Lobbying à Bruxelles : Goldman Sachs a multiplié ses dépenses par 14 en un an

 |   |  405  mots
Goldman Sachs participe au processus d'élaboration des politiques de l'Union européenne, avec les responsables et/ou membres du personnel des institutions de l'Union européenne, est-il indiqué dans le registre de transparence.
Goldman Sachs participe au processus d'élaboration des politiques de l'Union européenne, avec les responsables et/ou membres du personnel des institutions de l'Union européenne", est-il indiqué dans le registre de transparence. (Crédits : reuters.com)
Goldman Sachs a dépensé plus de 700.000 euros en 2014, selon le registre de transparence de l'Union européenne, après n'avoir déclaré que 50.000 euros en 2013. Plusieurs autres banques ont officiellement investi des sommes plus importantes l'année dernière.

A Bruxelles, les investissements dans le lobbying ne connaissent pas la crise. Goldman Sachs a dépensé entre "700.000 et 799.000 euros" pour ses activités de lobbying à Bruxelles, selon le Registre de transparence de la Commission européenne. La banque américaine aurait donc multiplié ses dépenses par quatorze en un an. Du moins, officiellement.

Goldman Sachs, non inscrit dans le Registre de transparence en 2013, avait en effet assuré avoir investi 50.000 euros cette année-là dans le lobbying, selon le Financial Times.

Mais, en janvier, l'ONG Alter EU avait accusé la Commission d'échouer dans sa mission sur la transparence financière des lobbies, en ne révélant pas le nom et les opérations de nombre d'officines. Pour ne rien arranger, selon l'ONG, quelque 150 officines et autres cabinets conseils - figurant, eux, sur le registre de la Commission- n'auraient toujours pas donné les noms de leurs clients...

Concernant Goldman Sachs, Alter UE estime que ses déclarations comptables ne reflètent pas son périmètre d'action véritable, assurant qu'elle employait alors plusieurs autres entreprises pour faire pression en son nom.

La banque suisse UBS aurait, elle, multiplié ses dépenses par 17

Le Financial Times rapporte également que les dépenses en lobbying des établissements financiers ont augmenté en 2014, sur un an. Ainsi, les dépenses de la banque suisse UBS, qui n'avait pu éviter une sanction financière de la Commission européenne pour entente illicite en 2014, sont passées de 100.000 euros à 1,7 million en 2014. Les sommes investies par Deutsche Bank (qui est dans une situation on ne peut plus difficile) auprès des institutions de l'Union sont passée de 2 à 4 millions d'euros.

Pour rappel, de nouvelles règles interdisent désormais les rencontres entre les représentants des sociétés d'une part, et les commissaires européens, membres de cabinets et hauts fonctionnaires, d'autre part. Sauf si celles-ci sont inscrites dans le Registre de transparence, une mesure appliquée le 1er décembre 2014 - Goldman Sachs s'est inscrit fin novembre.

Cette nouvelle réglementation européenne a toutefois conduit les lobbies à faire preuve de plus de transparence. En 3 mois, 700 de plus se sont inscrits sur le registre, rapporte Le Point. Qui précise que le nombre de groupes d'intérêt œuvrant sur le marché de l'influence dans les couloirs de Bruxelles est estimé entre 15.000 et 30.000 lobbyistes. Ce simple écart d'estimation en dit long sur le chemin qu'il reste à faire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2015 à 22:28 :
30000 lobbyistes pour 28 commissaires europeens, faut pas trop s'etonner du resultat en termes de "democratie"...
a écrit le 29/04/2015 à 17:56 :
Surtout que des anciens de GS arrivent à des postes cruciaux dans certaines instances importantes.
Et puis certains hauts fonctionnaires pointus de Bruxelles se voient offrir des ponts d'or par ce lobbying puisqu'après seulement 14 ans de carrière ils peuvent bénéficier d'une retraite complète or ils ne sont pas bien usés par la tache et peuvent envisager une deuxième carrière dans le "privé".
a écrit le 29/04/2015 à 16:10 :
Goldman, UBS, Deutsch Bank que des gens qui n'on rien a ce reproché. Pas étonnant que ces sociétés pris la main dans mi pot de confiture. Ne payent Qu'une misère. Après on va nous expliquer que les Euro-septiques ne comprennent rien!!!!
a écrit le 29/04/2015 à 15:25 :
Corruption à tous les niveaux, à tous les étages, fuyons cette Europe là, vite pendant qu'il est encore temps.. Avec un parti qui s'impose, rare, unique, exigeant, l'UPR de François ASSELINEAU ; paraphrasant SANNAT, il est déjà trop tard..
a écrit le 29/04/2015 à 15:08 :
Vu ce que Goldman Sachs a magouillé en Grèce ils devraient être interdit à Bruxelles Mais c'est vrai qu'ils y ont leur petit copain en particulier M DRAGHI! L'Europe c'est la caricature de la Démocratie en réalité les seuls personnes écoutées sont les lobbyistes quant au vote des citoyens la commission s'assoit dessus
a écrit le 29/04/2015 à 13:46 :
On comprend qui dirige vraiment... Comme dit la Mafia, "Tout "homme" a..." A la différence près qu'ils risquent leur vie, eux.
a écrit le 29/04/2015 à 13:15 :
J'espère que ces dépenses ne sont pas déductibles fiscalement.
Parce que, à la fin, c'est nous qui payons pour leurs c...ries.
a écrit le 29/04/2015 à 12:30 :
Jamais la Commission de Bruxelles n'aura porté son nom aussi cher !

Que de commissions dollars abondants pour les commissaires qui organisent la pauvreté en europe ;

Moscovici et ses semblables ne sont pas dans le besoin, assurément ;
a écrit le 29/04/2015 à 12:23 :
Sans même avoir lu l'article, je démens toutes ces informations.
a écrit le 29/04/2015 à 12:20 :
Cela en dit, également, long sur le pataquès qu'est devenu Bruxelles.. Car, enfin, tous ces cadres sup font bien quelque chose avec quelqu'un?
a écrit le 29/04/2015 à 12:02 :
Tiens, il y a du lobbying à Bruxelles? Tiens Goldman Sachs en ferait parti?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :