L'Eurogroupe exige de nouvelles propositions de réformes de la Grèce

 |   |  756  mots
Ce non ne signifie pas une rupture avec l'Europe mais le renforcement de notre pouvoir de négociation avec les créanciers, UE et FMI, a réagi dimanche soir le Premier ministre grec Alexis Tsipras.
Ce "non" ne signifie pas "une rupture avec l'Europe" mais "le renforcement de notre pouvoir de négociation" avec les créanciers, UE et FMI, a réagi dimanche soir le Premier ministre grec Alexis Tsipras. (Crédits : MARKO DJURICA)
Suite à la victoire du "non" aux propositions des créanciers à plus de 60%, les ministres des Finances discuteront de l'avenir de la Grèce, mardi. François Hollande et Angela Merkel ont annoncé qu'ils se réuniront lundi soir à Paris.

Publié le 06/07/2015 à 07:48. Mis à jour le 06/07/2015 à 12:18.

Les résultats définitifs du référendum qui s'est tenu en Grèce dimanche 4 juillet sont tombés dans la nuit. Le "non" aux propositions des créanciers du pays sur de nouvelles mesures de rigueur l'a emporté avec 61,31% contre 38,69%, a fait savoir le ministère de l'Intérieur lundi un peu après minuit. Selon les chiffres publiés après dépouillement de la totalité des bulletins de vote, la participation s'établit à 62,5%.

Dès la fermeture des bureaux de vote et la publication des premiers résultat dimanche en fin d'après-midi, les réactions et les annonces ont suivi en chaîne, définissant le calendrier des prochains jours.

  • Ce "non" ne signifie pas "une rupture avec l'Europe" mais "le renforcement de notre pouvoir de négociation" avec les créanciers, UE et FMI, a réagi dimanche soir le Premier ministre grec Alexis Tsipras. Dans une allocution télévisée, le Premier ministre a également a assuré que son gouvernement était "prêt à reprendre la négociation avec un plan de réformes crédibles et socialement justes" et que "cette fois la question de la dette (publique) sera sur la table". Il a également lancé un message d'unité: "indépendamment de ce que nous avons voté, nous ne faisons qu'un" après le référendum de dimanche.

Lundi, Alexis Tsipras va s'entretenir avec le président de la République hellénique Prokopis Pavlopoulos pour lui demander la convocation du conseil des dirigeants de partis politiques du pays pour discuter de la question de l'accord avec les créanciers.

  • L'ex-Premier ministre grec Antonis Samaras, chef du principal parti d'opposition grec, Nouvelle Démocratie (conservateurs), a annoncé dimanche soir sa démission. Son parti avait fait campagne pour le oui au référendum de dimanche.

Draghi doit se prononcer lundi

  • Dès lundi, les gouverneurs de la BCE vont se réunir a afin de discuter les conséquences de la victoire du "non". Cette rencontre avait été annoncée dès vendredi par le gouverneur de la Banque d'Autriche Ewald Nowotny. Le conseil des gouverneurs de la BCE devra notamment examiner une demande envoyée dimanche soir par la Banque de Grèce, qui souhaite que soit remonté le plafond des aides d'urgence (ELA) accordées à Athènes.
  • Les dirigeants de la zone euro, eux, se réuniront mardi à Bruxelles. Le sommet est prévu à 18h00. Il sera précédé d'une réunion des ministres des Finances de la région le même jour au même endroit, à 11 heures. La tenue d'un tel sommet, confirmée par Donald Tusk, président du Conseil européen, avait été réclamée dans la soirée de dimanche par Angela Merkel et François Hollande.Les ministres des Finances de la zone euro attendent mardi des autorités grecques qu'elles viennent avec "de nouvelles propositions" de réformes et d'économies budgétaires, a annoncé l'Eurogroupe lundi dans un communiqué. "L'Eurogroupe discutera de la situation après le référendum qui s'est tenu en Grèce le 5 juillet. Les ministres attendent de nouvelles propositions de la part des autorités grecques".
  • La chancelière allemande et le président français se sont entretenus au téléphone dimanche soir et doivent se rencontrer lundi à Paris.

L'euro limite son repli en Asie

  • Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui avait fait campagne pour le oui au référendum, s'exprimera officiellement sur le résultat mardi lors d'une session plénière du Parlement européen à Strasbourg. En attendant, il s'est lancé dès dimanche soir, une fois connu le résultat du vote en Grèce, dans des consultations avec les dirigeants "des 18 autres pays de l'union monétaire et des institutions européennes", a précisé la Commission, excluant ainsi la Grèce des interlocuteurs de son président. Lundi, Juncker s'entretiendra lors d'une conférence téléphonique avec Donald Tusk, Jeroen Dijsselbloem et Mario Draghi, patron de la Banque centrale européenne (BCE), ajoute le communiqué de la Commission.
  • Lundi, dans les premiers échanges en Asie, l'euro limitait son repli et remontait au-dessus de 1,10 dollar, après être tombé à 1,0963 dollar dans la foulée des premiers résultats.  Vers 08h00 à Tokyo (1h00 heure française), la monnaie unique européenne valait 1,1025 dollar, contre 1,1107 vendredi vers 23h00 heure française. Elle était descendue jusqu'à 1,0963 dollar un peu plus tôt.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2015 à 15:19 :
Bravo l’extrême gauche, pour autant de clairvoyance, de responsabilité et de défense de l’intérêt des citoyens !!

Donc je suggère à chaque ménage d’emprunter dès demain un million d’euros, de continuer à dépenser et gaspiller à tout va et sans aucune gestion, et ensuite en totale déconfiture, vous allez voir le banquier en disant : la famille est souveraine, on s’est réunis, et on ne veut pas rembourser…et vous accusez la banque, la finance, la mondialisation, les martiens…et mélanchon va vous soutenir !!

Qui peut penser honnêtement que c’est possible ??? qu’on va s’en sortir avec une telle démagogie et hold up de l’argent public !! car c’est toujours le peuple qui paye in fine !
Il n’y a aucune issue à dépenser plus qu’on a de recettes, à laisser les gaspillages perdurer, à continuer à se surendetter, et la France est dans la même situation de la Grèce..pas étonnant que la gauche soit solidaire dans la léthargie et l’anti-gestion !
a écrit le 07/07/2015 à 12:26 :
les grecs ont voté pour Tsipras qui a fait des promesses électorales contre l’europe et l’euro, mais ensuite veulent bien rester pour avoir notre pour combler leur léthargie et anti-gestion, élu sur des mensonges (comme hollande)

Les grecs viennent de voter contre les demandes de garanties pour réduire les pertes et pouvoir rembourser leur dette,

Alors je demande à hollande de lancer un référendum pour savoir si les français sont pour continuer à payer à l’infini et de leur poche les déficits dus aux gaspillages et absence de réformes des grecs..

Et chacun assumera ses choix en connaissance de cause…
a écrit le 06/07/2015 à 15:13 :
J'adore la démocratie grecque. Demain au dîner, je vais voter que les autres vont payer mon repas. Avec la démocratie grecque, on peut être gagnant à 1 contre 18
a écrit le 06/07/2015 à 14:54 :
La notion démocratique des gens de gauche est un peu bizarret. C'est la 1ère fois que les autres votent à ma place pour que je paie et que je dois accepter sans contre parti.
Réponse de le 06/07/2015 à 15:24 :
Il faut faire remarquer que la majorité des fraudes grecques ont été réaliées apr un gouvernement de droite.

En outre, je pense que beaucoup de gens n'étaient pas d'accord pour payer les dégâts liés aux subprimes, mais les ont quand même payés.
a écrit le 06/07/2015 à 14:01 :
Courage Angela ! Vous avez bien commencé à torpiller l'euro après un travail de sape acharné toutes ces années, maintenant il faut finir le travail. Par exemple, vous pourriez demander à votre ami SCHAÜBLE de s'exprimer, il est toujours très efficace. Allez, en tous cas, on compte sur vous... D'autant que le niveau de vie commençant à s'élever dangereusement dans les balkans et l'ex-tchécoslovaquie, une fois sortie de l'euro la Grèce fournira dès l'an prochain un terrain d'investissement et un relai de croissance très appréciable pour l'industrie européenne...
a écrit le 06/07/2015 à 13:48 :
Il faut que les Grecs en tirent la conséquence, soit de sortir de l'euro et de l'Europe, maintenant c'est terminé pour le peuple grec et son gouvernement. L'euro finira par disparaître.
a écrit le 06/07/2015 à 12:36 :
Poutine aurait proposé une aide immédiate sans contrepartie à la Grèce.
a écrit le 06/07/2015 à 12:33 :
La Grèce aurait demandé à l'Eurogroupe de faire leurs propositions qui seront soumises par référendum au peuple Grec...
a écrit le 06/07/2015 à 12:16 :
Deux des principaux responsables de Syriza viennent de confirmer que c'était un référendum pour rire, où il n'avait jamais été question de sortir de l'euro : . a)- Gabriel Sakellaridis, porte-parole du gouvernement, vient de déclarer que « les négociations qui vont s'ouvrir doivent déboucher très rapidement, peut-être même d'ici 48 heures ». . b)- Nikos Filis, porte-parole du groupe parlementaire de Syriza, a renchéri : « Je pense que cela montre une orientation au gouvernement, pour avancer rapidement vers la recherche d'un accord et vers la normalisation du système bancaire ». . Cette confiance affichée dans l'imminence d'un accord tend à confirmer l'existence d'un accord secret préalable de Tsipras pour accepter toutes les conditions des créanciers. Je rappelle que le Financial Times a donné la primeur de cet accord à ses lecteurs dès le 1er juillet : http://www.ft.com/…/tsipras-prepared-accept-all-bailout-con… . Etonnant, non ? SYRIZA, un parti pour rire uniquement destiné à détourné l'attention sur ses intentions profondément européïstes..
Réponse de le 06/07/2015 à 16:21 :
J'adore les blagues...
a écrit le 06/07/2015 à 9:23 :
Le référendum est le Stalingrad de Merkel. D’autres victoires suivront.
Réponse de le 07/07/2015 à 19:46 :
Belle victoire du peuple grec: plus rien à manger .Les autres vont réfléchir à 2 fois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :