Fin du roaming : les touristes européens utilisent davantage leur smartphone

 |   |  408  mots
La proportion de voyageurs qui n'utilisent jamais les données mobiles à l'étranger a diminué de moitié cet été par rapport aux mois précédents, pour s'établir à 21%, note la Commission européenne dans son premier bilan.
La proportion de voyageurs qui n'utilisent jamais les données mobiles à l'étranger a diminué de moitié cet été par rapport aux mois précédents, pour s'établir à 21%, note la Commission européenne dans son premier bilan. (Crédits : Reuters)
La Commission européenne dresse un premier bilan positif de la suppression des frais d'itinérance au sein de l'Union européenne, applicable depuis le 15 juin dernier. En moyenne, "le trafic de données a été multiplié par 3 à 6 cet été", selon Bruxelles.

Des touristes européens plus connectés ? C'est ce qu'il ressort de la première enquête de Bruxelles sur la fin du "roaming", publiée mardi et réalisée à la fin de l'été. Ces frais d'itinérance entraînaient un surcoût pour les appels, les SMS et les données mobiles (Internet) lorsque des consommateurs européens voyageaient dans l'Union européenne. Ils ont été supprimés le 15 juin dernier. Conséquence : les Européens peuvent désormais utiliser leur téléphone portable dans un autre pays que celui de leur résidence, sans s'attendre à recevoir une lourde facture en fin de mois. Et les touristes européens l'ont bien intégré.

Selon l'enquête, 71 % des Européens sont au courant de la suppression des frais d'itinérance. Parmi ceux qui se sont rendus à l'étranger depuis le 15 juin, ils sont même 86 % à être informés des nouvelles règles. Certains consommateurs ont déjà modifié leur usage, puisque "la proportion de voyageurs qui utilisent les données mobiles aussi souvent en itinérance qu'ils le font dans leur pays a doublé après le 15 juin 2017 (31 %) par rapport aux mois précédents (15 %)", souligne l'étude.

Graphique Statista Roaming smartphone Union européenne tourisme

[Crédits : Statista.]

Les données mobiles ont aussi été davantage utilisées par les Européens. "La proportion de voyageurs qui n'utilisent jamais les données mobiles à l'étranger a diminué de moitié après le 15 juin 2017 (21 %) par rapport aux mois précédents (42 %)." Cependant, les voyageurs sont encore nombreux à restreindre l'utilisation de leur smartphone à l'étranger (60%).

"Cela profite aux consommateurs et aux opérateurs"

"C'est un exemple d'amélioration concrète de la vie des citoyens européens apportée par l'UE", s'est félicitée Mariya Gabriel, commissaire pour l'Economie et la Société numériques. "L'itinérance aux tarifs nationaux fonctionne: les clients sont contents, la consommation augmente et la demande de services mobiles lors des déplacements dans l'UE est très élevée. Cela profite aussi bien aux consommateurs qu'aux opérateurs."

C'est une petite victoire pour la Commission européenne qui plaide pour un marché unique du numérique. Bruxelles s'est livré à un bras de fer pendant des années pour les frais d'itinérance avec le puissant lobby des télécoms. Celui-ci a tout fait pour préserver cette rente, estimée à 4 milliards d'euros dans l'UE.

> Lire aussi : Fin des frais de roaming, une fausse bonne nouvelle ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2017 à 18:31 :
Encore un effort à faire pour les appels intra UE mais depuis le pays de l'abonnement. Là on sera au marché unique.
Il est aberrent d'être surtaxé pour téléphoner à 50m de l'autre côté d'une frontière.
a écrit le 28/09/2017 à 9:23 :
Bien sûr que cela profite aux consommateurs mais il est quand même incroyable que ce soit aux autorités de faire la police, alors que les pouvoirs publics deviennent de plus en plus faibles, les actionnaires milliardaires sont de plus en plus puissant, comment voulez vous que des gens inconscients s'auto régulent en ce qui concerne les tarifs abusifs ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :