Espagne : vers la dissolution du Parlement et de nouvelles élections

 |   |  252  mots
La date limite pour la formation d'un gouvernement est officiellement fixée au 2 mai, mais, faute d'un accord dans les heures qui viennent, le vote de confiance du Parlement ne pourra avoir lieu dans les temps.
La date limite pour la formation d'un gouvernement est officiellement fixée au 2 mai, mais, faute d'un accord dans les heures qui viennent, le vote de confiance du Parlement ne pourra avoir lieu dans les temps. (Crédits : © Sergio Perez / Reuters)
Le roi a annoncé mardi soir ne pas avoir de candidat pour la présidence du gouvernement.

Six mois après les élections législatives, l'Espagne devrait revoter. Le roi Felipe VI "a constaté qu'il n'a pas un candidat disposant d'appuis suffisants à la chambre des députés" pour obtenir l'investiture, entraînant la mise en oeuvre de l'article de la Constitution qui prévoit de nouvelles élections législatives, selon un communiqué du palais. Cela doit entraîner la dissolution du Parlement et de nouvelles élections en juin.

"Faute de candidats, nous n'avons d'autre choix que d'élaborer un décret de dissolution du Parlement visant à convoquer des élections", a ensuite expliqué Patxi Lopez, le président du Congrès, lors d'une conférence de presse après avoir précisé que cette formalité interviendrait le 3 mai.

Scrutin le 26 juin au plus tard

La date limite pour la formation d'un gouvernement est officiellement fixée au 2 mai, mais, faute d'un accord dans les heures qui viennent, le vote de confiance du Parlement ne pourra avoir lieu dans les temps. La loi prévoit que le scrutin se tienne 54 jours plus tard, le 26 juin.

Les élections législatives du 20 décembre avaient débouché sur un Parlement fragmenté entre quatre grands partis: le Parti populaire (conservateur) au pouvoir avec ses 123 sièges, suivi du Parti socialiste (90), de Podemos (65) et de Ciudadanos (40 députés).

Ils n'ont pas réussi depuis à s'accorder sur la formation d'un gouvernement de coalition.

>> Aller plus loin Après le vote interne de Podemos, l'Espagne se rapproche encore de nouvelles élections

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2016 à 13:45 :
Comme en Allemagne avec Die Linke, Podemos apparaît maintenant clairement comme la meilleure protection contre tout retour de la gauche au pouvoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :