Grèce : forte croissance au troisième trimestre

 |   |  908  mots
La Grèce a connu un bon troisième trimestre 2016
La Grèce a connu un bon troisième trimestre 2016 (Crédits : Reuters)
La croissance est revenue en Grèce au troisième trimestre, mais il s'agit en réalité d'une stabilisation sur le moyen terme à un niveau très bas. L'enjeu de la dette reste crucial.

C'est une divine surprise pour Alexis Tsipras. L'office des statistiques grecs Elstat a publié ce mardi 29 novembre le chiffre révisé à la hausse de la croissance grecque du troisième trimestre 2017. Le PIB hellénique a connu un fort rebond de 0,8% sur trois mois, le troisième plus important au cours des dix dernières années. Par rapport au troisième trimestre 2015, la hausse est de 1,8%, ce qui correspond à la plus forte progression depuis le troisième trimestre de 2007. Initialement, Elstat avait estimé à 0,5% la croissance trimestrielle grecque.

Composantes dans le vert

La plupart des composantes de la croissance grecque sont à nouveau dans le vert, notamment la consommation qui progresse de 2 % et l'investissement qui est en hausse de 1,7%. La contribution externe apporte une contribution au PIB moins en raison de la progression des exportations qui ralentit par rapport au trimestre précédent (+3,7 % contre 6,4 %, malgré la saison touristique) qu'en raison de la baisse des importations de 10,2 %. Aucune donnée détaillée par secteurs n'était disponible.

Ce bon trimestre est le deuxième trimestre de croissance de l'économie grecque puisqu'au deuxième trimestre, la croissance sur trois mois avait été de 0,4 %. C'est sans doute le signe d'une stabilisation, mais il convient de ne pas trop surinterpréter ces données. Le troisième trimestre 2015 avait été très mauvais (-1,9 % sur un an) à la suite de l'installation du contrôle des capitaux et de la signature du troisième mémorandum. Et en réalité, l'économie hellénique se remet à peine du choc de ce nouveau plan de purge.

Stabilisation à un niveau bas

Sur les trois premiers mois de l'année, le PIB ne progresse que de 0,16%. C'est certes mieux que ce qui était attendu, mais c'est en réalité une stabilité plus qu'une croissance. Du reste, en données corrigées et en euros constants, le PIB de ce troisième trimestre 2016 est encore inférieur à celui du troisième trimestre 2014 de 0,5%. Sur les neuf premiers mois de 2016, la richesse hellénique a encore reculé de 22,8% par rapport aux neuf premiers mois de 2007.

Il est du reste peu probable que cette reprise soit ressentie par les Grecs eux-mêmes. Certes, la consommation des ménages a progressé au troisième trimestre, mais elle demeure en deçà de son niveau du dernier trimestre 2015. Elle est inférieure de 10,7 milliards d'euros à son niveau du troisième trimestre 2009, soit 25,2% de moins. Le niveau de l'investissement est encore plus préoccupant. Il est certes en hausse de 12,6% sur un an, mais on est encore loin de pouvoir combler le déficit enregistré depuis le début de la crise. Le niveau d'investissement du troisième trimestre 2016 ne représente que 32,3% de son niveau du troisième trimestre 2007. Dans ces conditions, la capacité de la Grèce à produire de la richesse et de l'emploi est nécessairement très faible.

Fragilités

Au reste, la reprise du troisième trimestre ne doit pas faire oublier les fragilités persistantes de l'économie grecque. La forte baisse des importations suit certes une hausse de 9,1%, mais elle dénote aussi la faiblesse de la demande intérieure. Le retour de l'inflation via les matières premières, dont la Grèce est très dépendante n'augure rien de bon pour l'économie hellénique. Le moral des ménages et des entreprises se sont affichés en recul en novembre. Sans compter que si la consommation de l'Etat est à nouveau en progression grâce à de bonnes rentrées fiscales, les objectifs du programme pourraient encore peser sur la conjoncture, tout comme l'application de la réforme des retraites en janvier prochain.

Si la déflation salariale permet aujourd'hui la stabilisation de l'économie grecque, son coût est considérable et il pèsera longtemps sur l'avenir du pays. Le pays est exsangue socialement avec un taux de chômage de 23,4% et un taux d'emploi de 52,2%, un des plus faibles d'Europe. La dette publique, de 175 % du PIB, est une épée de Damoclès sur l'avenir et si les investissements les plus immédiatement rentables dans quelques secteurs peuvent faire rebondir les chiffres, aucune reconstruction réelle du pays ne peut se faire sans une véritable restructuration de la dette. C'est l'avis de l'OCDE, du FMI et même de la BCE. Mais ce n'est pas l'avis de l'Allemagne et de l'Eurogroupe.

La question de la dette reste ouverte

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, a ainsi affirmé voici quelques jours que la « Grèce vit au-dessus de ses moyens ». La purge n'a pas, pour lui, été suffisante. Et il demande donc que l'on ne relâche pas la pression sur Athènes en attendant 2018 pour prendre toute mesure de restructuration de la dette, sans jamais couper dans le stock nominal des créances. Berlin souhaite aussi maintenir des objectifs d'excédents à 3,5% du PIB après la fin prévue du programme en 2018. Ceci reviendrait à assurer la Grèce d'une austérité indéterminée qui aurait tôt fait d'enterrer tout espoir de reprise. Pierre Moscovici, commissaire européen, qui a demandé de nouveaux efforts au premier ministre Alexis Tsipras pour boucler la nouvelle revue du programme, estime que l'on peut parvenir à un accord sur la dette avant lundi prochain. Mais compte tenu du contexte politique en Allemagne, tout accord sera a minima. La Grèce devrait donc encore traîner son fardeau de dettes à l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2016 à 12:44 :
Ah ah! J'ai le sentiment que vous usurpez le pseudonyme du véritable "Patrickb"!
Je trouve le procédé assez déloyal, même si on apprecie pas le dénigrement systématique de ce dernier a l'égard du pays où il prétend demeurer, et de ses habitants, accablés de tous les defauts, jusqu'à la calomnie et la diffamation.
Il ne s'agit pas de tomber dans les excès inverses: les grecs ne sont ni meilleurs ni pires que la majorité des individus, je dirai même, pour les connaitre un peu, qu'on trouveen Grèce bien plus de solidarité, d'entraide qu'en France où l'individualisme, et l'égoïsme regent en maîtres. Nos difficultés etant pourtant bien moindres que celles des grecs auquels je souhaite une amelioration de leurs conditions de vie, je parle bien sur des plus modestes.
a écrit le 30/11/2016 à 9:15 :
C'est l'avantage de la politique néolibérale des chiffres, si on vous impose une crise d'austérité qui vous fait perdre 99% de vos richesses en un an par la suite on peut facilement avoir des gros taux de croissance sans jamais retrouver le niveau de départ.

Politique du chiffre politique binaire.
a écrit le 30/11/2016 à 9:15 :
C'est du bluff ! La véritable réalité, c'est que les Grecs s'appauvrisent de plus en plus, écrasés par les diminutions des retraites et des salaires et par les hausses massives de taxes en tous genres. Sous la pression des créanciers-voyous, la Grèce programme encore des hausses de taxes sur les voitures, les carburants, la tv, le café... pour l'an prochain. Les Grecs ont la naïveté de croire que s'ils continuent à faire comme maintenant - soit payer plus et mieux leurs impôts que les fraudeurs français et travailler plus que les français, chiffres ocde à l'appui - ils vont s'en sortir. C'est totalement impossible. Diminution des revenus et augmentations massives des taxes = diminution catastrophique des pouvoirs d'achats et donc destruction de l'économie interne. Faut même pas être économiste pour le comprendre. D'ailleurs, aujourd'hui, toutes les instances un peu sérieuses confirment que la "stratégie" européenne est destructrice à court, moyen et long termes, qu'elle ne fait qu'enfoncer la Grèce et les Grecs. Seuls, les états-voyous et les populations-parasites - france et français en tête - s'obstinent à ne rien changer et continuent à détruire sciemment le pays pour mieux vivre à ses crochets. Pour mémoire, rappelons que tout le monde s'accorde à reconnaître, de manière unanime (sauf les français et les allemands, tiens donc !) que les pseudo-"aides" à la Grèce qui ne sont qu'un vulgaire racket n'ont été imposées de force à ce pays que et uniquement pour sauver les banques françaises en perdition. Stratégie connue : à l'époque, le psdt français VGE avait déjà truqué les comptes d ela Grèce avec Goldman Sachs pour faire entrer de force la Grèce dans la zone euro et... sauver les banques françaises mal gérées. Là aussi, hormis les malhonnêtes français une fois de plus, tout le monde est d'accord sur ce point, y compris les économistes et politiciens les plus "durs". Qui sont donc les vrais parasites ?
a écrit le 29/11/2016 à 22:33 :
Eh oui, la Grèce va mieux, ce qui confirme, comme en Espagne et au Portugal, que la purge qu'elle a subi, bien qu'extrêmement douloureuse, finit par lui être quand même salutaire. Il a fallu pour cela effacer les 25% de PIB totalement artificiels qu'avait créé l'endettement effréné et caché. La France n''a donc plus aucune excuse pour différer encore sa cure de désintoxication à la dépense publique.
Réponse de le 30/11/2016 à 1:45 :
Mais que faites vous de la centaine de milliards de dette de la Grèce annulées par la seule Europe ?
a écrit le 29/11/2016 à 21:49 :
Et bien, espérons que cela dure.
Tomber plus bas n'était pas possible, ils ne peuvent donc que progresser nos voisins grecs.
Bon courage, le chemin sera long et difficile.
Un petit coucou aussi à l'Espagne et l'Italie, on compte aussi sur vous, même si vous nous gonflez avec vos exportations au ras des pâquerettes.
Réponse de le 30/11/2016 à 7:51 :
"même si vous nous gonflez avec vos exportations au ras des pâquerettes. " : vous pourriez préciser ?
a écrit le 29/11/2016 à 18:19 :
Forte croissance....ouais ......tout est dans la nuance.....
a écrit le 29/11/2016 à 18:11 :
Bonne nouvelle, car on peut penser qu'il s'agit d'une vraie croissance, qui n'a pas été dopée à la dette (alors qu'en 2007 !)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :