Croissance britannique : miracle ou mirage ?

 |   |  2584  mots
Le Royaume-Uni est le champion de la croissance des pays occidentaux. Mais pourquoi ?
Le Royaume-Uni est le champion de la croissance des pays occidentaux. Mais pourquoi ? (Crédits : REUTERS/Darrin Zammit Lupi)
Le Royaume-Uni est le champion de la croissance parmi les économies occidentales. David Cameron voudrait en profiter politiquement. Mais est-il réellement le père du "miracle britannique" ?

Le Royaume-Uni qui renouvellera le 7 mai sa chambre des Communes affiche une croissance insolente. L'an passé, le pays a affiché une croissance de 2,8 %, la plus élevé des pays du G7, supérieure de 1,2 point à celle de l'Allemagne et de 2,4 points à celle de la France. Cette année, la croissance pourrait encore atteindre 3 %. Sur le front de l'emploi, le taux de chômage harmonisé moyen l'an passé selon Eurostat était de 6,1 % contre 7,8 % à son plus haut en 2010. L'économiste Eudoxe Denis, spécialiste de l'économie britannique à l'Institut de l'entreprise, souligne que, entre le deuxième trimestre 2010 et le dernier trimestre de 2014, l'économie britannique a créé 1,6 million d'emplois, malgré la destruction de 397.000 emplois publics.

 The Comeback Country

 Le premier ministre David Cameron espère pouvoir capitaliser sur ce succès économique pour glaner des voix. Lors de la présentation de son projet de budget 2015-2016 aux Communes, le chancelier de l'Echiquier n'a pas fait dans la demi-mesure en concluant son discours par un « voici le budget de la Grande-Bretagne, le pays qui fait son retour » (« the comeback country »). Reste à déterminer deux points. Le gouvernement de coalition entre Conservateurs et Libéraux-démocrates est-il à l'origine de ces succès ? Et quelle est la réalité du succès britannique ?

Réduction du déficit = retour de la confiance ?

Premier point, celui de la politique gouvernementale de David Cameron. Le point de départ de cette politique a été l'austérité budgétaire. En 5 ans, le Royaume-Uni a fait un effort considérable de réduction budgétaire : le déficit public est passé de 10 % du PIB en 2010 à 5 % en 2015. Un effort fondé sur les dépenses publiques qui sont ainsi passées de 47 % du PIB en 2010 à 40,5 % en 2015. Mais cet effort a-t-il permis la reprise de la croissance ? Georges Osborne le croit puisqu'il a déclaré dans le discours déjà cité que la coalition « a réduit le déficit et la confiance est revenue. »  C'est aussi l'avis d'Eudoxe Denis qui souligne que l'investissement britannique est en croissance soutenue. Sur 2014, il était en hausse de 7,8 % sur un an, à son plus haut niveau historique. L'investissement en équipements et machines a cru de 14,6 % en un an, selon l'Office des Statistiques nationales (ONS). La théorie classique aurait donc parfaitement fonctionné : la baisse du déficit aurait conduit à une hausse de la confiance des entreprises et donc à une reprise de l'investissement.

Les (vraies ?) raisons de la croissance

 Mais les choses ne sont pas si simples. D'abord, la contribution de l'investissement des entreprises dans la croissance britannique est inférieure à celle de la consommation des ménages. Le premier apporte un tiers de la croissance, la seconde deux tiers. Au dernier trimestre de 2014, l'investissement a reculé et la croissance a été soutenue par les ménages qui ont continué à consommer grâce à l'inflation faible. Du reste, l'investissement des entreprises est aux deux tiers de l'investissement immobilier qui bénéficie du soutien de la politique monétaire accommodante de la Banque d'Angleterre (BoE). Du reste, la croissance britannique a redémarré en 2012 sous l'impulsion d'abord de la demande des ménages, avec là encore un effet fort de l'investissement immobilier soutenu par les mesures de la Banque d'Angleterre. Il faut attendre la mi-2013 pour voir l'investissement rebondir. Autrement dit, c'est bien le dynamisme retrouvée de la demande, et non l'effet de la consolidation budgétaire qui a conduit à la reprise de l'investissement.

Or, précisément, ce redressement de la consommation en 2012 s'explique par l'immobilier, mais aussi par la décision du gouvernement en 2012 de freiner sa politique d'austérité qui avait été très dure durant les deux premières années (on estime leurs impacts à deux points de PIB en tout). A ce moment, le gouvernement revoit ses objectifs à la baisse (originellement, George Osborne voulait revenir à l'équilibre en 2015). Les économistes néokeynésiens, comme Simon Wren-Lewis de l'Université d'Oxford dans son blog Mainly Macro, soulignent que c'est bien le coup d'arrêt à l'austérité qui a permis la reprise.

Certes, mais la reprise a été plus dynamique outre-Manche que dans la zone euro. Ceci n'est pas un hasard puisqu'en 2012, l'austérité battait encore son plein en zone euro et que la BCE n'avait pas encore pris de mesures de soutien à l'activité. A l'inverse, les entreprises britanniques ont peu alors bénéficié d'une livre faible, de taux bas et d'un soutien direct de la BoE au crédit des PME. De quoi soutenir l'investissement et amorcer la croissance. Quant à la part positive de la consolidation budgétaire, elle est difficile, sinon impossible, à évaluer. Mais elle ne semble pas essentielle.

Les mesures du gouvernement pour l'emploi

L'autre grand succès de l'économie britannique, c'est l'emploi. La coalition a-t-elle agi pour favoriser une reprise plus rapide de l'emploi ? « Les créations d'emploi sont, pour moi, le grand succès de cette coalition, d'autant que, à la différence des Etats-Unis, par exemple, elles se sont faites avec une augmentation du taux d'activité », souligne Eudoxe Denis. Il reconnaît que le marché du travail britannique n'a pas été réformé en profondeur au cours de la législature « car il était déjà très flexible. » Il met néanmoins en avant plusieurs mesures visant à contraindre davantage les inactifs à retrouver un emploi, comme les tests d'aptitude au travail qui ont été généralisés et ont permis de sortir beaucoup de personnes des régimes d'incapacité ou le durcissement des sanctions contre les demandeurs d'emplois, notamment les parents isolés. Pour lui, ces mesures ont donné une nouvelle dynamique au marché du travail britannique.

 La faiblesse de la productivité

 Mais ces mesures sont-elles réellement responsables de la baisse du chômage ? Outre l'effet croissance, un élément est central dans cette baisse du chômage : la faiblesse de la productivité britannique et la faiblesse des salaires. La productivité britannique est, selon l'ONS, quasi inchangée depuis 2007. Parallèlement, les salaires, s'ils ont remonté fin 2014, restent inférieurs de 8 % à ceux d'avant la crise. Logiquement, comme le souligne encore Simon Wren-Lewis, les entreprises ont donc embauché sans chercher à augmenter leur productivité une fois la reprise revenue. Le travail est en effet bon marché et la flexibilité du marché du travail rend aisé l'ajustement en cas de besoin. Du coup, les créations d'emploi ont été nombreuses, mais ceci pose un problème. La productivité faible risque en effet de peser sur le potentiel de croissance à moyen et long terme. Comme le dit crûment Simon Wren-Lewis : « se réjouir de la hausse de l'emploi, c'est se réjouir de la faible productivité, ce qui est stupide. » Mais on voit que les mesures gouvernementales ont sans doute eu peu d'impact sur la baisse du chômage.

 Une économie encore convalescente

Bref, et c'est de bonne guerre, David Cameron tente de profiter d'un train en marche qu'il n'a guère actionné. Reste à savoir à présent si l'économie britannique est, après cinq ans de gouvernement libéral-conservateur, plus solide qu'avant la crise de 2007-2008. Premier point : elle n'a effectué qu'une partie du chemin. Le revenu disponible brut des ménages a retrouvé son niveau de 2010, c'est-à-dire qu'il a stagné sous l'actuel gouvernement, mais il reste inférieur de 5,1 % au niveau de 2007. Le PIB par habitant demeure encore 1,2 % en deçà de celui de 2007. Et, surtout, comme l'a remarqué Simon Wren-Lewis, il existe un décrochage par rapport à la tendance historique longue du PIB par habitant britannique à partir de 2007. Un décrochage très atypique par rapport aux crises précédentes et qui, selon l'économiste, s'explique par la politique d'austérité et pose un problème grave pour la croissance potentielle future du pays. Il est vrai qu'il demeure des fragilités encore fondamentales que la politique de David Cameron et George Osborne n'ont pas résolu.

Nature de la reprise de l'emploi

Un des reproches souvent faite à la reprise de l'emploi britannique, c'est la précarité des emplois créés. Dans un marché du travail aussi flexible que celui du Royaume-Uni, il est souvent difficile d'en juger. Si le taux d'embauche de salariés à temps plein progresse avec la reprise (il est dans les derniers mois de 75 % des nouvelles embauches), il est vrai que le Royaume-Uni a connu ces dernières années un fort développement des travailleurs indépendants. Près de la moitié des créations d'emploi depuis 2007 se serait effectué dans ce statut. Selon une étude de la BoE cité par Eudoxe Denis, cette croissance qui a porté le taux de ces travailleurs à 15 % de la population active s'explique par des éléments de long terme (notamment la préférence des séniors pour ce statut qui constituent 90 % de la croissance de la population active) beaucoup plus que par la crise.

Autre élément qui est au cœur de la campagne électorale : les « contrats zéro heures » (Zero Hour Contracts) qui permettent aux salariés de remplir des tâches selon les besoins de l'employeur. Ces contrats n'ont pas été créés par le gouvernement Cameron, ils datent des années 1970, mais le Labour promet de les supprimer. Ils ont progressé de 19 % en un an selon les chiffres de février 2015 et concernent 697.000 personnes (sur 31 millions d'actifs). L'ONS estime cependant que 28 % de cette hausse provient de la correction d 'une sous-déclaration de ces contrats. Les personnes qui disposent de tels contrats ont plusieurs employeurs : on en comptait en mars 2014 en tout 1,8 million contre 1,4 million un an auparavant. Bref, si les emplois précaires ne sont pas les seuls créés, ils ont participé à la hausse de l'emploi outre-Manche. Le problème reste cependant que ces embauches se sont faites à des salaires faibles, ce qui pèse, comme on l'a vu, sur la productivité, mais aussi sur les finances publiques et sur la soutenabilité de la croissance britannique.

La dépendance à l'argent bon marché

Car l'économie britannique reste très « spéculative. » La croissance dépend fortement de la politique accommodante de la BoE et notamment de ses effets sur le marché immobilier. Le Royaume-Uni vit à crédit. Dans un contexte de stagnation du revenu disponible sur cinq ans, les ménages ont puisé dans leur épargne (le taux d'épargne est descendu à 6 %) et se sont endettés pour consommer. Certes, l'endettement est moins important qu'avant la crise, mais il est encore élevé (143 % du revenu disponible) et parfois lourd. Selon les équipes de Barclays, 23 % des ménages sont endettés à hauteur de 4 ou 5 fois leurs revenus annuels. C'est un facteur de risque important et persistant, si, de surcroît, on y ajoute l'importance de la finance dans l'économie du pays. La politique de la BoE est donc très délicate. La baisse du chômage l'amènerait volontiers à relever ses taux, mais elle risque de briser net un moteur de la croissance. Et les salaires restent encore bas, renforçant les risques en cas de remontée des taux.

 Un modèle encore déséquilibré

 Parallèlement, l'économie britannique ne s'est pas réellement rééquilibrée. En théorie, la politique du gouvernement, par la baisse des dépenses publiques et de la fiscalité des entreprises auraient dû provoquer un phénomène de réindustrialisation du pays. Or, malgré quelques succès dans l'automobile, ce phénomène ne s'est pas produit. La production industrielle demeure inférieure de 10,4 % à son niveau du premier trimestre de 2008 et la production manufacturière est inférieure de 4,8 %. Malgré l'amélioration de sa compétitivité, les exportations de biens britanniques ont continué à reculer en 2012 et 2013 avant de se stabiliser en 2014. Le déficit commercial s'est un peu réduit, mais il reste important. Les investissements étrangers ne permettent donc pas de générer des revenus de l'étranger. D'où le très fort déficit courant de 97,6 milliards de livres en 2014, un niveau record en valeur absolu qui représente 5,5 % du PIB. En 2013, ce déficit était de 76,7 milliards de livres. Nouvelle preuve que la croissance britannique vit à crédit. C'est un échec pour la politique d'austérité de David Cameron qui vise en théorie à rétablir l'équilibre de la balance des paiements.

Eudoxe Denis souligne que si ce déficit courant se maintenait, il représenterait un problème. Mais il croit à sa résorption avec la croissance, notamment en zone euro. Selon lui, il existe des signes encourageants, notamment le rééquilibrage au sein des services en faveur des services exportateurs non financiers. Par ailleurs, il souligne que le déficit commercial britannique est un élément historique. Et de conclure : « on ne peut changer un modèle économique en cinq ans. »

Mais si rien ne changeait vraiment ? Patrick Artus, chef économiste chez Natixis, souligne dans une note du 8 avril l'échec de la stratégie gouvernementale, qui a baissé les dépenses publiques pour maintenir une politique d'attractivité fiscale pour les entreprises. « Dans un grand pays, la perte de recettes fiscales est de grande taille et nécessite de très nombreuses implantations d'entreprises pour être compensées », indique-t-il. Or, malgré son rythme élevé, la croissance n'est pas encore suffisante pour réaliser cette compensation. « C'est une stratégie adaptée à un petit pays, pas à un grand pays comme le Royaume-Uni », conclut-il. Dans ces conditions, Londres risque de courir encore longtemps dans ce cercle vicieux en cherchant à combler ses déficits par une baisse des dépenses et en le creusant davantage. De ce point de vue, la proposition formulée par le Labour le 7 avril de supprimer les avantages fiscaux du statut de « non domicilié fiscal » qui permet d'exempter d'impôts une partie des investissements pourrait briser ce cercle vicieux. Mais en attendant, le déficit courant risque de demeurer élevé, tout comme le déficit public.

Le risque de nouvelles coupes budgétaires

 Car, malgré les fanfaronnades de David Cameron qui décrit la France comme une forme d'enfer socialiste, le déficit public britannique est, rappelons-le, supérieur de près d'un point de PIB à celui de la France. Surtout, il est davantage structurel, comme le souligne les équipes de Barclays qui le situent 4,2 % du PIB, un des plus élevés du monde développé. Par comparaison, il sera de 2,6 % du PIB en 2015 en France. La faiblesse des recettes fiscales alimentée par la stratégie d'attractivité et par la faible dynamique des salaires, explique cette situation. Du coup, la question de la politique budgétaire du prochain gouvernement se pose avec acuité. Les trois partis « nationaux » proposent de réduire encore les dépenses publiques à différents rythme, la palme de la vitesse revenant aux Conservateurs. Mais, comme le souligne les économistes de Barclays, ce scénario serait très risqué pour la croissance britannique, surtout s'il survient dans le cadre d'un resserrement monétaire. Eudoxe Denis estime qu'il faudra sans doute toucher au secteur de la santé, relativement épargné jusqu'ici dans les coupes si l'on veut éviter des hausses d'impôt dans la prochaine législature. Ces dernières semblent, du reste, inévitables à l'OBR, l'équivalent du Haut Conseil aux Finances Publiques, qui juge peu réaliste le parcours budgétaire décrit par George Osborne pour revenir à l'équilibre budgétaire d'ici à 2020. Autrement dit, le Royaume-Uni n'en a peut-être pas fini avec l'austérité. Et il n'est pas certain que, cette fois-ci, le pays s'en sorte à si bon compte qu'en 2010-2012. D'autant, on l'a vu, qu'il n'a pas pansé ses plaies issues de la crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2015 à 21:59 :
Encore un exemple d'article franchouillard pour dire que la France, elle, elle va s'en sortir autrement mieux et de belle manière !!! Et le succès britannique bof bof... La question pour la France, qui "fête" aujourd'hui son record de chômage, c'est de voir QUAND elle va démontrer sa vigueur. Les Anglais, eux, sont pragmatiques et réalistes et leurs recettes fonctionnent. On ferait bien d'arrêter de se prendre pour le nombril du monde et croire que la France éternelle, Monsieur, elle sait tout et elle donne des leçons à tout le monde. On voit où ca mène...
a écrit le 21/04/2015 à 23:32 :
Un exemple de "miracle" britannique. En 15 ans, le nombre d'invalides/maladie longue durée a grimpé de 0,6 millions a 2,7 millions alors qu'en France, on stagne a ... 0,5 million.
C'est donc 2,1 millions de chômeurs qui disparaissent des stats UK.
C'est un miracle ou un mirage ?
a écrit le 20/04/2015 à 11:49 :
"il sera de 2,6 % du PIB en 2015 en France"
ca ce n'est pas encore gagné!
a écrit le 17/04/2015 à 9:10 :
c'est quand meme curieux , cette manie française du " refus de réalité " :
...croissance ..." miracle ou mirage "...
et si c'etait tout simplement le résultat de mesures efficaces ?
( comme par exemple en Allemagne et en Espagne ).
Réponse de le 18/04/2015 à 10:33 :
La croissance britannique est bien en grande partie un mirage. Elle s'est basée autour de Londres et autour d'une grosse bulle immobilière. En Espagne, il y a eu des mesures efficaces ? La reprise de 1,7% n'est rien comparé à la récession de un quart qu'a connu le pays. La reprise est le fait d'une recession qui ne peut durer éternellement. En Grèce c'est pareil. Pays qui n' a faut aucune vrai réforme et qui renoue avec la croissance.
Réponse de le 19/04/2015 à 8:51 :
pour la croissance Britanique , peut etre " autour de Londres " , mais vous me surprenez , car la cote Sud ( anglaise ) connait aussi une belle croissance ;
par contre pour l'Espagne , vous etes completement à coté de la plaque :
effectivement il y a eu recession :
l'effondrement de l'immobilier ( 25 % du PIB ) a été catastrophique ;
mais aujourd'hui , la croissance revient ( 1,6 % en 2014 ) 2,5 % pour 2015 , et ce alors que l'immobilier ne redemarre que maintenant , et très lentement ;
c'est donc d'autres branches de l'économie qui ont generés la croissance ;
et , ce n'est pas fini car aujourd'hui , non seulement les ventes immobilière repartent , mais les mises en chantiers aussi redemarrent ;
sans compter toutes les decisions investissements à moyen termes ( agriculture notamment ) qui ne vont commencer à porter leurs fruits ( c'est le cas de le dire) que maintenant ;
par contre , les mesures ont permis d'assainir pas mal de secteurs ...et aujourd'hui , avec la lutte contre les corruptions ; et c'a , c'est la crise qui a mis en evidence les "derives " .
.../...
pour l'Espagne , & pour la Grande-Bretagne , parler de mirages , c'est vouloir refuser la réalité qui est que , pour avoir des résultats : il faut des mesures et des efforts.
a écrit le 17/04/2015 à 9:03 :
L'endettement des particuliers est bcp plus élevé qu'en France. Chez les étudiants, c'est comme aux US; démarrer avec 50000£ de dettes est courant.
En se servant à fond du crédit, on peut présenter des chiffres à peu près acceptables pour les béats du libéralisme à outrance
a écrit le 16/04/2015 à 19:09 :
Commentaires éminemment intéressants mais aucun n’aborde le sujet central : quel génie politique a pu réussir à faire accepter à une majorite de devenir plus pauvres et plus mal- portants que leurs parents voire leurs grands parents ? Le problème est là : la France n’à pas la Thatcher qui lui permettrait d’atteindre cet idéal économique. ...
a écrit le 16/04/2015 à 16:16 :
La vigueur de l'economie britanique resulte beaucoup de l'activite immobiliere. L'adoption du d'une loi permettant d'emprunter avec un apport de 5% avec garantie de l'Etat a beaucoup aide a l'acceleration de la croissance au Royaume-Uni a partir de debut 2013.
Réponse de le 18/04/2015 à 10:36 :
Ce qui est dangereux ! L'immobilier est un piège ! Le Japon est tombé dedans il y a 20 ... Et y est toujours ou presque.
a écrit le 16/04/2015 à 15:56 :
les dépenses de 47.5% a 40% du PIB ... qui augment de 3% par an ... ça veut dire que les dépenses ont elles aussi augmenter juste moins vite que le PIB ce n'est pas pareil qu'un baisse en valeur absolue. Pourriez vous donner donc les chiffres et non pas le ratio.
En Grèce le taux a baissé légèrement maius le PIB a chuté de 25% .... on devrait dire que la Grèce n'a pas fait d'effort ?
a écrit le 16/04/2015 à 15:51 :
Et oui, la GB s'en sort toujours mieux que la France et cela continuera ainsi encoure longtemps car le système anglosaxon est tout simplement supérieur au nôtre. La GB est réactive, la France ne l'est pas. La France préfère entretenir et assister, la GB mise sur l'individu pour créer de la richesse. Il est paradoxal de constater que la GB produit davantage de voitures sur son sol que nous...Pourquoi la France n'y arrive pas? Non, ce n'est pas l'euro qui est responsable car alors même que l'euro est super dévalué tant vis à vis des dollars Américain canadien, Australien et NZ, que par rapport au franc suisse, Livre britannique etc.... la France n' arrive pas.... J'ai vu un reportage sur la 2 hier soir sur l'apprentissage en Suisse....un apprenti gagne 1500 fs = 1450 euros!!!! Alors que chez nous, c'est le nirvana du salaire maxi que d'aucuns aimeraient atteindre....
salaire moyen en Suisse: plus de 5000 euros... salaire moyen en France, autour de 2000 euros...et vous dites que l'euro est sur évalué?
Réponse de le 16/04/2015 à 18:05 :
Biensur que l'euro est surévalué, pareil que le dollar. Et les salaires suisses sont forts, car ils ont énormément d'immigrés (20% d'étrangers en suisse !!).
Réponse de le 16/04/2015 à 19:20 :
il faudrait renouveler tout simplement le personnel politique en le remplaçant par des économistes et des entrepreneurs qui ont fait leurs preuves : Fiorentino, Tapie etc.....La France ne manque pas d’élites dignes de ce nom !
Réponse de le 16/04/2015 à 20:14 :
Tout à fait d'accord.... c'est dingue comme les chiffres suffisent moins à convaincre les electeurs que la gauche caviar
@leo... okay, mais je ne mettrais pas Fiorentino et encore moins Tapie !!! Ok pour Simoncini, Niel voire Arnault et Pinault
Réponse de le 16/04/2015 à 22:25 :
comparer les salaires est stupide. Compare donc les niveaux de vie. Et vue le coup de la vie en suisse 1500fs c est très précaire.
a écrit le 16/04/2015 à 15:50 :
La GB montre vraiment l'exemple. Leur réussite est éclatante.
Le nombre de millionnaires et de milliardaires explose, beaucoup moins toutefois que celui des pauvres.
La réussite de ce modèle n'est pas celle de toute la population mais de la minorité au pouvoir qui a en grande partie atteint son but : continuer à s'enrichir.
La capacité du peuple anglais à supporter l'austérité et la pauvreté est immense et au besoin, l'immigration pakistanaise et afghane peut finir de les convaincre.
La France s'en inspirera-t-elle ?
a écrit le 16/04/2015 à 13:57 :
La dette publique a cru de 40 % à 100 % du pnb en 10 ans alors venir parler de croissance lorsque l'on emprunte de l'argent et que l'on fait de la dette c'est de la mauvaise dette et le gouvernement péjore les générations futures, ce n'est pas de la bonne croissance mais un mirage d'optique!
a écrit le 16/04/2015 à 12:40 :
"23 % des ménages sont endettés à hauteur de 4 ou 5 fois leurs revenus annuels" ..outch. Notez, vu le nombre de pubs de crédit à la conso qui passent à la télé. Mais tout de même incroyable. Oubli dans votre article : 3 millions d'Anglais n'ont même pas de quoi s'acheter à manger et le nombre de centres de distribution ne nourriture augmente fortement... Quand aux chiffres de l'emploi, s'ils sont aussi faux que partout dans le monde, faudrait pas être surpris.
Réponse de le 16/04/2015 à 18:23 :
Si on force les ingénieurs de l'industrie au chômage à travailler 3 heures par dimanche comme caissier dans une supérette, cela ne m'étonne pas que leurs chiffres de l'emploi soient aussi excellents.
a écrit le 16/04/2015 à 9:58 :
Un Etat fort qui sait faire rentrer les impôts est un élément de stabilité,d'équité, de sécurité.Ce n'est pas pour autant (en France) qu'il ne faut pas aussi limiter les taux de prélèvement et faire des économies.
Le RU n'est plus dans cette logique, passé à un néo-libéralisme brutal, déstructurant, machine à générer le la pauvreté, de la précarité, de disette sociale et sanitaire.
Réponse de le 17/04/2015 à 11:10 :
"Le RU n'est plus dans cette logique, passé à un néo-libéralisme brutal, déstructurant, machine à générer le la pauvreté, de la précarité, de disette sociale et sanitaire."
... c'est tellement vrai ce que vous dites qu'on se demande pourquoi Afghans, Pakis, Polaks ainsi que 300 000 de vos compatriotes se ruent sur la Grande Bretagne.
On sent le discours amer d'une gauche toujours bien pensante, sûre de son droit et donnant la leçon aux autres au nom d'une certaine humanité, voire même d'une médiocre classe politique française soit disant "libérale" qui n'a jamais réussi à faire tourner une économie autrement qu'en ponctionnant le travail, multipliant le nombre de fonctionnaires et empruntant à tout va .... Digne au mieux de "l'exemple" Grec, au pire de la Russie Soviétique.
Quand les français vont-ils enfin se libérer de ce carcan de la langue de bois politiquement correct que la réalité économique dément tous les jours ?
Réponse de le 21/04/2015 à 23:42 :
@gosco. Dans votre mail, je lis une amertume envers la France. Que s'est-il passé ? Peut-être n'avez vous pas su ou pu vous faire embaucher en France qui est effectivement un marché extrêmement concurrentiel. Pour avoir fait une partie de ma carrière a l’étranger, je sais qu'il faut un meilleur CV en France que partout ailleurs pour être retenu.
a écrit le 16/04/2015 à 9:50 :
@emplois, désolé mais votre raisonnement est faux et/ou tronqué , ou encore typiquement français, la politique économique à un seul but ,quand en amont,la confiance et la fiscalité son a un niveau convenable.... plus la préservation du capital investi, rétribution de celui-ci (dividendes) et développement de l'investissement, en aval , les RH ..(emploi) .sont qu'une résultante ...non pas un cause économique majeur ......Il ne faut pas inverser la pyramide de la logique économique ....
Réponse de le 16/04/2015 à 12:42 :
Vote logique économique est belle. Sauf que ce n'est pas celle qui est faite par aucun pays au monde. Sinon, on n'aurait pas eu de crises en 2009. En outre, cette crise n'est résorbée que par les taux d'intérêts très bas, et pas du tout par une mise en place de la logique économique que vous décrivez.
N'oublier pas les crises d'auto-satisfaction de THE ECONOMIST du temps de BLAIR, pour la Grande-Bretagne.
a écrit le 16/04/2015 à 9:40 :
quand un article financier est écrit en France sur le devenir économique du UK ...c'est la version mirage qui prévaut ....quand ,c'est un article dans The Economist c'est plus version pragmatique croissance, donc pour être à jour, je lis le WSJ .....! ..
a écrit le 16/04/2015 à 7:27 :
au fond la politique économique a un seul but fondamental : créer des emplois. Et cela vient avec la confiance de ceux qui embauchent et investissent. Les anglais ont créé 1.6 millions d'emplois...... La messe est dite. On aimerais cela en France !
Réponse de le 16/04/2015 à 8:44 :
L explosion de la dette ce n'est pas un petit risque
L'écroulement de la monnaie entraîne pire que la crise. Lafamine
Réponse de le 16/04/2015 à 8:49 :
hum, il me semble que la politique économique a été créée avant tout pour une chose, faire la guerre, et c'est parce qu'il n'y a plus d'expansionnisme territorial qu'il y a un problème, les états ne peuvent plus investir ni diriger efficacement leur économie sans causer de surproduction et déficit. Dans le temps, on développait des colonies pour absorber le surplus de main d'oeuvre, la pauvreté et absorber la production. Maintenant à moins de coloniser l'espace, la planète entière est en surproduction chronique, les effets de la mondialisation( délocalisations, demande de mobilité, pauvreté de régions entières et retour de la xénophobie ) vont aller en s'accentuant.
Réponse de le 16/04/2015 à 9:42 :
à Xavier-Marc,
Bienvenu dans un monde de croissance infinie dans un monde aux ressources finies...
Réponse de le 16/04/2015 à 9:45 :
Le nombre de chômeur au Royaume Uni est passé de 3 millions en 1987 à 1,5 environ aujourd'hui .Par contre ce que l'on oublie vite est que parallelement ,le nombre des invalides/longue maladie est passé de moins de 0,6 millions de personnes en longue maladie/invalidité en 1981 à près de 2,7 millions aujourd'hui.Les courbes se sont inversées à partir de 1996.Pour rappel, la France compte environ 0,5 million de longue maladie/invalidité. Y 'a pas de secret , il y a eu juste un transfert d'une caisse à l'autre.
Chômage : 326€/mois ,Longue/maladie invalidité : 443€/mois
On peut estimer que le taux de chômage réel se situe autour des 12%
Réponse de le 16/04/2015 à 13:30 :
Merci de rappeler cela, cela change des commentaires que je lis d'habitude. J'y ajouterai les travailleurs pauvres, voir très pauvres qui sont légions au RU. RU dont ni le PIB ni le PIB par habitant n'ont retrouvé leur niveau de 2008 (à l'inverse de la France) et dont la croissance actuelle ressemble à une jolie bulle financiére et immobiliére à l'anglaise avec une productivité médiocre des travailleurs, un déficit commercial et une dette publique importante (pire qu'en France). Mais si The Economist, le PM Cameron et La Tribune trouve cela merveilleux.... tant mieux
Réponse de le 16/04/2015 à 23:48 :
Facile de dire que le gouvernement n'est pour rien dans le retour de la croissance et de l'emploi mais il faut le comparer avec des pays équivalents comme la France : alors là on voit le travail accompli par Cameron et son gouvernement. ils ont responsabilise la population qui se prend en main de plus en plus alors qu'en France on prône la protection a outrance avec 10% de la population au chômage et ce n'est malheureusement pas fini. si j'avais a parier je saurais chez qui mettre mon argent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :