Italie : la BCE critiquée pour son attitude dans l'affaire Monte dei Paschi di Siena

 |   |  1303  mots
La BCE a-t-elle eu la dent trop dure contre Monte dei Paschi di Siena ?
La BCE a-t-elle eu la dent trop dure contre Monte dei Paschi di Siena ? (Crédits : © Stefano Rellandini / Reuters)
Le ministre italien de l'Économie critique l'opacité qui a accompagné l'exigence relevée de capitaux de la BCE concernant la banque italienne. L'Italie craint d'avoir voulu être victime d'une stratégie de communication de l'institution.

Décidément, l'union bancaire européenne, souvent présentée comme une des plus grandes réalisations de l'après-crise dans l'Union européenne, ne cesse de montrer ses limites. La Grèce, le Portugal et maintenant l'Italie ont renfloué leurs banques avec de l'argent public, malgré les promesses du nouveau mécanisme de résolution en vigueur depuis le 1er janvier qui devait bannir ces pratiques. Désormais, c'est le superviseur unique, la BCE, qui est dans le viseur. Ce jeudi 29 décembre, le ministre italien de l'Économie, Pier Carlo Padoan, a ouvertement critiqué sans détour les méthodes de l'institution de Francfort.

Vives critiques

La BCE a en effet relevé en début de semaine ses exigences de recapitalisation de la banque Monte dei Paschi di Siena de 5 à 8,8 milliards d'euros. Un relèvement qui a surpris le ministre. Certes, dans son interview au quotidien des affaires Il Sole-24 Ore, Pier Carlo Padoan prévient que le « conseil de supervision bancaire de la BCE est une autorité indépendante et que sa décision n'est pas contestable ». Mais il ajoute aussitôt que « il serait utile - je ne dis pas courtois - d'avoir de la part de la BCE quelques informations supplémentaires sur les critères avec lesquels elle est parvenue à cette évaluation ». Pier Carlo Padoan affirme avoir reçu une lettre de « cinq lignes et trois chiffres ».

La critique n'est pas seulement une amertume de la part d'un ministre contraint de dépenser davantage pour sauver Monte Paschi. C'est aussi une demande de transparence et de justice.

« Une explication permettrait aussi aux autres banques de comprendre comment se comporter correctement quand elles se tournent vers la BCE », indique le ministre italien.  Et de conclure : « le manque de transparence des informations se traduit par de l'opacité et les choses opaques conduisent à des interprétations presque toujours erronées ».

Derrière les termes choisis, le discours est clair : les décisions de la supervision unique de la BCE manquent de clarté et sont donc soumises à des soupçons d'arbitraire.

Une ligne dure qui a aggravé la situation

Cette critique intervient alors, qu'en Italie, l'exigence de la BCE a été mal perçue et assez mal comprise. Le sentiment d'un acharnement est assez perceptible. Même Il Sole-24 Ore, d'ordinaire assez modéré, estime que la « ligne dure de la BCE a rendu la crise de Mone Paschi ingérable ». La BCE a, en effet, imposé dès juin une recapitalisation avant le 31 décembre et non sur trois ans comme l'envisageait Rome. Elle a refusé le délai supplémentaire de 20 jours demandé par Rome, après le « non » au référendum institutionnel du 4 décembre qui rendait une solution privée plus difficile. Cette ligne a exercé une pression forte sur la banque et le gouvernement et a rendu une solution « de marché » plus difficile en créant des inquiétudes sur les marchés et en alourdissant ainsi la facture finale. Elle a conduit à une urgence qui a rendu la solution privée plus difficile.

Faire un exemple ?

Certes, selon Reuters citant une source proche du dossier, les 8,8 milliards d'euros ne permettraient pas à Monte Paschi que d'atteindre un ratio de solvabilité CET-Tier1 de 8 %, soit un niveau relativement bas au regard du résultat des tests de résistance européens. Mais alors, pourquoi ne pas avoir justifié ce choix et pourquoi ne pas l'avoir argumenté ? Immanquablement, l'idée que la BCE a voulu « faire un exemple » avec la banque italienne en se montrant le plus ferme possible s'est installée en Italie. Cette fermeté peut certes être uniquement « technique » :  elle viserait alors à inviter l'État italien à régler une bonne fois pour toutes le problème des créances douteuses, notamment en facilitant le recouvrement de ces créances par des procédures plus rapides, mais aussi en accélérant la restructuration du système bancaire.

Le problème des créanciers particuliers

Mais cette exigence implicite oublie évidemment la crise économique que traverse depuis 2011 le pays et qui rend ces solutions « techniques » relativement vaines. Surtout, elle nie ce fait qui a été une des raisons de la lenteur des autorités italiennes à agir : la surreprésentation de créanciers particuliers parmi les détenteurs d'obligations des banques italiennes. Rome ne peut sacrifier ces créanciers comme l'exigent les nouvelles règles de l'union bancaire pour des raisons économiques et politiques. Dans le cas de Monte Paschi, le gouvernement italien a du reste prévu une compensation pour les créanciers particuliers qui devront être mis à contribution. En relevant les exigences de recapitalisation, la BCE a naturellement rendu cette compensation plus coûteuse et difficile pour l'État italien. C'est pourquoi cette décision a été aussi mal perçue de l'autre côté des Alpes.

Désamorcer les critiques allemandes ?

Mais cette fermeté de la BCE pourrait aussi avoir une raison plus « politique » et, derrière les accusations « d'opacité », c'est bien cela que vise Pier Carlo Padoan. En Allemagne, la nationalisation de Monte Paschi et la compensation des créanciers sont extrêmement mal ressenties. La presse allemande se déchaîne contre la non-application des règles de résolution qui laisserait le « laxisme » bancaire italien perdurer au prix d'une dette publique qui fait porter un risque sur l'ensemble des contribuables européens. Le Spiegel, par exemple, parle d'un « sauvetage selon les anciennes règles » et de « milliards pour un Zombie ». Et l'hebdomadaire allemand n'hésite pas à attaquer directement Mario Draghi, ancien gouverneur de la Banque d'Italie, qui aurait laissé faire. Déjà très critiquée outre-Rhin pour sa politique monétaire, la BCE aurait pu être tentée de montrer ses muscles dans son rôle dans l'affaire Monte Paschi pour se mettre à l'abri des critiques. La manœuvre a évidemment échoué, mais elle aura coûté cher au Trésor italien. Et, dans la mesure où l'exigence de la BCE n'est pas justifiée, où l'opacité règne, le soupçon est évidemment possible.

Bienveillance avec la Deutsche Bank

Ce soupçon est d'autant plus mal perçu en Italie que, parallèlement, cette semaine, la BCE s'est montrée particulièrement bienveillante avec la Deutsche Bank. L'établissement allemand a annoncé que le superviseur lui accordait un ratio CET-Tier1 de 9,51 % pour 2017 contre une exigence de 10,76% jusqu'ici. Cet abaissement, que la BCE estime conforme aux règles de la supervision, va permettre à la banque allemande qui a connu une année mouvementée et qui est régulièrement une source d'anxiété sur les marchés, de verser de généreux dividendes et de bonus à ses dirigeants. De tels versements eussent été impossibles sans cet abaissement. En Italie, on comprend donc mal cette bienveillance avec le géant allemand lorsque l'on observe la dureté appliquée à Monte Paschi.

Insuffisance de l'union bancaire

Du reste, cette différence de traitement, même si elle peut être justifiée par la BCE, pose un problème sur la qualité de la supervision bancaire européenne. Une banque soumise à des créances douteuses versées à l'économie réelle et agissant principalement dans le cadre d'activités de crédits dans une économie faible doit-elle être traitée plus durement qu'une banque agissant principalement sur les marchés, dans des activités spéculatives ? La question à laquelle l'union bancaire a refusé de s'intéresser, celle de l'organisation des activités financières et de leur orientation, mais aussi celle de la valeur de la « garantie implicite » des États et des contrôles sur les activités qu'elle suppose, semble désormais apparaître en pleine lumière. Ces insuffisances condamnent l'union bancaire à des méthodes contestables, à un état d'exception permanent et à l'alimentation des ressentiments mutuels entre les pays européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 19:49 :
Cette stratégie, je la vois tous les jours : au plus l'autre est endetté, au plus je suis puissant. L'Italie peut juste ne PAS le dire ouvertement... Voyez la Grèce.
a écrit le 31/12/2016 à 11:35 :
la « ligne dure de la BCE a rendu la crise de Mone Paschi ingérable ».
la BCE s'est montrée particulièrement bienveillante avec la Deutsche Bank.
on comprend donc mal cette bienveillance avec le géant allemand lorsque l'on observe la dureté appliquée à Monte Paschi.
On comprend mal ? Vraiment ?
a écrit le 30/12/2016 à 12:17 :
C'est l'Allemagne qui est responsable de ce torpillage en règle de l'Italie avec cette banque. La BCE n'est qu'un instrument pour notre puissant voisin.
a écrit le 30/12/2016 à 11:21 :
Petit à petit le frexit fait son nid.
Réponse de le 30/12/2016 à 17:19 :
Il faut sortir de l'Europe et de l'euro ce sont des camisoles......
a écrit le 30/12/2016 à 11:16 :
Bon article sur un sujet évidemment délicat en ce moment. Je pense toutefois que l’auteur aurait pu aller plus loin.

Il est vrai que le cas Mont dei Paschi est très révélateur d’un bras de fer Allemagne-Europe latine. Il est aussi la manifestation d’un refus catégorique du pouvoir politique allemand, dans son orgueil le plus primitif, d’avouer la vulnérabilité et la faiblesse de son propre secteur bancaire.

En effet, si l’article rappelle bien les difficultés de Deutsche Bank et les inquiétudes qu’elle a suscitées il y a peu sur les marchés, il ne faut pas oublier qu’à l’occasion des stress tests conduits par l’Autorité Bancaire Européenne cette année, les deux principales banques allemandes, à savoir Deutsche Bank et Commerzbank faisaient partie des 12 banques les plus vulnérables aux côtés de Monte dei Paschi, évidemment, de Barclays ou encore de l’autrichienne Raiffeisen. Le cas Monte dei Paschi n'est donc qu'un simple épouvantail, permettant d’oublier temporairement le cas Deutsche Bank en focalisant l’attention des investisseurs et des pouvoirs publics ailleurs.

Le fait que le secteur bancaire allemand soit en difficulté est un secret de polichinelle. En effet, celui-ci, à la différence de la France ou autres pays, est essentiellement constitué, outre Deutsche Bank et Commerzbank, de plus de 1 000 banques régionales, les fameuses Landesbanken. Celles-ci ont beaucoup souffert de la crise avec une forte exposition aux subprimes et aux pays périphériques, puis, post-crise, à un marché intérieur avec des marges de crédit ayant continuellement fondu ces dernières années. Un chiffre. Les banques allemandes ont réalisé 40% des pertes et provisions de la zone euro, alors qu’elles ne totalisent que 25% du total du bilan. A cela s’ajoutent également les problèmes de gouvernance bien connus, et malheureusement habituels dans les zones germanophones. Le cas Deutsche Bank avec son ex-PDG Joseph Ackermann n’en est qu’une illustration bien connue.

Enfin, il est à noter qu’à l’occasion de précédents stress tests, l’Allemagne avait effectué un très important lobby auprès des autorités afin que les résultats des seules banques allemandes restent confidentiels, preuve s’il en est que Berlin souhaite la transparence surtout pour les autres !

Bonne conclusion de fin d’article. Oui, sanctionner arbitrairement pour délit de sale-gueule une banque qui prête à l’économie vs vouloir occulter avec des cache-sexe le problème de banques de marchés, est une position politiquement très difficile à défendre. 100% d’accord. Mais le plus choquant dans cette histoire, reste le manque de volonté des dirigeants européens à engager un véritable bras de fer, et sur beaucoup de sujets qui dépassent celui-ci. Nous avons ici le cas de l’Allemagne sur le plan de la supervision bancaire, mais nous pourrions en dire autant sur le plan fiscal avec les cas Apple, Google, Mc Donald’s, ou encore la constitution, enfin, d’une véritable gouvernance économique, budgétaire et fiscale européenne.
Réponse de le 30/12/2016 à 19:21 :
En outre de votre commentaire très réaliste, il faut prendre en compte ce qu'a dit il y a peu le FMI. D'accord que le FMI n'est pas la parole de Dieu, mais il n'a pas fait que des erreurs, aussi il a dit, qu'en cas de crise forte, en Europe, du genre de celle de 2.008, aucune banque européenne n'est à l'abri d'une faillite totale. Donc, il vaut prendre en compte cet avertissement et éviter d'investir dans le paier que les banques europèennes proposent, toujours selon le FMI.
Réponse de le 02/01/2017 à 19:24 :
@.45ACP: votre commentaire est plein de préjugés germanophobes. Toute comparaison des NPL se heurte d'abord à un manque de standardisation des définitions qu'il faut analyser. Au total, la Banque Mondiale a déterminé pour les banques allemandes un taux des NPL de 2,3%, alors que ce taux monte pour la France à 4%. http://wdi.worldbank.org/table/5.5
a écrit le 30/12/2016 à 9:07 :
Si vous croyez que la BCE est indépendante, il vous faut changer de métier. La MPS et la DB sont tout simplement en faillite. point barre....
a écrit le 30/12/2016 à 7:22 :
[...] L'Italie craint d'avoir voulu être victime d'une stratégie de communication de l'institution.

Est-ce à dire que l'Italie, à l'insu de son plein gré, est la victime de la communication de la BCE ?
a écrit le 30/12/2016 à 7:10 :
L'Europe de Bruxelles est une mafia. Gangrenee par les lobbies et les politiciens avides de dividendes.
Un operation style "Manu polite" ne serait pas du luxe.
Mais il est trop tard. La corruption est a tous les niveaux.
Réponse de le 31/12/2016 à 9:48 :
Mani pulite... à part cette orthographe approximative, pour laquelle je vous pardonne volontiers, je partage assez votre commentaires. Et j'ajoute que nos voisins allemands et néerlandais sont tout aussi corrompus que les autres européens. Ce n'est que la peur du gendarme plus vigilant qui freine leurs ardeurs.
Bonne find'année !
a écrit le 29/12/2016 à 19:57 :
L'autorité du "conseil de supervision bancaire de la BCE" n'est "pas contestable" ? Comme l'infaillibilité pontificale ? Comme la ligne du parti ? Comme le petit livre rouge ? Comme la parole du Prophète ? C'est trop beau tellement c'est énorme et caricatural : merci à l'Union Européenne de terminer l'année en telle beauté et de gagner sa place dans les bétisiers !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :