Pourquoi l'Europe menace la Grèce d'une expulsion de Schengen

 |   |  2386  mots
Une distribution de nourriture à des réfugiés à la frontière entre la Grèce et l'ARYM
Une distribution de nourriture à des réfugiés à la frontière entre la Grèce et l'ARYM (Crédits : Reuters)
Selon le Financial Times, la Grèce pourrait être exclue temporairement de la zone Schengen, en raison de son refus de coopérer pour le contrôle de ses frontières. Mais les raisons invoquées semblent peu justifiées.

Après avoir été menacée d'une expulsion de la zone euro cet été, la Grèce est cette fois menacée d'être expulsée de l'espace Schengen. Selon l'édition de ce mercredi 2 décembre du Financial Times, les institutions européennes menaceraient désormais clairement la Grèce « d'être suspendue » de l'espace de libre-circulation européen. Les ministres de l'Intérieur devraient agiter cette menace lors de leur réunion de jeudi, mais elle devrait être signifiée durant la semaine au gouvernement hellénique par le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, dont le pays exerce ce semestre la présidence tournante de l'UE.

Les raisons invoquées pour l'expulsion

Cette menace avait déjà été évoquée par le président de l'Eurogroupe, la réunion des ministres des Finances de la zone euro, le néerlandais Jeroen Dijsselbloem, fin novembre. En Allemagne, des dirigeants de la CDU d'Angela Merkel l'ont plusieurs fois évoquée, ainsi que des responsables d'Europe centrale comme Viktor Orban, le premier ministre hongrois. Cette fois, la menace semble concrète. Pourquoi ? Le FT évoque des « déficiences sérieuses » dans le contrôle de la frontière gréco-turque. Selon les accords de Schengen, les Etats qui disposent de frontières externes à la zone sont en charge de leurs protections. Mais le FT prétend aussi qu'Athènes refuserait « l'aide extérieure » pour protéger ses frontières.

Les trois raisons de la colère européenne seraient ainsi : le refus de la Grèce de participer à des « patrouilles conjointes » avec la Turquie pour protéger la frontière gréco-turque dans la mer Egée ; le refus d'accepter une mission de l'agence de protection des frontières Frontex et, enfin, les lenteurs de la Grèce à accepter « l'aide humanitaire » de l'UE concernant les réfugiés. Un récit se met donc en place pour justifier l'expulsion de la Grèce de la zone Schengen : la mauvaise volonté grecque. Un scénario qui n'est pas nouveau puisqu'il a été constamment utilisé au cours de la crise financière pour justifier la position la plus sévère à l'égard d'Athènes.

La question des patrouilles avec la Turquie

A y voir de plus près, la situation est bien plus complexe. Concernant les patrouilles avec la Turquie, la demande européenne est assez baroque. La Turquie n'est pas membre de l'UE, ni de la zone Schengen. Il est étonnant de demander à la Grèce de coopérer, pour protéger les frontières de l'espace Schengen, avec ce pays. D'autant qu'Ankara est aussi une part du problème puisque le pays semble incapable de maîtriser le mouvement des réfugiés depuis les frontières syriennes où se situent les principaux camps vers les côtes égéennes. Soit au mieux près de 1.200 kilomètres. Angela Merkel l'a, du reste, bien compris puisqu'elle s'est empressée de se rendre à Istanbul début novembre pour proposer 3 milliards d'euros à la Turquie et la relance du processus d'adhésion à l'UE de ce pays. Son but est clairement qu'Ankara contienne le flux des réfugiés. Cette stratégie a été validée par l'UE ce week-end.

Pour la Grèce, tout ceci est problématique. Les relations entre les deux pays demeurent délicates. Outre la question chypriote qui est en cours avancé de négociations, la Turquie ne reconnaît pas l'intégralité des frontières maritimes grecques et n'a jamais caché ses vues sur certaines îles de l'Egée. L'espace aérien grec est quotidiennement violé par l'aviation turque et les deux pays ont été plusieurs fois au bord du conflit ouvert. Ce fut notamment le cas au milieu des années 1990. La mise en place de patrouilles communes est donc très difficile. Ceci revient à demander la mise en place de patrouilles franco-allemandes en Alsace au début du 20ème siècle.

A cela s'ajoute que la nouvelle politique turque de l'UE prônée par Angela Merkel a de quoi inquiéter Athènes. La Turquie a en effet obtenu beaucoup sans s'engager ouvertement dans sa politique vis-à-vis des réfugiés. Quelles pourraient être les nouvelles demandes d'Ankara ? La Turquie a-t-elle réellement intérêt à bloquer le flux des réfugiés dans l'Egée ? L'UE n'a pas réclamé la reconnaissance des frontières grecques comme conditions à son aide et à la poursuite du processus d'adhésion. Athènes craint légitimement d'être le dindon d'une farce qui se joue entre Berlin et Ankara. Elle a des raisons de le craindre : l'UE et l'OTAN n'ont jamais réellement agi pour régler les différends gréco-turcs.

Le refus des missions de Frontex

Vient ensuite le problème de Frontex qui souhaite le déploiement d'une mission de 400 agents à la frontière avec l'Ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM). Le but de cette mission est de contenir les réfugiés souhaitant traverser la frontière pour rejoindre l'Autriche et l'Allemagne. Mais cette frontière n'est pas une frontière interne à Schengen, c'est une frontière extérieure à l'espace de libre-circulation. En théorie, donc, le contrôle doit en revenir soit à l'ARYM, soit aux pays de la zone Schengen qui recevront ensuite les réfugiés. Le problème, c'est que ces pays, comme la Hongrie ou la Slovénie et, plus au nord, l'Allemagne, ont fermé ou régulé leurs frontières. Les réfugiés se massent donc dans les pays en amont : Croatie, Serbie, ARYM... et Grèce. Autrement dit, le problème de la frontière entre la Grèce et l'ARYM est un problème lié à la suspension de Schengen par les pays d'Europe centrale. En théorie, Frontex doit protéger les frontières des entrées illégales, pas des sorties illégales... Demander à la Grèce de contenir le flux de réfugiés à cette frontière revient, en réalité, à vouloir attribuer à la Grèce la responsabilité de l'accueil de l'essentiel des réfugiés. C'est pourtant en partie ce que fait la Grèce puisque l'on a signalé ces derniers jours des émeutes de réfugiés protestant contre leur blocage à la frontière de l'ARYM.

La "mauvaise volonté grecque" ?

Vient ensuite le troisième problème : la Grèce aurait refusé « l'aide » de l'Union européenne. En cause, des retards administratifs qui auraient retardé le versement de 30 millions d'euros par la Commission européenne. La Grèce n'aurait pas été en mesure d'organiser le redéploiement des réfugiés en raison, là aussi, de problèmes administratifs liés à l'enregistrement des réfugiés. 159 réfugiés seulement ont été redéployés, sur les 160.000 prévus. En réalité, ces éléments ressemblent surtout à de bonnes excuses. On voit mal pourquoi la Grèce, qui est débordée par les réfugiés, et que l'on accuse précisément de vouloir faire partir les réfugiés par la frontière de l'ARYM, bloquerait volontairement les départs de réfugiés. En revanche, plusieurs pays, notamment ceux d'Europe centrale, refusent toujours les quotas fixés par l'UE. La Slovaquie a annoncé ce jeudi qu'elle porterait plainte devant la Cour de Justice de l'UE contre ces quotas et la Pologne a pris prétexte des attentats de Paris pour geler l'accueil des réfugiés. Le problème le plus urgent est donc davantage ici. Mais nul ne songe à chasser la Slovaquie ou la Pologne de l'espace Schengen pour leur mauvaise volonté.

Un refus de « l'aide européenne » ?

Concernant l'aide humanitaire, il est assez étrange de voir l'UE blâmer la Grèce sur ce point. En mars, la zone euro avait tout fait pour empêcher l'exécution d'une loi sur l'urgence humanitaire, jugeant que telles mesures étaient incompatibles avec le « programme » de la Grèce. Les créanciers de la Grèce font tout depuis 5 ans pour réduire les dépenses publiques grecques et les moyens de l'Etat grec et tente néanmoins à présent de se présenter comme les « sauveurs » des réfugiés. Mais les 30 millions d'euros promis sont une goutte d'eau. Rappelons que l'Allemagne a débloqué pas moins de 10 milliards d'euros pour l'accueil de « ses » réfugiés et que l'UE a libéré 3 milliards d'euros pour la Turquie. Par ailleurs, les dysfonctionnements administratifs de la Grèce ne tombent pas du ciel. La politique de coupes franches pratiquées depuis 2010 a réduit le nombre de fonctionnaires d'un tiers et a affaibli un Etat déjà faible. Il ne faut pas s'étonner à présent que la Grèce ne puisse faire face au défi de l'arrivée de 730.000 réfugiés, rien que cette année.

Les 30 millions d'euros de l'UE sont une goutte d'eau dans un pays exsangue à qui l'on demande de faire encore des « efforts. » Le ministère de l'Intérieur grec, par exemple, a connu une baisse de 200 millions d'euros de son budget en deux ans. Celui de la santé, d'un milliard d'euros. Qui s'étonnera alors que la situation sur l'île de Lesbos soit effrayante ? Là encore, l'UE feint de ne pas voir l'essentiel : qu'elle ne peut espérer que la Grèce serve de lieu d'accueil pour les réfugiés et maîtrise ses frontières tout en exigeant qu'elle « s'ajuste financièrement » pour pouvoir rembourser ses créanciers. C'est une réalité simple qui semble pourtant échapper aux dirigeants européens, qui, en réalité, mènent surtout un jeu de politique intérieure.

Des Allemands « furieux »

Selon le FT, citant un « ambassadeur anonyme », ce sont les « Allemands » qui sont « furieux. » Rien d'étonnant à cela. Angela Merkel est clairement dépassée par les événements. Sa politique d'ouverture des frontières a provoqué une vive réaction dans l'opinion et dans son propre parti. Le parti xénophobe AfD est désormais donné entre 8 % et 10 % des intentions de vote et gagne des voix sur les conservateurs. Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral des Finances, n'a pas hésité à comparer la politique de la chancelière à celle d'un « skieur déclenchant une avalanche. » La priorité pour Angela Merkel est désormais de recréer l'unité et de bloquer le flux de réfugiés en amont. C'est le cœur de sa nouvelle politique turque et elle aurait souhaité en faire de même avec la Grèce. En octobre, il a été, ainsi, question de relâcher le programme de réduction des dépenses contre le maintien de davantage de réfugiés sur le sol hellénique. Cette proposition semble ne pas avoir débouché sur du concret. Si la Grèce a accepté l'établissement de « hot spots », elle n'a pas réellement obtenu de concessions majeures de ses créanciers.

L'Allemagne pourrait alors être tentée de lancer une offensive médiatique contre la Grèce. Ceci permettrait de dissimuler la responsabilité de la Turquie et de détourner le mécontentement de la population allemande vers un peuple qui n'a déjà pas vraiment bonne presse outre-Rhin. Le tout en conservant la main dure sur le plan financier envers la Grèce. Comme cet été, il s'agira surtout d'obtenir de la Grèce des mesures que son gouvernement ne souhaite pas obtenir, notamment sur la Turquie. On voit, du reste, sur cette question de l'exclusion de la Grèce de la zone Schengen se reformer l'alliance de l'Allemagne avec les pays d'Europe centrale, notamment la Slovaquie dont le premier ministre, le social-démocrate Robert Fico, a plaidé pour cette expulsion.

La Grèce, bouc émissaire ?

Ce pays, qui a déjà accepté d'immenses sacrifices pour demeurer dans la zone euro et dans l'UE, semble devenir le meilleur bouc émissaire de l'ensemble des échecs de cette même Union européenne. Mais son exclusion de Schengen ne serait, en réalité, qu'une punition pour les Grecs eux-mêmes, qui ne pourraient plus bénéficier des avantages de Schengen. Les réfugiés, eux, continueront à traverser la mer Egée et la Grèce pour se rendre vers l'Allemagne. Compte tenu de cette expulsion, Athènes n'aurait, du reste, aucune raison de les décourager à poursuivre leur route. Ce ne serait donc pas une réponse à la crise des réfugiés.

Vers une Europe à deux vitesses ?

Reste enfin une dernière question. Jeroen Dijsselbloem et le premier ministre néerlandais Mark Rutte ont récemment évoqué l'idée d'un « mini-Schengen » regroupant le Bénélux, l'Allemagne, l'Autriche et la Suède. Rien d'étonnant à cela, le gouvernement néerlandais est sous la pression de la montée en puissance des Xénophobes du PVV, donné dans les sondages à 39 sièges sur 150 contre 30 sièges pour les deux partis au pouvoir. Or, une expulsion de la Grèce pourrait ouvrir la voie vers ce projet qui doit être compris comme une ambition plus générale : constituer une Europe « cœur » plus intégrée et plus « protégée » des pays « du sud. » Un projet qui avait été défendu par Wolfgang Schäuble et... Jeroen Dijsselbloem cet été lorsqu'ils souhaitaient exclure la Grèce de la zone euro.

Or, récemment, Jean-Claude Juncker a affirmé que l'échec de Schengen serait l'échec de l'euro. Une déclaration qui avait paru surprenante, les deux projets étant fort distincts. Sauf si, en réalité, les mesures prises concernant Schengen dessinait une future organisation européenne plus générale... Car l'expulsion d'un pays de la zone Schengen serait une première depuis le lancement de ce projet en 1985. Comme l'expulsion de la Grèce de la zone euro eût été une première. Pour peu justifiée qu'elle soit, cette sanction contre la Grèce pourrait donc être un avant-goût d'une Europe à deux vitesses. On prendrait alors comme mode de fonctionnement de l'Europe la possibilité d'exclure les "mauvais élèves". Or, si cela est possible pour Schengen, pourquoi pas pour la zone euro ? Du reste, la stratégie menée ici ressemble beaucoup à celle de cet été : transformer une victime de la crise en responsable de cette crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2015 à 16:06 :
L'Islande est sortie de l'Europe...c'est pour quand les autres pays ?
a écrit le 05/12/2015 à 14:15 :
Et mon commentaire, il est où ?
Inutile de se fatiguer pour vous écrire !
Peut-être que mon nouveau pseudo ne vous titille pas, l'autre
d'ailleurs était plus raisonnable. Ne savez-vous pas qu'il y a
des fuseaux horaires et que les Dom-Tom vous lisent, laissez
nous un peu de place. Bof ! Bof ! Bof ! L'erreur est humaine....
Salutations à la manière des mousquetaires et Bye, Bye.
a écrit le 04/12/2015 à 16:19 :
Encore un coup de Merkel ?
Voici un article d'un autre journal britannique, "The Telegraph":
"France is to call for an effective suspension of the Schengen Agreement on open borders across Europe this week, as it demands other European nations begin border identity checks inside Europe’s free movement zone, diplomatic sources have confirmed to The Telegraph".
Traduction: "la France va demander la suspension effective des accords de Schengen pour les ouvertures de frontières en Europe cette semaine, de même qu'elle réclame aux autres nations européennes de commencer des contrôles d'identité à l'intérieur de l'Europe. Des sources diplomatiques l'ont confirmé au Telegraph".

Alors, c'est nous qui serions, avant les Grecs, le "bouc émissaire" de l'Europe comme dirait M. Godin ? A moins que ce soit la France qui veuille imposer son diktat au reste de l'Europe ? En tout cas, la perspective de sortie de Schengen ne semble pas gêner grand monde en France, contrairement à la pauvre Grèce, pour laquelle ce serait paraît-il une terrible épreuve.
a écrit le 03/12/2015 à 16:29 :
des la crise de 2008, Merkel a commencé a enterrer l'europe, en commançant par faire payer aux peuples......Irlandais, Espagnol et Grec, l'incurie de ses banques qui auraient pratiquement toutes fait faillitte.....

ensuite...... errance complète sur le problème pur de la grèce.......et mainteant incapacite depuis 1 an d'anticiper le pb des refugiés....

bref....... une catastrophe annoncée......Merkel n'a aucune vision autre que celle de se maintenir au pouvoir coute que coute........ et a faire en fonction des années des accords avec tel ou tel parti........

en simple, la femme la plus forte du monde n'est qu'une illusion......en rajoutant le problème de la pollution utomobile au sujet de laquelle Merkel a fait imposer des normes.......mais en se gardant bien de demander des tests en cohérence avec les dites normes.....le resultat, on le connait.......la pollution est entre5 et 25 fois la norme acceptable.....en condition de roulage normal...
a écrit le 03/12/2015 à 12:53 :
Tout ça va mal se finir.
a écrit le 03/12/2015 à 9:14 :
l'ex ministre de l'interieur avait menace l'europe d'invasion si elle refusait de payer les 80 milliards apr an que l'europe devait lui donner pour qu'ils puissent augmenter leur nombre de fonctionnaires
voila, c'est fait...........
et ' dans la surprise generale des grecs', ils vont etre exclus apres avoir realise leurs menaces!!! he ben y en a qui ne manquent pas d'air !!
a mon avis, koulibaly a du etre extremement surpris et choque de l'assaut completement inattendu du raid!!!!
Réponse de le 03/12/2015 à 11:53 :
eh eh....:)))
Réponse de le 03/12/2015 à 12:44 :
Le ministre dont vous faites état, avait lancé un AVERTISSEMENT. Même chose par le très honorable Jacob Lew, quand il n'arrivait pas à faire entendre raison à ses homologues européens. Si la Grèce est exclue, ça sera encore une expression de la partialité des pays européens, ça sera inefficace et historiquement parlant une honte. Mais on peut parier sur l'aveuglement d'outre-Rhin et acolytes.
a écrit le 03/12/2015 à 8:47 :
L’Europe est faible et lâche, j'ai honte! L'Europe est en train de mourir lentement
Nous baissons notre pantalon devant le sultan Erdogan!
La Grèce n'a plus qu'a quitter l’Europe et se rapprocher des Russes.
a écrit le 03/12/2015 à 0:23 :
La cruauté allemande vis à vis de la Grèce, mère de la civilisation européenne, n'a d'égale que cette minable complaisance vis à vis de l'ex-empire ottoman, qui fut pendant des siècles l'ennemi le plus dangereux adversaire de notre civilisation ...
a écrit le 02/12/2015 à 22:52 :
Les professeurs de stratégie nous expliquaient l'importance de la position de la Grèce, et pourquoi elle était tant convoitée par l'EU, l'OTAN ou la Russie. On voit aujourd'hui que cette théorie était complètement fausse et que sa position géographique joue en réalité contre la Grèce. Elle est incapable de contrôler ses frontières et les côtes de ses nombreuses îles, ce qui en fait une plate forme idéale pour l'immigration clandestine, à l'intérieur même de l'espace Schengen.

Sa sortie de Schengen serait une mesure de bon sens, car n'étant plus un point d'entrée dans l'espace Schengen, la Grèce deviendrait alors moins intéressante pour les candidats à l'immigration clandestine dans l'EU. Cela rendrait service à l'UE et à la Grèce elle-même. Mais les mêmes professeurs de stratégie expliqueront qu'un tel projet ne serait qu'une manoeuvre de la perfide Allemagne pour couler la Grèce.
Réponse de le 03/12/2015 à 9:07 :
Donc je suppose qu'avec votre logique, la Grèce n'étant plus dans Schengen les réfugiés seront gênés de traverser la Grèce pour rejoindre l'Italie en bateau ? De continuer leur route vers l'Europe du Nord ? Cela ne changera rien du tout. La seule chose qui changera ce sont les touristes qui entrent et les grecs qui sortent à présenter leur passeport ou pièce d'identité.
Réponse de le 03/12/2015 à 12:01 :
non il te répondrons....tu transferts le problème sur le sud de l'Italie....via la Libye !
La contrebande n'utilise que la route la + simple...cela ne la décougeras pas de venir chez toi !
Réponse de le 03/12/2015 à 12:50 :
Et pourquoi on ne punirait pas l'Allemagne pour avoir créé cet immense "appel d'air" pour les réfugiés ?
L'Italie avait lancé au moins 1 an auparavant un appel à l'aide à cause des migrants venus d'Afrique. Qu'allez-vous faire ? Sortir l'Italie aussi ?
Et que dire de notre pays ou de la Belgique avec les énergumènes que nous abritons en notre sein ? Et quand l'Allemagne fera face aux mêmes problèmes, il faudra l'exclure aussi ?
La jambe fait mal, on coupe la jambe ?!
Réponse de le 03/12/2015 à 17:41 :
En complément, quel est l'inconvénient qu'auraient les Grecs en cas de sortie de Schengen ? Il faudrait qu'ils présentent une pièce d'identité à l'entrée dans l'espace Schengen. Ce serait le seul changement par rapport à aujourd'hui. Ils n'auraient pas besoin de visa, ils pourraient, en tant que citoyens de l'UE, entrer et sortir autant de fois qu'ils le voudraient, ils pourraient aussi faire passer les marchandises qu'ils voudraient comme aujourd'hui. Bref, ils feraient comme les Anglais... qui n'ont aucune envie d'entrer dans Schengen
C'est de la tyrannie ? C'est de la dictature ? Si ça arrivait à la France, ce serait plutôt une bonne nouvelle car on pourrait arrêter les illégaux à la frontière. Alors il faut arrêter de dramatiser le fait de devoir sortir sa carte d'identité, c'est simplement ridicule.
a écrit le 02/12/2015 à 22:30 :
La Grèce a été traînée dans la boue par la commission européenne sur ordre de Merkel ; aucune proposition constructive sur la crise de sa dette n'a été formulée. La Grèce et l'Italie ont été abandonnées par les autres gouvernements de l'espace schengen ; leur silence et leur inaction sur la crise des migrants illégaux ont démontré leur incapacité à traiter des problèmes de protection au niveau européen. L'espace aérien de schengen est régulièrement violé par l'aviation turque ; aucune réaction de défense. Les islamistes de daesh vont et viennent à leur guise dans l'espace schengen depuis la Turquie ; pays qui, de surcroît, blanchit le pétrole de daesh.
Comble de désinvolture, la commission européenne verse 3 Mds d'euros de nos impôts à cette même Turquie pour placer l'espace schengen sous son protectorat turc (!). Certains veulent plus d'europe ? Qu'ils assistent à la dissolution de cette UE à la carte, impotente. Une nouvelle europe des nations, resserrée sur son territoire, sa défense et sa monnaie et sa culture, est à bâtir.
Réponse de le 03/12/2015 à 18:45 :
Tout a fait d'accord avec vous..
a écrit le 02/12/2015 à 22:07 :
Clair : je serais de l'otan, et j'en suis, je leur mettrais le feu. On a une bonne réserve de drones, faut s'en servir.
a écrit le 02/12/2015 à 21:06 :
Honte à cette Europe qui menace la Grèce et s avachit devant la Turquie. Honte à ses politiciens veules .
a écrit le 02/12/2015 à 20:31 :
La Grèce est loin d'être unique responsable de la situation, c'est l'ensemble de la zone Schengen qui est responsable pour ne pas avoir fait le nécessaire pour rendre ses frontières extérieures réellement hermétiques, condition nécessaire pour supprimer les frontières intérieures. Qu'on ne vienne pas dire que c'est impossible, il y a à peine plus d'un quart de siècle, avant la chute finale, existait au sein même de l'Europe une frontière étanche quasi infranchissable, alors qu'il n'existait aucune frontière naturelle entre pays de l'ouest et de l'est.
a écrit le 02/12/2015 à 20:17 :
Alors d'un côté on veut accueillir la Turquie à bras ouverts en Europe, pour que celle-ci se débarasse des migrants en les envoyant chez nous plus facilement, et de l'autre on veut faire sortir la Grèce. L'irresponsabilité et l'hypocrisie à leur paroxysme. L'un est le fief des terroristes, avec qui le sultan Erdogan fait du business, et l'autre sous perfusion budgétaire depuis 5 ans. L'OTAN et l'UE sont ridicules, plus que jamais. Il faut faire encore et encore des coupes budgétaires dans l'économie, mais attention, on va vous jarter de l'espace Schengen parce que vous n'avez pas les moyens de contrôler tout le monde ! Mais quelle blague !
a écrit le 02/12/2015 à 20:16 :
Plus besoin d'explication la troisième guerre mondiale est en route comme les réfugiés et plus rien ne l'arrêtera. Les allemands sont toujours dans la même logique qui est celle de l'extermination avec la collaboration française. On prend les mêmes et on recommence mais cette fois pas besoin de chars,de gaz,de déportation,la faim,la maladie faute de soins le froid faute de chauffage auront raison de 80% d'un peuple. Le FN est très haut on se demande bien pourquoi? Si quelqu'un connaît la réponse?
a écrit le 02/12/2015 à 20:09 :
dommage que les peuples n'aient pas voix au chapitre sur le sujet mais ça devient la règle dans cette europe construite en dépit du bon sens par quelques élites !
a écrit le 02/12/2015 à 20:05 :
Eurosceptiques ? Effectivement, je peux comprendre...
a écrit le 02/12/2015 à 19:37 :
Depuis quand Mme Merkel décidé de la politique extérieure de l'Europe. Ne sait elle pas que la moitié des pseudo partenaires de l'Allemagne ne veulent pas de la Turquie dans l'Europe. Au lieu d'expulser la Grèce, pourquoi ne pas envisager la sortie de l'Allemagne ?
a écrit le 02/12/2015 à 19:29 :
Marche ou crève est le credo du dogme de l'administration Bruxelloises sous la coupe de la finance!
a écrit le 02/12/2015 à 19:27 :
Sans être un géographe expérimenté, il suffit de regarder une carte de la Grèce et de sa frontière maritime avec la Turquie. Bon courage à ceux qui prétendent surveiller une telle frontière.
a écrit le 02/12/2015 à 19:00 :
flux de migrants, plus terrorisme .... on déplace le problème ! Ensuite l’Italie ? La solution , je ne l'a connais pas !
a écrit le 02/12/2015 à 18:33 :
Les frontières, c'est comme la monnaie, c'est du ressort de chaque Etat.
Nous gardons nos frontières avec nos personnels et nous "battons" notre monnaie.
Qui a dit qu'il vaut mieux une "petit chez soi plutôt qu'un grand chez les autres"?
Il semblerait qu'il ait eu raison.
a écrit le 02/12/2015 à 18:23 :
Il y a six mois, quand la Grèce menaçait de quitter l'Union Européenne, les belles consciences expertes en finance glapissaient de peur ; ça coûterait des milliers de milliards d'euro ! Maintenant, le problème est complètement différent : la Grèce a accepté des sacrifices effrayants. La France, qui pourrait accepter les mêmes à condition de ne rien faire non plus, devrait poser sa candidature avant que la facture n'arrive, pour s'en exempter. L'échec de Schengen ne nous fait pas peur non plus : bientôt, il n'y aura plus qu'un pays dans cet espace, la France ! Mais qui a écrit le livret de cet opéra-bouffe ?
a écrit le 02/12/2015 à 18:13 :
Cessons donc de crier Haro sur la Grèce. Si la zone Schengen est dans la chienlit, c'est avant tout la faute des européens incapables de s'entendre sur une politique vraiment UNIQUE et commune vis à vis de l'étranger; Si nous avions les moyens en € et la volonté politique ( gardes frontières européens et police fédérale des frontières), cela serait beaucoup moins grave...mais non, nous voulons constituer un territoire unique et uniforme mais nous sommes incapables de nous entendre sur comment gérer nos frontières. La Grèce ne peut pas toute seule être la seule responsable devant ces milliers de migrants qui entrent sur notre sol... Nous devons définir une politique claire, se donner les moyens de contrôler nos frontières européennes avec une politique telle celle appliquée par les USA. L'EU est de moins en moins crédible car au lieu de devenir une vraie puissance, jour après jour, elle perd de sa substance... Quand nous voyons que l'euro perd de sa valeur tous les jours et que les politiques se réjouissent, cela relève du masochisme....nous devenons plus en plus pauvres, notre économie ne tourne plus car il n'y a pas d'investissement, les états sont exsangues et la BCE se demande que faire....Mettre du politique dans l'EU, voilà ce dont nous avons besoin...alors pas étonnant que le discours ultra franchouillard de le FN porte ses fruits....
Réponse de le 02/12/2015 à 19:32 :
Arrêtez de croire que l'UE est une idée européenne!
a écrit le 02/12/2015 à 18:10 :
A mon humble avis, Schengen ou pas Schengen, cela ne changera pas grand chose. Si des personnes veulent passer la frontière ou des frontières, elles passeront.
Cordialement
Réponse de le 03/12/2015 à 9:43 :
Et si on veut les arrêter on les arrêtera. Vous souvenez-vous du rideau de fer que même une souris avait du mal à franchir ? Eh bien il faut y revenir dare-dare aux frontières de l'espace Schengen.
a écrit le 02/12/2015 à 18:09 :
Son appartenance à l'espace Schengen l'oblige à appliquer la Convention de Dublin étant généralement le premier pays d'accueil des réfugiés. L'appartenance de la Grèce est donc une abberation géographique. Ce pays est entouré de pays non-membres de la zone Schengen. Les avantages n'existant pas, il n'y a que des désavantages à faire partie de la zone Schengen.
a écrit le 02/12/2015 à 18:01 :
Peut etre l'armee grecque devrait reagir de la meme facon que les turcs l'ont fait avec le bombardier russe ? Dans ce cas, on aurait au moins 5 a 10 F16 turcs qui meriteraient d'etre abattus chaque annee, et cela reduirait a neant l'entree de la Turquie dans l'UE.
Tsipras a sorti les dents sur ce point avec les turcs, donc il utilisera cette arme avec l'UE et la Grece ne sortira pas de l'espace Schegen. Fin de l'histoire et d'un mythique lien avec la zone Euro. L'argument n'est pas viable, car la situation des refugies est temporaire et une coincidence avec la situation economique grecque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :