L'UE et le Mexique accélèrent leurs négociations commerciales

 |   |  216  mots
Le Mexique et l'UE se rapprochent contre Donald Trump.
Le Mexique et l'UE se rapprochent contre Donald Trump. (Crédits : © Reuters Photographer / Reuter)
Bruxelles et Mexico veulent accélérer leurs négociations en vue d'un accord de libre-échange. Une réponse à Donald Trump et à ses pressions sur le Mexique.

Le Mexique et l'Union européenne (UE) réagissent à la pression de Donald Trump. Mexico et Bruxelles ont fait part de leur volonté d'accélérer la conclusion de leur accord de libre-échange. Deux séances de négociations sur ce sujet se tiendront avant l'été, a affirmé la Commission européenne.

53 milliards d'euros d'échanges commerciaux

La commissaire en charge du Commerce, Cecilia Malmström, se rendra à Mexico pour des pourparlers avec son homologue, le ministre mexicain du Commerce Ildefonso Guajardo. Dans un communiqué commun, les deux responsables « observent avec inquiétude la montée des mesures protectionnistes dans le monde » et ajoutent « qu'il est temps que nous soutenions ensemble l'idée d'une coopération globale ». Selon la Commission européenne, les échanges commerciaux entre l'UE et le Mexique ont atteint 53 milliards d'euros en 2016 et ont doublé depuis 2000.

Donald Trump à l'offensive

Donald Trump a lancé dès la semaine dernière une offensive contre le Mexique en menaçant ce pays de mesures protectionnistes s'il refusait de financer le « mur » qu'il entend construire à la frontière mexicano-étasunienne. De plus, le nouveau président des Etats-Unis a menacé de renégocier le traité de libre-échange nord-américain et a également menacé les entreprises, notamment automobiles, qui étaient tentées d'investir au Mexique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2017 à 12:40 :
@ Réponse à Europe Oui, ultra libéralisme non : Ce ne sont pas les mêmes gammes de produits d'où le qualificatif "de base" et "n'entrant pas en concurrence" (à savoir directe). L'Union européenne n'a rien d'ultra-libéral dans les faits c'est un cliché employé de manière abusive par les partis séparatistes : les accords de libre-échange ne se comptent que sur les doigt d'une main (Norvège, Islande etc). Les échanges avec le Mexique sont de seulement 3,5% pour l'Allemagne et 1% pour la France et pour l'Europe défavorables au Mexique. Un accord de libre échange est plus favorable à l'Europe qu'au Mexique qui a moins à vendre en quantités et choix. C'est quasiment toujours le cas dans le cadre d'accords de libre échange avec un tel déséquilibre de tailles et pays ce qui n'empêchera pas d'aider grandement le Mexique ainsi qu'à être plus innovant et compétitif vis à vis de ses voisins (c'est la 2e économie d'Amérique latine après le Brésil) çà n'a aucune raison de nuire à l'Europe mais de permettre au Mexique d'accroître ses revenus et son niveau de vie et nous d'obtenir des prix plus bas sur beaucoup de produits majoritairement sans concurrence (pétrole etc). Prétendre que tous les accords de libre échange sont mauvais est absurde, ce n'est pas la réalité, tout comme penser que l'Europe est en échec à chaque fois. C'est de l'extrêmisme pas du réalisme. L'union africaine se développe bien avec 55 pays (contre 27 pour nous) et bientôt près de 2 milliards d'habitants sur un modèle copié sur le modèle européen et ce ne sont pas les seuls (Amérique latine, etc)
a écrit le 02/02/2017 à 10:03 :
Voilà qui va donner un motif de plus a favorise l'éclatement de l'UE en aidant le "Brexit"!
a écrit le 02/02/2017 à 9:13 :
Oui, supprimons les barrière commerciales, comme ça les narcos pourront ré-orienter le flux de stupéfiant vers l'UE et le gouvernement mexicain pourra continuer à prélever sa dîme sur le traffic. Ce libéralisme hystérique que pratique la Commission européenne est vraiment désolant.
Réponse de le 02/02/2017 à 10:01 :
Les douanes, le renseignement et la Marine obtiennent plus facilement des infos sur les filières lors de coopérations économiques fortes. Les effectifs qui contrôlent dans les ports resteront les mêmes. Le Mexique ne délivrera pas moins d'infos. Tout passe par la mer, la surveillance ne changera pas, quelque soit l'accord. La coopération pourrait être meilleure puisque les deux parties auraient plus d'échanges à protéger contre la piraterie.
a écrit le 02/02/2017 à 4:28 :
L'Union européenne agit avec raison et nous défend correctement car nos importations du Mexique sont principalement du pétrole, des produits industriels de base, chimiques, pharmaceutiques et cosmétiques notamment qui n'entrent pas en concurrence. Dans le but de sortir d’une relation trop exclusive avec les États-Unis, le Mexique ne néglige pas l’Union Européenne même si son image y a souffert de la crise de la zone euro. Elle est présentée comme une « source d’opportunités » pour les investissements au Mexique et comme un partenaire important sur la scène internationale. L’UE, qui bénéficie de la préférence tarifaire de ses produits dans le cadre d’un accord de libre-échange, occupe en 2012 la troisième position parmi les importateurs au Mexique (11 %).
Réponse de le 02/02/2017 à 11:19 :
Des produits industriels de base, chimiques, pharmaceutiques et cosmétiques qui n'entrent pas en concurrence ? Nous n'aurions pas ces industries ici ? J'ai du halluciner, ou alors je suis en retard et elles sont déjà toutes parties. Il me semblait même entendre du chantage au prix des médicaments/délocalisations dans des pays à bas couts il y a peu encore ...
Avec quelques barrières douanières en moins ce sera encore plus facile de partir.
Le mexique troque quelques jobs au détriments de son environnement et grace à des conditions de travail inférieurs à celles de l'europe.
L'europe perds des jobs.
Les seuls gagnants seront une fois de plus les grandes multinationales qui pourront profiter des meilleurs avantages de chaque pays .... Coool !
Europhile de base, je ne pense pas que ni la France ni l'allemagne valent quelques chose seuls, mais Bruxoséptique quand on voit que le système ne marche pas depuis 20ans et qu'il ne font que s'enfoncer encore et toujours plus.... Affligeant.
Réponse de le 02/02/2017 à 12:52 :
@ Réponse de Europe Oui, ultra libéralisme non ! Ce n'est pas l'Union européenne qui ne marche pas c'est l'Europe des "Nations". Ces dernières ont toujours voulu tirer la couverture à elles comme la fait la Grande Bretagne d'où l'absence d'avancées suffisantes, d'harmonisation, de fiscalité commune etc. Les Etats-Unis fonctionnent bien à 50 Etats très différents. Ce n'est pas non plus l'Union européenne qui voulait l'entrée de la Grèce mais Giscard et c'est Chirac qui a signé l'accord. Et ce sont bien ces mêmes Nations qui recyclent des parlementaires qu'ils n'ont pu placer dans les Nations comme Rachida Dati, le Pen qui profite et abuse de la situation en captant l'argent public etc. L'Union européenne a permis au contraire d'avancer dans de nombreux domaines dont l'environnement, la transition énergétique, les transports maritimes, fluviaux, la santé, l'éducation etc. Bref des domaines secondaires pour les Nations au plan pouvoir mais malgré tout très importants. Il faut regarder les réalité avant de reprendre la rhétorique des partis séparatistes qui ne roulent que pour eux type Farage en GB, le Pen ou l'Upr en France etc et accusent l'Union européenne de tous les maux, ce n'est pas la réalité malgré quelques défauts comme partout.
a écrit le 01/02/2017 à 19:44 :
Tous nos constructeurs et equipementiers automobiles ont installé des capacités au Mexique pour le marché américain. Comme il va se fermer pour sauver les emplois des ouvriers américains, l'Europe ouvre grande ses portes pour encore plus massacrer le peu qui restent dans les pays développés d'industries automobiles. Merci la commission européenne pour pousser encore plus l'éclatement de l'Europe aujourd hui devenu necessaire pour renaitre avec l'objectif du bien etre des peuples et non, de quelques actionnaires et fonds de pensions lobbyistes à Bruxelles. La guillotine au sens figurée du terme bien sur va etre necessaire pour ses commissaires europeens nommés entre eux. Profiter de Trump pour faire passer un accord de libre echange sous le manteau révèle de l'imposture.
Réponse de le 01/02/2017 à 22:00 :
Le différentiel de coûts avec le Mexique étant bien supérieur à toutes les taxes que Trump pourrait imposer, différentiel qui pourrait d'ailleurs s'accentuer avec la baisse du peso, Trump fera simplement payer aux consommateurs américains les produits fabriqués au Mexique un peu plus cher. Ca ne ramènera pas un emploi aux USA (à l'extrême limite ça pourrait même en détruire), ça rognera un peu le pouvoir d'achat des consommateurs US, leur laissant moins d'argent disponible pour consommer des biens et services US. Exemple, si acheter une voiture leur coûte 1000 à 2000$ de plus, ils feront peut être une visite de moins à Dysneyworld. Bref, un jeu probablement perdant-perdant. Il n'existe pas un seul exemple de protectionnisme gagnant. C'est d'abord un formidable aveu de son manque de compétitivité et de son incapacité à y remédier.
Réponse de le 01/02/2017 à 23:14 :
Désolé si la taxe dépasse la part main d oeuvre l effet est immédiat d ou la panique des constructeurs. Pour le moment nous avons un transfert de richesse et non un gagant gagant comme disent les principes économiques. La taxe permet de payer le chômage généré dans le meilleur des cas. La démonstration est faite en France en 10 ans. Endettement et chômage de masse.
Réponse de le 02/02/2017 à 0:14 :
@jeanluc
Dans le monde réel, les Etats-Unis sont le 1er client et le 1er fournisseur du Mexique.
La Chine est le 2ème fournisseur et le 3ème client.
Donc en se braquant avec le Mexique, Trump qui peste sur la Chine, se tire une balle dans le pied. Ou alors le but est de mettre la pression pour au bout du compte obtenir des accords qui lui seront plus favorables.
Et l'Europe ne doit penser qu'a sa gueule, comme le font les US, et donc profiter de toutes les failles créées par la diplomatie de Trump.
Réponse de le 02/02/2017 à 9:49 :
Et nous ne pourrions pas en profiter pour augmenter nos exportations agricoles, celles de nos produits de luxe, etc ?
Réponse de le 02/02/2017 à 13:16 :
entre le Mexique et les Etats Unis il y a un rapport 5 sur les coûts du travail. Autrement dit pour les produits à fort contenu de travail ce n'est pas une taxe de 20% mais de 400% qu'il devrait être question pour que ça ait la moindre efficacité.
a écrit le 01/02/2017 à 18:40 :
Mauvaise idée cela ne ferait qu'envenimer la situation avec les EU et le Mexique serait un partenaire de seconde zone en comparaison, pour moi le choix est vite fait.
a écrit le 01/02/2017 à 18:15 :
L'UE, toujours en accord avec ses mauvaises stratégies économiques récurrentes va fricoter avec le pays le plus gangrené par la mafia du monde.

Logique mais vite un frexit svp, très vite, ça commence à puer.

Le dumping social, activité principale de nos dirigeants européens et en france aucun candidat de crédible ne propose de sortir de cet enfer oligarchique. Au secours.
Réponse de le 01/02/2017 à 19:56 :
Résultat logique d'une planète capitaleuse. Et après, certains vont dénigrer Marx et faire oublier ce qu'à réellement fait Roosevelt. L'Histoire ressert toujours les plats à ceux qui l'ignorent.
Réponse de le 01/02/2017 à 20:28 :
Citez moi svp vos pays fréquentables avec lesquels ont peut aller faire des affaires
Oui, y'en a pas beaucoup? Et notre économie qui n'est déjà pas très florissante, on en fait quoi? Vous pensez que la France avec ses 65 millions d'habitants va tenir le coup face au géants, en érigeant un mur?
On laisse la place aux chinois ou aux russes? Parce qu'à chaque fois que les américains imposent des sanctions, que l'on suit, ce sont biens les russes et chinois qui s'installent.
Des exemples: Iran, Cuba, Argentine, Mexique, Birmanie ou encore Nigéria en pleine actualité. Ces sanctions n'ont pas été prises pour des guerres extérieures. Est-ce que les sanctions ont fait avancer la démocratie dans ces nations? Non, mais l'équilibre économique a été bouleversé en faveur de la Chine.
On est pas dans le cas de la Corée du nord, qui menace en permanence ses voisins de frappes nucléaires. L'Argentine est bien un cas à part, discutable, reste la Corée, la Russie, le Soudan et d'autres pays en guerre civile.
-
Avec le Mexique, les échanges économiques permettent au moins au peuple mexicain de bouffer un peu mieux.
Les sanctions actuelles profitent aux mafias.
Pour être efficaces, il faudrait qu’elles soient bien plus fortes, mais l’ONU ne s’engagera pas sur ce terrain.
Suffisamment fortes pour qu’elles soient insupportables aux mafias et élus corrompus.
C’est faisable, sauf que personne ne sait comment cela pourrait se terminer, une vraie dictature, genre Corée, pourrait prendre le pouvoir et très bien éliminer une partie de la population.
Les sanctions sur le Mexique ont juste profité à la Chine, au détriment de l'Europe.
Et comme la guerre est avant tout économique.
......
Et puis vous n'avez rien compris, vous êtes totalement déconnecté de la réalité, un frexit ne changerait rien pour la France, puisque les entreprises françaises ne sont pas les dernières à faire des affaires aux Mexique. A moins que vous souhaitiez une dictature en France, qui empêcherait ses entreprises de travailler ou bon leur semble.
Avec vous la France se retrouverait vite avec l'économie de la Grèce, sans armée, y'aurait plus qu'à solder les Leclerc et notre dissuasion, et inviter un envahisseur. Les US, la Chine ou la Russie?
La guerre est avant tout économique.
Réponse de le 02/02/2017 à 6:06 :
Avec Junker ils seront en pays de connaissances.....
Réponse de le 02/02/2017 à 10:24 :
"L'Histoire ressert toujours les plats à ceux qui l'ignorent."

En effet, normalement, mais ceux qui l'ignorent sont actuellement les possédants de la plupart des capitaux et de quasiment tous les outils de productions, ils peuvent donc littéralement transformer du faux en vrai et ne se gênent pas pour le faire.

"Avec le Mexique, les échanges économiques permettent au moins au peuple mexicain de bouffer un peu mieux."

Désolé mais choisir le mal pour éviter le pire conduit irrémédiablement au pire car nous installant dans le mal, donc étant logique avec moi-même car non masochiste je ne choisis pas de m'auto-flageller, dieu ne me le rendre pas, c'est bel et bien la pire ânerie que les trolls néolibéraux nous rabâchent à tour de forums. Pitoyable raisonnement binaire aliénant, je ne vous félicite pas, essayez d'évoluer pour changer svp, merci.

@grand: Il est évident qu'ils peuvent envoyer Juncker là bas, il s'y sentira de suite comme un coq en pâte.
Réponse de le 02/02/2017 à 23:19 :
@Citoyen blasé
A l'évidence, les enjeux économiques et stratégiques dépassent votre compréhension.
Réalité :
La Birmanie n'a pas empiré, mais ne s'est pas non plus vraiment améliorée depuis qu'Obama a relâché la pression.
L'Iran a présenté une image plus respectable, et a réussi à faire diminuer les sanctions.
C'est de l'enfumage : plus de mille exécutions en 2015, visant quasi exclusivement l'opposition modérée.
Depuis la mise en place des sanctions, c'est la Chine, la Corée du sud et les EAU qui en ont profité, au détriment de l'Europe, notamment de la France.
Les sanctions, puisqu'elles ne sont pas signées par tous, cause intérêts géostratégiques, sont souvent une machine à perdre pour ceux qui les signent.
Quelles sont les nations qui fréquemment s'opposent aux sanctions?
Cherchez bien, vous allez trouver !
Je ne suis pas contre les sanctions, mais ce n'est pas la panacée !
Réponse de le 06/02/2017 à 11:12 :
"A l'évidence, les enjeux économiques et stratégiques dépassent votre compréhension."

Les enjeux économiques de actionnaires milliardaires ne me concernent pas du tout en effet, la financiarisation de l'économie n'a fait que concentrer les richesses dans les mais un de quelques uns qui ne sont plus capables que de les détruire actuellement.

Non non c'est très facile à comprendre ces "enjeux économiques" c'est socialisation des pertes et individualisation des gains, donc en tant que contribuable et citoyen sachez que j'en ai marre de payer pour subventionner les milliardaires.

Alors je sais que cette vérité vous embête au plus haut point et que donc vous vous sentez obligé de faire diversion mais moi je ne suis pas un serviteur des possédants de ce monde, je peux me permettre de parler au nom du plus grand nombre sans arrière pensée, sans être obsédé par mes seuls intérêts.

ET vous !?

"Oui, y'en a pas beaucoup?"

C'est quoi une question, une remarque un commentaire ?

"Et notre économie qui n'est déjà pas très florissante, on en fait quoi?"

On est la quatrième puissance économique mondiale, ou cinquième, je ne vois pas ce qui vous fait dire que notre économie n'est pas florissante, si on faisait payer des impôts aux milliardaires le pays se porterait comme un charme.

"On est pas dans le cas de la Corée du nord, qui menace en permanence ses voisins de frappes nucléaires."

Ouhaou, la corée du nord, l'argument rincé des soldats néolibéraux, je ne vous félicite pas même si le fait que vous laissiez tant aller montre la difficulté pour vous seulement pour faire diversion, c'est pour dire.

Donc après la corée du nord bientôt l'URSS et Mitterrand non ?

"La Birmanie n'a pas empiré, mais ne s'est pas non plus vraiment améliorée depuis qu'Obama a relâché la pression."

La Birmanie ?! Mais vous savez que le sujet c'est me Mexique là ? Vous avez vraiment du mal à tenir un débat vous, faut toujours que vous parliez d'autre chose, incroyable.

L'Iran maintenant... et-c, et-c...

Bref vous trollez alors que moi je cherche à débattre. Au lieu de venir défendre l'indéfendable les soldats du néolibéralisme feraient mieux de se retrousser les manches et se mettre à bosser, si tant est qu'ils n'en aient pas oublier définitivement la notion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :