Espagne : les députés Podemos renoncent à une partie de leurs indemnités parlementaires

 |   |  470  mots
Le parti de Pablo Iglesias veut mettre en avant un rejet des "privilèges" des acteurs de la vie politique.
Le parti de Pablo Iglesias veut mettre en avant un rejet des "privilèges" des acteurs de la vie politique. (Crédits : SUSANA VERA)
Élus lors des élections générales espagnoles de décembre, les 69 députés du parti de gauche radicale Podemos et de ses alliés régionaux ont renoncé à une partie des avantages financiers offerts par leur poste. Le parti entend ainsi « construire des institutions proches des conditions de vie des citoyens, et qui ne servent pas à la consolidation des privilèges ».

En Espagne, les députés Podemos fraîchement élus ne toucheront qu'un maximum de 850 euros par mois au lieu des 1.823 euros prévus par le règlement du Congrès des députés, selon le site du quotidien espagnol El Mundo. Le Conseil citoyen, comité de direction politique du parti, a en effet établi dimanche 3 janvier à Madrid un règlement interne exhortant les élus à renoncer à certains avantages que leur confère leur mandat, allant d'une limitation des salaires à un renoncement à hauteur de 1.000 euros par mois d'une partie des indemnités de logement, en passant par le refus de se faire payer leur facture Internet et leurs déplacements en taxi. Le Conseil citoyen entend par là mettre en avant un rejet des « privilèges » et ainsi montrer l'exemple.

Le salaire des députés limité à trois salaires minimums

Les députés résidant hors de Madrid reçoivent habituellement 1.823 euros par mois en guise d'aide au logement et à l'alimentation. Ceux qui ont été élus sous la bannière de Podemos toucheront pourtant 850 euros maximum à cet effet. De même, leur salaire sera limité à l'équivalent de trois salaires minimums, soit trois fois 648 euros, à égalité avec tous les représentants publics de la formation politique. D'après le règlement interne établi par le Conseil citoyen, les députés devront également renoncer aux « pensions et autres prestations économiques pour les ex-parlementaires », ainsi qu'aux 3.000 euros mensuels versés pour les déplacements en taxi et au paiement de leur facture Internet par l'État. L'argent refusé par les élus ne permettra pas de réaliser des économies publiques, puisqu'il sera alloué aux frais de fonctionnement du Congrès ou aux projets sociaux comme le plan Impulsa, qui apporte de l'aide aux entrepreneurs.

« Construire des institutions proches des conditions de vie des citoyens »

Dans un communiqué, Podemos prétend démontrer par ces mesures « ses efforts pour construire des institutions proches des conditions de vie des citoyens, et qui ne servent pas à la consolidation des privilèges, ainsi que son engagement à la transparence ». Avec de tels engagements, la formation de gauche radicale entend jouer sur l'exaspération des Espagnols face à la corruption dans le monde politique, notamment suite aux affaires qui ont impliqué le Parti populaire (PP), parti du président du gouvernement sortant Mariano Rajoy. Les députés du Congrès voteront, lors de leur première réunion le 13 janvier, pour un nouveau président du gouvernement. Si aucun candidat ne reçoit le soutien d'une majorité des élus, de nouvelles élections devront être convoquées pour le printemps. Dans cette éventualité, Podemos s'efforce de conserver son image de parti antisystème et égalitaire, pour convaincre à nouveau les Espagnols après être arrivés en troisième position aux élections générales de décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2016 à 20:06 :
#bruno-bd
Vous préférez sans doute la "compétence" de ceux qui nous gouvernent depuis trente ans PS -LR et qui nous a amené où nous en sommes.
Les élus de Podemos ne le sont que depuis un mois , votre jugement est donc idéologique et non fondé.
a écrit le 21/01/2016 à 20:06 :
#bruno-bd
Vous préférez sans doute la "compétence" de ceux qui nous gouvernent depuis trente ans PS -LR et qui nous a amené où nous en sommes.
Les élus de Podemos ne le sont que depuis un mois , votre jugement est donc idéologique et non fondé.
a écrit le 21/01/2016 à 20:05 :
#bruno-bd
Vous préférez sans doute la "compétence" de ceux qui nous gouvernent depuis trente ans PS -LR et qui nous a amené où nous en sommes.
Les élus de Podemos ne le sont que depuis un mois , votre jugement est donc idéologique et non fondé.
a écrit le 21/01/2016 à 20:04 :
Vous préférez sans doute la "compétence" de ceux qui nous gouvernent depuis trente ans PS -LR et qui nous a amené où nous en sommes.
Les élus de Podemos ne le sont que depuis un mois , votre jugement est donc idéologique et non fondé.
a écrit le 14/01/2016 à 21:53 :
Réponse pour Bruno_db

Décidément...je vois que vous maîtrisez mal le cheminement de vos impôts et autres taxes qui tombent dans les poches du système politicien français... Cumul de mandats..promesses non tenues..corruption active et passives dépassant des sommes que vous n'imaginez pas...vous étes sûrement trop occupé dans votre journée pour être aussi mal informé.... Sans être de gauche et comme français expatrié, je vous annoncerait simplement qu'ils ont assez de "cojones" pour tenir leur parole...ils l'ont déja fait...ce que ne feront pas les politiciens français avant longtemps...les reformes existent vraiment ici et elle se vérifient régulièrement... La preuve...les impôts..les charges...les cotisations sociales....tout est moins cher que la France....vous vivez au pays des normes et des radars....vive l'Espagne...vive la Catalogne...et vive le confort de vie et de joie que vous n'avez plus en France....donc le parti PODEMOS veut dire....nous POUVONS...et ils le font.. leurs compétences et leurs espoirs dépassent de loin les vôtres...

Au plaisir de NE PAS VOUS LIRE.....
a écrit le 14/01/2016 à 10:36 :
Ne surtout pas s'inquiéter cela ne devrait engendrer aucun mouvement consécutif au sein des partis traditionnels, les mecs s'ils font de la politique c'est quand même pas pour respecter le peuple hein !

C'est d'abord pour faire du fric et ensuite pour aider leurs copains et accroître leurs réseaux.

Pas étonnant que nous soyons si mal gérés, normal même.
a écrit le 05/01/2016 à 19:22 :
D'un autre coté si les politiques n'étaient payés que sur leurs résultats ou tenus des promesses, ils suceraient souvent des cailloux !!!
a écrit le 05/01/2016 à 17:41 :
belle initiative d'exemplarité nos élus français feraient bien de s'en inspirer au lieu de s'enrichir sur le dos du contribuable
Réponse de le 13/01/2016 à 8:07 :
entièrement raison
a écrit le 05/01/2016 à 12:00 :
Le populisme et la démagogie des élus de Podemos n'ont d'égales que leur incompétence.
Réponse de le 05/01/2016 à 13:39 :
Sur quoi vous basez-vous pour écrire que les députés de Podémos sont incompétents? Argumentez SVP. sinon vous ne faites qu'insulter.
Réponse de le 06/01/2016 à 11:04 :
J'étais sûr que certains repondrais ça : populisme et démagogie...
Oui bien sûr, il est facile à chaque fois de répondre la même chose : des concepts flou, dans lequel on peut mettre tout et n'importe quoi.
Moins facile en revanche d'argumenter.
Est-ce moins démagogique et populiste par exemple la déchéance de nationalité proposée par le gouvernement ? Pourtant les même étant totalement contre il y a peu de temps, et là alors quer tout le monde s'accorde à dire que ça n'aura aucune efficacité (y comprit eux-même), mais que 90% des français étant sois-disant pour, ça va se faire ...
Réponse de le 21/01/2016 à 19:58 :
Vous préférez sans doute la compétence de ceux qui nous gouvernent depuis trente ans PS -LR et qui nous a amené où nous en sommes.
Les élus de Podemos ne le sont que depuis un mois.
Pourriez vous prendre quelques années sabbatiques et quitter ce site pour aller prendre l'air.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :