"La crise en Catalogne, c'est l'échec absolu de la transition démocratique en Espagne"

 |   |  1649  mots
Lluis Llach est un chanteur devenu homme politique au service de l'indépendance de la Catalogne.
Lluis Llach est un chanteur devenu homme politique au service de l'indépendance de la Catalogne. (Crédits : Reuters)
Chanteur mythique de la résistance au franquisme devenu député indépendantiste catalan, Lluís Llach revient pour La Tribune sur la situation actuelle en Catalogne et sur son interprétation des origines de la crise.

Lluís Llach est une figure morale en Catalogne. Compositeur, auteur et chanteur, ses chansons ont incarné la résistance de la culture catalane au franquisme entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, notamment son titre l'Estaca, hymne catalan de la résistance à la dictature.

En exil en France entre 1971 et 1976, il est revenu en Catalogne lors de la transition démocratique. A partir des années 2010, il s'engage en politique dans le camp indépendantiste. A 68 ans, il est depuis le 27 septembre 2015, député au parlement catalan pour la coalition indépendantiste Junts Pel Sí. A quelques jours de la Diada, la fête nationale catalane, le 11 septembre  Lluís Llach livre à la Tribune ses réflexions sur la situation en Catalogne.

Vous avez présidé la Commission parlementaire d'étude sur le processus constituant catalan dont le rapport a été approuvé par le parlement le 27 juillet et qui inclut la possibilité d'un chemin unilatéral vers l'indépendance. Le dialogue avec Madrid n'est donc plus possible ?

Pour nous, l'unilatéralité devient un chemin obligé car l'Etat espagnol ne nous répond pas. Quoi que nous fassions, nous sommes dans l'unilatéralité puisque, depuis 2010, toutes nos demandes n'ont reçu que des réponses négatives, toutes nos propositions de négociations ont reçu une réponse judiciaire. Alors, malgré nous - et ce n'est pas du tout notre volonté - nous devons faire le chemin seuls vers l'indépendance.

Lorsque je me suis présenté aux élections, j'ai pris un engagement dès les premières lignes de mon programme : si nous gagnons, nous ferons du chemin vers l'indépendance et l'auto-détermination. Je suis élu et j'ai un mandat démocratique. Comme député, je suis obligé de respecter cet engagement.

Dans ce cas, un choc peut survenir entre la majorité parlementaire catalane et l'Etat espagnol ?

Si l'Etat espagnol ne change pas de tactique, s'il continue de répondre à un problème politique par le recours à la justice, alors oui, il y aura un choc. L'Etat espagnol n'est pas habitué à négocier, c'est traditionnel chez lui. Aucune colonie espagnole n'a été indépendante par la négociation, toujours par la force. Mardi encore, la procureure générale de l'Etat a menacé les institutions démocratiques catalanes. La présidente du parlement catalan, Carme Forcadell est maintenant menacée de destitution. Pourquoi ? parce qu'elle a autorisé un parlement à débattre sur un rapport parlementaire. Mais si un parlement ne peut pas débattre, à quoi sert-il ? Il y a un durcissement et je sais que cela ne va pas s'arrêter. Mais nous, nous sommes responsables devant nos électeurs. Et obligé de respecter notre mandat. Nous allons donc à un affrontement sérieux.

L'Etat espagnol prétend vouloir défendre la légalité...

Oui, ils se cachent toujours derrière la constitution. Mais cette constitution a été faite avec les fusils sur la table. Lorsque les Catalans l'ont accepté en 1978, ils avaient l'espoir qu'elle serait interprétée dans l'ouverture. Or, depuis trente ans, on assiste à une fermeture. 80 % du parlement catalan a accepté le Statut de 2006, ce Statut a été validé par référendum, même après avoir été réduit par Madrid, mais en 2010, le Tribunal Constitutionnel, formé de juges encartés au Parti populaire, a cassé ce statut en le dépouillant de l'essentiel. Pour la société catalane, un tel comportement est impossible.

Quelle est votre position face à l'Espagne ?

Je voudrais affirmer que nous ne sommes pas contre l'Espagne, nous sommes contre l'Etat espagnol. Pour nous, c'est impossible de nous confronter à l'Espagne. Mon grand-père est madrilène et les Catalans sont fortement liés à l'Espagne. Mais la vraie raison de la volonté d'indépendance, ce n'est pas le passé, c'est le futur. Nous ne sommes pas capables de voir notre avenir et celui de nos enfants dans un Etat tel que l'Etat espagnol. Certains en Espagne en sont aussi conscient et tentent de changer cet Etat, mais ils échouent. Nous, nous n'y croyons plus. Je suis le témoin direct qu'il est impossible de changer l'Espagne. Un jour, j'ai compris cela, j'ai compris que c'était fini, qu'il fallait passer à autre chose et qu'il fallait s'échapper. Ce jour-là, je suis devenu indépendantiste.

Pensez-vous qu'il est encore possible que la majorité parlementaire renonce à son projet d'indépendance, qu'elle fasse marche arrière ?

Non, c'est tout à fait impossible. Maintenant, nous devons trouver un chemin vers l'indépendance et répondre aux attaques de l'Etat espagnol. Je sais que ce sera très difficile. Je connais les ressorts de l'Etat espagnol qui n'a pas hésité à mener une « sale guerre » contre les Indépendantistes en tentant de monter des affaires de corruption. Ce sera difficile, mais nous irons jusqu'au bout parce que nous avons un mandat démocratique et nous croyons avoir une majorité sociale. Mais toute marche arrière est exclue, nous n'en avons pas le droit.

La majorité sera-t-elle assez solide ?

L'unité de notre majorité est difficile parce que la pluralité est notre richesse, c'est notre patrimoine. Bien sûr, cela est souvent délicat et provoque des problèmes, mais nous sommes tous là, réunis, dans notre diversité autour du même but. Cette transversalité est notre richesse.

Le référendum unilatéral d'indépendance est-il une arme qu'utiliseront les Indépendantistes ?

C'est un des moyens, mais ce n'est pas le seul. Il y a beaucoup de chemins possibles. Nous devons d'abord préparer les institutions du nouvel Etat et il y a trois lois en préparation sur ce sujet. Le référendum reste sur la table, il faut voir s'il est possible et faisable. Mais je veux ajouter que si l'Etat espagnol refuse le référendum aujourd'hui, c'est bien parce qu'il a peur de le perdre. C'est bien parce que nous avons une majorité sociale.

Ce combat pour l'indépendance de la Catalogne, le vivez-vous comme la continuité de votre combat, jadis, contre le franquisme ?

Quand on luttait contre le franquisme, on luttait pour des conditions démocratiques minimales. Comme le disait l'écrivain Manuel Vázquez Montalban, la lutte était plus simple. En 1975-1978, lors de la transition démocratique, on a espéré que naîtrait un projet pour un futur où toutes les nations de l'Espagne pourraient se développer ensemble et dans la liberté. On espérait un futur joyeux. Ce projet a complètement raté et l'espoir a disparu. Et nous avons mis 30 ans à nous en rendre compte. Nous aussi, Catalans, nous sommes responsables de cela. La crise actuelle est une crise de l'Espagne, pas seulement de la Catalogne, et c'est l'échec absolu de la transition démocratique. Et l'issue de cette crise sera difficile, pour nous Catalans, mais aussi pour les Espagnols.

Comment expliquer cet échec ?

L'administration espagnole est la même depuis des siècles, c'est celle des nobles et des latifundistes andalous devenus fonctionnaires, puis politiques et fonctionnaires. Tout cela est renforcé par le pantouflage. Cette oligarchie est un cancer qui mine l'Espagne depuis des centaines d'années. Dans les années 1970, on avait l'espoir de changer cette situation qui faisait de l'histoire de l'Espagne une suite de coups d'Etat et de guerres civiles. On n'y est pas parvenu parce que le parti socialiste avec Felipe González n'a pas assumé son rôle historique lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 1981, celui de porter ce projet. Au contraire, on a eu la corruption, le terrorisme d'Etat, le népotisme, l'arrangement avec les élites franquistes. On n'a pas changé la police et la justice. On a maintenu le fonctionnement traditionnel de l'Etat. On a manqué le projet.

Mais pourquoi la Catalogne indépendante pourrait-elle éviter ces travers ?

C'est difficile à dire. Peut-être ne sera-ce pas le cas. Mais l'indépendance offre un espoir, une perspective. En ayant un nouveau pays, on peut faire mieux et construire une nouvelle république, ce que l'Etat espagnol n'est pas parvenu à faire.

Vous avez vécu votre exil en France, mais on juge souvent mal l'indépendantisme catalan dans l'Hexagone où il est perçu comme un égoïsme et un danger. Comment expliquez-vous cette vision ?

La France, comme Etat, a détruit l'identité des régions qui la composent. Mais elle l'a fait au nom des valeurs républicaines. Elle y a perdu beaucoup de richesses, mais elle y a gagné des valeurs progressistes. En Espagne, cette tentative de destruction s'est fait au nom des dictatures, des rois, de l'armée et des fascistes. Je comprends que la France nous perçoive négativement. Elle voit dans l'indépendance de la Catalogne une atteinte à ses valeurs fondamentales. Mais, comme je le disais à un ami français, si la République française se sent menacée parce que la langue corse sera enseignée dans les écoles en Corse, c'est que la République française est malade. Il faut que les Français comprennent que, en Espagne, annuler la diversité n'est pas possible. La France a commencé à détruire les diversités au treizième siècle, l'Espagne au dix-huitième. Elles sont plus vivantes. Je sais qu'il sera difficile de faire reconnaître la Catalogne indépendante par la France, mais je dois ajouter que, pourtant, nous serions un voisin très convenable pour elle.

La reconnaissance internationale et européenne sera difficile...

Oui, mais si les conditions démocratiques actuelles se maintiennent - et on peut douter de cela - je crois qu'elle sera possible parce qu'il y aura un mandat démocratique clair pour l'indépendance. Un fois le jeu des intérêts en route, nous serons plus forts. Personne n'aura intérêt à ce que la situation se dégrade. Je suis confiant sur ce point, mais il faut parvenir à ce moment et donc à l'indépendance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2017 à 19:14 :
LLUIS LLACH n'est PLUS une figure morale de la société espagnole, lorsqu'on utilise son statut de figure de la chanson pour monter sur la scène et menacer les fonctionnaires qui ne respecterons pas la loi catalane :" ils vont souffrir et ils vont avoir la vie dure les fonctionnaires qui ne respecteront pas les lois de la république catalane ", mots prononcés et apparus dans toute la presse et bien à partir de ce moment on ne peut PLUS se valoir de mots tels que " democratie et état de droit"....et ladite presse catalane qui obéit à l'ordre et aux souhaits qui lui verse quelques millions par an n'a pas le droit de se dire presse mais plutôt gazette au service d'un gouvernement!!!
Réponse de le 04/09/2017 à 9:34 :
vrai comme abc la razon el mundo la cope etc etc
a écrit le 11/09/2016 à 11:31 :
Mais pourquoi la tribune et monsieur Romaric Godin ne donnent-ils JAMAIS la parole aux autres catalans... les plus de 70 % qui ne se sont pas déplacés pour participer à la mascarade de referendum organisé par les sécessionnistes ? Tous les articles sont à charge... aucunes interventions qui nous éclairent d'un autres regards qui ne soit pas sécessionniste...
Réponse de le 11/09/2016 à 20:33 :
Je me permets de répondre: c'est parce que c'est très difficile. Les indépendantistes ont mille raisons de vouloir l'indépendance, ils veulent agir sur leur avenir eux-mêmes et pas qu'on leur impose de l'extérieur.
Les unionistes n'ont rien à répondre à cela. Ils se contentent de dénigrer le camp d'en face, à la limite ils les traitent de menteurs, mais leur position est très difficile à tenir face à la calme et pacifique détermination de ceux qui veulent la liberté.
Réponse de le 13/09/2016 à 22:15 :
Timbaler del Bruc vous pensez sérieusement que les catalans non indépendantistes "n'ont rien à répondre " ? Mais M. Godin leur a-t-il jamais donné cette possibilité ? A ma connaissance non ?
Réponse de le 19/08/2017 à 19:26 :
Il faut savoir que jamais et en aucun cas les autres catalans qui ne demandons autre chose que du travail, jamais nous avons la possibilité d'exprimer nos idées, que malgré le fait que en plus d'une occasion et de deux nous avons demandé le droit à étudier dans notre langue, jamais on nous a accordé ce droit, que ces messieurs qui gouvernent la Catalogne ils ne le font que grâce à une loi electorale qui veut que un suffrage exprimé pour leur parti équivaut à un vote comptabilisé, et sur les autres catalans doivent réunir l'équivalent de 2,44 voix exprimes pour être comptabilisé comme 1 ...( point à vérifier, mais si ma mémoire est bonne c'est juste ce que je dis).... ces politiques sont en train de réécrire l'histoire tout à leur avantage, un exemple? Cette même semaine les noms de LORCA, MACHADO, QUEVEDO, GOYA, LÓPE DE VEGA ont été presenté comme des figures du franquisme et donc une pétition a été faite pour enlever leurs noms des plaques des rues catalanes.... du délire!!!!
a écrit le 10/09/2016 à 23:07 :
Merci à LLach pour cet éclairage. Ceux qui ont l'esprit suffisamment ouvert pourront peut-être en tirer quelque chose, même si cela implique de dépasser les évidences dont se soutient leur habitus.
a écrit le 09/09/2016 à 22:28 :
Message pour M. Romaric Godin. Monsieur, vous avez plusieurs fois censuré les messages de ce mauvais sujet qui se fait appeler Toni Cardona. Vous avez peut-être constaté que je ne suis absolument pas d'accord avec lui. Je me plais à chaque fois que je le croise à contredire ses affirmations et à prouver le contraire de ce qu'il avance très péremptoirement. Il a ses thèmes favoris: catalans pleurnicheurs, Espagne démocrate et décentralisée comme aucun autre pays, les indépendantistes sont d'anciens franquistes qui se cachent et sont des corrompus pour qui le procés d'indépendance n'est qu'un moyen de détourner l'attention. Autant dire que rien n'est plus facile à contrer où tout au plus à dénier toute importance à des éléments qui pour lui sont de grande importance.
Je ne suis que plus à l'aise pour affirmer que vous avez tort de le censurer. Il en tire gloire dans d'autres publications et ça me rend le travail de démontage plus difficile. Je comprends vos raisons: il est parfois difficile à supporter et souvent de mauvaise foi. Mais il a beau jeu ensuite de dire: Je suis trop fort, il ne me supporte pas, et ne peut pas me répondre.
Voilà.
a écrit le 09/09/2016 à 9:07 :
Qu'est-ce qu'une nation? Qu'est-ce qu'un peuple?
a écrit le 08/09/2016 à 21:33 :
Mais non, l'indépendance régionaliste est une maladie infantile de l'avidité de pouvoir "fraternelle", pas de la démocratie. De même que le spartakisme était une maladie infantile du communisme. Un caprice d'ego, quoi.
a écrit le 08/09/2016 à 17:57 :
@ Timbaler del Bruc : de quels coopérations voulez vous parler ?
Réponse de le 08/09/2016 à 18:44 :
Les coopérations qui sont normales entre deux pays voisins. L'élaboration de projets communs (transports, infrastuctures), commerce, industrie. Traités de coopération, etc...
La France et l'Allemangne se sont tapé dessus mutuellement pendant un siècle, ça ne les a pas empêchés de se réconcilier. Est-ce inenvisageable entre la Catalogne et l'Espagne ?
Ça permettrait en outre d'éviter le projet Castor, le plan hydrologique de l'Ebre, etc...
Réponse de le 08/09/2016 à 20:37 :
vue ce que les deux camps se lancent au visage depuis 2011 pas sur, mais bon faut esperer que ce sera le cas et esperer aussi que l'espagnol sera toujours enseigné en Catalogne
a écrit le 08/09/2016 à 17:47 :
La question qui viens tout de suite après, c'est une Catalogne dans l'UE ou pas?
Car une Catalogne "libre" croulant sous tout les traités de l'UE, avec un TAFTA pas-du-tout-enterré, et Juncker qui déclare qu'il n'y a pas de décision démocratique contre ces traité, j'y réfléchirai avant...
a écrit le 08/09/2016 à 15:41 :
Je pense qu'on ne devrait pas tarder à voir arriver Cardo qui va nous sortir ses balivernes sur le franquisme. Suffit d'attendre.
Réponse de le 08/09/2016 à 21:58 :
Où est-il passé ?
a écrit le 08/09/2016 à 14:19 :
Quand cette semaine même la procureure générale de l'Etat espagnol a menacé à nouveau les institutions démocratiques catalanes en disant que 'la loi est au-dessus de la liberté', tout est dit de la qualité du régime démocratique en Espagne. Les catalans, qui sait pourquoi, aimons trop la liberté pour que nous ayons peur aujourd'hui des menaces et représailles avec lesquelles l'État espagnol nous régale depuis des siècles.
a écrit le 08/09/2016 à 11:44 :
"Mais pourquoi la Catalogne indépendante pourrait-elle éviter ces travers ?

C'est difficile à dire. Peut-être ne sera-ce pas le cas. Mais l'indépendance offre un espoir, une perspective. En ayant un nouveau pays, on peut faire mieux et construire une nouvelle république, ce que l'Etat espagnol n'est pas parvenu à faire."

Ouhaou, à question intelligente réponse intelligente, merci beaucoup pour cet entretien, dès qu'on fait parler des gens qui sortent du ronron soporifique et mensonger politicien habituel cela devient bien plus intéressant.

En effet il n'y a qu'en essayant qu'ils verront, les prêcheurs et inquisiteurs néolibéraux peuvent continuer à brailler, ils n'ont fait que démontrer leurs compromissions et incompétences depuis la crise de 2008 ils n'ont plus aucune légitimité, c'est en avançant que l'on va quelque part.

Super entretien merci beaucoup.
a écrit le 08/09/2016 à 10:54 :
C est surtout un problème économique la Catalogne se sent volè par Madrid, et ensuite culturel, Madrid est responsable de tout ce qui ne va pas, bel exemple de bouc émissaire encouragè par la société, la solidarité a des limites pour les catalans qui se considèrent supérieur aux espagnols. Un exemple on encourage l anglais comme deuxième langue apres le catalan a l ecole au détriment de l espagnol.
Réponse de le 08/09/2016 à 21:19 :
reverjovial, vous connais pas la Catalogne. Mais sur tout connais pas la mauvais governament de Madrid. On a besoin de centaines de pages pour connaitre cet mauvais governament. Peut être vous connaissez Barcenas, Rodrigo Rato et mil autres. Les catalans ne sommes pas superieurs. Nous voulons être egals, citoyens avec droits et devoirs, comme tout le monde. Maintentat nous sommes pas citoyens, nous sommes sujets
Votre note sur la langue des ecoles et lycees montre une ignorance superlative. Je suis bien catalan, et je, comme la grande majorite de citoyens catalans voulons notres fils avec trois o quatre languages, catalan, español, angles et français. A l'ecole, les eleves catalans connaissen l'español, au moins, egal que un eleve de Madrid. Et ça est magnifique, connaitre languages est une des meilleurs choses pour aprendre un enfant. Comme vous ha dit Mr LLach, l'independence est du mauvais governament, mais le citoyens, les enterprises, nous serons bons et loyals voisins, catalans, españoles ou français. Bien sure
Réponse de le 10/09/2016 à 7:45 :
Un des meilleurs moyens que je connaisse pour que les Catalans arrêtent de pleurnicher sur les fautes des autres, c'est qu'ils soient libres de prendre les décisions qui leur conviennent eux-mêmes.
Contrairement à ce que serine une certaine propagande, les Catalans ne se croient pas supérieurs aux autres. Ils veulent être seulement un pays normal, libre de ses choix, responsable de ses décisions. Ils sont même prêts à accepter de se tromper, de faire de mauvais choix, comme tout le monde, comme tous les pays normaux. Ce qu'ils auront gagné, c'est qu'ils seront sûrs que l'état n'agit pas contre eux. !!*!!
a écrit le 08/09/2016 à 10:49 :
Comme Don Quichotte montait à l'assaut des moulins à vent Lluís Llach monte à l'assaut d'un état espagnol qui aurait été mal défranquisé. Invoquer le prétexte de Franco, mort et enterré depuis 40 ans, comme prétexte à l'indépendance catalane est totalement incongru. Par ses autonomies et son fonctionnement décentralisé l'Espagne respecte scrupuleusement ses identités régionales, les langues régionales sont pratiquées et les cultures respectées. Le fait que la revendication indépendantiste catalane relève du même mécanisme qu'en Flandre ou en Lombardie, c'est à dire le refus des régions riches et développées de transférer une partie de leurs richesses vers les régions moins favorisées est tout simplement une évidence. A ceci près qu'il est évident, dans le cas espagnol, qu'une éventuelle indépendance catalane sera un jeu perdant-perdant. A quand une revendication d'indépendance bavaroise ?
Réponse de le 08/09/2016 à 14:33 :
Loin d'être vrai, la Catalogne n'est pas une région, est une nation. De plus elle est solidaire, et elle est fière de l'être.
Point.
Réponse de le 08/09/2016 à 15:08 :
Franco est mort, mais pas le franquisme.. une loi d'amnistie ILLEGALE SELON LES NU.. protège tous les délinquants, qui ont volé et assassiné pendant le franquisme... Les juges, sont les fils de juges franquistes, il ne faut que voir les noms...les tortionnaires comme "Billy el Niño" se promènent et touchent la retraite maximale... après 40 ans de franquisme PERSONNE a été condamné...
Il y a pas mas des fils de franquiste qui ne veulent rien savoir... incongru? incongru c'est lire de conneries... qui essaient de justifier une Espagne qui est très loin d'une démocratie, avec une monarchie qui a été restauré par franco, avec une constitution que on a voté sous la menace de militaires.. On a marre de tous les fils de ... franquiste ... et de ceux qui aimeraient voire disparaître tout ce qui n'es pas EzPPaña, avec les Toros, la Fundacion Francisco Franco et le gaspillage de notre argent sur des autoroutes et vois de TGV sur des régions vides et sans activité économique tandis on ne investisse sur l'axe de la Méditerranée
Réponse de le 08/09/2016 à 15:39 :
Encore cette histoire de décentralisation ? Jusqu'à quand devra-t-on être confronté à ces âneries ? Il suffit qu'on appelle les régions des "autonomies" pour qu'on soit décentralisé ? Même si on vide le statut de tout contenu ? Même si on veut s'ingérer dans l'éducation ? Même si on invalide la moindre loi locale ? Même si on laisse les infrastructures dans un état de délabrement honteux ?
Merci de ne pas me sortir de comparaison avec la France, qui n'est pas non plus un exemple à suivre.
Réponse de le 08/09/2016 à 19:13 :
Vous dite que cela fait 40 ans que franco et mort et enterré... Effectivement cela fait plus de 40 ans que Franco repose dans Valle de los Caídos (à ses côtés se trouve également José Primo de Rivera, le fondateur de la Falange...), le mausolée qu'il a fait ériger à sa gloire, par des prisoniers républicain esclavisés. Et tous les facistes et autres nostalgiques du dictateur s'y rendent encore aujourd'hui en pélerinage pour lui rendre hommage en toute impunité (1).
En toute impunité également se promène librement les assassins des républicains et les tortionaires des opposants à la dicature, puique la loi d'amnistie de 78 qui les a blanchis (contre une simple libérations des prisonniers politiques) et toujours en vigueur et qu'ils sont même protégés par l'Etat contre les demandes d'extraditions et mandats d'arrêtes internationaux, comme c'est le cas pour Billy el Niño, ou José Utrera Molina (le beau-père de l'ex-minitre de justice... quel cynisme) (2).
Cette même impunité qui leur permet de laissser plus de 114.000 personnes dans des fosses communes, malgré les demandes répétés des familles pour recupérer les restes de leur parents victimes de la dictatures (3). L'Espagne est encore aujourd'hui le 2ème pays au monde à avoir le plus de disparus, après le Cambodge, toute une référence (4).
Et encore et toujours l'impunité qui établis des procés fantoche où des neonazis interpellés, dans le cas Panzer, avec tout un arsenal d'armes sont relaxés, parce que la propre Guardia Civil a détrui des preuves (5) et comble de l'ironie, cette même "justice" ordonne la restitution des armes (6).
Je pourrais continuer encore, mais je pense que vous en avez assez pour comprendre que si Franco est mort il bouge encore...

(1) http://politica.elpais.com/politica/2015/10/28/actualidad/1446061476_183076.html
http://www.madridiario.es/noticia/224389/madrid/cifuentes-autoriza-la-marcha-fascista-al-valle-de-los-caidos.html
(2) http://www.eldiario.es/politica/Justicia-Argentina-extradicion-exministros-franquistas_0_366063923.html
http://politica.elpais.com/politica/2014/04/30/actualidad/1398857175_118986.html
(3) http://ctxt.es/es/20160713/Politica/7243/guerra-civil-crimenes-franquismo-adriana-fernandez-argentina.htm
(4) http://www.elplural.com/2015/08/30/espana-es-el-segundo-pais-en-numero-de-desaparecidos-despues-de-camboya
(5) http://www.levante-emv.com/comunitat-valenciana/2014/07/01/guardia-civil-destruye-armas-grupo/1132049.html
http://ccaa.elpais.com/ccaa/2014/07/29/valencia/1406644268_563134.html
(6) http://www.levante-emv.com/comunitat-valenciana/2016/07/19/audiencia-ordena-devolver-deposito-nazi/1446164.html
Réponse de le 08/09/2016 à 20:13 :
Excellente analyse. Catalan de l'autre côté de la frontière je souris doucement quand on parle d'oppression centralisatrice de l'état espagnol. La catalogne actuellement est libre de parler Catalan au point même que certains cours en faculté demeurent incompréhensibles aux Espagnols, dispose d'un parlement et d'un statut d'autonomie qu'aucune région française n'approche même de loin. Essayez d'accrocher un drapeau séparatiste tel que l'Estrellada à tous les coins de rue côté français....Ceci étant, on peut certainement discuter de l'attitude de Madrid vis à vis des reliques du franquisme, mais cela vaut tout autant pour les Andalous ou les Basques. On peut aussi à loisir déclarer que la Catalogne est une nation (sur quels critères d'ailleurs?) (Merci d'éviter la question de la langue et de la littérature: ça ne suffit pas) cela ne changera nullement la réalité des choses. La Catalogne indépendante deviendrait au mieux le Luxembourg ou la Suisse, des endroits certes très agréables par certains côtés mais dont la voix au niveau mondial ne se fait guère entendre. Plutôt que de réclamer l'indépendance qui demeure de l'utopie hors guerre civile (ce qui ont envie de refaire 36 ne se bousculent pas...) il vaudrait mieux mettre à plat les problèmes et négocier avec le gouvernement central, voire en appeler aux instances Européennes si les libertés fondamentales sont en danger (ce qui semble douteux).
a écrit le 08/09/2016 à 10:37 :
tout es dit hélas dans cet article, ils feront pas machine arrière, c'est la mort de l'Espagne qui ne saura vivre sans la Catalogne
Réponse de le 08/09/2016 à 13:27 :
Et vice-versa
Réponse de le 08/09/2016 à 15:32 :
Faut pas être défaitiste. Lorsque la Catalogne sera indépendante, elle pourra maîtriser ses choix et se les financer. Et cela n'interdit pas la coopération, mais ce sera entre égaux et non pas de supérieur à inférieur.
Réponse de le 12/09/2016 à 7:26 :
@Timbaler del Bruc : la Catalogne indépendante devra surtout refinancer sa part de la dette de l'état Espagnol, part déterminée bien évidemment à due proportion de sa part du PIB espagnol. Sans bénéficier du parapluie européen évidemment, et certainement faire face à une certaine défiance des milieux financiers. Tout en devant financer les attributs régaliens d'un état (diplomatie, armée...).
Réponse de le 14/09/2016 à 12:36 :
Oui Bruno oui, mais independents!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :