L'Allemagne n'a jamais été aussi peuplée

 |   |  743  mots
La population allemande à la fin de 2016 atteignait 82,8 millions d'habitants, soit 600.000 personnes de plus qu'un an plus tôt. (Photo : lors d'une projection publique à Berlin, le public allemand acclame son équipe de football qui joue à Marseille contre la France, le 7 juillet 2016 )
La population allemande à la fin de 2016 atteignait 82,8 millions d'habitants, soit 600.000 personnes de plus qu'un an plus tôt. (Photo : lors d'une projection publique à Berlin, le public allemand acclame son équipe de football qui joue à Marseille contre la France, le 7 juillet 2016 ) (Crédits : Reuters)
La population allemande a atteint 82,8 millions d'habitants en 2016 en raison de l'augmentation du solde migratoire. Le précédent record de 2002 est dépassé. Mais les menaces à long terme demeurent.

L'Allemagne n'a jamais été aussi peuplée. Selon les chiffres préliminaires de Destatis, l'Office fédéral des Statistiques allemand, la population allemande à la fin de 2016 atteignait 82,8 millions d'habitants, soit 600.000 personnes de plus qu'un an plus tôt. Grâce à cette poussée, le précédent record de population, qui datait de 2002 et se situait à 82,5 millions d'habitants, a été dépassé. Ces chiffres doivent cependant être pris avec beaucoup de réserves, prévient Destatis, en raison d'un changement méthodique. On se souvient que le recensement de 2011 avait révélé une population inférieure de 2 millions à l'estimation annuelle alors publiée par Destatis qui s'appuie sur les chiffres des enregistrements municipaux pas toujours très fiables.

Solde migratoire positif...

La raison de cette croissance démographique importante demeure le solde migratoire hautement positif, estimé pour 2016 à plus de 750.000 personnes. En 2015, ce solde migratoire se situait à 1,1 million de personnes. Le détail de ce chiffre n'est pas encore connu, mais il supposerait des entrées de personnes en Allemagne à un niveau proche de 1,5 million de personne l'an dernier.

Evidemment, comme en 2015, les populations réfugiées du moyen et proche Orient devraient représenter une grande partie de ces entrées sur le territoire allemand, mais il convient de ne pas oublier que plusieurs pays d'Europe méridionale et centrale (Pologne, Espagne, Grèce, Portugal) continuent de connaitre des soldes migratoires négatifs vis-à-vis de l'Allemagne. En 2014, avant l'arrivée des réfugiés, l'Allemagne avait ainsi déjà connu une forte croissance de son solde migratoire de 550.000 personnes en termes nets.

... et historiquement élevé

Ce solde migratoire positif de 750.000 personnes reste, en tout cas, extrêmement élevé, alors que les flux de réfugiés se sont pratiquement arrêtés depuis le printemps. Outre l'exceptionnelle année 2015, il faut remonter en 1992 pour trouver un chiffre supérieur dans l'histoire de la République fédérale. Il sera intéressant de savoir si, malgré l'impression de frontières désormais maîtrisées que donne le gouvernement fédéral, les arrivées se sont poursuivies tout au long de l'année, ou si elles se sont brutalement ralenties. Reste que le solde migratoire a, en trois ans, apporté pas moins de 2,3 millions d'habitants supplémentaires à une Allemagne qui, par ailleurs, connaît une démographie naturelle préoccupante.

Solde naturel négatif

Car, le solde naturel allemand, lui, continue à être très négatif. Destatis l'évalue dans une fourchette allant de 150.000 à 190.000 personnes. En 2015, il y avait eu outre-Rhin 188.000 décès de plus que de naissance en Allemagne, on devrait donc se situer un peu en deçà de ce chiffre en raison d'une stagnation des décès et d'une légère remontée des naissances. Mais ce déficit naturel demeure préoccupant pour deux raisons. D'abord en raison du vieillissement accru de la population qu'il induit. Ensuite, parce qu'il contraint l'Allemagne à maintenir un solde migratoire élevé de façon durable pour éviter de voir sa population reculer. Enfin, parce que ce solde naturel migratoire s'auto-amplifie en conduisant à une réduction de la population en âge de procréer.

Croissance migratoire encore insuffisante à long terme

En mars 2015, Destatis avait ainsi publié des prévisions de population assez négatives, malgré la hausse du solde migratoire. « Le vieillissement de la population n'est pas réversible par le haut niveau de migration », avait indiqué l'Office. Avec un niveau moyen de solde migratoire positif de 300.000 personnes en moyenne à partir de 2016 pendant un quart de siècle, la population allemande resterait stable en 2040 avec une augmentation de 43 % des plus de 67 ans et une baisse de 11 % des moins des 20-66 ans. Ceci posera un problème de main d'œuvre et de financement des retraites. Dans cette option, la population allemande finirait, malgré tout par descendre à 77,8 millions d'habitants en 2060.

Coût réduit

Dans l'immédiat, cette croissance de la population est plutôt une aubaine économique pour l'Allemagne qui a vu sa croissance en 2016 s'accélérer à 1,9 % malgré un faible investissement et une progression de l'épargne des ménages. Elle a contraint l'Etat allemand à investir et dépenser, quoique à un niveau encore inférieur aux besoins de l'économie. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a estimé jeudi 26 janvier à 21,7 milliards d'euros le « coût » de cette migration. C'est finalement assez peu pour une économie de 3.000 milliards d'euros et un budget fédéral de 317 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2017 à 19:07 :
L ouverture des frontières aux refugiés a eu très certainement un aspect démographique voulu tout en respectant la volonté de venir en aide à ces pauvres victimes …
Un très grand nombre d´allemands ont ete eux meme des réfugiés de guerre =
10 millions en1945 et 1946. Le droit d asyle est ancré dans la constitution.
Les 800.000 refugiés venus du Proche Orient en 2005-2006 ne sont rien comparés aux 3 millions de travailleurs turcs accueillis les bras ouverts dans les année 70. Ces 3 millions de « Gastarbeiter» Turcs ont été une des raisons de l´essort industriel à l´époque car l´Allemagne souffait du manque de main d œuvre à tous les niveaux.

Personne ne peut prognostiquer aujourd´hui quels seront les problèmes de démographie que devront affronter tous les pays occidentaux sans exception dans 20 à 30 ans.

Quant au financement des retraites, la plupart des Allemands - conscients des problèmes potentiels – épargnent pour leur vieux jours. Or qui aurait pu leur dire il y a 5 ou 10 ans que la politique à taux zéro de la BCE anéantirait leurs épargnes-retraites ?
En tout cas, fait est qu actuellment les Allemands n ont pas a se faire de soucis: la caisse de retraite nationale (Rentenversicherung AG) a des caisses pleines à craquer !
a écrit le 29/01/2017 à 10:37 :
En ce dimanche rieur et humoristique "L'Allemagne n'a jamais été aussi peuplée", vous voulez dire la future Allahmagne ?
Réponse de le 11/02/2017 à 21:00 :
La religion est affaire personnelle. Pourquoi vous en faite une obsession, comme ces arnaqueurs politiciens qu'on a en France, qui parlent d'Islam, pour cacher leur échec contre le chômage ? Ah oui, il faut bien dévier les sujets importants en faisant peur aux gens, pour leur faire oublier qu'ils s'appauvrissent.
a écrit le 28/01/2017 à 16:35 :
Et demain, en Allemagne tous en babouches, les femmes en burqua et hop à la mosquée ? Comme en France, en Belgique et ailleurs. Marrant non...
a écrit le 28/01/2017 à 10:57 :
En quoi est ce positif pour l'Allemagne de prendre deux millions d'étrangers musulmans sur son territoire en quelques années ? En quoi est ce positif pour l'Europe de faire venir des millions d'immigrés musulmans pour remplacer les autochtones ? En tous les cas pour nous les gens d'en bas cela commence à sérieusement bien faire et vous allez avoir droit à des élections à la Brexit un peu partout en Europe. Beau résultat en effet pour ces élites complètement indifférentes au sort des peuples européens !
a écrit le 28/01/2017 à 8:46 :
Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs « Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.
Voilà comment Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi :
« L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples [...] [2]
Kalergi proclama qu’il fallait abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes ou l’immigration allogène de masse.
Pour que les élites puissent dominer l’Europe, il prévoyait de transformer les peuples homogènes en un peuple métissé ; il attribuait aux métis des caractéristiques de cruauté et d’infidélité, entre autres. Ce peuple, selon lui, devait être créé et ce nouveau peuple métissé permettrait à l’élite de lui être supérieure.
En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer.
En abolissant le principe d’égalité de tous devant la loi et en préservant les minorités de toute critique, avec des lois extraordinaires les protégeant, on réussirait à contrôler les masses. Les politiques de l’époque ont écouté Kalergi, les puissances occidentales se sont basées sur son Plan, les journaux et les services secrets américains ont financé ses projets. Les leaders de la politique européenne savent bien que c’est lui l’instigateur de cette Europe dirigée par Bruxelles et Maastricht. Kalergi, inconnu de l’opinion publique, [...] est considéré comme le père de Maastricht et du multiculturalisme. Ce qui est révolutionnaire dans son Plan, est qu’il ne préconise pas un génocide pour atteindre le pouvoir, mais qu’il prévoit de créer des « sous-humains » qui, en raison de caractéristiques négatives comme [l'incapacité] et l’instabilité, toléreront et accepteront cette « noble race » [3] (ndt noble race = élite).
a écrit le 28/01/2017 à 8:42 :
J'imagine la tête de nos ancêtres qui se sont battus pour nous léguer cette belle Europe si ils se réveillaient en 2050 dans cette Europe en ruine peuplée au deux-tiers d'afro-musulmans...
a écrit le 28/01/2017 à 8:26 :
Le Plan Kalergi de génocide des peuples autochtones européens chrétiens par métissage et substitution par des populations afro-musulmanes et moyen-orientales est en marche depuis des décennies et proche de son accomplissement. Les traîtres qui nous gouvernent accélèrent d'ailleurs drastiquement les flux d'envahisseurs année après année, mois après mois, jour après jour. Mais le plus surprenant est encore l'indifférence totale voire la complaisance des peuples européens dès avis de ce programme diabolique.
a écrit le 28/01/2017 à 7:02 :
A mourrir de rire. j'aimerai voir la tête des anciens nazis presque centenaires. Leur beau Reich millénaire qui se dépeuple de ses Aryiens au profit des Musulmans (le fameux grand remplacement en marche). A ce rythme, trump va interdire les allemands du territoire us.
Réponse de le 28/01/2017 à 8:32 :
Quand l'Europe sera majoritairement peuplée d'afro-musulmans - dans une quinzaine d'années - il est évident qu'il sera presqu'impossible pour un européen de souche d'obtenir un visa pour les Etats-Unis, l'Australie ou autres pays de ce type car personne ne prendra le risque de délivrer un visa à un islamiste ou à un délinquant multirécidiviste. Seuls les dirigeants européens prétendent que ce type d'immigration de masse serait une chance et au final l'européen de base deviendra minoritaire dans son propre continent, devant se contenter de raser les murs en baissant les yeux, sans aucune possibilité de pouvoir aller vivre ailleurs car le reste du monde lui se protège.
Réponse de le 28/01/2017 à 8:35 :
Le Grand Remplacement s'accélère à mesure que les peuples européens commencent à se réveiller. C'est une véritable course contre la montre qui se joue entre les peuples et leurs "élites" traîtres.
a écrit le 27/01/2017 à 20:39 :
" Cette croissance de la population est plutôt une aubaine économique pour l'Allemagne" certes mais les autres pays limitrophes, qui ont profité de cette croissance migratoire en partie voulue par la Chancelière, ont-ils la même perception positive ?
Réponse de le 28/01/2017 à 0:07 :
C'est sûr qu'à un coût de 21 milliards d'euros rien que pour l'année 2016, c'est une sacrée aubaine pour le contribuable allemand.
a écrit le 27/01/2017 à 20:02 :
Une aubaine économique?
1 500 000 personnes à qui il faut apprendre la langue, qu'il faut former, sans compter les différences culturelles.
Comme si c'était simple.
A ma connaissance, c'est une situation plutôt inédite.
a écrit le 27/01/2017 à 18:58 :
Est il vrai que de nombreux Turcs diplômés quitteraient l'Allemagne ?
a écrit le 27/01/2017 à 18:22 :
article non relu:

"changement méthodique" ?? plutôt méthodologique ou simplement de méthode.

"ce solde naturel migratoire s'auto-amplifie en conduisant à une réduction de la population en âge de procréer."
incompréhensible, voire absurde. Il suffirait d'enlever un mot et ça va mieux:
"ce solde naturel s'auto-amplifie en conduisant à une réduction de la population en âge de procréer."

Sur le fond, l'Allemagne, comme l'Italie, est un pays à forte densité de population. Une correction s'impose pour sauvegarder un environnement vivable. Certes, il y a une transition délicate durant quelques dizaines d'années, avec une population vieillissante. Mais un très fort solde migratoire est mitigé à court-terme et problématique à LT.
a écrit le 27/01/2017 à 17:14 :
Merci pour cette belle photo qui représente exactement votre article hahahaha ! Bon maintenant qu'ils sont plus nombreux il va falloir qu'ils créent du boulot pour payer les salaires et surtout un gros bonus pour payer "les seniors" ! Le seul but de cette vision archaïque de l'économie/natalité nous vient du plein emploie des années 60, quand je pense qu'il y a encore des personnes capables de croire un truc aussi débile alors qu'ils ont sous le nez l'Afrique, l'Inde, le Maghreb ... des modèles de natalité ou chez nous avec un taux de chômage de 25% chez les jeunes alors qu'ils devraient payer pour les retraites !
a écrit le 27/01/2017 à 16:59 :
Mais les menaces à long terme demeurent Ben ils feront pareil !! Ils feront rentré des immigres en masse. D'ailleurs mon fils fait allemand a l"ecole : ce n'est pas un hasard : il y a du travail en allemagne et un taux de chomage bas et ca sera pareil dans 20 ans !! Vous avez deja vu les allemands se tromper vous ???
Réponse de le 27/01/2017 à 18:33 :
"Vous avez deja vu les allemands se tromper vous ??? "

Oui en 33.
Réponse de le 27/01/2017 à 19:53 :
Oui, en 39-45!
a écrit le 27/01/2017 à 15:04 :
sondage opinionway/banque palatine/challenges d'hier : le moral des ETI/PME progresse encore.
le moral des ménages a encore progressé et est au plus haut depuis fin 2007 (INSEE, 27/01/2017).
le climat des affaires est toujours élevé dans le secteur manufacturier et reste bon pour l'ensemble des secteurs (INSEE, 25/01/2017).
a écrit le 27/01/2017 à 14:43 :
Il faut préciser les choses. En Allemagne ( comme dans tous les pays d'Europe, sauf en France hélas ...), il n'y a pas de droit du sol. Les immigrants par principe ne peuvent donc obtenir la nationalité allemande. Le pays peut donc quand il veut, faire ses choix (nationaliser certains et pas d'autres, selon leur nationalité d'origine ou selon leur apport de compétences).
En France personne ne maîtrise rien, à cause du laxisme des lois et de l'absence de prise en compte par les dirigeants de la question. L'immigration massive a été fait pour casser les syndicats et le coût du travail, belle démocratie ! Nous héritons donc d'une situation forcément explosive !
Je suis pour la suppression du droit du sol, seulement le droit du sang et faire comme les Allemands, revenir à une rationalisation de l'immigration. La France étant sujette à un chômage massif, à un communautarisme (prévisible quand on fait rentrer des centaines de milliers de personnes qui ne peuvent s'intégrer ni dans la société ni au travail), on ne doit faire rentrer les gens qu'au compte-gouttes, seulement selon leur apport de compétences comme le font les USA (on a besoin de médecins, de dentistes, de gens compétents pour travailler dans le bâtiment).
Il faut en finir avec le problème des sans-papiers qui crée un problème dangereux pour la population. Enfin, il ne faut donner la nationalité française qu'à peu d'étrangers (mérite, compétences ...), ce qui arrêtera l'appel d'air (et donc les trafics humains) pour venir en France à tout prix.
Réponse de le 27/01/2017 à 17:03 :
C'est ça, précisez.

Le droit du sol existe en Allemagne comme dans bien d'autres pays d'Europe.
Revoyez votre copie.
Réponse de le 27/01/2017 à 17:21 :
Ce que vous dites est faux et partisan :

En Allemagne, depuis le 1er janvier 2000, un droit du sol a été introduit dans le code de nationalité. Les enfants d'étrangers nés sur le territoire allemand, de parents étrangers également nés en Allemagne et y ayant vécu de façon durable, sont allemands à leur naissance. Ils peuvent conserver une éventuelle autre nationalité.

Le droit du sol existe depuis l'ancien régime en France (1315!) et nous avons moins d'immigrés que nos voisins. Ce qui les intègre mal c'est notre chômage chronique.
a écrit le 27/01/2017 à 14:08 :
Oui et je pense que l'on peut valider la théorie Nietzschéenne qui démontre que les mots dettes et fautes en allemand ont les mêmes racines sémantiques, du coup pour eux avoir des dettes c'est être obligatoirement en faute. Ajoutez à cela cet abominable héritage religieux et c'est plus un combat contre leurs vieux démons plutôt qu'une stratégie économique qui est mise en œuvre là.

On se demande juste pourquoi les autres pays européens qui n'ont pas cet héritage linguistique continuent de valider ces politiques d'austérités qui sont en train de faire crever l'europe.
Réponse de le 28/01/2017 à 16:41 :
Si l'Europe, telle qu'elle est aujourd'hui pouvait "crever" comme vous dites, je serais le premier content parce qu'a apporté ce système, rien. Ah si je passe les frontières plus rapidement, comme les terroristes, avant j'étais obligé de m'y arrêté, je perdais 10 mn, dans une vie c'est pas important.
Réponse de le 29/01/2017 à 17:39 :
Les terroristes passaient aussi facilement les frontières qu'actuellement, s'il faut que l'UE crève c'est parce qu'elle est en train de ous faire crever.
a écrit le 27/01/2017 à 13:56 :
Commentaire habituel d un francais fier de sa natalité. En quoi est ce un probleme d avoir une natalité faible ? Certes ca pose des problemes pour payer les retraites mais avoir comme en france une natalité forte permet d avoir plein de RMIste et de chomeurs qui eux aussi coutent de l argent. Et si par malheur le progres technlogique rend inutile des masses de gens vous en faites quoi ?

Quant a l apport des 1.1 millions de refugies, il faut esperer pour les allemands qu il sera plus positif que ceux venus d afrique en France dans les annees 70-80: il sont certes boosté notre natalité mais aussi les problèmes
Réponse de le 27/01/2017 à 14:29 :
les entreprises allemandes ont ralenti l'investissement depuis un moment du fait des charges financières croissantes pour les retraites (Bloomberg, 08/2016). le manque de ressource humaine doit aussi être un frein.
en 2014, on pouvait lire dans le Financial Times que VW avait du mal à recruter. ses déboires sont peut-être dus en partie à ça.
les entreprises doit faire travailler de plus en plus de seniors. bon pour la productivité ?
moins de citoyens et de plus en plus de retraités pauvres, c'est pas bon pour la demande a priori. heureusement qu'il y a la demande des autres pays...
toujours plus d'immigrés pour combler le manque de ressource humaine, cela doit attiser le populisme/la réaction identitaire.
etc...
Réponse de le 27/01/2017 à 14:33 :
Natalité faible égale à non renouvellement de la population, avec les problèmes d'actifs insuffisants pour financer la retraite et booster la consommation (les vieux consomment très peu). Ces migrants sont une aubaine pour l'Allemagne car ils accepteront n'importe quel job, que les autochtones ne veulent pas. Mais cela reste insuffisant car la population est trop vieillissante. Et pour la France la migration des années 70/80 à était une aubaine aussi, car les jobs pénible ou moins valorisant, les autochtones n'en voulaient pas.
Leurs enfants maintenant qui sont FRANÇAIS, en tant qu'autochtones ne veulent plus/pas de ces jobs et donc l'immigration est la pour combler ce phénomène. Pourquoi pensez vous que l'immigration ne s'est jamais arrêter ?
Car nous avons besoin de cette main d'œuvre docile, qui ferait tout pour travailler, a contrario de nous les autochtones, perfusés aux "aides".
Réponse de le 27/01/2017 à 17:14 :
De quel job parlez-vous ? Il n'y a plus de job dans les usines...le reste c'est cuisiner et gardien de boutiques...
Certes, les français de souche n'ont pas la mobilité des migrants pour accepter de travailler comme esclave au Smic dans Paris et payer un loyer débile dans ce même Paris. Des fainéants ? Des gens lucides plutôt.
Si l'inspection du travail faisait le job, on n'en serait pas là
Avec le taux de chomage qu'on a c'est indécent de traiter ces gens de feignasses. Si l'Etat incitait les grands groupes et les grandes administrations à quitter le grand Paris, l'emploi se rapprocherait de "ses" chomeurs. Mais voyez vous les énarques et autres Hec ne se plaisent que dans le 16e et l'ouest parisien.. un Etat faible engendre plus de problème qu'il n'en résoud. La nouvelle noblesse veut rester à Versailles jusqu'à un nouveau 1789

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :