.
Une autre guerre civile espagnole serait à coup sûr la fin de l'union européenne.

Messieurs, SVP, autour d'une table pour le bien du Peuple Européen.
Réponse de le 02/10/2017 à 13:45 :
"L'union, ce n'est pas que du business, c'est aussi se mettre autour d'une table, de discuter et de décider au mieux pour l'ensemble des citoyens."

Ben oui c'est bien connu, l'europe ne veut que le bien de ses citoyens...

"Heureux les pauvres" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/A/57882

"Macron veut-il vraiment d’une taxe sur les transactions financières qui lutterait contre la spéculation ?" https://www.bastamag.net/Macron-veut-il-vraiment-d-une-taxe-sur-les-transactions-financieres-qui

"La montée de l'extrême droite en Europe" https://www.rtbf.be/info/monde/europe/detail_la-montee-de-l-extreme-droite-en-europe-carte?id=9472750
a écrit le 02/10/2017 à 11:37 :
Oser 90% pour l'autodétermination, c'est un beau commencement de dictature.
Réponse de le 02/10/2017 à 13:24 :
mais non , les autres non pas voté ou ont eu peur de la police !!!!
Réponse de le 02/10/2017 à 13:28 :
@jofrmetz : ou ont eu peur des indépendantistes, vu le climat d'intimidation qu'ils font régner.
Réponse de le 02/10/2017 à 17:10 :
Non ils ont eu peur de voter non. Ce référendum est une mascarade : pas de liste électorale, pas d’isoloir, possibilité de voter dans un autre lieu que son bureau habituel, (ce qu’a fait le président du parlement régional). Il suffisait de présenter une carte d’identité. Avec un tel système, on pouvait voter plusieurs fois.
Et qui a osé voter non devant le regard des indépendantistes ? Il fallait être bien courageux
a écrit le 02/10/2017 à 10:30 :
90% de oui ? Ils ont fait appel à Staline pour leur com ? Ce ne serait pas très étonnant, vu que Staline est le seul, avec les brigades internationales, qui a aidé la Catalogne en 1936. A l'époque elle était républicaine, et c'étaient ses adversaires qui étaient nationalistes. Comme quoi les gens changent. Maintenant, en Catalogne, l'avis d'une minorité de riches profiteurs a plus de poids que celui des autres. Franco est de retour.
Réponse de le 02/10/2017 à 11:44 :
Pour info, la propagande "moderne" a été mise au point aux EU au début du XXè siècle, par des gens comme Edward Bernays, dans son fameux livre "Propaganda", basé sur la "psychologie des foules" de Lebon.
Il est notamment à l'origine du retournement de l'opinion américaine concernant la première guerre mondiale.

Ces techniques ont été reprises par la suite par les régimes dits "totalitaires", mais il est toujours bon de rappeler que ces manipulations des masses ("relations publiques" dans le jargon) ont pour origine des régimes soi-disant démocratiques.
a écrit le 02/10/2017 à 10:21 :
Pathétique !!!
a écrit le 02/10/2017 à 9:52 :
L'indépendantisme sous couvert de démocratie est une illusion pour tromper les citoyens naïfs.
Qui peut croire qu'une région se déclarant indépendante sera viable?
Elle fera le bonheur des états puissants qui "viendront à son secours" et mettront la main dessus.
Lèveront-ils une armée, des institutions nécessaires à un pays indépendant?
Leur vocation sera de se raccrocher à d'autres états voire à un seul état.
Où alors espèrent-t-ils que les états dont ils se détachent vont continuer à payer pour eux!
a écrit le 02/10/2017 à 9:29 :
Qua va faire Madrid ? Envoyer l'armee et forcer les gens a aller au boulot ?
a écrit le 02/10/2017 à 9:22 :
" Alors que le "oui" à l'indépendance l'a emporté à 90%"

Ben tiens c'était logique, en envoyant la police pour empêcher ces élections Rajoy, bon petit soldat de l'oligarchie européenne, n'a fait qu'accentuer le score des indépendantistes puisque forcément les plus modérés n'ont pas pris le risque d'aller voter avec des flics qui tabassent les indépendantistes, sachant que la guardia civil est toujours teintée de franquisme elle a la matraque facile et peu subtile.

La brutalité de notre UE se retourne contre elle, campée sur son dogme elle est en train de diviser les peuples européens qu'elle méprise puissamment. Elle a éradiqué toute intelligence de son mode de fonctionnement lui permettant de magouiller et de passer outre nombre de nos libertés et du coup le discours de cet indépendantiste semble tellement plus éclairé et subtile que les matraques et boucliers des policiers de notre UE.

"Sur un tissu bleu à douze étoiles dorées" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/DEBRAY/57764 (gratuit et magnifique)
Réponse de le 02/10/2017 à 12:05 :
Votre point de vue ne va pas tenir 3 semaines.

Quelle aubaine pour l'EU d'avoir des régions indépendantes (mais dépendante de Bruxelles pour la défense et l'Euro, n'est ce pas), ainsi plus de Nation, plus de menace de "Exit", en avant pour une EU millénaire.

Donc attendez un peu de voir la réaction de l'EU avant de ranger la réaction de Madrid du coté des oligarques Européens.
Réponse de le 02/10/2017 à 13:05 :
C'est sûr que si le Gouvernement Espagnol avait été moins c..., ils auraient pris les choses en main en assurant un "vrai" référendum, tout en faisant campagne pour le "non". Et il y aurait eu de grandes chances que celui-ci l'emporte, exactement ce qui ce passe en Écosse depuis des années (même si le risque du résultat inverse n'était pas nul non plus).
Là il a beau faire le fiero, il n'empêche que malgré la pression de la police, 2 millions de catalans auraient pu voter et à 90% pour le "oui", et ça, ça ne va pas partir comme un pet sur une toile cirée !
Réponse de le 02/10/2017 à 13:51 :
"Quelle aubaine pour l'EU d'avoir des régions indépendantes (mais dépendante de Bruxelles pour la défense et l'Euro, n'est ce pas), ainsi plus de Nation, plus de menace de "Exit", en avant pour une EU millénaire"

En effet, c'est une autre possibilité, un ami m'en parle régulièrement mais pas avec votre argument que là je comprends, merci,, dans ce cas cela voudrait dire que le silence de l'UE n'est que l'abandon de son si pourtant bon soldat Rajoy, comme quoi les serviteurs finissent toujours mal.

Mais la sortie de l'Espagne n'était elle pas accompagnée d'une sortie de l'UE ?

Il va donc être vraiment intéressant de connaitre la position de l'europe, traduisant ainsi sa volonté profonde, forcément du coup mal intentionnée étant donné que ce soit votre version ou la mienne, tout ceci est bien méprisable quand même.
Réponse de le 02/10/2017 à 19:12 :
Après tout, vue le cynisme ambiant, l'un n'empêche pas l'autre.

Comment expliquer sinon le comportement du bon soldat Européiste Rajoy, qui par ses actions et déclarations, ne fait qu'envenimer les choses (j'adore le "il n'y a pas eu de référendum" hier soir, après 500 blessés, pour bien énerver les plus stoïc des Catalans. Et aujourd’hui le SAV des médias avec "Le problème pour Rajoy, c'est la perte de contrôle" ou "Madrid a perdu la guerre des images").

Ainsi, le processus est bien enclenché et il est a craindre qu'il n'y ai aucune marche arrière d'aucune part (avant que le Zorro EU arrive bien sure!)
Réponse de le 03/10/2017 à 8:59 :
"Après tout, vue le cynisme ambiant, l'un n'empêche pas l'autre."

En effet ce négationnisme de Rajoy est incompréhensible si ce n'est la volonté d'aller au clash, l'europe aussi lâche que d'habitude dissimulant toujours ses véritables intentions peut vouloir cet éclatement.

Nous allons voir la tournure des choses mais comme seuls les intérêts financiers les obsèdent les deux sont en effet tout autant possible et ils sont même capable de nous sortir un troisième scénario encore pire.

Bon sang mais qu'avons nous fait pour mériter cette UE complètement pourrie !?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :