Macron à Berlin : comment et quoi négocier avec Merkel ?

 |   |  1047  mots
(Crédits : Hannibal Hanschke)
En refusant d'annoncer pendant la campagne une épreuve de force avec l'Allemagne, comme l'ont fait d'autres candidats, Emmanuel Macron s'est attiré les grâces des dirigeants de Berlin. Il n'aura pas la tâche facile pour autant, même si la situation politique révélée par l'élection présidentielle lui donne des armes pour faire bouger l'Europe.

Lui président, son premier appel téléphonique serait pour Angela Merkel. Ainsi l'avait promis le candidat Macron. On n'en attendait pas moins de celui qui a placé toute sa campagne sous le signe d'une relance du projet européen et de l'amitié franco-allemande au point de tenir son grand discours de campagne sur l'Europe... à Berlin, le 10 janvier, devant le public conquis d'avance de l'université Humboldt.

Deux mois plus tard, il engrangeait non pas le soutien, mais au moins la faveur d'être reçu par la chancelière. Son ancien homologue au ministère de l'Économie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, alors encore président du SPD, n'avait quant à lui pas hésité à s'affranchir de toute loyauté partisane en le soutenant... alors même que Benoît Hamon était le candidat officiel du parti socialiste. Pour finir, la frayeur suscitée par l'« hypothèse Le Pen » avait amené pratiquement toute la classe politique allemande à espérer son succès.

Aura-t-il pour autant la tâche plus facile quand il s'agira d'entamer des discussions avec celle qui domine depuis douze ans la politique européenne et pourrait bien réussir l'exploit d'enchaîner à la fin de l'année un cinquième mandat de chancelière ? Certes, l'alerte populiste en France donne des armes à Emmanuel Macron pour exiger une réforme de l'Europe et du fonctionnement démocratique en zone euro. Mais avec l'Allemagne, ce n'est pas aussi simple.

Donner des gages plutôt que d'user de la légitimité de l'élection

Au lieu d'établir un rapport de force ex ante comme l'avait tenté Jean-Luc Mélenchon avec son « plan B » de sortie de la France de la zone euro, ou, sur un registre moins frontal, Benoît Hamon avec son « traité pour la démocratisation de la zone euro », Emmanuel Macron a préféré promettre qu'il rechargerait dans un premier temps son crédit politique auprès de ses partenaires. « Nous, Français, devons restaurer la confiance avec les Allemands en faisant des réformes sérieuses », avait-il déclaré à Berlin.

Le président a donc délibérément décidé de ne pas user de la légitimité du suffrage universel pour entrer dans le jeu diplomatique franco-allemand, et à commencer par donner des gages. On peut le comprendre. Son prédécesseur François Hollande s'y était risqué, demandant avant son élection en 2012 un grand plan de relance européen et une renégociation des traités, qui, ni l'un ni l'autre, n'ont abouti.

Une réforme de la zone euro ?

Emmanuel Macron a donc des raisons de redouter d'aller à Berlin affublé de ce qui ne manquera pas d'être présenté par certains en France comme la promesse d'une politique d'austérité. Une posture délicate pour le président de la République dans le climat d'euroscepticisme ambiant, alors qu'on ignore encore à quoi pourrait ressembler sa majorité de gouvernement à l'Assemblée nationale.

Exprimé lui aussi pendant la campagne, le souhait d'une réduction de l'excédent budgétaire allemand, qui ne peut passer que par une augmentation des dépenses à Berlin, semble difficile à réaliser à court terme : la « flexibilité » de la Commission européenne à l'égard du « surplus » allemand a pour contrepartie sa souplesse vis-à-vis des déficits français. Et une alliance au Sud semble difficile alors que l'Espagne est à nouveau dirigée par la droite et que l'Italie, plus fragile que jamais, se prépare à de nouvelles élections au début de 2018.

Fidèle à sa logique, le ministre CDU des finances Wolfgang Schäuble a insisté jusqu'à présent sur un surcroît d'« automaticité », autrement dit de dépolitisation du contrôle des budgets nationaux et des éventuels transferts financiers supplémentaires entre membres de la zone euro qui pourraient être facilités par la création d'un budget commun pour les Dix-Neuf. Le débat sur les deux propositions phares du candidat Macron, la création d'un poste de ministre des finances et celle d'un parlement de la zone euro, reste très ouvert et prendra certainement des mois à mûrir, une fois le nouveau gouvernement en place à Berlin.

Signe que tout n'est pas figé de l'autre côté du Rhin, une pétition en ligne récemment lancée par deux élus Verts - dont le député européen Sven Giegold, et soutenue par des universitaires, des leaders syndicaux ou d'anciens responsables politiques sociaux-démocrates - demande explicitement à tenir compte des craintes d'hégémonie allemande exprimées pendant la campagne électorale française, et de saisir la chance de l'arrivée d'un président pro-européen en France pour consentir à une réforme en profondeur de la zone euro.

Voilà qui place le président devant un dilemme : dans la campagne électorale allemande va-t-il décider de jouer la neutralité, de prendre ouvertement parti pour ceux, sociaux-démocrates et Verts, qui se montrent plus réformistes, et feront campagne contre le parti de la chancelière, ou entamer des discussions avec celle-ci, comme si de rien n'était.

Délicate concurrence entre Paris et Francfort

Autre sujet brûlant et urgent : les effets du Brexit sur la concurrence entre les places financières de Paris et de Francfort. Berlin a déjà demandé à déplacer l'Autorité bancaire européenne, qui ne pourra rester à Londres, dans la capitale du Land de Hesse, également siège de BCE. La place de Paris est vent debout contre ce projet.

Mais le gouvernement Hollande s'étant déjà lancé dans une campagne pour installer à Lille l'Agence européenne du médicament, également appelée à quitter Londres, le prochain gouvernement devra rapidement prendre position sur la question, maintenant que la négociation du Brexit est lancée.

Enfin, à l'instar de François Hollande, qui avait trouvé avec la chancelière un terrain d'entente fructueux pour tenter de geler le conflit ukrainien, le président Macron sera vite confronté à la nécessité d'oeuvrer à la convergence des intérêts diplomatiques et stratégiques avec sa partenaire. Sa première visite à Berlin, annoncée pour les tout prochains jours, précédera de peu le sommet de l'OTAN à Bruxelles, le 25 mai, en présence des présidents américain et russe, Donald Trump et Vladimir Poutine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 0:52 :
Ce bon vieux Romaric godin me menque énormément
a écrit le 17/05/2017 à 0:51 :
On ne négocie pas avec Merkel et son ministre des finances. On leur obéit
a écrit le 16/05/2017 à 15:18 :
Il sera intéressant de voir l'attitude de poutine à Bruxelles avec la réunion de l'OTAN!
a écrit le 16/05/2017 à 13:15 :
Si M. Macron pense faire les yeux doux à la Mme Merkel il se fourre le doigt dans le nez, sil pense pouvoir amadouer les règles de comptabilité il se trompe, s'il pense faire de l'Europe une Europe française, il va au conflit, ce qui risque de se passer c'est que l'Allemagne quitte l'euro, je ne donne pas cher entre la chancelière et le président français.
a écrit le 16/05/2017 à 10:58 :
Pourquoi toujours se croire au bord du clash avec les Allemands ? C'est tout le contraire : l'Europe ne fonctionne bien que quand la France et l'Allemagne s'entendent bien, et tout le monde le sait depuis longtemps. De Gaulle le premier. L'Allemagne ne veut pas écraser la France : elle en a bien trop besoin. Et nous avons besoin d'eux aussi : c'est notre premier marché.
Et puisqu'on on forme un couple, autant se marier : fusionnons les deux pays. Avec une structure fédérale, qui est déjà là en Allemagne. Et bientôt en France?
a écrit le 16/05/2017 à 9:19 :
Négocier? Avons nous la liberté de négocier? Sommes nous souverain ou sous tutelles? Nous négocions notre tutelle!
Réponse de le 16/05/2017 à 14:36 :
Vous racontez n'importe quoi.
La France a signé le traité de Maastricht, la Commission vérifie que nous respectons notre engagement.
Merkel dit ok pour changer les traités mais pas envie de revivre le psychodrame de 2005.
Il n'y a pas de tutelle, il n'y a que le respect des engaments pris, et la clairvoyance de partenaires qui ont -eux- la mémoire du passé.
a écrit le 15/05/2017 à 23:10 :
Certains commentateurs font croire que la capacité de se réformer est un privilège français, mais on a pu voir ce soir les investitions des Espagnols dans leurs vignobles, et leur confrères français vidant les étagères des supermarchés pour se débarasser d'une concurrence plus compétitive. Et on sait bien que le nombre des robots dans la production allemande dépasse de loins celui des robots utilisés dans les usines françaises. Ceux qui ont déjà fait des réformes ne vont que sourire s'ils entendent les reproches d'un manque de réformes de la part de ceux qui tardent de les faire.
Réponse de le 17/05/2017 à 0:58 :
Il ne faut pas oublier que la "concurrence plus compétitive" des produits agricoles espagnols (et italiens, et grecs) n'est pas due à des robots mais au travail des immigrés presque réduits à l'esclavage,
cela permet à la grande distribution de tirer des bénéfices juteux tout en proposant des prix bon marché et à l'exploitant de gagner plutôt correctement sa vie.
il y a eu énormément de scandales en Espagne, Italie et Grèce et il faut se soyuvenir que ceux-ci ne sont que le sommet de l'iceberg
a écrit le 15/05/2017 à 18:34 :
Macron lui demande les Allemands d'investir encore dans l'economie francais, le mediant. Parce que la France c'est en faillite analoque aux Crecs.
a écrit le 15/05/2017 à 18:29 :
Macron tres bien recu a Berlin pas vu ca depuis Petain
Réponse de le 16/05/2017 à 14:44 :
Pour votre culture, Pétain n'a jamais été à Berlin (en tant que chef d'Etat, avant je ne sais pas).
Si Macron peut s'y rendre (comme tous les présidents s'y sont rendus), c'est bel et bien car nous sommes dans une relation d'égal à égal, n'en déplaise aux complotistes.
a écrit le 15/05/2017 à 17:55 :
« Nous, Français, devons restaurer la confiance avec les Allemands en faisant des réformes sérieuses » .

:" Tu feras la reforme du travail comme promis Emmanuel ,hein ?, cette fois-ci tu as l'aile droite du PS avec toi, le centre droit , des LR ,les CSP+ et des retraités aisés , alors pas bêtises Emmanuel ,sinon...."
"Oui,madame ,je vais même mettre en plus la version 3 ,je trouvais l'autre trop molle et en cas de défection sur le vote , nous aurons des députés LR en soutien ,sinon, j'ai prévu les ordonnances ,j'ai tout cloisonné ne vous inquiétez pas.Nous aussi ,nous aurons bientôt des salariés flexibles,malléables et sans droit ,comme vous ".

"Bien mon petit ( pincement de lobe de l'oreille )."
a écrit le 15/05/2017 à 17:35 :
Pour pouvoir négocier quelque chose, il faut être sur un pied d'égalité.
Je doute que notre Président puisse changer les choses en Europe (quels changements d'ailleurs ?) tant que la France n'aura pas effectué les réformes internes et structurelles nécessaires.
Je souhaite vivement que notre Président puisse arriver à réformer mais on peut se poser la question sur sa réussite quand on constate la résistance au changement qui prévaut dans notre pays. Les extrémistes de tous bords (FN, LFI, NPA, LCR) savent manipuler les gens de façon très structurée sur ces peurs.
Cordialement
Réponse de le 15/05/2017 à 18:07 :
@Bernardino: j'entends toujours parler des partis qui manipuleraient les gens sur des peurs, mais quand on écoute bien, ce sont ceux qui sont contre lesdits partis qui soulève lesdites peurs si tel ou telle arrivait au gouvernement ? Je crois surtout que les gens ont peur d'un nouveau Hollande qui aggraverait le chômage, augmenterait encore un peu plus les taxes et impôts, ouvrirait en grand les portes à l'immigration incontrôlée et offrirait des avantages dont les Français ne bénéficient pas tout en payant pour lesdits avantages. Conclusion: la peur, c'est celle du lendemain incertain pour les siens, pas la peur dont on nous rabat les oreilles :-)
a écrit le 15/05/2017 à 17:18 :
Peut-on imaginer de Gaulle le lendemain de son élection allez prendre ses ordres chez
les Allemands ? Évidemment non, Macron va demander de l'aide pour obtenir une mini relance budgétaire qu'il utilisera pour les législatives. Merkel va lâcher des miettes et dans quelques semaines, Macron se retrouvera devant son propre bilan de ministre des finances. dette au top, chômage et déficits qui dépassent la fameuse barre des 3 %.
a écrit le 15/05/2017 à 16:08 :
Il faut s'attendre a ce qu'il nous dise que c'est la faute aux autres s'il n'a pu rien faire, mais surtout ne pas quitter cette zone administrative (UE de Bruxelles) qui a conçu son programme!
a écrit le 15/05/2017 à 15:42 :
P.S.: Finalement le pays le plus anti européens semble est bel et bien être l'allemagne.
a écrit le 15/05/2017 à 15:40 :
Merci pour cet article.

Pour quoi faire ? Justement un autre article de la tribune, hasard du timing, répond en grande partie à ce qu'il conviendrait que les dirigeants allemands fassent: "Pour le FMI, l'Allemagne doit investir et augmenter les salaires"

Or cet article est clair également dans la volonté des allemands de ne surtout rien faire, ils veulent réformer l'europe mais sans faire quoi que ce soit autant donc dire que quand ces dirigeants allemands parlent de réformes c'est une énième fois pour les autres mais certainement pas pour eux.

Si macron veut redonner vie à l'europe il va falloir sérieusement bousculer l'oligarchie allemande solidement et confortablement installée sur ses lauriers, autant dire mission impossible. Seule une menace française de la sortie de l'UE pourrait faire bouger le diplodocus allemand

On est mal barré.
Réponse de le 16/05/2017 à 12:02 :
Oligarchie allemande ? Fille de pasteur de RDA c'est un oligarque ???
L'Allemagne est un grand pays, responsable, et on ne négocie pas entre Etat en faisant un tel chantage ("on fait comme je veux sinon je quitte l'Europe").
C'est une vision très simpliste des relations internationales.
Cela peut marcher comme cela dans les bar ("une bière en vitesse où je me tire") mais pas dans un contexte pareil.
Réponse de le 16/05/2017 à 13:48 :
"Oligarchie allemande ? Fille de pasteur de RDA c'est un oligarque ???"

Votre spécialité étant de ne pas comprendre volontairement je l'espère je vous explique:

Merkel n'est pas oligarque ce n'en est qu'une fidèle servante mais c'est pas elle qui décide c'est elle qui se fait la porte parole de l'oligarchie qui par définition est discrète.

Le reste de votre charabia étant votre bavardage pouvez donc nous dire ce que vous proposer pour sortir de cette crise économique européenne et mondiale svp ?

Ben non vous n'avez rien à proposer car représentant de l'oligarchie celle-ci à tout intérêt à ce que la croissance plonge car plus la crise économique est profonde et plus les milliardaires gagnent d'argent.

Enfin vous avez déjà arrêtez de m'insulter et me diffamer, si dans le fond vos commentaires sont toujours aussi creux ils ne sentent plus mauvais, merci donc d'avoir évolué.
Réponse de le 16/05/2017 à 14:54 :
Vous croyez que faire un bras d'honneur aux allemands et de faire exploser l'UE est le bon moyen pour sortir de la crise mondiale ? (Au demeurant, il n'y a pas de crise en cours);
Quant à Merkel, d'abord c'est une oligarque, maintenant c'est un pantin.
Qui sont ces oligarques allemands ? Qui ? Moi je vois pas.
L'Allemagne est une démocratie représentative, les allemands ne sont pas manipulés par je ne sais qui, ils votent.
Dark vador n'a rien à voir.
Réponse de le 16/05/2017 à 17:05 :
Vous êtes sourd ou lourd vallat ou brice ? Combien d'autres ?

Nous ne sommes pas en situation de pouvoir nous sortir de l'impasse dans laquelle possédants et serviteurs politiciens nous ont mené, nous en sommes au stade de sauver les meubles, j'en ai franchement assez d'avoir à me répéter sans arrêt.

"Quant à Merkel, d'abord c'est une oligarque, maintenant c'est un pantin."

Je n'ai jamais dis que c'était une oligarque, vous mentez ouvertement, je signale votre commentaire dont j'arrête immédiatement la lecture, je veux bien faire des efforts mais je n'ai pas que ça à faire contrairement à vous semblet'il.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :