Le Portugal réduit son déficit public sous les 3 % du PIB

 |   |  440  mots
Nous avons finalement placé le pays parmi ceux qui respectent leurs engagements. C'est essentiel pour notre crédibilité, s'est félicité devant la presse le ministre des Finances Mario Centeno.
"Nous avons finalement placé le pays parmi ceux qui respectent leurs engagements. C'est essentiel pour notre crédibilité", s'est félicité devant la presse le ministre des Finances Mario Centeno. (Crédits : Reuters)
Depuis le retour de la démocratie en 1974, c'est la première fois que le pays voit son déficit public passer sous la barre fixée par la zone euro. Il atteindra 2,1% contre 4,4% en 2015. Un chiffre qui s'explique en partie par la chute de l'investissement public. En revanche, la dette a augmenté d'1,4 point pour atteindre 130,4% du PIB.

Le Portugal a réduit son déficit public à 2,1% du PIB en 2016, après un déséquilibre de 4,4% l'année précédente, a annoncé vendredi l'Institut national des statistiques, confirmant ainsi les prévisions du gouvernement socialiste. Ce pays lourdement endetté, qui s'était engagé auprès de Bruxelles à ramener son déficit à 2,5% du PIB, est ainsi passé pour la première fois sous la barre des 3% fixée par les règles de la zone euro.

"Nous avons finalement placé le pays parmi ceux qui respectent leurs engagements. C'est essentiel pour notre crédibilité", s'est félicité devant la presse le ministre des Finances Mario Centeno. Il avait affirmé dès la mi-février que le déficit de l'an dernier ne serait "pas supérieur à 2,1%" du PIB, soit le plus bas depuis l'avènement de la démocratie en 1974.

Vers une sortie de la procédure de déficit excessif?

Le vice-président de la Commission européenne chargé de l'euro, Valdis Dombrovskis, avait affirmé par la suite qu'en cas de "correction durable" du déséquilibre de ses comptes publics, le Portugal pourrait sortir de la procédure de déficit excessif "au printemps". "Le Portugal sortira enfin de la procédure de déficit excessif et, au cours des prochaines années, le déficit restera nettement en dessous de la limite qui nous est imposée", a assuré vendredi Mario Centeno. La dette publique s'est toutefois alourdie l'an dernier à 241 milliards d'euros, soit 130,4% du PIB, contre 129% fin 2015.

En 2016, le déficit public du Portugal s'est établi à 3,8 milliards d'euros, contre 7,8 milliards en 2015, "sous l'effet conjugué d'une réduction des dépenses (-3,8%) et d'une hausse des recettes (+0,9%)", a précisé l'office statistique. Ce résultat est dû notamment à la forte chute de l'investissement public (-31,8%).

Le gouvernement se fixe un objectif de 1,6% pour 2017

Dans son budget de l'Etat pour 2017, le gouvernement socialiste prévoit de ramener le déficit à 1,6% du PIB cette année. Moins optimiste, la Commission européenne table sur un déséquilibre de 2%. Frappé de plein fouet par la crise de la dette de la zone euro, le Portugal a dû appliquer une sévère cure de rigueur budgétaire en échange d'un plan de sauvetage financier de 78 milliards d'euros, accordé en 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

Le pays a alors connu trois années de récession avant de renouer avec la croissance en 2014. En 2016, l'économie portugaise a légèrement ralenti son rythme de croissance, avec un PIB en hausse de 1,4% après une progression de 1,6% l'année précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2017 à 14:07 :
Voilà une démonstration magistrale de la stérilité néolibérale, son déficit public baisse mais sa dette augmente.

L'UE impose des politiques d'austérité aux peuples européens pour seulement engraisser ses banquiers.

CQFD
a écrit le 25/03/2017 à 20:58 :
Ce que ne dit pas l'article : de très nombreux portugais quittent leur pays pour venir en France....alors faire financer les aides sociales par d'autres permet de réduire les dettes chez soi....
Réponse de le 26/03/2017 à 11:27 :
En même temps il y a beaucoup de français qui partent au Portugal pour y passer une retraite paisible, sans avoir le fisc sur le dos.
Et sans compter les centaines de milliers de français qui travaillent en Suisse, Luxembourg ou en Allemagne. Sans cela la France serait déjà ruiné!!!
Réponse de le 26/03/2017 à 11:29 :
En même temps il y a beaucoup de français qui partent au Portugal pour y passer une retraite paisible, sans avoir le fisc sur le dos.
Et sans compter les centaines de milliers de français qui travaillent en Suisse, Luxembourg ou en Allemagne. Sans cela la France serait déjà ruiné!!!
a écrit le 25/03/2017 à 14:32 :
Si je comprends bien, les portugais vont mourir guéris !!!!
a écrit le 25/03/2017 à 8:35 :
Chute des investissements publics ? Est-ce une bonne chose ? Plutôt inquiétant tout cela.
a écrit le 25/03/2017 à 6:44 :
Hum...faut il être content que le Portugal ait réduit son déficit public au prix d'une dette qui continue de s'alourdir et d'un matraquage de son peuple ?

On voit bien que cette règle des 3% ne sert pas à grand chose.

On sait très bien que cette règle est uniquement faite pour désengager l'état de certains services pour les ouvrir au marché privé. Resultat un peu partout : les peuples rament, la récession guette ou s'installe de manière structurelle, les investissements des états pour leur développement sont au point mort et la dette augmente.
Réponse de le 25/03/2017 à 10:28 :
Et donc il y a d après vous aucune limite au déficit ? Mais alors pourquoi toute les relances depuis 40 ans amènent des résultats désastreux ? Ce souvenir de la relance de 1981 sous Mitterrand qui amena 3 dévaluation en deux ans et un déficit commercial catastrophique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :