L'Allemagne s'oriente vers une année commerciale record

 |   |  189  mots
Le FMI demande à Berlin d'oeuvrer pour rééquilibrer ses échanges extérieurs.
Le FMI demande à Berlin d'oeuvrer pour rééquilibrer ses échanges extérieurs. (Crédits : © Fabian Bimmer / Reuters)
L'excédent commercial allemand devrait culminer à un record en 2015 d'après une note interne du ministère des finances. Cette performance serait portée par la chute des cours mondiaux du pétrole et du gaz.

L'économie allemande devrait dégager en 2015 un excédent commercial record porté par la chute des cours mondiaux du pétrole et du gaz, écrit samedi l'hebdomadaire Der Spiegel qui s'appuie sur une note interne du ministère des Finances.

8% du PIB

L'excédent de la balance commerciale de la première économie européenne devrait représenter 8,1% de son produit intérieur brut, contre 7,6% en 2014. La baisse du coût des importations de pétrole et de gaz explique à elle seule 1,2 point de pourcentage dans la progression attendue de l'excédent commercial.

Ce nouvel excédent record devrait relancer le débat sur le rôle présumé de l'Allemagne dans les déséquilibres de l'économie mondiale. Dans un rapport publié le mois dernier, le Fonds monétaire international a appelé le gouvernement Merkel à renforcer la croissance à moyen terme et à réduire les déséquilibres extérieurs.

La Commission européenne considère elle que des excédents commerciaux régulièrement supérieurs à 6% du PIB sont dangereux pour la stabilité et a exhorté Berlin à favoriser les investissements pour doper les importations.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2015 à 10:52 :
SI L ALLEMAGNE FERMER SES CENTRALES ELECTRIQUE A CHARBON SEES CHIFRES ECONOMIQUE SERAIS NETEMENT MOINS BON??? SONT EGOYSME EN LA MATIERE ET TRES POLUENTE POUR LE MONDE ? ??
a écrit le 11/08/2015 à 13:44 :
..Un peu beaucoup sur le dos de la Grèce, non?
a écrit le 11/08/2015 à 9:47 :
Réponse (tardive) à Bertrand : pour satisfaire la consommation interne des allemands, il faudrait qu'ils puissent acheter les produits que leurs industries préfèrent exporter, d'autre part la compétitivité imposée aux autres pays par le dumping des bas salaires ne permet pas de concurrencer l'Allemagne sur son propre territoire ...Donc les autres pays doivent délocaliser ou faire aussi du dumping, c'est l'histoire du plombier polonais. C'est donc le chacun pour soi, bel exemple d'union européenne et de progrès social ...
Réponse de le 11/08/2015 à 13:37 :
parce que vous croyez, ne serait-ce qu'une minute que les allemands n'achètent pas leurs produits ??? les allemands n'ont aucun soucis pour acheter leur produits : je vais annuellement en Allemagne et dans une région plutot pauvre, et là-bas, ils ont largement les moyens d'acheter leurs produits !!!
si vous arrêtiez de théoriser sur le dumping et autres fadaises, vous pourriez travailler : ce n'est pas les salaires qui posent problèmes mais bien les charges sociales ? ce n'est pas les salariés qui posent problèmes mais leurs formations totalement théoriques, etc......
a écrit le 10/08/2015 à 9:57 :
L’Allemagne est censé être le pays le plus puissant de l’Union Européenne, celui qui décide et impose son diktat aux autres pays dont la France. Mais est-ce réellement de la puissance ?

Ou plutôt de la servilité qui lui garanti en retour un bon soutient dans la presse ? Car l’Allemagne est avant-tout le valet des États-Unis, c’est également le pays européen qui héberge la banque la plus dangereuse et systémique de la planète, la Deutsche Bank a un niveau d’exposition aux produits dérivés d’un montant de 54 000 Milliards de dollars, le PIB de l’Allemagne est de 3820 milliards , cherchez l’erreur…

Comme pour l’économie étasunienne, l’économie allemande n’est qu’un vaste mensonge, et un jour, inévitablement, le mensonge leur « pètera à la gueule », et là, cela ne sera pas beau à voir…

En ce qui concerne l’article qui suit, cela nous explique que contrairement à ce qui est expliqué dans les médias, les sanctions contre la Russie ont un impact majeur sur l’Allemagne, le pire, c’est que Poutine est accusé d’être responsable, responsable de se défendre face à la politique américaine et celle de ses complices ? ( vu chez les M.E.)
http://www.brujitafr.fr/2015/08/l-allemagne-vers-le-gouffre.html
Réponse de le 11/08/2015 à 19:31 :
"Les sanctions contre la Russie ont un impact majeur", oui, de donner à l'Allemagne une année record, c'est ça ?
Quant au vaste mensonge, il faudra expliquer en quoi il consiste: les usines ne sont pas des hangars sans machines ni personnel et les exportations ne sont pas virtuelles.
Le vaste mensonge est de prétendre que l'Allemagne va mal. N'est-ce pas M. "bord du trou" ?
a écrit le 10/08/2015 à 9:32 :
L’euro n’est pas un facteur de compétitivité en tant que tel pour les exportateurs allemands. Mais il se trouve que son taux de change, très élevé par rapport au dollar depuis 2004, a eu un double effet :

permettre aux grands groupes allemands de dégager des marges considérables, tandis que le commerce extérieur allemand engrangeait des excédents considérables. Cette relative insensibilité des exportations allemandes au cours de change de l’euro résulte du fait que l’industrie allemande est en situation de quasi-monopole mondial sur de nombres biens d’équipement (mécanique, optique, etc.). Les pays étrangers continuent donc à acheter certains produits allemands quels qu’en soient les prix.

laminer les marges à l’exportation des industriels français, italiens, etc…, dont la compétitivité extérieure est moindre que celle des produits allemands.

En d’autres termes, le taux de change très élevé de l’euro a permis à l’Allemagne d’engranger des excédents géants tout en affaiblissant les concurrents européens des industries allemandes.
Conséquences positives de l'euro pour l'Allemagne

On comprend, dans ces conditions, pourquoi l’Allemagne n’a pas protesté contre le taux de change très élevé de l’euro… , sauf lorsque l’euro a atteint 1,6 USD ; l’Allemagne y a alors mis bon ordre, en exigeant de la BCE qu’elle ne dépasse pas cette limite et qu’elle intervienne pour faire redescendre l’euro aux alentours de 1,40-1,45 USD.

Cette situation pose la question de la « solidarité » exigée par l’euro en cas de faillite de l’un des États de la zone euro. La logique de la monnaie commune européenne implique que les États en bonne santé financière viennent au secours de ceux en mauvaise santé (en fait, il s’agit surtout d’exiger que les contribuables des uns s’endettent auprès des bailleurs de fonds des autres…).

Le problème de toute cette architecture tient à l’effet « château de cartes » : de plus en plus de pays ont besoin d’aides financières de plus en plus imparables… qui pèsent sur de moins en moins de pays. Et le dernier État sur lequel l’endettement global risque de reposer en totalité est… l’Allemagne !

Il s’agit cette fois d’un risque d’appauvrissement colossal de l’Allemagne. Cet enjeu est d’une importance historique. Le risque est beaucoup plus grave que la conséquence positive sur le commerce extérieur décrite précédemment.

Entre les conséquences positives et les conséquences négatives de l’euro pour l’Allemagne, il n’y a plus vraiment débat : les secondes l’emportent désormais de très loin. Il faut bien comprendre que ce qui est impossible sur long terme, ce n’est pas de revenir au mark ou au franc, c’est d’assurer la pérennité de l’euro.

Étant pragmatiques, les Allemands font donc le bilan : il est temps pour eux d’arrêter les frais et de sortir de l’euro. Ne voulant pas être tenus responsables de l’explosion de la zone euro, nous pensons qu’ils attendent une occasion favorable pour le faire.
Réponse de le 10/08/2015 à 10:04 :
analyse totalement frelatée : la situation allemande est une excellente nouvelle pour l'Europe, mais il faut faire une Europe des entreprises. Je m'explique : les entreprises allemandes ont tous les atouts en main pour exporter : elle doivent en faire profiter leurs consoeurs européennes. Volkswagen devrait aider les constructeurs européens à exporter en se répartissant les marchés. Et cela dans chaque secteur. Par ailleurs les normes doivent être européennes : par exemple dans le batiment, il faut mettre dans tous les pays la garantie trentenaire ainsi les entreprises du batiments pourront exporter dans le monde entier sous la houlette des allemands.
Cette procédure aurait fortement aidé les grecs et les autres pays en difficulté à faire face à leurs dettes
Réponse de le 10/08/2015 à 19:59 :
Une position extrêmement analytique de l'UPR comme souvent..
Réponse de le 11/08/2015 à 11:34 :
un pays est compétitif relativement à ses partenaires. Comme vous le dites la construction européenne doit se baser sur la solidarité. Mais l'Allemagne est dans une telle position de domination economique car comme vous l'epxliquez elle a laminé la concurrence de ses partenaires. mais désormais elle ne veut plus être solidaire. Depuis Schroder l'Allemagne mène une politique économique non coopérative qui a abouti à ce deséquilibre majeur entre économies européennes. Qu'elle renforce encore aujourd'hui en obligeant ses partenaires à suivre des politiques pro cycliques recessives qui détruise le tissu industriel (Italie, Espagne dans une certaine mesure).
Si reprise il y a en Europe il semble qu'elle ne puisse plus être soutenable et forte car la tissu industriel a été fragilisé voir détruit. Seule l'allemagne pourrait encore une fois tirer son épîngle du jeu.
Dès lors pour que l'euro survive il faut que la solidarité s'exprime non pas à travers des prêts ou des aides de ceci ou de cela mais avec un réel budget européen donc des impots collectés au niveau européen qui lissent les différences par la progressivité, et par des transferts organisés au niveau "fédéral" le tout sous controle démocratique du parlement européen pour en assurer la légitimité
sans quoi l'euro mourra et je diverge de votre analyse sur votre conclusion : l'allemagne n'a pas intéret à la mort de l'Euro car bien que sur puissante en Europe vis à vis de la France ou de l'italie le jour ou l'Euro meurt le nouveau DM atteindrait de tels sommets face au dollar et aux monnaies que malgré la faible elastacité des exportations allemandes au change, ces dernières chuteraient malgré tout. La Suisse nous en donne l'exemple vivant.
a écrit le 10/08/2015 à 8:30 :
Evidemment, l'Allemagne, très compétitive, profite à plein de la baisse de l'€ de ces derniers mois, et c'en est même sans doute le principal bénéficiaire. Le made in Germany, déjà très compétitif avec un € fort, devient ainsi quasiment irrésistible en dehors de la zone €.
Réponse de le 10/08/2015 à 10:06 :
je n'ai pas acheté des machines-outils allemandes parce qu'elles étaient moins chères, mais bien parce qu'elles sont mieux concues et plus solides
Réponse de le 11/08/2015 à 18:24 :
Je n'ai pas acheté de machines outils Francaises parceque il n'y en a pas (plus).
a écrit le 09/08/2015 à 20:09 :
Quand on lit ces commentaires, on trouve un argument qui n'est pas absurde: soyons plus productifs, retroussons nos manches, acceptons même de la déflation salariale, diminuons la taille de nos services publics dispendieux, et ça ira mieux.
Je crois que malheureusement c'est illusoire: 1-on n'exporte que s'il y a des importateurs, tout le monde ne peut être exportateur net, et se lancer là dedans c'est aller un peu plus vers de la compétition entre pays européens et 2- le succès emmène le succès, et des tas d'activités ne sont plus possibles en France faute de compétences qui ont disparu, faute du tissu industriel de sous-traitants nécessaire à l'activité!
Réponse de le 10/08/2015 à 8:33 :
Je ne suis pas sûr que se maintenir hors jeu par une compétitivité défaillante et des excès de réglementation notamment en matière sociale soit une bonne idée. Sauf à entériner la poursuite du lent naufrage économique français.
Réponse de le 10/08/2015 à 11:09 :
Que voilà, enfin, un commentaire honnête et non biaisé
"...soyons plus productifs, diminuons la taille de nos "services" publics (trop) dispendieux etc...etc...Il y en a des pages de suggestions à formuler!
Encore faudrait-il que les "alumni des grandes écoles" qui dirigent ce pays, qu'ils soient politiques, du secteur public ou privé, acceptent ce fait et qu'ils aient le courage de mettre en place les réformes - nul doute douloureuses pour certains - qui s'imposent. S'ils veulent vraiment redresser la barre...
a écrit le 09/08/2015 à 19:38 :
Quand un pays réussit aussi bien que l'Allemagne du point de vue économique, il y a deux scénarios extrèmes:
a- il fait profiter sa population de cette réussite, il investit dans de grands projets d'avenir, ce qui lui fait perdre en compétitivité et tend à amoindrir sa réussite, donc rétablit quelque peu les équilibres avec les autres pays.
b-soit il poursuit consciemment ou inconsciemment des rêves de domination que je trouve assez nauséabonds dans le contexte européen et sa communauté, et par rapport à l'histoire du 20ième siècle. Il maintient donc par la rigueur et l'austérité sa compétitivité!

Si les pays d'Europe du Sud, qui représentent la moitié ou les deux tiers de l'eurozone se réveillaient ils pourraient facilement changer la situation mais là, il y a une responsabilité énorme de la France qui préfère les illusions de couple Franco-Allemand à la triste réalité d'un déclin et d'une relégation en pays de seconde zone.
Réponse de le 10/08/2015 à 8:39 :
Ben justement, l'un des pays du sud de l'Europe, l'Espagne est en train de faire un come back économique impressionnant... justement en faisant de la compétitivité. Et votre scénario a, l'investissement sur des projets d'avenir, ne fait pas forcément perdre en compétitivité ou amoindrir la réussite si ces investissements sont bien choisis, par exemple la qualité des réseaux de transport ou de télécoms, l'amélioration des filières de formation...
Réponse de le 10/08/2015 à 12:40 :
Come back impressionnant ? Mais qu'est ce qu'il ne faut pas lire ...
Venez faire un tour en Espagne, et vous verrez ce que la soit disant reprise signifie vraiment sur le terrain. Ah et si vous parlez des fameux 1% de croissance au 3e trimestre (estimés sur le mois de juillet, et sur la base d'un sondage téléphonique), vous déchanterez bien vite au mois de septembre quand seront publiés les résultats effectifs du 3e trimestre.Vu la situation ici que meme le tourisme a du mal a masquer, je peux vous dire que l'Espagne est malheureusement a terre pour un bout de temps !
Réponse de le 12/08/2015 à 17:16 :
Soit, autre option:
c-il profite de sa bonne santé actuelle pour réduire son endettement, ce que doit foire tout bon père de famille. D'ailleurs, ceci n'est pas incompatible avec l'option a.
Quant à l'option b, pourriez-vous expliquer à quelles mesures concrètes cela conduit ?
a écrit le 09/08/2015 à 17:59 :
C'est bien dommage que si peu d'entreprises Françaises et Allemandes de taille égale, aux memes produits et avec de surcroit des marchés complémentaires, NE FUSIONNENT PAS, qui feraient grandir l'ensemble, accroitrait recherche et investissements et optimisation des couts fixes, ne fusionnent pas.
Réponse de le 10/08/2015 à 10:09 :
sans parler de fusion, on pourrait parler d'avancer ensemble
a écrit le 09/08/2015 à 13:04 :
Ah bon, perspective d'année commerciale record ? 5 mois pour confirmer quand même...Le 13/05, Le Fig titrait "L'Allemagne fait 2 fois moins bien que la France", tandis que l'INSEE confirme un ralentissement de croissance à 0,3 % au premier trimestre ...
Et on ne connait pas encore les conséquences des contre-sanctions économiques par la Russie : agriculture, industrie : chômage en hausse probable, là bas comme ici ...
Si l'Allemagne relançait sa consommation intérieure au lieu de profiter de sa dévaluation interne, les autres pays s'en porteraient que mieux !
Réponse de le 10/08/2015 à 22:41 :
vous voulez que l'Allemagne relance sa consommation interieure : et bien allez lui vendre vos produits , elle n'attend que cela !!!
a écrit le 09/08/2015 à 12:07 :
Que ce record soit lié au travail des allemands ne fait aucun doute. Mais le véritable responsable de cette situation absurde est l'Euro. Si l'Allemagne possédait une monnaie libre de flotter en fonction de son excédent commercial, comme c'est le cas en-dehors de la zone euro, ce mark, s'apprécierait, et cet excédent se résorberait. (Voir ce qui arrive avec le Franc Suisse).

Mais comme les parités sont fixes dans la zone euro, et qu'en dehors de cette zone, la valeur de l'Euro est abaissée par les déficits des autres pays (France, Espagne, etc..), l'Allemagne bénéficie d'une monnaie beaucoup mois forte de ce qu'elle serait dans un système de change flottant classique..

Par contre, ces autres pays doivent se débrouiller avec une monnaie trop forte par rapport à leur compétitivité.


Je ne vois pas comment cette situation peut durer sur le long terme. A moins que l'Allemagne ne se décide à respecter la règle des 6 %, c'est-à-dire à augmenter sa demande interne, ce qui serait tout bénéfice pour sa population.

Mais si l'Allemagne ne souhaite pas le faire, cela signifierait que celle-ci n'est intéressée que par une situation mercantiliste. Ce qui poserait un grave problème politique.
Réponse de le 09/08/2015 à 16:38 :
Dans ce system la baisse des salaires est la logique dans les autres pays

Ca revient au même qu'une d'évaluation
a écrit le 09/08/2015 à 12:07 :
Que ce record soit lié au travail des allemands ne fait aucun doute. Mais le véritable responsable de cette situation absurde est l'Euro. Si l'Allemagne possédait une monnaie libre de flotter en fonction de son excédent commercial, comme c'est le cas en-dehors de la zone euro, ce mark, s'apprécierait, et cet excédent se résorberait. (Voir ce qui arrive avec le Franc Suisse).

Mais comme les parités sont fixes dans la zone euro, et qu'en dehors de cette zone, la valeur de l'Euro est abaissée par les déficits des autres pays (France, Espagne, etc..), l'Allemagne bénéficie d'une monnaie beaucoup mois forte de ce qu'elle serait dans un système de change flottant classique..

Par contre, ces autres pays doivent se débrouiller avec une monnaie trop forte par rapport à leur compétitivité.


Je ne vois pas comment cette situation peut durer sur le long terme. A moins que l'Allemagne ne se décide à respecter la règle des 6 %, c'est-à-dire à augmenter sa demande interne, ce qui serait tout bénéfice pour sa population.

Mais si l'Allemagne ne souhaite pas le faire, cela signifierait que celle-ci n'est intéressée que par une situation mercantiliste. Ce qui poserait un grave problème politique.
a écrit le 09/08/2015 à 11:35 :
l'euro a crée cette situation absurde : c'est une monnaie qui est surévaluée pour la France qui a des déficits commerciaux énormes et qui sous évaluée pour l'Allemagne qui a des excédents commerciaux au point de déséquilibrer le commerce mondial. si le mark et le franc existaient encore, l'Allemagne ne ferait pas le quart de ces excédents. Mais les français sont contents comme ça et avec un chômage qui bat des records.
Réponse de le 09/08/2015 à 12:24 :
Raymond
n'importe quoi..ca tient pas la route
explique moi pourquoi la Suisse qui a une devise tres forte (en tout cas plus que l'euro) fait mieux que l'allemagne en termes d'excedents commerciaux (15%)?
Réponse de le 09/08/2015 à 13:29 :
Vous ne pouvez pas déduire la situation de l'Allemagne avec un retour au Mark et la situation de la suisse avec le franc suisse. Tout depend des exportations, de la productivité, etc...
Réponse de le 09/08/2015 à 16:08 :
@ l'economiste
je répondais au post de raymond qui axe son argumentation sur une soit disant sur-evaluation de l'euro pour expliquer la situation de la balance commercial (francaise). L'exemple de la Suisse me parait au contraire pertinent car il montre que monnaie forte et economie competivite sont compatibles et cela relativise du coup l'ajustement du taux de change (vieille obsession francaise) comme la baguette magique.
Réponse de le 09/08/2015 à 16:55 :
J'avais bien compris, AMS, mais pourtant votre raisonnement est pourtant incorrect. Certe monnaie forte et économie competitive sont compatibles, mais ca n'exclue pas pour autant que l'économie de la France soit pénalisée par l'euro. Tout est question de productivité !
Réponse de le 09/08/2015 à 16:55 :
J'avais bien compris, AMS, mais pourtant votre raisonnement est pourtant incorrect. Certe monnaie forte et économie competitive sont compatibles, mais ca n'exclue pas pour autant que l'économie de la France soit pénalisée par l'euro. Tout est question de productivité !
Réponse de le 09/08/2015 à 16:55 :
J'avais bien compris, AMS, mais pourtant votre raisonnement est pourtant incorrect. Certe monnaie forte et économie competitive sont compatibles, mais ca n'exclue pas pour autant que l'économie de la France soit pénalisée par l'euro. Tout est question de productivité !
Réponse de le 09/08/2015 à 18:20 :
@ economiste
Vous croyez que la politique de la monnaie faible (dévaluation) soit LA solution !! La France avait pratique des dévaluations en série - 10 je crois !- vis a vis du DEM avec quels resultats?
La force du DEM avait incité les industriels Allemands a privilégier la qualité, a monter en gamme. Le problème Francais ce n'est pas l'euro , (faux debat) c'est le manque de compétitive de notre pays.l'euro est un revelateur.
Par ailleurs quand vous dévaluez vous vous apauvrisez vis a vis du reste du monde. there is no free lunch!
Réponse de le 10/08/2015 à 8:42 :
Dans un tel système la variable d'ajustement, ça doit être les salaires et les coûts salariaux (donc les prestations sociales). Vu le niveau de chômage français il est absurde que ceux-ci ne baissent pas.
a écrit le 09/08/2015 à 9:58 :
il faut acheter français pour relancer notre économie et réquilibrer nos échanges avec l'Allemagne et sa concurrence (souvent déloyale).
a écrit le 09/08/2015 à 9:17 :
Ils écrasent l'industrie française. Mais il est vrai que nous sommes le grand exportateur de morale et d'humanisme. Nous sommes socialistes et ça, ça surpasse tout !
Réponse de le 09/08/2015 à 16:29 :
si il n'y a pas d'offre (francaise) vous n'avez rien a acheter. c'esr ca le probleme!
Réponse de le 10/08/2015 à 10:13 :
les fonctionnaires ont détruit à force de normes l'industrie et l'agriculture française
a écrit le 09/08/2015 à 9:13 :
En déplacement récemment a Bruxelles je me suis intéresse -même si cela peut sembler surprenant a certains - à l'origine des produits dans le domaine des transports publics: , autobus, trains, tramway, materiel affichage dans les gars,. Conclusion pratiquement que du "made in Germany" (Merceded, Siemens, Man, Thysen,...) et un peu de "made Italy" (Iveco) , et pas ,même en cherchant bien, de "made in France". Anecdotique certes, mais si on est même pas capables d'exporter outre-quiervain c'est grave L’excédent commercial Allemand il est la..
Réponse de le 09/08/2015 à 11:22 :
et oui, mais ces considérations ras de terre ne sont pas à la portée de notre classe politique fonctionnarisée, ses valeurs et ses dogmes.
Un petit calcul: 200 milliards d'excédents de balance commerciale allemande, traduits en emploi à 50 000€/an =4 millions d'emplois. Plus de la moitié des exportations allemandes vont en europe. Donc on peut dire que l'allemagne "vole" plus de 2 millions d'emplois aux autres européens, donc pour la France qui représente 30 ou 40% des autres européens, 600 à 800 000 emplois.
Bien sûr il y a les grands esprits qui vont dire que ce calcul est idiot, et les admirateurs germanophiles: on a qu'à faire pareil que les allemands.
Ce qui d'ailleurs peut sembler logique-soyons plus productifs et ça ira mieux- mais est totalement irréaliste: 1-on n'exporte que s'il y a des importateurs, et 2- le succès emmène le succès, et des tas d'activités ne sont plus possibles en France faute de compétences qui ont disparu, faute du tissu industriel de sous-traitants nécessaire à l'activité!
Bref la France est dans une situation affligeante, perd du terrain, et ne s'en rend même pas compte, et pendant ce temps, nos politiques nous rabattent les oreilles avec l'amitié franco-allemande, la grandeur de notre beau pays, etc.
Réponse de le 09/08/2015 à 12:20 :
"Donc on peut dire que l'allemagne "vole" plus de 2 millions d'emplois aux autres européens, donc pour la France "... ce propos est effectivement débile et affligeant.

Vous avez raison : Il est claire que les Chemins de Fer Belges ont ete obliges par les allemands a acheter du matériel Siemens!

C'est scandaleux il faut porter plainte / mechants Allemands
Réponse de le 09/08/2015 à 19:21 :
Mon propos est débile et affligeant:
1- j'avais mis des guillemets à "voler"!
2- sincèrement je serais intéressé que vous expliquiez clairement votre avis sur ce que je raconte!
Réponse de le 09/08/2015 à 22:52 :
mes mots ont dépasses ma pensée désolé
je serai a mon tour sincèrement intéressé de savoir même avec des guimets
ce que le vol d'emplois vient faire la dedans. Are tons cette position victimaire : ah les méchants allemands responsable de tous nos mots.
Réponse de le 10/08/2015 à 10:30 :
amusez-vous à un autre contrôle : regardez le nombre de voiture française en Belgique qui pourraient appartenir à des entreprises :: nombre faible. Maintenant regardez le nombre de voiture française en Allemagne : aucune : j'en ai vu deux près de Strasbourg !!! et en prenant l'autoroute de Strasbourg vers Paris regardez le nombre de voiture allemande !!!!! il faut tout de même préciser que les structures exports françaises (écoles, chambre de commerces etc...) ne voient que la Chine ou l'Amérique du Sud comme zone export !!!!!!
a écrit le 09/08/2015 à 9:01 :
Au lieu de dénigrer l'Allemagne, les français feraient bien de s'en inspirer ! C'est l'exemple à suivre.
Réponse de le 09/08/2015 à 11:15 :
Vous savez que techniquement, tous les pays ne peuvent pas être exportateur net en meme temps ?
Si l'Allemagne gagne autant, c'est parce que d'autres perdent : le système allemand ne peut pas être généralisé a toute l'Europe !
Réponse de le 09/08/2015 à 12:49 :
On ne peut pas tous être exportateurs nets.

C'est tellement evident qu'un enfant de CM1 peut le comprendre.
Réponse de le 09/08/2015 à 13:53 :
0+0=la tete de toto.
a écrit le 09/08/2015 à 8:33 :
Les Français ne vont pas apprécier, on aime guère que le premier de la classe continue à progresser alors qu'on est soi même enferré dans un schéma digne des années 70 (avec à la tête de l'Etat une nostalgie 1981).
Nous nous gaussions de difficultés des Allemands il y a 15 ans mais c'était conjoncturel, simplement dû à la réunification (dans quelle situation serions nous aujourd'hui si nous avions dû reconstruire 1/3 du pays en quelques années ?). Aujourd'hui le succès Allemand est éclatant. C'est le succès d'un pays libéral et écolo qui a compris que le XXI ème siècle était ouvert aux peuples courageux et volontaires.
Réponse de le 09/08/2015 à 11:45 :
type d'explications moralisatrices hors propos.
Vous qui semblez appartenir à la catégorie des germano-béats, oui les allemands font des belles voitures, avec lesquelles on peut prendre son pied dans les embouteillages, des beaux camions qui encombrent nos routes, de belle machines outils. Bref ils sont bons dans des domaines traditionnels mais où avez vous vus des Google Apple Intel Amazon Samsung etc en Allemagne? Où sont les produits qui vont résoudre les problèmes énergétiques et écologiques?
L'Allemagne vit sur sa réputation, et l'écrasement économique du reste de l'Europe, mais ceci n'aura qu'un temps car les activité traditionnelles qui font leur bonheur actuel ne seront pas éternelles.
Réponse de le 09/08/2015 à 14:12 :
Si seulement ilaps. Par exemple avez vous entendu parlez de SAP? Premier éditeur de logiciels en Europe et quatrième dans le monde. Son siège se trouve à Walldorf, en Allemagne. Et Il est ou l'équivalent francais? Bah il y en pas, en réalité les francais font encore pire que les allemands en ce qui concerne les nouvelles technologies et en plus ils ont délaissés les activités traditionelles. Voila pourquoi la balance commerciale de la France est minable. C'est une bétises de croire que les activités traditionelles vont disparaitre. Le monde aurras toujours besoin de machines outils, d'electroménager, de produits chimiques et de moyen de transport.
Réponse de le 09/08/2015 à 19:09 :
Votre exemple est un peu faible: SAP c'est un spécialiste des logiciels de gestion pour entreprises, sujet très spécifique , et en logiciel en France vous trouvez Dassault et son système CAO CATIA utilisé dans le monde entier, ATOS worlwide dans tout ce qui est banque assurance,, CAP Sogeti etc.
Ne vous laissez pas égarer par votre admiration de la réussite Allemande; il y a aussi des succés en France.
Réponse de le 10/08/2015 à 23:24 :
Vous êtes un comique ilaps vous me reprochez d'avoir pris un exemple spécifique mais les vôtres sont encore plus spécifiques. Plus globalement Vous faites erreur sur mes intentions jeune homme je suis certe admiratif des performances de l'industrie allemande mais sans être non plus germano béat. Au contraire je souhaite aussi que l'industrie de France se redresse. A la seule différence de vous je trouve que les tentatives de discréditations des concurentes sont puériles et contreproductives.
a écrit le 09/08/2015 à 3:40 :
«Cette performance serait portée par la chute des cours mondiaux du pétrole et du gaz»
-
Et peut-etre aussi grace à la baisse de l'euro face au dollar?? -20% depuis Mai 2014, ça doit surement aider a exporter ... non ???????????
Réponse de le 09/08/2015 à 14:31 :
Parce que la France n' a pas les mêmes avantages je crois que nous sommes dans la même Europe. On se cherche des excuses mais on est tout simplement nuls.
a écrit le 08/08/2015 à 21:04 :
C'est vraiment un gros probleme

Les allemands sont trop fort dans tous les domaines
La clique politique francaise emmènent la France vers la grece en ne fessant aucune réforme et un jour tous va exploser
Les allemands sont un exemple d'efficacité et de rigueur
Et nous sommes une caricature d'un etats trop lourd trop compliqué irréformable
a écrit le 08/08/2015 à 20:32 :
Si sa monnaie était le Mark, elle se serait envolé et l'excédent serait moins bon...
Ne serait-il pas préférable que l'Allemagne quitte l'Euro pour qu'elle cesse d'abuser de la situation actuelle.
Réponse de le 09/08/2015 à 9:06 :
les allemands auraient tord de ne pas en profiter, mais comme à l'école le dernier de la classe jalouse le premier. On est d'ailleurs des spécialistes en France, les gens détestaient Anquetil qui a gagné 5 tours de France pour adorer Poulidor l'éternel second. Alors bravo aux allemands.
Réponse de le 09/08/2015 à 11:17 :
La situation est surtout similaire a une famille ou le grand frère volerait tout le chocolat des plus petits. Effectivement, c'est lui le plus fort, et les petits le jalousent surement. De la a lui dire "bravo" ...
Réponse de le 09/08/2015 à 11:33 :
Vous avez raison, sauf que demander au gagnant de se sacrifier pour le bien des perdants, ça marche pas. Par contre il y aurait vraiment un vrai débat à avoir au niveau Français, sachant que le gagnant vit d'une certaine façon au dépens des perdants qui ont donc un vrai pouvoir sur lui.
Mais notre classe politiques est trop "dégonflée" , trop lâche pour entamer ce débat.
Réponse de le 09/08/2015 à 11:43 :
@Jean Yves: 1) avec des si....on mettrait Paris ne bouteille. 2) crois-tu que les gens achètent allemande parce que ce sont de bons produits ou uniquement pour les laisser abuser des autres ? Ne serait-il pas préférable que les Français retroussent les manches au lieu de geindre et jalouser :-)
Réponse de le 10/08/2015 à 13:26 :
Lorsque l’Allemagne avait encore le DM et la France le Franc, l’Allemagne faisait déjà des excédents commerciaux records, année après année ... Donc votre argument est erroné !
a écrit le 08/08/2015 à 19:04 :
Super, ils vont pouvoir racheter la Grèce pour y mettre un peu d'ordre :-)
Réponse de le 09/08/2015 à 8:53 :
J'espère que dans quelques mois, constatant enfin l'ignominie de la situation, vous, vous vous rachèterez après les tombereaux de commentaires affligeants sur les Grecs que vous deversez depuis de mois.

Xénophobie ordinaire d'un soit-disant travailleur indépendant français en Grèce.
Réponse de le 09/08/2015 à 11:18 :
Juste un desoeuvré un peu limité, qui n'a rien d'autre a faire. Ca pullule sur le net, malheureusement !
Réponse de le 09/08/2015 à 11:51 :
@Lionel Gilles et FX: 1) Thomas Jefferson disait qu'on a jamais que ce qu'on mérite, et dans le cas de la Grèce, ils méritent largement ce qu'ils ont :-) 2) je n'ai pas comme vous deux de dulcinée grecque à encenser :-) 3) Dans quelques mois, il va falloir en effet que le contribuable européen remette la main à la poche. C'est la raison pour laquelle je dis qu'on a perdu une bonne occasion de les virer !!!
Réponse de le 09/08/2015 à 13:33 :
PatrickB vous racontez n'importe quoi on dirait, vous meme le bon sens ca fait longtemps que vous ne l'encensez plus
Réponse de le 10/08/2015 à 10:33 :
c'est plus compliqué que cela, mais si les allemands (entreprises) aidaient les entreprises grecques, françaises enfin, celles qui ont envie de travailler !!!
a écrit le 08/08/2015 à 18:44 :
................ Cette performance serait (exclusivement??????) portée par la chute des cours mondiaux du pétrole et du gaz...............


Complexe d'inférioté?
a écrit le 08/08/2015 à 18:10 :
Erreur dans le titre..... Excédent commercial record, pas année commerciale record ..
a écrit le 08/08/2015 à 17:54 :
Tant mieux pour l'Allemagne, le problème, c'est que tous les pays ne peuvent pas faire comme l'Allemagne. L'Allemagne ne pourra pas indéfiniment prospérer sur le dos de ses partenaires et en plus leur imposer son modèle, ils n'en n'ont pas les moyens. La politique Allemande faite de rigorisme, d'austérité n'a qu'un but: affaiblir ses voisins, les monter les uns contre les autres pour les dominer. En vertu du principe qu'il faut diviser pour régner. C'est d'ailleurs ce qu'elle a toujours fait ( Le RU aussi). Ca ne pourra pas durer: Qui a envie de devenir Allemand?( A moins d'être un fana des chaussettes dans les sandales)... L'Europe et l'Euro sont en sursis. Les pays du Sud purgent leurs peines, La France est en résidence surveillée... de l'air avant l'asphyxie, vite fuyons Europe et Euro.
Réponse de le 08/08/2015 à 19:06 :
...prospérer sur le dos de ses partenaires... Vous pouvez aimer ou pas les allemands, mais il faut être clair sur le point qu'ils ont fait ses devoirs comme il en fallait et ça, depuis Kohl (tandis que Miterrand, en même temps, faisait la chasse aux sorcières aux entrepreneurs). Le problème n'est pas eux, le problème ce sont les pays qui ne font pas ses devoirs: La France en tête. Nous devrions, en toute urgence, réduire radicalement la taille de l'état, assistanat y compris, changer de font en comble le code du travail, éliminer les milliers de lois qui ne font qu'interdire tout et n'importe quoi et vous verrez comment la France aura des années records dans tous les sens. Le problème français est endogène, est politique et s'appel social-communisme, depuis Mitterrand jusqu'à Hollande, sans exception.
Réponse de le 09/08/2015 à 3:28 :
G78 a tout dit. Il faut cesser de vouloir niveler par le bas. Lorsqu'une etoile brille il serait plus intelligent que ses con-soeurs se mettent a briller comme elle plutot que l'eteindre au nom d'une soi-disante "egalite". Le nivellement socialiste (francais) par le bas dure depuis 40ans en France. Faudrait se reveiller ...
Réponse de le 09/08/2015 à 11:23 :
Le problème, c'est que niveler par le haut est également impossible : le commerce est un jeu a somme nulle, il ne peut pas y avoir que des gagnants. Si tous les pays avaient fait leur devoir comme le dit G78, la situation serait bien plus équilibrée !
Réponse de le 09/08/2015 à 15:35 :
Commentaire affligeant de bêtise
Réponse de le 09/08/2015 à 16:21 :
@"Réponse de @miaou22": sauf que pour commercer, il faut d'abord produire. Le commerce est a somme nulle mais pas la production !! Et c'est bien le probleme en France. Les lois sanctionnent trop les entrepreneurs et les producteurs. ---
@delest: Et votre commentaire sans argument qui ne sert a rien est encore plus affligeant.
a écrit le 08/08/2015 à 17:41 :
La France a exactement les mêmes conditions cadres: 1) un prix du pétrole très bas, donc beaucoup moins d'importations 2) Des intérêts très bas, donc beaucoup moins de dépenses pour l'état.
Que fait la France avec ces atouts? Elle augmente les dépenses pour rien et elle augmente sa dette. Que se passera-t-il le jour où l'économie ira moins bien dans des conditions moins favorable?
Réponse de le 08/08/2015 à 18:36 :
France, le déficit global de la balance commerciale diminue fortement au premier semestre, de -20%, soit un déficit 27 Md/6mois.
Meilleure progression en % depuis 2007.
Meilleur résultat semestriel depuis le 2009 où le rebond avait été important juste après la première crise.
« Déficit divisé par deux par rapport au pic historique du 1er semestre 2011. »
........
Déficit France global FAB/FAB + (exportations), BdF :
S2/2011 : -34,9 Md (+217,5 Md)
S1/2012 : -36,8 (+220,9)
S2/2012 : -30,7 (+223,2)
S1/2013 : -30,8 (+218,7)
S2/2013 : -31,3 (+218,3)
S1/2014 : -30,2 (+217,6)
S2/2014 : -27,0 (+220,3) (baisse principalement due à la facture énergétique)
S1/2015 : -21,7 (+227,9) (la baisse de la facture énergétique est de 3 Md, le reste est à imputer principalement aux exportations en hausse sachant que nos importations hors énergies ont aussi progressé.
Réponse de le 08/08/2015 à 19:26 :
@Maeco1
On s'améliore mais force est de constater que nous ne jouons pas dans la même division que nos amis Allemands et pourtant nous ne sommes pas des idiots et que nous sommes un pays riche.
A noter que la part de l'industrie dans le PIB Allemand est encore 31% alors que celui de la France est 20% (source fiable).
Quand il y avait le Franc, la facilité était de dévaluer de temps en temps.
Cordialement
Réponse de le 08/08/2015 à 20:23 :
@Toto
En réalité pas vraiment, les taux d’intérêts sont tout de même supérieurs pour la France. Et pour l’énergie :
Part des énergies renouvelables 2013, Eurostat
- France 14,2% de la consommation totale finale
- Allemagne 12,4%
Part des énergies renouvelables dans les transports :
- France 7,2%
- Allemagne 6,3%
Importations 2013 gaz en équivalent terajoules:
- France: 1888
- Allemagne: 3700 (le double)
Donc, par personne, l’Allemagne consomme bien plus que la France.
Son économie exemplaire devrait donc profiter bien plus que la notre de la baisse du gaz.
Peu de chômeurs, peu de déficit, une natalité plus faible, des industries et des services super performants, toutes les bonnes réformes faites, un cout du travail et des charges générales plus basses, etc. Enfin c'est le discours unique que l'on entend depuis plusieurs années, surtout depuis la dernière campagne présidentielle, en comparaison avec la France. Discours entretenu ici, mais aussi par Merkel et Cameron.
Mais depuis quelques temps, c'est deux là ont baissé d'un ton, étrange!
Y’aurait-il un bug, un vice caché, une arnaque non dénoncée pas les médias sur la supposée réussite de l'Allemagne?
Dans le concret, l'Allemagne avait distancé la France bien avant la crise.
Elle n'a pas fait d'étincelles durant la crise en profitant simplement de l'avance emmagasinée avant.
Et en sortie de crise alors que toute l'EU re-consomme plus , et donc importe plus d'Allemagne, l'Allemagne ne redécolle pas. Bizarre.
La question est, est-ce que l'Allemagne avait fait les bonnes réformes?
Pourquoi calle t'elle?
Votre analyse et votre explication pour enrichir le débat?
C’est bien plus facile de balancer des commentaires légers et faciles (pour rester poli).
......
@Bernardino
"force est de constater que nous ne jouons pas dans la même division"
On en reparle d'ici 2 ou 3 ans.......
"la part de l'industrie dans le PIB Allemand est encore 31% alors que celui de la France est 20%"
Oui, certainement
Par contre dans les services et le négoce international, l'Allemagne est larguée.
Et puis, rien n'est jamais joué définitivement, mais il est vrai que certains nous avaient prédit que la France terminerait comme la Grèce......
.......
2014, Etrange les français dépense plus que nos voisins pour leurs vacances. Et bien plus cette année.
Organisation Mondiale du Tourisme OMT, dépenses classement et progression, 2014 :
1 Chine +28%
2 Etats-Unis +7%
3 Allemagne +1%
4 Royaume-Uni +4%
5 Russie -6%
6 France +10%
7 Canada
8 Italie +8%
9 Australie
10 Brésil +2%
Peut-être qu'il y a un parallèle (une raison), les mini-jobs allemands, avec des personnes sous-payés qui ne consomment plus et ont le moral dans les chaussettes. Idem pour les britanniques.
...
EXPORTATIONS :
« Selon les industriels interrogés, les perspectives générales d’exportation atteignent un niveau inégalé depuis 15 ans. En outre, sur les cinq premiers mois de l’année 2015, les exportations progressent déjà de 3,8 % par rapport à la même période l’an dernier. » U.N.
a écrit le 08/08/2015 à 17:31 :
Allemagne, les exportations reculent plus que prévu.
Juin exportations -1,0% et importations - 0,5% alors que les économistes avaient anticipé respectivement -0,5% et +0,5%.
La production industrielle a diminué de 1,4% alors que les économistes attendaient en moyenne une hausse de 0,3%
......
Selon les chiffres diffusés jeudi par le ministère de l'Economie, les commandes auraient bondi de 2% alors que le consensus Reuters donnait une hausse de 0,2%. Cette progression dépasse même la prévision la plus optimiste, qui s'établissait à 1,5%.
.......
Les commandes locales reculeraient de 2%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :