Catalogne : retour en quatre actes sur les derniers événements

 |   |  720  mots
Mardi soir, les Catalans, rivés devant leurs écrans de télévision, s'attendaient à voir le chef de l'exécutif régional Carles Puigdemont proclamer l'indépendance et la création de la République.
Mardi soir, les Catalans, rivés devant leurs écrans de télévision, s'attendaient à voir le chef de l'exécutif régional Carles Puigdemont proclamer l'indépendance et la création de la République. (Crédits : REUTERS/Rafael Marchante.)
Changeant d'avis à la dernière minute, le président catalan Carles Puigdemont a donné un discours flou mardi sur l'indépendance régional devant le Parlement à Barcelone. Ce mercredi, Madrid demande des clarifications à l'exécutif catalan avant de prendre une décision.

Le discours de Carles Puigdemont a pour le moins manqué de clarté mardi soir. Près de dix jours après le référendum - lors duquel les 43% de participants auraient voté à 90% pour le "oui" à l'indépendance, selon, l'exécutif catalan -, le président de la Généralité a déclaré que la Catalogne devait "devenir un Etat indépendant sous la forme d'une République", avant d'indiquer qu'il suspendait "la mise en oeuvre de cette déclaration d'indépendance" pour entamer "des discussions afin de parvenir à une solution négociée". Alors la Catalogne, indépendante ou pas ?

■ Puigdemont n'a pas lu le texte prévu

Mardi soir, les Catalans, rivés devant leurs écrans de télévision, s'attendent à voir le chef de l'exécutif régional proclamer l'indépendance et la création de la République. Dans la journée, les membres du gouvernement local, les députés du JxSi ("Ensemble pour le oui" en français, la coalition du président Puigdemont) et ceux du parti d'extrême gauche CUP ont signé une déclaration commune en ce sens.

Ce document n'avait qu'une valeur symbolique et devait être ratifié par le Parlement en séance plénière pour avoir une portée juridique. Le président de la Généralité avait la charge de le lire devant le Parlement à 18 heures. Or, Carles Puigdemont s'est présenté avec plus d'une heure de retard et, selon les affirmations des élus de la CUP dans la presse espagnole, n'a pas présenté le texte original.

■ L'appui de médiateurs internationaux ?

Pourquoi ce changement d'avis de dernière minute ? Que s'est-il passé durant cette heure de latence entre 18 et 19 heures ? En réalité, Carles Puigdemont aurait cédé aux demandes de potentiels médiateurs internationaux, selon le porte-parole de la Généralité, Jordi Turull, rapporte le quotidien catalaniste La Vanguardia.

"Beaucoup de gens nous ont dit que si nous faisions cela [suspendre l'indépendance et ouvrir une période de négociations avec Madrid], ils étaient prêts à agir" auprès de Madrid pour défendre l'indépendance catalane, a-t-il confié sans révéler l'identité de ces personnes ou organisations alliées. Certains auraient déjà "fait parvenir des messages" au gouvernement central, a-t-il ajouté.

■ Madrid demande des clarifications

En attendant, Madrid n'a absolument pas apprécié l'attitude de Barcelone. Carles Puigdemont "ne sait pas où il est, ni où il va", a commenté mardi la numéro deux du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, suite au discours du président catalan. Elle a également tenu à rappeler que le référendum organisé le 1er octobre, et violemment réprimé par la police espagnol, était "un acte illégal, entaché de fraude et sans les moindres garanties" de démocratie.

Le Conseil des ministres espagnol s'est réuni en session extraordinaire ce mercredi matin pour formuler une réponse à Barcelone. Le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, a demandé à l'exécutif catalan de "confirmer s'il a déclaré l'indépendance de la Catalogne" et de le faire d'ici cinq jours.

"Cette exigence, préalable à toute mesure que le gouvernement pourrait adopter en vertu de l'article 155 de notre Constitution, vise à fournir aux citoyens la clarté et la sécurité juridique que requièrent une question aussi importante", a-t-il poursuivi.

■ Vers une utilisation de l'article 155 de la Constitution ?

Si Barcelone décidait de confirmer l'indépendance de la Catalogne, Madrid pourrait intervenir au titre de l'article 155 de la Constitution. Ce texte permet de facto à l'exécutif espagnol de suspendre l'autonomie de la région.

En effet, l'article stipule que si "une Communauté autonome ne remplit pas les obligations" légales ou "si elle agit de façon à porter gravement atteinte à l'intérêt général de l'Espagne", le gouvernement doit "prendre les mesures nécessaires pour la contraindre à respecter ces obligations ou pour protéger l'intérêt général".

Or, cet texte n'ayant jamais servi depuis l'entrée en vigueur de la Constitution en 1978, les champs de ces "mesures nécessaires" reste inconnu. Libération cite plusieurs mesures envisageables, comme la prise de contrôle du gouvernement régional, le placement de la police catalane sous l'autorité du ministère de l'Intérieur, voire la dissolution du Parlement régional..

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2017 à 22:41 :
Il y en a qui joue un jeu viceux.
Barcelone, et depuis le référendum, Madrid, savent tout deux que cela va se jouer autour de l'opinion publique en Europe.
Alors Puigdemont avance à petit pas, assez petit pour paraitre gentil, mais assez pour provoquer ; espérant glaner des images choc de Castillans maltraitant des Catalans.
On pourrait ne pas l'avoir vu avec le référendum, mais là, avec un indépendance qui est prononcé (sans vote du parlement Catalan ?) mais suspendu, à quoi bon sinon jeter la balle de l'autre coté ?
La stratégie victimaire est celle des faibles, désolé mais ça force pas l'admiration.

PS : En intermédiaire, je verrai bien Guy Verhofstadt, ayant déclaré «Si on continue comme ça, on aura une Union européenne de 75 Etats».
Pourtant du groupe PP; en voilà un autre vicieux (déclarer ça, c'est le suggérer).
a écrit le 11/10/2017 à 21:16 :
Puigdemont-Tsipras, même combat ? Après un référendum surréaliste Puigdemont va-t-il renoncer à l'indépendance, notamment en raison des signes avant-coureurs d'effondrement économique ?
a écrit le 11/10/2017 à 19:20 :
Les seuls signes de vie que nous voyons en UE c'est quand les gens veulent en sortir.

Vite un frexit
Réponse de le 12/10/2017 à 11:19 :
en FRANCE la situation n est guere meilleure... niveau de ITALIE..... seul une minorité se goinfre depuis cette élection par défaut
a écrit le 11/10/2017 à 18:55 :
pas les epaules d'un Orban ou d'un Erdogan, juste un Tsipras avec une perruque....
Réponse de le 11/10/2017 à 21:18 :
Comme Tsipras, Puigdemont fait perdre beaucoup de temps à tout le monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :