La BCE a-t-elle menacé l'Irlande d'une "bombe" en 2011 ?

 |   |  1324  mots
Quel rôle a joué la BCE en 2011 dans la crise irlandaise ?
Quel rôle a joué la BCE en 2011 dans la crise irlandaise ? (Crédits : © Wolfgang Rattay / Reuters)
Selon le ministre irlandais des Finances, l'ancien président de la BCE a menacé en ces termes le pays en mars 2011 pour le contraindre à ne pas faire payer les créanciers des banques du pays. Une version que Jean-Claude Trichet avait explicitement nié lors de son audition en avril dernier.

C'est un nouveau témoignage gênant pour l'ancien président de la BCE et ancien gouverneur de la Banque de France Jean-Claude Trichet. Jeudi 10 septembre, devant la commission d'enquête parlementaire irlandaise sur la crise bancaire, l'actuel ministre des Finances du pays, Michael Noonan, a affirmé que, le 31 mars 2011, le Français avait menacé son gouvernement, si l'Irlande ne remboursait pas une échéance d'une obligation bancaire. Selon Michael Noonan, Jean-Claude Trichet l'a bien prévenu qu'une « bombe explosera à Dublin » si le gouvernement demandait une contribution aux créanciers prioritaires de la banque Anglo-Irish.

L'emploi ou non de cette expression est une des questions qui hante la vie publique irlandaise depuis plusieurs années. Cette question prend place dans celle, plus large, des pressions qu'auraient exercé la BCE sur les gouvernements irlandais en 2010-2011 pour les contraindre à accepter les plans de « sauvetage » et épargner les créanciers des banques irlandaises, souvent des banques internationales. La publication de plusieurs lettres de Jean-Claude Trichet à l'ancien ministre des Finances Brian Lenihan a laissé penser que la BCE avait menacé de couper l'accès des banques irlandaises au programme d'aide à la liquidité d'urgence (ELA) si Dublin tentait de faire payer les créanciers du système bancaire irlandais. Une méthode employée depuis ouvertement à Chypre en 2013 et en Grèce cet été.

Comment la BCE a dicté la politique irlandaise

En mars 2011, l'Irlande venait d'élire un nouveau gouvernement formé de la coalition du parti de centre-droite Fine Gael et des Travaillistes. Durant la campagne électorale, ces partis avaient plaidé pour une réduction de l'austérité par une participation des créanciers aux efforts du pays. Lorsqu'une créance de 6 milliards d'euros est arrivée à échéance, la question de cette participation, le nouveau gouvernement a envisagé de ne pas l'honorer. C'est alors que Jean-Claude Trichet aurait appelé Michael Noonan avant son intervention au parlement. Et que la menace aurait été proférée. « Je peux confirmer à cette commission d'enquête que [Jean-Claude Trichet] m'a dit cette phrase. Il n'a pas dit qu'une bombe économique exploserait à Dublin, il a dit qu'une bombe exploserait », a indiqué le ministre irlandais devant la commission.

Michael Noonan a assuré les députés qu'il était persuadé que le « partage du fardeau » était la bonne solution, mais que, sans l'appui de la BCE « il n'était pas possible de poursuivre dans cette voie. » Jean-Claude Trichet aurait aussi appelé le Taoiseach, le premier ministre irlandais, Enda Kenny. Puis, Michael Noonan a ôté de son discours la question de la participation des créanciers et l'Irlande les a remboursés.

Dénégations de Jean-Claude Trichet

Le 30 avril dernier, Jean-Claude Trichet, après plusieurs mois de refus, avait accepté de s'exprimer devant cette commission, mais à ses conditions. Estimant qu'il n'avait pas à répondre de ses actes de banquier central européen devant un parlement national, il avait refusé de se rendre à l'Oireachtas, le parlement irlandais. C'est donc dans une salle de conférence dublinoise que l'ancien patron de la BCE a accepté de façon informelle et « volontaire », mais en dehors des procédures de la commission d'enquête, de répondre à des questions qui lui avaient été préalablement transmise.

Une de ces questions, posée par le député Fine Gael Eoghan Murphy, concernait la conversation de mars 2011 avec Michael Noonan. « Avez-vous dit qu'une bombe économique exploserait à Dublin si le gouvernement ne remboursait pas ces 6 milliards d'euros ? », a interrogé le député. A ce moment, Jean-Claude Trichet, engagé, rappelons-le, par nul serment, a répondu : « Si j'avais utilisé une métaphore de ce type, cela n'aurait absolument pas été conforme aux relations que j'avais avec le gouvernement » irlandais. Bref, Michale Noonan a implicitement accusé le Français de mensonge.

Voilà qui ne va pas redorer le blason de Jean-Claude Trichet en Irlande. Son attitude lors de sa vraie-fausse audition d'avril dernier avait été assez mal perçue par les parlementaires et l'opinion publique. Les dénégations de toute responsabilité et de toute forme de pression sur l'Irlande de la part de Jean-Claude Trichet n'avaient guère convaincu. Une autre affaire était ainsi restée sans réponse.

La question de la garantie bancaire

Après la faillite de Lehman Brothers, les banques basées en Irlande sont entrées dans une grave crise de liquidités. La question du sauvetage de ces banques s'est alors posée au gouvernement. Début octobre, le gouvernement a accordé une garantie complète au système bancaire irlandais. Ceci avait calmé temporairement la crise, mais lorsque l'Irlande est retombée en 2010 sous la surveillance des marchés, cette garantie a pesé lourd dans la nécessité du pays d'avoir recours à l'aide du FMI et de la zone euro.

Or, en septembre 2010, dans une interview à la RTE, la télévision irlandaise, Brian Lenihan, ministre des Finances à l'époque, affirmait avoir reçu un appel de Jean-Claude Trichet le 27 septembre 2008. L'homme a donné des détails de ce coup de fil. « Trichet m'a appelé et je n'avais pas pu lui répondre, J'étais à une course dans le comté de Kilkenny (...). J'ai pu écouter le message de Trichet le lendemain et il me disait « vous devez sauver vos banques à tous prix. » » Une version que, là encore, Jean-Claude Trichet a formellement démenti le 30 avril dernier. « Il n'y a eu aucun appel à Brian », a-t-il affirmé, avant de jurer plusieurs fois que la BCE n'était absolument pas informée de la garantie. Jean-Claude Trichet en aurait appris l'existence par « les médias. » Le problème, c'est que, depuis, Brian Lenihan est décédé. Impossible donc de savoir le fin mot de cette histoire, ni la réalité des menaces de l'automne 2010, malgré la publication officielle de lettres peu équivoques. En tout cas, les déclarations de Jean-Claude Trichet avaient provoqué l'indignation de la famille de Brian Lenihan.

Choc en Irlande

Ce débat sur des mots peut paraître un peu vain. Mais l'importance qui y est donné en Irlande rappelle, malgré le redressement du pays depuis deux ans et la forte croissance, le traumatisme qu'a constitué le plan « de sauvetage » du pays. Les élections du printemps prochain pourraient le confirmer par une forte progression du parti de gauche Sinn Fein, ainsi que des indépendants. Les partis traditionnels ont fortement souffert de leurs décisions.

Rôle de la BCE dans la crise

Ce débat pose aussi la question du rôle de la BCE depuis 2008 dans la crise européenne et, notamment des pressions politiques qu'elle a pu exercer sur des gouvernements élus. Le cas irlandais n'est pas isolé : outre les affaires grecques et chypriotes, on se souvient que c'est une menace de la BCE qui avait provoqué la chute du gouvernement de Silvio Berlusconi en Italie à l'automne 2011. Au final, la responsabilité de Jean-Claude Trichet ne concerne guère l'homme lui-même, mais bien, plus largement, la question de la réelle indépendance de la BCE et de la responsabilité de cette institution devant les représentants démocratiques. Depuis 2008, la BCE a clairement pris l'habitude d'exercer des pressions sur le pouvoir politique.

La responsabilité des membres de la BCE en question

Fin mai, Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE avait réalisé une « gaffe » en dévoilant des informations sensibles devant des représentants de fonds londoniens. Cette affaire a été traitée exclusivement en « interne » sous couvert de l'indépendance de la BCE. Un député européen irlandais (ce n'est sans doute pas un hasard), a pourtant interrogé la BCE sur cette affaire. La réponse de Mario Draghi est courte : « Nous conduisons actuellement une revue de notre politique concernant les prises de parole. » Rien sur la participation du parlement à cette « revue », ni sur d'éventuelles sanctions en interne. C'est ce refus de rendre des comptes de façon transparente et démocratique qui pose problème dans le cas de Jean-Claude Trichet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2015 à 10:02 :
Mr Godin revient nous donner sa doctrine anti européenne tout les pays y passent. Portugal, Islande, Grèce manquait l'Irlande.
Je pense que dans les négociations qu'il y a eu en off avec ces pays (en particulier avec la Grèce) d'autres propos bien plus durs en "off" ont été dit (par exemple tu te retrouvera en prison, ce qui est d'ailleurs probablement vrais pour Yanis Varoufakis compte tenu de ce qu'on a appris par la suite ...). Alors Mr Godin on s'en moque de ce qui a été dit ou pas dit. Après avoir soutenu la Théorie des jeux de Varoufakis voila que Mr Godin se rabat sur la théorie plus classique du complot que l'on connait bien dans les partis d’extrêmes droites ou gauches en France. Mr Godin vous êtes anti Européen on le sait bien, par contre, quant il s'agit de faire payer les autres par solidarité la vous êtes Européen, faudrait garder de la cohérence dans vos articles.
a écrit le 12/09/2015 à 19:17 :
Vous vous posez encore cette question?
a écrit le 12/09/2015 à 13:14 :
Pour ceux qui ne se rappelle pas, Jean Claude Trichet était à la présidence de la Banque de France quand le Crédit Lyonnais à fait faillite et à cette époque il à nié toute responsabilité et cela ne l'a pas empêché d’être nommé à la BCE . Moralité nous sommes dirigés par des irresponsables !!!!
Réponse de le 12/09/2015 à 19:14 :
'irresponsables"? vous etez bien gentil avec nos dirigeants. Je pense que "mafieux" est un terme plus adapte.
Réponse de le 12/09/2015 à 20:04 :
La BCE est aujourd'hui dirigée par celui qui a truqué les comptes de la Grèce chez Goldman...
Digne succession !
a écrit le 12/09/2015 à 12:24 :
Est-on encore dans un état de droit quand certains n'ont de compte à rendre à personne ?
a écrit le 12/09/2015 à 11:50 :
Article très interressant. En effet la BCE a fait pression sur l'Irlande pour que le pays accepte de faire défaut et s'accomode des aides européennes alors qu'il n'en avait nul besoin. Le but, comme je l'ai commenté à l'époque, à contre-courant, était d'augmenter le pouvoir trans-national de la BCE en lui accordant des missions de sauvetage. On sait ce que cela est devenu par la suite puisque ces notions n'ont cessé de s'amplifier au point qu'on lui demande aujourd'hui de jouer le rôle de banque centrale totale c'est à dire de faire disparaître celles nationales. A l'époque la manoeuvre qui touchait l'Irlande était un deal gagnant/gagnant : des avantages fournis à un pays dont on savait de toute manière qu'il réussirait son rétablissement avec ou sans aide. Cette victoire facile acquise, il devenait aisé d'imposer le mécanisme ailleurs, dont le problème grec ou espagnol. La presse a pointé du doigt l'Irlande, sur commande, comme un pays voyou. Pour expliquer le jeu irlandais l'on peut dire que le pays, petit, joue sur un même plan avec beaucoup plus grands, ce qui n'est pas les cas des autres de même taille. Ainsi pour ce faire il a préparé des méthodes de repli et des filets de sécurité. Il est habitué à de possibles plongeons impressionnants qu'il maîtrise toujours. La BCE en quelque sorte jouait donc sur du velours. Il faut préciser que l'Irlande a accepté finalement "l'aide" européenne et y a trouvé de nombreux avantages dont celui de disposer de la liberté de choisir son taux d'imposition sociétés en plus du levier financier acquis. S'il y a lieu de critiquer la manière dont les structures européïstes se mettent en place contre souvent les pays et leurs citoyens, il faut ne pas exempter chaque pays qui se veut tel d'une volonté de bonne gestion. On sait par ailleurs que la méthodologie employée et donc les aides parfois accordées, vise à un terme à préparer le rapprochement du dollar et de l'euro.
a écrit le 12/09/2015 à 11:34 :
mon dieu encore une théorie du complot qui finie dans les media..c'est à croire qu'il vaut mieux s'y fier avant de lire les media quelques années plus tard ;)
a écrit le 12/09/2015 à 0:35 :
La BCE est un pauvre diable. Créée indépendente pour échapper à toute pression des gouvernements sur sa politique monétaire, le gouvernement de l'UE piétine et les états-membres laissent à la BCE, seule institution vraiment supranationale, le soin d'assurer le fonctionnement du marché financier. Ce n'est pas plus de contrôle qu'il faut, mais des états-membres qui veulent bien assumer leur taches économiques.
Réponse de le 12/09/2015 à 19:23 :
Pour votre information, il est possible de sortir de la secte ultra-liberale: pensez a l'avenir de vos petit-enfants.
a écrit le 11/09/2015 à 22:47 :
Nous avons confié notre destin à la pire des mafias, la mafia financière qui sacrifie des pays et leur population à leurs intérêts et cela en toute impunité.
a écrit le 11/09/2015 à 20:44 :
La BCE est une institution payée par le contribuable au profit des banques...
a écrit le 11/09/2015 à 20:26 :
Le Big Brother est la! Il fait ce qu'il veut quand il veut et a conqueri la planète grace a son cheval de Trois nommé Démocratie!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :