Le pays d'Europe avec le taux d'impôt sur les sociétés le plus faible est...

 |   |  391  mots
Le Premier ministre Viktor Orban a annonce hier une révision du taux d'impôt sur les société (IS), abaissé à 9% en 2017.
Le Premier ministre Viktor Orban a annonce hier une révision du taux d'impôt sur les société (IS), abaissé à 9% en 2017. (Crédits : Reuters/Sergio Perez)
... la Hongrie. Le Premier ministre a annoncé un nouveau taux unique de 9% sur les bénéfices, qui devrait entrer en vigueur en 2017.

À 18 mois des élections législatives de 2018, le gouvernement hongrois a décidé de se montrer généreux, même très généreux, avec les entreprises. Le Premier ministre Viktor Orban a annoncé hier une révision du taux d'impôt sur les société (IS), abaissé à 9% en 2017.

Il s'agit du plus bas de l'Union européenne, en-dessous de la Bulgarie qui prélève 10% sur les bénéfices. Sur le reste du continent, un seul pays affiche un taux à un chiffre : le Monténégro avec 9% également, selon les données de KPMG.

Aujourd'hui, la Hongrie applique un IS de 19%. Les entreprises dont les bénéfices sont inférieurs à 500 millions de forints (1,6 million d'euros) ne sont imposées qu'à 10%. Le nouveau taux est unique, il sera donc appliqué à toutes les sociétés quelle que soit leur taille.

Quid de l'harmonisation fiscale européenne ?

Le plan annoncé par le gouvernement prévoit également de baisser les impôts sur les ménages, déjà les plus faibles d'Europe à 15%. Le parlement a déjà approuvé le budget de 2017, pour le moment le gouvernement hongrois n'a pas précisé quand un vote sur la mesure aura lieu, indique le Financial Times. Viktor Orban reflète ainsi les positions des mouvements de droite, à l'image du camp républicain aux Etats-Unis, qui ne jurent que par les baisses d'impôts massives.

En Hongrie, les indicateurs macroéconomiques se portent plutôt bien, avec un taux de croissance de 2,1% prévu pour 2016 et de 2,6% pour 2017 - soit mieux que la moyenne européenne -, et une dette en baisse évaluée à 75% du PIB. Pour autant, l'impact du nouveau taux d'imposition sur l'économie devrait être relativement faible. Les entreprises étrangères, dont les constructeurs automobiles allemandes par exemple, bénéficient déjà d'avantages fiscaux, rappelle le Financial Times.

Reste que cette initiative hongroise reflète l'attitude des Etats membres de l'UE à l'égard du dumping fiscale. Lors de l'affaire Apple, où la Commission européenne a appelé l'américain a remboursé 13 milliards d'euros à l'Irlande, des voix se sont levées à Bruxelles pour porter plus fermement l'ambition d'une harmonisation fiscale... qui se fait toujours attendre.

> Lire aussi : l'Irlande décide de faire appel pour soutenir Apple contre Bruxelles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2016 à 9:09 :
Oui, mais la TVA est a 27%.... !!! Demandez-vous pourquoi il n'y a pas de magasins à Budapest !!! Ils affichent le prix hors TVA, et quand vous avez le prix net, vous allez voir ailleurs !!!
Réponse de le 19/11/2016 à 21:17 :
A Budapest j'habite près du marché couvert Lehel. La plupart des produits alimentaires coûtent moins cher qu'en France malgré le TVA à 27%. Pas loin il y a le Westend City Center, un complexe avec 400 boutiques, avec des prix affichés TTC bien sûr. Et puis à Budapest je ne paie ni taxe foncière, ni taxe d'habitation ni redevance TV. La carte de stationnement résidentiel me revient à moins de 7 € par an!
Réponse de le 20/11/2016 à 21:01 :
@expatrié, c'est bien, la vie est belle en Hongrie. Facile avec les 3 milliards d'euros par an que ce pays reçoit de la part des pays contributeurs nets de l'UE, comme la France...3 milliards pour 10 millions d'habitants...
a écrit le 19/11/2016 à 1:37 :
Il est très bien cet homme : il battrait l'Irlande et le Luxembourg. Un futur président de l'eu, c'est clair.
a écrit le 18/11/2016 à 15:55 :
LE néolibéralisme adore l'extrême droite, si nos médias de masse arrêtaient de confondre parti d'extrême droite avec des partis anti-système alors que c'est l'inverse, bref si les médias faisaient preuve d'un minimum d’honnêteté tout ces partis ne feraient pas des scores aussi honteusement élevés.

Mais bon l'oligarchie préfèrera toujours le fascisme à la redistribution pourtant seule solution pour sauver l'économie.
Réponse de le 18/11/2016 à 16:19 :
@citoyen blasé : tu nous fais encore une crise de persécutionnite ? Pas besoin d'être d'extrême droite pour faire des promesses électorales, ils en font tous, y compris tes potes du ps :-)
Réponse de le 19/11/2016 à 1:38 :
Encore bien vu, Citoyen. L'extrême est dans les gènes du capitalisme. Alors, malheureusement, nous y sommes condamnés.
Réponse de le 06/12/2016 à 12:48 :
Orban n'est pas d'extrême droite mais de droite. Le jobbik s'est l'extrême droite tandis que le fidesz s'est la droite. La politique économique d'orban comprends des éléments libéraux notamment sur le plan fiscal mais d'autres éléments de cette politique économique ne sont pas du tout libéraux comme le contrôle de prix dans certains secteurs.
La baisse des impôts fait depuis longtemps parti du programme du fidesz.
Avant qu'orban arrive au pouvoir, l'oligarchie hongroise était de gauche. C'était les anciens communistes devenus socialistes qui contrôlaient le pays. Orban a viré cette oligarchie pour la remplacer par une nouvelle proche de son parti . Orban n'est pas un bon premier ministre contrairement aux fantasmes de certains ici mais bon, il est toujours meilleur que la gauche qui a totalement ruiné le pays.
Vous êtes un ignorant. Néolibéralisme mot ne voulant strictement rien dire. Quand au fascisme, ce mot a un sens historique mais la gauche a force de l'utiliser à tort et à travers. Le nazisme était anticapitaliste et a mené une politique anticapitaliste. A tel point que les nazis ont appliqué 8 points sur 10 du manifeste de marx. Les nazis quand ils ont pris le pouvoir ils ont détruit le capitalisme. Par exemple, quand un commerçant avait le malheur d'augmenter ses prix, il était envoyé à dachau. Le fascisme italien a mené une politique ultra étatiste où l'état devait tout contrôler y compris l'économie. Ce n'est pas pour rien si Keynes s'est montré si favorable au fascisme.
Dans beaucoup de pays, l'extrême droite est antilibérale. Bien sûr, vous avez du mal à accepter que l'extrême droite ait énormément de points communs avec l'extrême gauche. Comme l'ont remarqués certains politologues, la politique est comme un fer de cheval les extrêmes sont très proches. Marrant que la gauche radicale ait tant d'admiration pour le peronisme en Argentine. Alors que le peronisme à la base s'inspire du fascisme italien.
Réponse de le 06/12/2016 à 13:01 :
Vous délirez. L'extrême droite ne serait pas capable de pratiquer des politiques redistributives ? Pourtant, les nazis ont mis en place un état providence très développé. l’état providence allemand doit plus aux nazis qu’aux sociaux démocrates . lisez Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands. lisez aussi « Le Salaire de la Destruction » d’Adam Tooze qui analyse l’économie sous le Troisième Reich. lisez « Le Troisième Reich, des origines à la chute » de Wiliam Shirer et « L’Etat du peuple de Hitler. Pillage, guerre raciale et socialisme national », lisez Bolshewismus als Weltgefahr (1935) de Waldemar Gurian, Le socialisme en chemise brune de Benoît Malbranque, La Route de la servitude de friedrich Hayek.
Le fascisme comme le nazisme s'est du national socialisme ne vous en déplaise.
a écrit le 18/11/2016 à 15:49 :
Rendez vous pour un festival de barbecues chez Monsieur Orban,
car là on grille!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :