Grèce : le ton monte entre l'Eurogroupe et le gouvernement

 |   |  1090  mots
Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand, et Klaus Regling, président du MES, n'ont pas apprécié les annonces d'Alexis Tsipras.
Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand, et Klaus Regling, président du MES, n'ont pas apprécié les annonces d'Alexis Tsipras. (Crédits : Reuters)
Les créanciers européens de la Grèce ont suspendu les mesures prises sur la dette la semaine passée pour répondre aux décisions sociales annoncées par Alexis Tsipras. Ce dernier est une nouvelle fois menacé d'une humiliation cuisante.

Alexis Tsipras aura donc dû boire le calice de l'humiliation jusqu'à la dernière goutte. Six jours après avoir annoncé des mesures en faveur des retraités, avec notamment un treizième versement de 300 à 800 euros pour 1,6 millions de pensionnés grecs et la suspension du relèvement du taux de TVA dans les îles du Nord de la mer Egée, frappés par la vague migratoire, le Mécanisme européen de Stabilité (MES), vient d'annoncer le gel du « toilettage » de la dette décidé par l'Eurogroupe du 5 décembre dernier.

Un gel sans importance ?

« Les institutions sont arrivées à la conclusion que les actions du gouvernement grec semblent ne pas être en ligne avec nos accords », a indiqué un porte-parole du président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Les créanciers européens avaient montré de la mauvaise humeur après les annonces d'Alexis Tsipras, qui ne les en avait pas informé. Cette décision de geler les mesures sur la dette ne portent qu'assez peu à conséquence puisqu'il ne s'agissait que de mesures « préventives » contre de futures hausses de taux. Une seule mesure concerne 2017 et concerne une prime de 2 % que doit verser Athènes sur une dette contractée en 2012. L'essentiel n'est évidemment pas là.

Décision politique

Légalement, la décision d'Alexis Tsipras n'est pas en cause. Le mémorandum d'août 2015 prévoit que la Grèce puisse disposer de 40 % des excédents supplémentaires dégagés par le pays. Cet excédent supplémentaire en octobre 2016 s'élève à près de 3 milliards d'euros et les mesures prévues par le gouvernement grec ne sont que de 674 millions d'euros. Les engagements comptables d'Athènes ne sont essentiels que s'ils correspondent aux niveaux prévus par l'accord et par l'Eurogroupe qui a reconnu que de tels niveaux assuraient la viabilité (fictive) de la dette grecque. Elle est d'autant moins en cause que ces mesures sont socialement justifiables après les efforts du pays qui ont payé en termes budgétaires et les effets de la crise migratoire. Dès lors, cette mesure de rétorsion n'est qu'une décision purement politique visant à désarmer entièrement le gouvernement grec, à annihiler toute prétention à une politique sociale et économique autonome, mais aussi à achever de détruire la crédibilité politique d'Alexis Tsipras et de Syriza. Apparemment, les vieilles rancœurs politiques, qui avaient largement inspiré l'attitude des créanciers au cours du premier semestre 2015, ne sont pas éteintes.

Alexis Tsipras dos au mur

Reste qu'Alexis Tsipras est désormais dos au mur. Ce « gel » des mesures sur la dette annonce vraisemblablement un rejet de la conclusion de la seconde revue du programme, qui est en cours, et, partant, le gel du versement des fonds dont Athènes a absolument besoin avant l'été pour pouvoir honorer 6 milliards d'euros de remboursement de dettes. Dans ces conditions, le premier ministre grec n'a le choix qu'entre une nouvelle humiliation et un retrait de son projet, et un bras de fer qui, tôt ou tard, débouchera sur une crise proche de celle de début 2015, avec une Grèce privée de fonds devant choisir entre la sortie de l'euro ou l'acceptation des conditions des créanciers. Il peut aussi trancher le nœud gordien en appelant à de nouvelles élections, mais il est pratiquement certain de les perdre : Syriza accuse 17 points de retard sur les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) dans le dernier sondage.

Vers l'humiliation

Comme cela s'est déjà vu plusieurs fois depuis dix-huit mois, sur les expulsions des résidences principales ou sur le principe de baisses automatiques des dépenses en 2018, une nouvelle humiliation est donc la voie la plus probable. Et comme toujours, les créanciers ne manqueront pas alors de relever leurs exigences, notamment en demandant une nouvelle réforme du marché du travail visant à réduire l'influence des syndicats. La stratégie de Syriza semble plus que jamais avoir échoué.  En attendant, Alexis Tsipras joue ses dernières cartes en faisant voter au parlement le texte des mesures annoncées le 8 décembre afin de placer les conservateurs face à leurs responsabilités. ND devrait cependant voter en faveur des mesures, ce qui ne l'empêchera pas de blâmer une nouvelle défaite inévitable du gouvernement. Et de montrer son impuissance face aux créanciers.

Que veut l'Eurogroupe ?

Reste qu'il convient de s'interroger sur les méthodes de l'Eurogroupe, institution informelle mais devenue surpuissante, dominée par le ministre des Finances allemand et qui exerce une puissance quasi proconsulaire sur un Etat membre de l'UE et de la zone euro, la Grèce. Cette hâte à geler des mesures sur la dette qui étaient fort timides et qui n'avaient été acceptées qu'avec réserves montre que la stratégie de l'Eurogroupe qui, rappelons-le, est le conseil d'administration du MES, vise à maintenir le joug de la dette sur la Grèce. On ne peut s'empêcher de penser que cette escalade vise, in fine, à expulser la Grèce de la zone euro. Wolfgang Schäuble ne s'en est pas caché voici quelques jours en demandant dans une interview à Bild Zeitung que la Grèce fasse les réformes ou sorte de la zone euro. A cela s'ajoute évidemment la campagne électorale allemande sous la pression des Eurosceptiques d'AfD auxquels la CDU d'Angela Merkel ne veut donner aucune occasion de blâmer sa politique européenne.

Où est la France ?

Reste alors une autre question : pourquoi n'y a-t-il pas d'opposition suffisamment forte à l'Allemagne au sein de l'Eurogroupe pour mener une politique qui évite l'humiliation et maintiennent les rares avancées en matière de dettes ? Autrement dit, pourquoi la France laisse-t-elle faire ? François Hollande ne cesse pourtant de vanter son amitié avec la Grèce et son action pour « sauver la Grèce » en 2015. Il l'a encore répété lors de son discours de non-candidature. Le groupe des socialistes français du parlement européen protestent.  Mais dans l'Eurogroupe, depuis janvier 2015, la France est entièrement absente. Elle laisse faire, se contentant de vouloir récupérer le « beau rôle » une fois la pièce jouée sans elle. Le problème est que, pendant ce temps, l'économie et la société grecques continuent de subir les effets d'une politique européenne qui s'entête dans une stratégie perdante pour la Grèce aujourd'hui, et pour les autres pays de la zone euro, qui perdront à coup sûr leurs créances demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2016 à 7:45 :
La Grèce n'est pas la seule endettée. L'état français paye 50 milliards d'euros d’intérêts aux banques par année. Mais d'ici peu la FED va augmenter les taux d’intérêts mondiaux, donc l'état français va voir sa dette publique augmenter...des temps difficiles arrivent.
a écrit le 16/12/2016 à 1:24 :
A quoi cela sert-il de voter en Europe pour des partis "démocratiques" ? Il n'y a plus qu'un seul chef : Wolfgang Schaüble ! Quant à l' "Eurogroupe", c'est un organisme sans aucun fondement légal, ni constitutionnel. Ils ne craignent qu'une chose : la montée des partis "populistes", expression perverse de la révolte des peuples. L'Europe et l'Euro sont des des tyrans. Poutine a de l'avenir.
a écrit le 15/12/2016 à 22:52 :
A la lecture des commentaires de certains, cela ne dérange pas beaucoup que la Grèce subisse ce qu'on pourrait qualifier de "néo-colonisation" au sens propre du terme.

Je tiens tout de même à rappeler que la crise grecque n'est pas une crise de la dette publique mais en premier lieu une crise bancaire et actuellement une crise politique et que contrainte et forcée, elle doit maintenant rembourser une dette qui est illégitime, illégale, insoutenable et odieuse. Je rappelle aussi que les dépenses publiques de la Grèce étaient parmi les faibles (en % du PIB) de la zone euro avant la crise.

PS: @Patrickb, ne répond à mon commentaire, je me passerai bien de tes propos racistes et insultants.

Donc pour rembourser cette dette, la Grèce a été contrainte de réduire ses dépenses publiques afin de pouvoir rembourser ses dettes sans devoir réduire ses dépenses militaires qui sont 40 milliards d'euro par! Normal, cela profite aux groupes d'armement allemands et français.

Revenons à l'humiliation subie actuellement par l'eurogroupe au gouvernement grec, gouvernement qui a été élue démocratiquement et eurogroupe qui est, je cite Mr Godin: "une institution informelle" composée de technocrates complètement déconnectés de la réalité et au service de la finance (cf Barroso). Mais sont-ils pour dire à un gouvernement élu démocratiquement ce qu'il doit faire et ce qu'il ne doit pas faire?

L'eurogroupe menace (et obtient ce qu'il veut par le chantage, comme à son habitude) de suspendre le pseudo accord de "toilettage" de la dette. La belle affaire.

La seule solution: la désobéissance! C'en est assez de cette Europe qui détruit tout ce qui a pris des décennies à être construit. Assez de faire payer au peuple grec d'avoir osé élire un parti d’extrême gauche et d'avoir osé voter NON au référendum de juillet 2015.
Réponse de le 16/12/2016 à 8:29 :
Je crois que vous omettez l'essentiel : la Grece demande de l'argent , à ce fameux eurogroupe qui " n'est rien et n'existe pas " ... ; et ceux qui font payer au peuple grec le " non respect " du referendum , c'est Tsipras ? non ? ce dernier ne fait que se retrancher ( pour se justifier de son incurie ) derrière des ...directives europeennes , mais , beaucoup de pays s'en satisfont très bien, de ses directives , certains font meme mieux ( dettes & deficits ) que ce que demande " Bruxelles "... ; la Grece est en faillite , et ce n'est pas du fait de l'Europe , à qui on pourrait cependant reprocher de ...retarder l'échéance de sa publication ( de la faillite ).
Réponse de le 16/12/2016 à 14:20 :
Je n'omets pas ce point. Le dernier memorandum est entièrement de la responsabilité de la troïka par son action et propagande. La preuve est que dès les élections qui ont permis à Syriza d'arriver au pouvoir, la BCE a coupé l'accès aux liquidités aux banques grecques dont le but était d'asphyxier le système bancaire grec et ça a tellement bien fonctionné que Tsipras a été obligé de capituler. Je ne défends pas Tsipras parce qu'un choix était possible mais tout mettre sur son dos est tellement plus facile que d'assumer ses erreurs. La preuve: le pseudo nettoyage de la dette est encore une manœuvre pour gagner et permettre à Merkel de gagner les élections de 2017 ainsi qu'un moyen de ne assumer et laisser ses successeurs le douloureux devoir de restructurer la dette grecque.
Réponse de le 17/12/2016 à 18:52 :
Bravo pour votre commentaire...
Réponse de le 18/12/2016 à 11:46 :
Heureusement qu'on a le point de vue d'un Grec sur le traitement imposé au peuple Grec qui historiquement, a inventé la démocratie. Alors l'UE est très mal placée pour donner des leçons de démocratie à un peuple qui reste résolument attaché à ce qu'il inventé et donné au Monde.
Pour mémoire, en octobre 1944, Churchill a retiré 75 000 soldats britanniques du front contre la Wehrmacht en Italie pour les envoyer contre la Résistance grecque communiste, tout en bombardant la Grèce ... libérée des nazis .
Au fond, chacun reste fidèle à ses principes et c'est pour cela que nous devons non seulement être solidaire du peuple grec, mais suivre son exemple !
a écrit le 15/12/2016 à 22:39 :
Il est èvident que la monnaie commune a été introduit malgré des lacunes du système, comme une décision politique sans prévenir les électeurs des coûts de cette décision. La participation dans un tel système nécessite la volonté de contribuer à fermer ces lacunes. Nous ne sommes pas dans une fédération où il y a éventuellement un problème de solidarité. Si Tsypras réclame le respect de la souverainité de la Grèce sans reconnaître les efforts faits par les Européens, il a intérêt de quitter ce système monétaire, d'autant plus que économiquement, la possibilité de dévaluer lui permettrait d'éviter le stress causé par la monnaie commune. Les commentaires qui parlent d'humiliation sont totalement erronnés.
a écrit le 15/12/2016 à 18:29 :
là , c'a devient réellement ...le grand cirque ! ( dans la tete de mr Godin ) : la Grece a des les difficultées ( tiens tiens ) ; Tsipras a fait des promesses , mais ...à credit ...( tiens tiens ) ; mais , mr Godin , tout celà c'a dure depuis qu'il est là ? non ? Dans une entreprise , on appel c'a de " la cavalerie " et c'est passible de sanctions pènales ! Tsipras , c'est du vent : il suffit de lire son c.v. pour s'en rendre compte ; un fils à papa (entrepreneur de construction ) qui a voulu s'emanciper ( coco dès 16 ans ) ; pas idoiot , manifestement ...il est arrivé au pouvoir ...; sauf que , se faire élire , c'est une chose, gouverner , c'est autre chose . Or là , on arrive au bout , l'elastique a été trop etiré et casse . Mr Godin nous dit que f.Hollande " laisse faire " , mais que voudriez vous qu'il fasse dans sa position actuelle ? et qui d'autre va lever le petit doigt ? Melenchon ?
Iglesias ? ils sont tous englués dans leur populitarisme depassé ! mr Godin , Tsipras a eu une petite chance , il a eu sa chance car beaucoup avaient peur d'un Grexit et d'une réaction en chaine ( Brexit ) ; aujourd'hui , le Brexit a eu lieu ( ou est en cours ) , et sans effet catastrophe ...alors , un Grexit , à qui celà pourrait il faire peur ? Tsipras a joué , et à perdu .
a écrit le 15/12/2016 à 16:23 :
Sapin est le représentant de la France dans l'Eurogroup. Sapin a pour directeur de cabinet un ex dirigeant de la Société Générale. La SG a de grosses créances à récupérer sur la Grèce. Donc : Sapin a pour mission première de laisser le docteur Schauble continuer sa saignée et de ne surtout pas s'y opposer. Où est l'Europe la dedans, me demanderez-vous ? Où est la coopération ? Où est la solidarité ? Il ne vous aura pas échappé que ces questions sont complètement incongrues car l'Europe n'existe plus. L'Allemagne l'a enterrée, avec l'accord implicite de la France. Dorénavant, ce sont les intérêts de l'Allemagne d'abord et tous les autres pays, y compris la France, ne sont que des pays vassaux qui doivent respecter leurs obligations dans le cadre de l'impérialisme allemand.
Réponse de le 16/12/2016 à 0:27 :
@andruc: il semble t'voir échappé que 315 milliards ont été versés à la Grèce. La solidarité n'est pas à sens unique et une cooperation de la part des Grecs pour payer leurs taxes et impôts serait la bienvenue pour aider à redresser leur situation. Mais bon, si tu souhaites envoyer ton chèque à Tsipras, rien ne t'en empêche :-)
Réponse de le 16/12/2016 à 15:05 :
@Patrickb L'indépendance d'un Etat est son droit, dette ou pas. Cela ne vous dérange pas de transformer un protectorat un pays ? De quel droit se réclamer pour justifier la mise sous tutelle d'un pays pour les 50 prochaines années au moins ?
Peu importe que la dette soit illégale, peu importe que les "315 milliards ont été versés à la Grèce" soient des prêts, et non des cadeaux comme vous semblez le suggérer si souvent, peu importe que la constitution soit bafouée, et ce automatiquement.
Il est aisé de mettre dehors les gêneurs, dixit la Grèce est au Moyen-Orient selon vous, il est plus difficile de voir que le problème ne vient pas d'eux. La Grèce n'est qu'un symptôme des dysfonctionnements de l'UE. On passera sur le mishellénisme, très commun depuis le début de la crise.
Le contribuable européen se fait enfumer non par les Grecs, mais par l'eurogroupe. La Grèce ne payera pas "sa" dette. Plus on attend et plus la note sera lourde.
Cet épisode dit bien que la Grèce n'a aucune marge de manœuvres. C'est à la tutelle d'assumer ses responsabilités, enfin.
Puisque vous dites connaître si bien les Grecs, cela ne vous fait-il rien de les voir ainsi ou vous réjouissez vous ? Avez-vous célébré le dernier mémorandum ? Vous remercient-ils d'accepter si facilement le colonialisme ? :) ^^ :)
Réponse de le 16/12/2016 à 22:42 :
Merci Luc pour ce commentaire plein de bon sens et de vérités. Patrickb ne semble pas porter les grecs dans son cœur en regard de ses commentaires insultants, il s'est d'ailleurs déjà fait censuré à plusieurs reprises mais son dernier commentaire malgré que j'eu "signaler un contenu abusif" ne l'a pas été ...

Il existe encore des personnes comme toi Luc qui ne se font pas naïvement dupé par les médias (autre que La Tribune bien entendu)

Ce qui se passe en Grèce est une honte et c'est ce qui nous attend partout en Europe.
a écrit le 15/12/2016 à 15:14 :
Vous verrez que le ton va redescendre entre l'Eurogroupe et le gouvernement grec. Ce dernier va faire passer ses mesures sociales au parlement grec et dans quelques semaines un compromis va être trouvé qui va permettre à la Grèce de continuer à être humiliée à seulement à 99% au lieu de faire passer l’humiliation à 100%. Ni le gouvernement de M. Tsipras ni son possible successeur de la nouvelle démocratie ne veulent entendre parler d’une sortie de la Grèce de la zone euro et ont déjà fait preuve d’une soumission pratiquement totale à l’Europe et aux créanciers et continueront de faire preuve d’une telle soumission si besoin est, de sorte qu’on pourrait même faire passer l’humiliation à 100%, mais on évitera quand même de le faire. Ce qui est raisonnable somme toute.

Si ce pays était dirigé par des écervelés dans mon genre il sortirait de la zone euro, tenterait de mettre en place un nouveau système financier qui tienne la route, inspiré du « chicago plan revisited » (les suisses vont voter en 2018 sur l’instauration d’un système de ce genre), et de gérer de façon pragmatique les questions économiques et les autres, ce qui au final pourrait être un désastre encore plus grave que la situation actuelle, car lorsqu’on on joue aux apprentis sorciers on ne peut pas être certain qu’on ne va pas se planter. Ceux qui ont créé l’Euro ont été des apprentis sorciers qui se sont plantés. On le sait aujourd’hui.
a écrit le 15/12/2016 à 10:07 :
Hollande se sera écrasé face aux allemands durant 5 ans, comme l'a fait sarkozy avant lui et comme le fera fillon c'est tellement pratique de ne penser qu'à son réseau et de laisser faire les ordres de ceux qui obéissent au dogme néolibéral oligarchique, tant que le dogme des financiers est respecté nos politiciens peuvent glander.

Cette europe guidée par les vieux rentiers allemands fonce dans le mur avec la bénédiction de nos gouvernants de droite. Les politiciens pas peu fiers de servir les milliardaires suivent à pas cadencés les injonctions de ces derniers aussi stupides et destructrices soient elles.

Qui pour s’intéresser à l'Europe dans tout ça ?!

Au secours, les responsables de l'europe en sont les fossoyeurs et nous disent que c'est notre faute à nous parce qu'on aime pas leur europe linceul des peuples.
a écrit le 15/12/2016 à 9:58 :
c'est une humiliation supreme que de ne pas depenser l'argent qu'on n'a pas
s'il a fait des promesses qu'il ne pouvait pas tenir, c'est son pb, il apprendra a la fermer........... son pays doit 300 milliards et y a deja eu un haircut
alors demander qu'on annule sa dette en annoncant de nouvelles depenses ' payees par personne' et en culpabilisant ses partenaires, c'est plus que culotte
--------------
y a une alternative
que tous ceux qui donnent des lecons de morale envoient un ( gros) cheque a tsipras... la derniere fois que ca a eu lieu, la generosite des bienpensants au niveau mondial a permis de recolter............ 2 millions d'euros!
Réponse de le 15/12/2016 à 11:06 :
Vous dites "son pays doit 300 milliards". Mais n'oubliez pas que vous vous me devez 10 millions d'euros! Sauf que moi j'ai la délicatesse de ne pas vous poser une kalach entre les yeux pour vous contraindre à honorer votre dette.
Réponse de le 15/12/2016 à 15:00 :
merci de me sortir la reconnaissance de dette que je n'ai pas manque de signer pour vos 10 millions
je regarderai ca avec la plus haute bienveillance
pour le reste la grece doit 300 milliards ++ et au lieu de jouer au pseudo terroriste ( ce qui ne fait peur a personne ici), envoyez 10 autres millions a tsipras
les gens comme vous ont donne 2 millions (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) la derniere fois que leur generosite a ete sollicitee!
alors gardez vous votre bonne morale et aidez les grecs a s'en sortir, si vous etes qqun de genereux
Réponse de le 15/12/2016 à 15:04 :
et comme je ne suis pas un monstre et que vous tres tres genereux, je me permet de vous remettre sous le nez le lien de votre formidable generosite qui a ete d'une aide vitale pour la grece...........
2 millions pour un objectif de 1.6 milliard, ca en dit long sur votre mentalite!!
https://www.indiegogo.com/projects/greek-bailout-fund#/
Réponse de le 15/12/2016 à 15:49 :
"payees par personne", non. C'est le contribuable européen qui va s'appuyer cette nouvelle note :-) Je connais bien les Grecs et j'ai toujours souhaité qu'on les vire, car ils appartiennent au Moyen-Orient et pas à l'Europe !!!
Réponse de le 15/12/2016 à 17:55 :
Vous semblez oublié que le gros chèque a déjà eu lieu quand SARKOZY / FILLON ont accepté de reprendre pour 60 milliards d'euros de dette de la GRECE aux banques. On a soigneusement sauvé les copains alors.

En plus, si vous compreniez ce qui est marqué, vous verriez que ce que donne TSIPRAS, il l'a, puisqu'il s'agit d'excédents imprévus.

Mais bon, il faut mieux, quand on a la modestie d'avoir un pseudo comme CHURCHILL (Il serait certainement ravi), la réalité n'est peut-être pas importante
Réponse de le 15/12/2016 à 17:55 :
Vous semblez oublié que le gros chèque a déjà eu lieu quand SARKOZY / FILLON ont accepté de reprendre pour 60 milliards d'euros de dette de la GRECE aux banques. On a soigneusement sauvé les copains alors.

En plus, si vous compreniez ce qui est marqué, vous verriez que ce que donne TSIPRAS, il l'a, puisqu'il s'agit d'excédents imprévus.

Mais bon, il faut mieux, quand on a la modestie d'avoir un pseudo comme CHURCHILL (Il serait certainement ravi), la réalité n'est peut-être pas importante
a écrit le 15/12/2016 à 9:41 :
L'Europgroup c'est Sapin. Sapin a pour directeur de cabinet la Société Générale. La SG a de grosses créances à récupérer sur la Grèce. Donc : Sapin ferme sa gueule et Sapin laisse le docteur Schauble continuer sa saignée. Où est l'Europe la dedans ? Mais il n'y a déjà plus d'Europe mon cher Watson ! L'Allemagne l'a enterrée vous ne vous en êtes pas aperçu ? Dorénavant, c'est l'Allemagne d'abord et ceux qui ne sont pas contents n'ont qu'à la fermer !
a écrit le 15/12/2016 à 9:23 :
Normal, l état Français a racheté massivement de la dette Grec a nos très chers banques Fr. En gros on en a plein les poches !

Sur l Eurogroupe ca promet, si Fillon passe ! Faut rappeler qu il est d accord avec l Allemand pour étendre le pouvoir de l Eurogroupe à ll élaboration des budgets nationaux :) :)
a écrit le 15/12/2016 à 9:11 :
J'y vois une leçon de politesse. Quand t'es endetté jusqu'au cou, tu fais en sorte de suivre les règles convenues. Pas de problème sur la nécessité des mesures de Tsipras, mais c'est sa méthode qui ne convient pas. L extême gauche au pouvoir c'est un bide, après les beaux discours, il y a la réalité.
Réponse de le 15/12/2016 à 14:36 :
De politesse ? Ils devraient dire merci, excusez moi, je vous en prie en plus de se faire humilier chaque jour un peu plus ? Il me semblait que la Grèce était un pays libre, en fait non car la moindre décision doit être discutée avec les zamis zeuropéens.
Cette véhémence absurde de la part de Schaüble va virer à la catastrophe. Paraît-il qu'il est populaire en plus. Quand ils auront fait voler en éclat l'UE, que leur monnaie va prendre 50%, et se faire détester par tous les peuples d'Europe du Sud, les Allemands remercieront chaleureusement le docteur Schauble.

Et la France là-dedans ? Le comportement de notre gouvernement est lamentable. Je pense que c'est la pire partie du bilan de François Hollande : l'asservissement total du pays à la puissance germanique.
a écrit le 15/12/2016 à 8:53 :
La Grèce a eu de nombreux torts, en particulier d'avoir fait confiance à Goldman Sachs et d'être entrée dans l'euro , sous la pression de l'UE. Mais la Grèce est prise en otage dans un carcan qui l'étouffe et elle ne devient qu'une colonie de Bruxelles et de Merkel. Ce comportement de l'UE devient intolérable et ne conduira qu'à une révolte des Grecs. Alors les beaux discours des bruxellocrates sur la démocratie voleront en éclats, et l'Europe avec
Réponse de le 17/12/2016 à 12:55 :
Ul faudrait préciser qui a fait pression pour faire rentrer la Gréce dans l Euro. En tout cas, l Allemagne, Helmut Kohl et ses conseillés y etait opposé.
C est La France , Mitterant, qui a fait pression et forcé la main à Herlmut Kohl !!!
a écrit le 15/12/2016 à 8:25 :
Sale temps pour les cigales, les fourmis du Nord se rebellent..
a écrit le 15/12/2016 à 7:42 :
L'Union Européenne veut protéger les islamistes à Alep et écraser les Grecs à Athènes...
a écrit le 15/12/2016 à 4:12 :
Le but des libéraux est simple : écraser les rouges. Et les sociaux démocrates ne prendront jamais parti pour des coco qui leur font concurrence. Sauf quand ils ne bougent plus (Jaures, Castro etc...)
a écrit le 15/12/2016 à 4:06 :
Le but est simple : écraser les rouges.
a écrit le 15/12/2016 à 2:04 :
La France reste en retrait comme dernier ressort diplomatique comme d'habitude ce qui n'est pas si mal !
Réponse de le 15/12/2016 à 10:38 :
Plutôt un signe de la faiblesse Française actuelle, que l' expression d'une stratégie très pointue de Sapin dans l'Eurogroupe. Sachant que c'est Schauble qui mène la danse, car il voit que son Pays qui est le plus fort contributeur financier, se fait rouler en permanence dans la farine par Tsipras...
Réponse de le 15/12/2016 à 14:39 :
N'importe quoi, pendant que les Allemands dictent le menu, les Français demandent plus ou moins de sel. Notre gouvernement devrait avoir honte de son attitude pleurnicharde, lâche, veule et sans ambition autre ambition que de ménager l'Allemagne. Hollande est la risée de l'Europe, tout le monde l'ignore désormais.
Réponse de le 15/12/2016 à 14:39 :
N'importe quoi, pendant que les Allemands dictent le menu, les Français demandent plus ou moins de sel. Notre gouvernement devrait avoir honte de son attitude pleurnicharde, lâche, veule et sans autre ambition que de ménager l'Allemagne. Hollande est la risée de l'Europe, tout le monde l'ignore désormais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :