L'Italie va quitter la zone euro, prédit Joseph Stiglitz

 |   |  399  mots
Le prix Nobel d’économie 2001, pape du néo-keynésianisme, Joseph Stiglitz.
Le prix Nobel d’économie 2001, pape du néo-keynésianisme, Joseph Stiglitz. (Crédits : Reuters)
A moins de deux mois du référendum constitutionnel, crucial pour l'Italie comme pour Matteo Renzi, les signaux d'alarme sur un possible "Italexit" (ou d'un "Quitaly") se multiplient. Pour le prix Nobel d'économie, ce pourrait être "l'événement cataclysmique" qui pulvérisera l'Union européenne.

Dans une interview accordée mercredi 5 octobre au quotidien allemand Die Welt, rapporte l'agence Reuters, le prix Nobel d'Economie Joseph Stiglitz a détaillé ses prévisions pour l'Union européenne. Et c'est rien de dire qu'elles sont pessimistes.

Il a notamment dit qu'il fallait s'attendre à ce que, dans les prochaines années, l'Italie quitte la zone euro. Les principaux facteurs économiques responsables de cette débâcle, a-t-il dénoncé, sont l'Allemagne et sa politique d'austérité, ainsi que la monnaie unique, l'euro.

"En Italie, les gens sont de plus en plus déçus par l'euro. Les Italiens commencent à réaliser que l'Italie ne fonctionne pas bien dans l'euro."

A quoi ressemblera l'Europe dans dix ans ?

Et d'autres pays suivront l'Italie :

"L'Union européenne existera certes encore dans dix ans, mais à quoi ressemblera-t-elle? Il est fort peu probable qu'elle compte encore 19 membres."

L'Allemagne a déjà tiré un trait sur la Grèce, a-t-il ajouté, précisant que, par le passé, il avait déjà conseillé à la Grèce et au Portugal de quitter la monnaie unique. Selon Stiglitz, si l'Europe va mal, c'est aussi parce qu'elle n'a toujours pas réussi à créer l'union bancaire ainsi que la garantie des dépôts bancaires, et parce que, tout simplement, elle ne fait pas assez preuve de solidarité intra-européenne.

Le frein de l'euro

Pourquoi, alors que les Etats-Unis et l'Union européennes ont des économies, des ressources et un marché du travail similaires, les Américains ont remonté la pente et pas les Européens? Parce que la grande différence entre les deux économies, c'est l'euro, un boulet pour l'économie européenne, a argumenté l'ancien chef économiste de la Banque mondiale.

Pour lui, la suppression de la monnaie unique ou la création de deux monnaies distinctes, un euro du nord et un euro du Sud, sont les seules options réalistes pour relancer l'économie européenne aujourd'hui au point mort.

___

Pour aller plus loin:

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2017 à 14:31 :
C 'est l allemagne qui va détruire l euro, c 'est ça 3 ieme guerres , celle-ci est économique.
politique économique de rigueur mais le peuple allemands ne va pas mieux que le reste des européens!
c est l allemagne qui doit assouplir ca politique au risqué de détruire l ' Europe !
a écrit le 05/12/2016 à 16:19 :
Les sous-jacents de Stiglitz sont tellement gros... Il attaque systématiquement l'euro et fait partie, sans conteste, des groupies de Wall Street !!! Je les connais bien... J'ai lu aussi son bouquin... C'est un réquisitoire sans fondement, ni relation de cause à effet.. Des assertions, pas davantage, pourvu de nuire à l'euro... au profit du dollar, bien sûr et de WSt...
a écrit le 05/12/2016 à 13:25 :
Blabalbla ! rien du tout, l'Italie restera dans l'€uros, elle doit juste se réformer et l'Allemagne augmenter fortement son smic trop bas pour la zone euros et l'économie allemande qui manque de croissance, 1,6 % seulement alors qu'elle a un taus de chomage "officiel" de 5 % (2 fois plus de mi temps en Allemagne qu'en France chomage a 7 % avec le même équivalent de poste a mi temps) !
a écrit le 05/12/2016 à 13:07 :
Mr STIGLITZ est le porte parole du Wishthinking Américain afin que le dollar reste la seule monnaie de réserve.
a écrit le 05/12/2016 à 12:03 :
L"euro a dévalué de 30% l'économie et le chômage tant en Italie qu'en France ne s'améliorent pas où si peu, c'était déjà la même chose du temps des dévaluations
du Franc où de la lire Italienne...le problème n'est pas lié à la monnaie!
a écrit le 05/12/2016 à 11:59 :
Un premier pas de fait en tout cas, allez plus que le suivant et c'est bon elle pourra enfin se sortir du cauchemar de l'austérité européenne.

La liberté n'est plus très loin.
a écrit le 02/12/2016 à 17:52 :
Bien sûr , il y a de grosses différences entre les pays européens (entre le Portugal et l'Allemagne, pour ne prendre qu'un seul exemple). Mais n'y-a-t-il pas de différence entre le Kansas et la Californie ou entre le Nevada et l'Etat de New-York ? Pourtant ils ont la même monnaie le dollars !
La différence entre l'Europe (ou la zone Euro) et les Etats-Unis, c'est une insuffisance de l'intégration, un manque de fédéralisme, auxquels s'opposent les nostalgiques des états-nations et de l'époque où l'on pouvait se faire la guerre entre européens (1200 ans depuis la mort de Charlemagne).
a écrit le 31/10/2016 à 12:21 :
il y surement d'autres pays qui vont quitter la zone euro pourquoi pas la France ou l'Allemagne ? déjà en constatant mon pseudo il n'est pas le fruit du hasard , beaucoup moins de généralité mais beaucoup plus pragmatique mon objectif est très précisément ciblé ! ma banque adorée en attirant toujours et encore les gens sur le délicieux boursier et plus rien bien évidemment ne peut plus etre prouvé ou après etre copieusement passé a la moulinette , sans rien vous apprendre tout n'est qu'une question de timing , on rentre ou on en ressort opportunément au bon moment , ne surtout pas rester planté comme un poirier par le biais d'un contrat établi sur 8 années , ainsi n'était ce pas envoyer l'épargnant beaucoup trop confiant victime de boniments pieds et poings liés sur le boursier pour se faire massacrer en toute légalité ? jamais des voleurs actifs mais toujours de criminels receleurs réactifs : c'était le chef d'œuvre de la banque "pour vous etre UT-ILLLE ! + sa chère petite amie la banque ADDITIONNER LES FORCES POUR MULTIPLIER LES CHANCES le tout réuni en urgence per le président Sarkozy , concrètement l'affaire par le biais de la première banque citée a ce jour m'aura couté + de 2 mois de salaires en l'air ou par terre , pas mal hein !
a écrit le 11/10/2016 à 23:02 :
On oublie une chose, en Europe, c'est la crise de la dette qui nous plombe!
Les subprimes, ça vous dit rien, qui a spéculé sur l'immobilier si ce n'est les banques américaines qui ont refilé le mal notamment aux banques européennes qu'il a fallu renflouer. Maintenant, l'Euro ne facilite pas les choses pour sortir de cette crise.
Certains sont pour l'austérité pour rétablir l'équilibre des finances publiques. D'autres sont pour la relance budgétaire afin de créer de la croissance pour rembourser la dette.
Avec une monnaie unique, on ne fait pas ce qu'on veut, c'est sûr, mais l'€ n'est pas à l'origine de nos pbs.
a écrit le 11/10/2016 à 17:23 :
Oui, Stiglitz a raison. Une zone Euro Nord et une zone Euro Sud sont essentielles. Il n'y a aucun avenir en l'état. D'autres mesures sont aussi urgentes (supprimer la libre circulation des individus, politique militaire commune, FBI européen, alliance des polices). Pour l'Euro, qui a pu être assez stupide pour proposer une même monnaie pour des pays aussi disparates économiquement ? Après, attention toutefois. Il faut que cela se fasse étape par étape. La moindre réaction violente (Italexit ou Grexit ou autre) et le Brexit fera figure d'apéritif en face du chaos qu'une telle rupture entrainerait. Sans oublier que les spéculateurs, à l'oeuvre en permanence, ne vont surtout pas se gêner pour spéculer sur le dos de nos économies.
a écrit le 11/10/2016 à 15:25 :
La mode étant au "facts checking", ce serait intéressant de vérifier combien de fois ce monsieur a dit des âneries, mais comme c'est un affidé des médias, cela n'a pas d'importance , tout ce qui compte c'est que son nom soit épelé correctement; concédons qu'il faudra encore un peu de temps avant que l'euro ne soit le dollar, mais l'intégration monétaire ira certainement plus vite qu'aux Etas-Unis et la probabilité que sa prédiction se réalise est proche de zéro; la nature de la monnaie ayant profondément changé, celle-ci n'ayant quasiment plus qu'une valeur fiduciaire, l'Italie ne prendra jamais le risque de sortir de ce périmètre de confiance, d'achever de faire harakiri à son secteur bancaire et de relever son coût de financement à un niveau insupportable. Mais il est vrai que la plèbe s'est déjà mise en grève à Rome pour avoir du pain. En réalité, ce monsieur fait de la politique et pas de l'économie, mais cela aussi on le savait. Il a ainsi raison de craindre le pire si les politiques en l'écoutant cherchent à conquérir le pouvoir avec comme seul but de satisfaire les envies de la plèbe.
Réponse de le 12/10/2016 à 10:29 :
On sent dans vos propos, particulièrement dans le choix du mot plèbe, un mépris profond des peuples et des choix qu'ils peuvent opérer à l'encontre des pseudo élites sensées les guider. Ne voyez-vous pas dans l'émergence de ces partis dits "populistes" (vous sentez ce mépris là aussi ?...) une révolte des électeurs lassés d'être blousés par une caste d'oligarques voués au mondialisme, à la finance dévoyée et ne protégeant que ses propres intérêts ? Le mouvement est plus profond que vous ne semblez le ressentir et ne s'arrêtera pas là.
Stiglitz a raison et vous le saurez dans les 12 mois à venir. Et c'est bien comme ça.
a écrit le 10/10/2016 à 17:34 :
L'Euro c'est quand même la suite du serpent monétaire et de l'ECU. Alors nous sommes d'accord, il manque l'unité politique pour la solidarité transparente entre pays, ce que font les Etats Unis entre états, et à 19 c'est compliqué.
Mais pour moi il faut aller dans ce sens parce que l'inverse, la désagrégation de l'UE c'est le retour à des nationalismes et ça on sait ce que cela donne:la guerre. Et on, je, n'en veut plus.
Alors c'est difficile, ça coute cher, ça devrait être plus démocratique, ça pourrait être plus rapide, mais le débat c'est long!
a écrit le 10/10/2016 à 16:46 :
Il est temps de revenir au Franc, à la 2cv et au minitel,
Réponse de le 05/12/2016 à 12:05 :
au tiercé et au pastis...
a écrit le 10/10/2016 à 10:32 :
Dire que les USA ont remonté la pente c'est faire preuve d'un grand optimisme et de peu de réalisme de la part du prix Nobel. Qu'il demande à la classe moyenne américaine ce qu'elle en pense !!!!
a écrit le 09/10/2016 à 10:57 :
Bonjour,

Comme bien souvent et surtout de plus en plus souvent, ce sont les commentaires qui sont les plus sérieux !!

Les peuples sont en train de réagir et de comprendre qu'ils ont jamais connu de véritable "démocratie", que leur souveraineté est soumise aux diktats des lobbies internationaux et des banquiers.

Nous savons tous également qu'à partir du moment où vous êtes "Nobel", cela implique votre soumission totale à cette élite mondiale.
Réponse de le 10/10/2016 à 14:14 :
Stiglitz est un keynésien dévoyé c'est tout dire...
Réponse de le 11/10/2016 à 9:37 :
Je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait que les lobbies industriels et financiers sont les vrais gouvernants du monde.
a écrit le 09/10/2016 à 10:57 :
Bonjour,

Comme bien souvent et surtout de plus en plus souvent, ce sont les commentaires qui sont les plus sérieux !!

Les peuples sont en train de réagir et de comprendre qu'ils ont jamais connu de véritable "démocratie", que leur souveraineté est soumise aux diktats des lobbies internationaux et des banquiers.

Nous savons tous également qu'à partir du moment où vous êtes "Nobel", cela implique votre soumission totale à cette élite mondiale.
a écrit le 08/10/2016 à 22:37 :
bonne decision l'la zone euros est une arnaque
a écrit le 08/10/2016 à 16:51 :
He ben a voir la plupart des commentaire il y en a qui sont bien dans le brouillage suite à l'enfumage distillé par les européiste convaincus nos dirigeants traitres à la nation nous proposant une "démocratie"qui ne tient pas compte de notre avis: référendum non respecté ,49.3 en veux tu? en voilà donc au final une dictature !!! pour rappel démocratie viens du grec et signifie le pouvoir au peuple.est ce cela que nous vivons.Je vous engage donc a aller consulter le site du mouvement de Mr ASSELINEAU voir ce qu'il propose.ce mouvement existe depuis 9 ans mais et censuré par tous les médias car ce qu'il propose dérange bien évidement tous ces dirigeants qui nous font crever tout en se gavant du fric qu'ils nous ponctionnent !!!
Réponse de le 12/10/2016 à 21:21 :
Mais si, monsieur "lapin de six jours", le résultat du référendum sur le traité constitutionnel a bien été respecté... mais les États se sont entendus entre eux pour faire un nouveau traité : "le traité de Lisbonne" !
Les États restent SOUVERAINS en Europe !
À l'initiative de Sarkozy, le président français, les références aux symboles de l'Union ont disparu dans ce traité et pas seulement... Il restera dans l'histoire comme le petit détricoteur de l'UE.
a écrit le 08/10/2016 à 15:14 :
Cela fait des années que ce Monsieur radote la même chose sur la fin de l'euro.
On aimerait que quelque chose de plus sérieux qu'un prix Nobel crédibilise ses prophéties.
On aimerait aussi savoir pourquoi on n'entend que lui sur ce sujet …
Réponse de le 09/10/2016 à 11:47 :
@Bara
Paix à son âme, mais de son vivant, un certain Milton Friedman était du même avis de Joseph Stigliz.
Vous êtes sûrement plus futé que 2 prix Nobel ^^

http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/370-milton-friedman-contre-l-euro.html
Réponse de le 09/10/2016 à 17:57 :
Tordante la réponse de Gerald B quand on sait que Stiglitz et Friedmann sont en désaccord sur à peu près tout.
Plus futé qu'un prix nobel d'ECONOMIE ? Assez en tout cas pour savoir que 0-0 = 0+0.
a écrit le 08/10/2016 à 13:58 :
Une monnaie doit correspondre à un pays. Sa productivité globale. Temps de travail. taxes. Age départ à la retraite. Etc...Etc....... pour les allemand il n'est pas passer fort contrairement à bc d'autres pays. Et comme on ne peut pas devaluer la monnaie comme on l'a toujours fait. On est perdu.
Faire un euro du Sud serais juste pour gagner du temps....car la France n'est pas la Grèce qui n'est pas l'Italie etc....

Ce n'est pas tenable. Ça va être dans la douleur. Mais plus on attend et plus ce sera douloureux.
Réponse de le 08/10/2016 à 14:27 :
Avoir une monnaie commune n'implique pas que dans tous les pays les coûts salariaux doivent être les mêmes. Ils devraient être au moins 20% plus bas en France qu'en Allemagne, et sans doute à peu près au même niveau qu'en Italie et en Espagne.
Réponse de le 11/10/2016 à 10:25 :
Les conditions économiques ne sont pas les mêmes, au hasard dans les Hauts de Seine ou en Lozère, pas plus que dans le Tennessee par rapport à la Californie...On ne part pas au même âge à la retraite quand on travaille à la SNCF; à la Société Générale ou chez gugusse plomberie. En Alsace, ils ont un système sécu différent etc...Pourtant nous faisons pays...La différence au niveau économique ce sont des transferts, de la péréquation et, comme le dit Stiglitz, une union bancaire complète. L'Allemagne a et continue à intégrer l'ex RDA, un jour prochain elle acceptera de finir l'UE, d'autant plus vite que nous serons, nous France, sérieux. En attendant on profite de pouvoir voyager, travailler, étudier librement et de tant d'autres choses (normes sanitaires, sécurité aérienne etc etc...), tout en râlant que ce ne soit pas encore mieux. Moi je trouve ça rageant mais ça me donne aussi de l'espoir d'un futur encore meilleur pour mes enfants.
a écrit le 08/10/2016 à 13:39 :
le probleme de l 'euro c 'est qu 'il est apatride , son code genetique c 'est le marché et la finance . donc aucun avenir , il est fait pour les banquiers , pas pour l 'economie et l 'industrie .
a écrit le 08/10/2016 à 12:35 :
Le premier sortie de l'euro en sera le bénéficiaire, les autres ne pourront que subir! L’Allemagne jouera les arbitres en sa faveur!
a écrit le 08/10/2016 à 12:19 :
Tout faire pour faire disparaître l'euro car il fait de l'ombre au US dollar.Tout les moyens sont mis en oeuvre pour enfoncer un coin et le fragiliser.Tout le reste n'est que baratin pseudo écomomique .
a écrit le 08/10/2016 à 12:17 :
Et pendant qu'on refuse de voir que l'euro est trop fort pour nous depuis le début, le nombre de chômeurs en France a dépassé les 3 500 000 et la dette publique se rapproche dangereusement des 100% du PIB. Comme si d'ailleurs il fallait rapporter l'endettement de l'Etat ou des collectivités locales à la production nationale sur un an plutôt qu'aux seuls produits comptabilisés dans leur budget sur la même période. Vous connaissez beaucoup de banquiers qui analysent le taux d'endettement d'un ménage ou d'une entreprise en fonction du PIB plutôt qu'à raison de leurs revenus ?
Réponse de le 08/10/2016 à 14:24 :
L'€ a baissé de plus de 25% face au $ et les monnaies qui lui sont liées (ex : le yuan); la facture pétrolière a baissé de près de moitié et pourtant le commerce extérieur reste dans le rouge vif et apporte une contribution très négative à la croissance. Quitter l'€ n'apporterait donc pas d'effet positif mais renchérirait le coût du refinancement de nos déficits publics; le problème français reste une compétitivité-coût beaucoup trop faible et la perte quasi-totale de nos savoir-faire industriels (l'exemple le plus criant est l'EPR, assez peu différent des réacteurs construits à la fin des années 90 et qu'on n'arrive plus à construire).
a écrit le 08/10/2016 à 9:05 :
Bizarre, les USA n'ont jamais pensé faire un dollar du nord et un dollar du sud...

L'euro a coûté cher, mais en sortir sera bien pire. Un divorce coûte toujours plus cher qu'un mariage.

Il est temps d'achever la construction européenne et d'en faire un vraie valeur ajoutée pour ses citoyens. Ce sera plus simple à réaliser sans les britaniques. Mais avec les Italiens.
Réponse de le 09/10/2016 à 9:21 :
Les USA n'ont pas fait plusieurs dollars parce qu'il s'agit d'un unique pays: les populations peuvent changer de régions sans avoir à subir de choc culturel, les règles du jeu économique sont à peu près les mêmes partout, et les investissements fédéraux permettent des transferts entre parties.
L'Europe n'est pas les USA, elle est faite de peuples aux passés, cultures et intérêts différents, voire divergents. C'est bien pourquoi l'achèvement de l'Europe, c'est toujours pour demain. Les européens les plus riches veulent-ils l'arrivée massive d'Européens venus des pays les plus pauvres? Acceptent-ils de transférer une part importante de leur Pib en direction des pays les plus pauvres? Dans les deux cas, la réponse est NON. Pourquoi ne pas prendre la réalité en compte et accepter de reconnaître que nous poursuivons depuis 60 ans une chimère.
Il est en effet exact que sortir de ce merdier va nous coûter fort cher à court voire moyen terme, mais y rester nous condamne à long terme.
Réponse de le 09/10/2016 à 15:30 :
@Sissa

Les USA sont tellement le même pays qu'ils ont fait la guerre de Sécession, et que les plus forts ont imposé aux autres de changer. Est-ce très différent de ce que fait l'Allemagne, sans les centaines de milliers de morts ?
a écrit le 07/10/2016 à 20:58 :
Si l'Italie en sort, l'Espagne et par conséquent la France devront également en sortir, soit la deuxième, la troisième et la quatrième puissance économique européenne. Sortir de l'euro c'est revenir à il y a 15 ans, c’est revenir aux années Juppé qui n’étaient pas l’apocalypse non plus. Il y a eu une vie avant et il y a une vie sans l’Euro comme au Danemark, Royaume-Uni en Pologne, Suède, Roumanie, Hongrie, Tchéquie. Soit 158 millions d’Européens sur les 341 millions de l’union européenne (46%). Presque 1 européen sur 2 !
Réponse de le 08/10/2016 à 1:32 :
@ paul : analyse un peu rapide : les autres pays ont bénéficié de la stabilité et valeur de l'euro. C'est une monnaie importante face à d'autre dans les échange mondiaux et perte d'influence du dollar, plus d'union européenne, plus d'euro, bientôt la bretagne de marine le pen puis plouf.
Réponse de le 09/10/2016 à 9:26 :
Il y a 510 millions d'habitants dans l'UE. 341 c'est le nombre d'habitants de la zone Euro. Donc 158 millions représente un peu moins d'un tiers du total(ce qui est déjà pas mal)
Réponse de le 09/10/2016 à 18:57 :
Mea culpa sissa pour la grosse boulette. Sinon le regretté Bernard Maris avait lui aussi dit qu'il fallait sortir de l'Euro.
a écrit le 07/10/2016 à 20:05 :
Beaucoup de débilités de la part de Mr Stiglitz, comme souvent d'ailleurs...
a écrit le 07/10/2016 à 19:44 :
Vous ne connaissez pas tout ce que vous apporte l'UE. Une monnaie solide, les grandes libertés de circulation, les biens, les services, les capitaux, les personnes, le financement des grands projets, en France : TGV, électricité, autoroutes, trams, hôpitaux, R&D, PME, Airbus, Arianespace, le tunnel sous la manche... Et bien d'autres réalisations, y compris la politique agricole commune, la coopération policière et judiciaire, la Cour européenne de justice... Et ce n'est pas exhaustif !!! Vous voulez renoncer à tout cela ou c'est de l'ignorance ?
Réponse de le 07/10/2016 à 21:27 :
la liberté de circulation des capitaux et la Cour européenne d'Injustice sont (mais ce ne sont que des exemples), précisément les éléments qui ne nous apportent que des catastrophes, et les investissements dont vous parlez sont essentiellement des investissements nationaux (l'importance de la pub de revendication de l'UE à ce sujet est inversement proportionnelle à la hauteur de sa contribution financière !)
Réponse de le 07/10/2016 à 21:55 :
Une réalité bien trop timide en comparaison des multiples dérives et abus.
L'Europe ne fonctionne pas parce qu'elle n'est plus tournée vers les peuples qui la composent.
C'est une bureaucratie au service d'intérêts privées qui pratiquent la chaise tournante, le lobbying décomplexé, la manipulation financière, le chantage à l'emploi, le dumping social, la régression du rapport au travail... Et ce n'est pas exhaustif !!!
Oui, nous voulons vraiment renoncer à tout cela.
Réponse de le 07/10/2016 à 22:54 :
L'union européenne nous a apporté des prix très élevés pour tout ce qui ressort de la vie courante.
Réponse de le 08/10/2016 à 13:36 :
tout ce que vous enumerez a été fait avant l 'euro .
Réponse de le 09/10/2016 à 9:54 :
Airbus, l'agence spatiale européenne (Arianespace est une entreprise franco-française) et le tunnel sous la manche sont des coopérations entre états( la Norvège et la canada participent à Ariane) mais ne sont en rien liés à l'Union Européenne. C'est une erreur très courante qui sert bien une certaine propagande.
Réponse de le 10/10/2016 à 13:41 :
oui mais je n'ai pas les moyens de prendre le TGV , bientôt je ne pourrai plus payer mon électricité quand aux autoroutes je suis contraint de prendre les nationales les plus tueuses , voilà la réalité
certainement vivez vous des impôts comme tous ceux qui nous dirige et détruisent notre industrie
a écrit le 07/10/2016 à 18:19 :
Avant 2008, cet "intellectuel" disait que les banques usa étaient trop solides pour qu'il y est un crac et ce n'est pas sa seule bourde
a écrit le 07/10/2016 à 18:06 :
Enfin une bonne nouvelle !!!!! elles sont rares en ce moment. Merci M. Renzi...
a écrit le 07/10/2016 à 17:12 :
La différence entre les USA et l'UE est que les USA sont gouvernés par un président et un congrès élus.
Encore une fois, la démocratie est le meilleur système. Quand l'essaierons nous ?
a écrit le 07/10/2016 à 16:20 :
En effet si un autre pays, courageux donc parce qu'avec les menaces dont est victime l’Angleterre de l'UE il faut être courageux pour vouloir quand même en sortir mais intelligent et sage par contre, quittait l'union européenne moins d'un an après la sortie de l'UE, il est évident que celle ci serait très mal en point. Elle était déjà incapable de se gouverner avec tous ses pays , laissant l'oligarchie financière se goinfrer sur son dos, avec deux de moins cela serait une aubaine.

Alors les trolls néolibéraux nous brandissent la menace d'une guerre, or aucune chance qu'il y ai des guerres entre les pays de la zone, voir de la future ancienne zone, plus aucun pays n'a d'armée digne de ce nom et les dettes sont tellement énormes et les dépenses militaires coûtent tellement chères qu'une guerre est in-envisageable d'autant que les leaders européens se côtoient depuis des décennies et font des affaires ensemble depuis tout ce temps ce scénario catastrophe est ridicule.

Ils nous parlent aussi de prédominance des américains, alors qu'ils ont toujours dominé le monde et ces mêmes prêcheurs néolibéraux qui nous prédisaient, parce que pour les prédictions ces gens là sont très fort, par contre pour assumer leurs innombrables erreurs là il n'y a plus personne, que la Chine passerait devant les américains, n'ont pas été capables de voir que non finalement c'est la chine qui cède du terrain.

Sortir de l'europe actuellement c'est sortir d'un dogme néolibéral seulement favorable aux oligarchies européennes. Ce sont les peuples qui font l'économie réelle et non les oligarchies, or entre une croissance qui flanche à cause d'un manque cruel de pouvoir d'achat des ménages et des responsables européens qui à force de tous tirer la couverture à eux l'ont réduit en miette, les peuples européens commencent à être à l'agonie.

Alors l'oligarchie s'enrichissant tous plus sur le dos des peuples elle ne voit rien venir mais les peuples eux voient arriver la misère à grand pas, et de plus en plus de politiciens se retrouvent pris à parti par une population de plus en plus en colère or les politiciens savent bien que l'oligarchie ne risque rien mais que eux par contre, qui sont là pour cela, un serviteur ça sert aussi de fusible, seront ceux qui seront tenus pour principaux responsables et plus la colère attend avant d'exploser plus leurs peaux ils vont risquer.

Merci pour cette parole d'espoir M. Stiglitz, il est temps que cette europe du fric éclate.
Réponse de le 08/10/2016 à 10:43 :
ben ouè pas de guerre possible, y'a qu'a voir l'ukraine ....
Réponse de le 08/10/2016 à 12:02 :
Parce que l'Ukraine fait partie de l'Europe maintenant ?

Parce que ça y est l'Europe n'existe plus et personne ne m'a rien dit !?

Vous pouvez pas allez prêcher ailleurs lepape svp ? Moi les messes vous savez c'est pas vraiment mon truc... Merci.
Réponse de le 09/10/2016 à 0:52 :
@Citoyen Blasé
Vous tombez dans le même travers que ces Britanniques des zones désindustrialisées, conscients d'être tombés dans la broyeuse néolibérale, qui votent pour la sortie de l'UE pour protester mais élisent des politiciens de droite à chaque élection. La solution contre les méfaits du néolibéralisme n'est pas de sortir de l'UE. L'UE est [très] perfectible, a un gros besoin de réformes, mais ce n'est pas elle le problème. Le problème c'est l'élection de politiciens de droite. Et même quand un Socialiste est élu, la volonté populaire n'est pas là pour lui mettre la pression et il vote des torchons comme la loi Gattaz-El Khomri et ne réforme aucunement le système financier..
Réponse de le 10/10/2016 à 9:48 :
Alatar:

Je vous ai répondu mais je ne sais pas pourquoi ma réponse n'a pas été validée.

Vous défendez une bête malade, blessée qui agonise, vous rendez-vous compte quand même que le FMI, en ne suivant pas le processus imposée par l'UE à la Grèce est en train, même elle, de désavouer l'UE ?

Vous dites que cette UE est largement perfectible, ok mais où se trouve la limite du raisonnable ? Elle a été allègrement franchie depuis que l'UE ne se soucie plus de l'opinion de ses peuples pour avancer au sein d'une Europe toujours plus financière et toujours plus déconnectée de ce fait de l'économie réelle et de la vie des citoyens.

L'Europe n'est qu'un outil de plus au service des intérêts de l'oligarchie financière et qu'elel soit de droite et condamnée à l'être ne fait que renforcer cette volonté de d'abord servir les marchés financiers, bien avant l'intérêt des citoyens.

Ouvrez-les yeux, la seule issue c'est de l'achever, on ne pourra plus faire machine arrière avec cette institution subjective formée seulement pour servir l'intérêt des plus riches.

Il faut qu'elle meure, il faut achever son agonie qui se traduit par l'agonie de sa population et la reconstruire autour de l'union de ses peuples, sa constitution actuelle ne la réunissant qu'autour des intérêts des décideurs économiques et politiques.

L'Europe était un rêve formidable, l'oligarchie l'a transformé en véritable cauchemar.
a écrit le 07/10/2016 à 16:19 :
Et pourquoi pas un Euro du Milieu, notamment pour la France ?
Et un Euro de l'Est pour les pays de l'Est.
Et un Euro de l'Ouest uniquement pour les Royaumes-Unis.

Plus simple : un Euro pour chaque pays.
a écrit le 07/10/2016 à 15:00 :
Avant c'était "Morts pour la France" maintenant c'est "Morts pour l'euro".
a écrit le 07/10/2016 à 14:22 :
La sortie de l'Euro...et de L'Union Européenne également, marquerait non seulement un retour à une puissance économique mais aussi à une place dans le monde à l'échelle de ce qu'est chaque état , entraînant une dévaluation drastique des monnaies, mais aussi à une place de nain sur le plan international de chaque pays.
La sortie de l'Europe ou de l'Euro ne remettrait pas les pays à ce qu'ils étaient avant la construction européenne, c'est un mensonge politique populiste.
Aujourd'hui, il y a de grands pays que sont les USA, la Chine, l'Inde, La Russie... et des petits pays qui sont européens et n'ont que des appareils industriels dégradés et qui sont tributaires de la Chine (électronique, biens de consommations multiples, médicaments...) des pays producteurs de pétroles( états du Golfe, Russie, USA et d'autres) USA pour la défense....
Le fantasme de l'indépendance pour les états européens toujours bien présent n'est qu'un argument de politiciens qui sont à court d'imagination et l'utilise pour attraper l'électeur avec du miel en réparant des temps encore plus durs et violents que ce que l'on connaît aujourd'hui.
Seule issue, l'Europe même si c'est à une autre Europe qu'aspirent les peuples.
L'Europe, très belle ambition, a été mal construite, technocratie notamment sans participations des intéressés pour chaque avancée. On a oublié de consulter les citoyens.
a écrit le 07/10/2016 à 13:56 :
Mieux vaut créer l'union bancaire ainsi que la garantie des dépôts bancaires plutôt que d'avoir 2 euros ou démanteler le système qui recréera les problèmes du passé avec les conflits qui vont avec.
Réponse de le 07/10/2016 à 17:29 :
Oui, mais la question n'est pas là. Même le plus buté des nationalistes préfèrerai une Europe prospère, forte et en croissance à la Corée du Nord.

Non, la question c'est POURQUOI l'union européenne est incapable d'avancer pour le bien et la prospérité de NOUS TOUS; comme "promis" avec le traité de Maastricht ?
Car il ne vous a pas échappé que des pays Européens sombrent, comme la Grèce, et que les inégalités augmentent au sein des pays, au point où le retour à la Nation semble un moindre mal ?

Même vous, en appelant à une union bancaire qui ne se fait pas, et à la garantie des dépôts que l'Allemagne refuse, en soulignez l'incapacité, qui détruira l'UE donc.
Réponse de le 07/10/2016 à 19:37 :
@ ******b : parce que l'Europe fonctionne sur le modèle initial de l'Europe des "Nations" qui tirent chacune la couverture à elles et n'ont donc pas fait évoluer l'Union européenne comme il le fallait à l'évidence. Ce n'est pas une fatalité si quelques pays clés veulent bien se donner la peine d'avancer plutôt que de baisser les bras. Si l'avenir ce sont des pays dirigés par des partis comme l'Ukip ou d'autres séparatistes populistes etc on en voit déjà les dérives ce sera pire que maintenant. Entre autres multiples choses à faire le minimum et que des gouvernements de plusieurs pays fassent des propositions et ne plus envoyer n'importe qui comme trop souvent au parlement européen, voyez ceux qui proposent au parlement, toujours les mêmes. Si de Gaulle avait manqué d'initiative le cours des choses aurait été très différent et pourtant sa situation n'avait rien d'enviable ni de brillant lors de l'appel du 18 juin donc une réelle Union européenne et parfaitement possible si l'on veut bien se bouger au lieu d'attendre que çà vienne tout seul en ayant une vision étriquée tel un Farage dont on peut constater l'envergure tout comme celle de son parti.
a écrit le 07/10/2016 à 13:35 :
disons que si l'europe est pulverisee, ca arrangera bien les americains, enfin sauf si ca engendre la troisieme guerre mondiale.....
Réponse de le 07/10/2016 à 14:33 :
La 3ième guerre mondiale a eu lieu entre 1945 et 1989 : on l'a appellé guerre froide avec des points chauds : Berlin-Est, Indochine puis VietNam, Cuba, ou encore l'Afghanistan.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :