Le Grèce abaisse sa prévision de croissance en 2017

 |   |  234  mots
(Crédits : Michalis Karagiannis)
La Grèce a abaissé sa prévision de croissance 2017 de 2,7% à 1,8% dans son projet de budget à mi-parcours. Jeudi, la Commission européenne avait déjà abaissé ses prévisions de croissance pour la Grèce.

La Grèce a abaissé sa prévision de croissance 2017 de 2,7% à 1,8% dans son projet de budget à mi-parcours, en raison des incertitudes provoquées par les retards accumulés au cours de la dernière revue des réformes comprises dans son plan d'aide.

Ces retards ont déjà pénalisé l'économie grecque et la Commission européenne a réduit jeudi sa prévision de croissance 2017 qu'elle estime désormais à 2,1%, contre 2,7% auparavant.

Prévisions inférieures à celles de Bruxelles

Au-delà de 2017, Athènes prévoit, dans son rapport publié samedi, une croissance de 2,4% pour l'année 2018 et de 2,6% pour l'année 2019. Ces prévisions sont inférieures à celles de la Commission européenne. Bruxelles a abaissé son estimation pour 2018 à 2,5% contre 3,1% auparavant.

Après des mois de négociations, Athènes et ses créanciers internationaux sont parvenus début mai à un accord sur les réformes exigées par ces derniers, ouvrant la voie au versement d'une nouvelle tranche d'aide et à l'ouverture de discussions sur un allègement de sa dette.

Le gouvernement grec a soumis au parlement ses nouvelles promesses de réformes -- qui prévoient aussi une libéralisation du marché de l'énergie -- et espère les voir adoptées d'ici à jeudi afin que les ministres européens des Finances puissent approuver le versement de la nouvelle tranche lors de la prochaine réunion de l'Eurogroupe le 22 mai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2017 à 23:50 :
Croissance de 2,7%??
On parle tout de même de la Grèce, qui s'enfonce depuis bientôt 7 ans dans un désastre économique et financier révoltant.
Comment oser présenter ce genre de chiffres?
a écrit le 14/05/2017 à 17:38 :
Tiens on devrait moins avoir de prêcheurs néolibéraux sur une info comme celle-ci. Eux qui adoraient nous dire que la rigueur ça marche... de 2.7 à 1.8 il y a quand même une sacré paille.

Tout ces radins qui ne veulent pas renégocier la dette des grecs alors que ceux-ci et la France aussi l'avaient fait pour l’Allemagne après guerre. Nos dirigeants seraient pires qu'à cette époque ?

"L’euro, ou la haine de la démocratie" http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie
a écrit le 14/05/2017 à 17:32 :
Les promesses ne coûtent pas cher, surtout quand on sait qu'on ne les tiendra pas, c'est pour cela que les Grecs n'en sont pas avares. J'espère qu'après les élections en Allemagne, on va les virer de l'UE :-)
Réponse de le 15/05/2017 à 0:00 :
Le prophete Patrickb nous prevoit l'avenir. Avec le Brexit emergeant, l'EU ne peut laisser tomber la grece. Trop de haine apporte l'abnegation des meme choses que le FN recycle par egarement.
Réponse de le 15/05/2017 à 8:35 :
@nikias: 1) que vient faire le Brexit ici ? La Grèce et le Royaume-Uni, c'est le jour et la nuit. 2) Encore un qui, à défaut d'arguments, voit la haine partout. Figure-toi que je (et bien d'autres probablement) suis plus pragmatique que cela: je vois mon portefeuille d'abord avant de songer à payer pour les Grecs indolents et irresponsables :-)
Réponse de le 15/05/2017 à 13:10 :
@nikais : 1) que vient faire ici le Royaume-Uni ? 2) A défaut d'arguments, on a toujours la même chanson "si t'es pas d'accord avec moi, t'es FN" :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :