Les producteurs de lait européens appellent... le pape à la rescousse

 |   |  444  mots
À l'issue de l'audience, les producteurs de lait ont offert au souverain pontife un panier de produits équitables.
À l'issue de l'audience, les producteurs de lait ont offert au souverain pontife un panier de produits équitables. (Crédits : Alberto Pizzoli)
Une délégation de producteurs de lait européens est allée chercher, ce mercredi 27 janvier, l'aide du pape au Vatican. Ils lui demandent d'intervenir contre une "surproduction catastrophique" qui fait chuter les prix et leur cause une perte de revenus.

Lundi 25 janvier, les producteurs de lait ont pris part aux manifestations d'agriculteurs en France, notamment en Bretagne et dans le Poitou-Charentes, pour dénoncer la baisse des prix agricoles. À l'échelle de toute l'Europe, face à la baisse annoncée des prix du lait, ils ont une toute autre stratégie : appeler le pape à l'aide. En effet, ce mercredi 27 janvier, une délégation de 140 producteurs européens de lait, venus de 12 pays différents, s'est rendue au Vatican pour remettre au souverain pontife des lettres de protestation contre la « surproduction catastrophique » et la chute des prix du lait qui mettent en danger le secteur. Membres de l'European Milk Board, une association européenne indépendante politiquement, ils demandent au pape, engagé à la fois pour l'écologie et la justice sociale, d'intervenir en leur faveur auprès des gouvernements et de la Commission européenne. Les producteurs lui ont demandé un nouvel entretien avec lui, de manière plus privée, dans les mois à venir. Boris Gondouin, un agriculteur membre de la délégation, a confié à Francetv info :

« Aujourd'hui on se rend compte que le pape, lorsqu'il ne parle pas de religion, parle exactement comme nous. Il est très proche des citoyens et il veut que chaque pays puisse se nourrir. »

« Les marchés sont inondés »

Selon l'agence I.Media, spécialisée dans les affaires vaticanes, le pape a affirmé soutenir leur combat et s'engager à les rencontrer plus longuement « dans les six mois à venir ». La délégation, venue de la France à la Lituanie, a participé à l'audience hebdomadaire sur la place Saint-Pierre, et a reçu la bénédiction du pape. Un petit groupe de cinq producteurs a pu aller saluer brièvement le dirigeant du Vatican d'origine argentine à l'issue de l'audience et lui ont offert un panier garni de produits équitables. Dans l'une des lettres en question, Schöpges Erwin, un producteur belge, dénonce les politiques à la source de leur préoccupation :

« Nos décideurs nationaux et européens ont libéralisé les marchés, conduisant à une surproduction catastrophique du lait. Cette politique est favorable uniquement aux multinationales. »

Il ajoute :

« Les producteurs disparaissent car les marchés sont inondés et les prix sont tellement bas qu'ils ne parviennent pas à nourrir leurs familles. »

« À plusieurs reprises, le pape nous a encouragés, a ensuite raconté Schöpges Erwin à I.Media. Il nous a dit : "Je vous soutiens dans votre combat, surtout n'arrêtez pas, continuez !" » Selon l'European Milk Board, les prix du lait ont chuté de 30 à 40 % en Europe. Dans de nombreux pays, il est tombé à 25 centimes le litre, alors que les coûts de production dépassent les 40 centimes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2016 à 11:43 :
les eleveurs francais avaient tres vivement proteste contre la mise en place des quotas laitiers il y a une trentaine d annees, ces quotas avaient pourtant permis au plus grand nombre de maintenir leur activite. depuis le 01 04 2015 ils ont ete supprimes.... ajoutes a
l embargo des russes il ne faut pas etre surpris du grave probleme de surproduction....
beaucoup d eleveurs vont devoir faire des choix douloureux, soit se reconvertir, soit baisser considerablement leurs couts [ notamment au niveau de leurs materiels]....
a écrit le 28/01/2016 à 10:14 :
un bilan tres négatif de la politique destructrice pour nos agriculteurs qui ont le soutien de la population n en déplaisent aux élus
a écrit le 28/01/2016 à 9:47 :
Bonjour! Je m'adresse ici à Booboo (et pmpmfo qui met le doigt là où il faut), et aux autres qui voudront bien me lire : la crise des agriculteurs n'est pas de la responsabilité de l'Elysée, mais bien de l'UE. Ce sont les traités européens (précisément les articles 38 et 39 du Traité de fonctionnement de l'UE) qui verrouillent complètement les marges de manoeuvres des agriculteurs, qui forcent la mise en concurrence entre petits producteurs et gros groupes, et en lissant les prix par le bas. Vous aurez beau crier sur le président, même aller voir le pape, au pire il vous sortiront des excuses et des promesses bidon, au mieux ils ne vous répondront même pas parce qu'ils ne peuvent rien faire. Avez-vous une seule fois entendu Stéphane Le Foll parler de ces articles ? Non ! Posez-vous les bonnes questions...
Réponse de le 28/01/2016 à 10:34 :
La main invisible d'Adam Smith a sûrement plus à voir avec le problème que les voix du Seigneur qui comme chacun devrait savoir sont impénétrables
Réponse de le 28/01/2016 à 10:49 :
@ffreeman je ne comprends ni le rapport avec Adam Smith (il n'y a aucun cercle vertueux possible avec les contraintes imposées par l'UE), ni avec le "Seigneur" puisque cette affaire n'est pas religieuse... Vous pouvez élaborer ?
a écrit le 27/01/2016 à 23:26 :
@ BONSOIR ! Messieurs les agriculteur, adressez vous au responsable de votre ruine directement à l'Elysées. Le responsable de ce désastre c'est l'embargo décrété stupidement par monsieur Notre Président Normal : La RUSSIE était notre principal importateur de nos produits agricoles donc en réponse à Monsieur notre Président Normal monsieur POUTINE a décrété l'embargo sur les produits français cet embargo a été décrété par monsieur notre Président Normal en exécution des instructions reçues des U.S.A. aux intérêts économiques français notre Président Normal a préféré défendre les intérêts stratégiques des américains .....donc agriculteurs débrouillés n'oubliez pas que la ruine vous guette et ce n'est pas fini le traité entre l''EUROPE et les U.S.A ouvre grand la porte aux productions agricoles américains de médiocre qualité !
a écrit le 27/01/2016 à 20:24 :
Que fait l'europe pour contraindre les grands groupes laitiers qui eux s'entendent comme des larons en foire,puisque les prix sont identiques,comme chez les vendeurs de carburant,etonnant la position de l'europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :