Refus d'implantation : McDonald's réclame 19,8 millions de dollars à Florence

 |   |  459  mots
McDonald's avait déjà tenté d'ouvrir un restaurant à Florence pour la première fois en 1989, sans succès.
McDonald's avait déjà tenté d'ouvrir un restaurant à Florence pour la première fois en 1989, sans succès. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
La firme américaine demande 19,8 millions de dollars de dommages-intérêts à Florence. En juillet dernier, la ville toscane avait interdit à McDonald's d'installer un restaurant sur la piazza del Duomo.

McDonald's réplique. Quatre mois après s'être vu signifier l'interdiction de s'implanter sur la piazza del Duomo, la multinationale américaine a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Florence. Dénonçant une "injustice manifeste", McDonald's réclame 19,8 millions de dollars (17,8 millions d'euros) de dommages-intérêts, relaye le Wall Street Journal.

En juillet dernier, la chaîne de fast-food a déposé une demande de dérogation auprès de la mairie, qui a adopté un règlement en janvier 2016 visant à protéger le patrimoine du centre historique, afin d'ouvrir un restaurant sur la place de la cathédrale Duomo, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

McDonald's s'est engagé à utiliser des produits locaux

Pour proposer ses burgers aux 3 millions de touristes qui visitent le Doumo tous les ans, le fast-food s'était engagé à revoir son modèle mondialement exporté. Il prévoyait notamment d'utiliser 80 % de produits locaux et de servir à table, "ce qui fait du McDonald's un restaurant comme un autre", selon la firme américaine citée par Firenze Today. En effet, afin de privilégier les produits locaux, la mairie interdit l'installation des restaurants utilisant des produits précuits et surgelés.

Même remanié, le maire de Florence Dario Nardella s'est opposé au projet, rapporte Le Monde. "Ce n'est pas cohérent avec la bataille que nous menons depuis des années contre les fast-foods et les supérettes pour la sauvegarde de la tradition et de l'identité de la ville." Selon le Wall Street Journal, 24.000 florentins avaient signé une pétition contre l'installation du fast-food sur la piazza del Duomo. Un pique-nique géant avait été organisé sur la place pour promouvoir les produits locaux.

Une première tentative en 1989

Dans un communiqué accompagnant son recours auprès du tribunal, McDonald's reconnaît que "l'héritage artistique et culturel, ainsi que les centres historiques italiens doivent être protégés". La firme complète : "Mais nous ne pouvons pas accepter que des règlements discriminatoires nuisent à la liberté d'entreprendre sans aider personne." Le géant américain avait déjà tenté de s'implanter sur la place en 1989, sans succès. Il fait actuellement face à la fronde de plusieurs cardinaux, opposés à l'ouverture d'un restaurant au Vatican.

Comme le souligne le Wall Street Journal, l'Italie a longtemps été un marché difficile d'accès pour la chaîne de fast-food. Lors de l'ouverture de l'un de ses premiers point de vente, en 1986 à Rome, des italiens avaient manifesté avec des assiettes de spaghetti. Elle détient désormais 540 restaurants dans tous le pays, soit 9 McDonald's pour un million d'habitants - quand les Etats-Unis en ont 44 et la France 22. Le marché italien génère 1 milliard d'euros de revenus pour McDonald's.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2016 à 14:42 :
Un monde sans Mac do, un monde sans obèses! un monde de la qualité et non de la quantité! encore une fois Florence montre la voie à suivre
a écrit le 09/11/2016 à 10:13 :
Bravo aux autorités de Florence, halte à tous ces marchands d'obésité et de diabète qui envahissent nos pays. Si macdo demande des dommages et intérêts, pourquoi ne pas l' attaquer sur sa responsabilité concernant les dégâts causés par la mal bouffe qu'il répand à travers le monde..?
a écrit le 08/11/2016 à 9:34 :
Quoi ! , les italiens refusent d'avoir dans le futur 10% d'obeses aussi chez eux .
Réponse de le 09/04/2017 à 23:47 :
raté: ils y sont ddeja: En Italie, une personne sur dix est obèse et quatre sur dix est en surpoids. Des données en perpétuelle augmentation qui inquiètent les scientifiques. Au-delà de l’aspect médical, l’obésité représenterait un coût de 9 milliards d’euros dans la Péninsule. Et ce chiffre pourrait exploser dans les années à venir, l’OMS estimant que d’ici 15 ans, 70 % des Italiens seront en surpoids.
a écrit le 08/11/2016 à 9:33 :
Il est grand temps de réagir, ce qui se passe à Florence c'est l'exemple de ce qui va se passer avec le CETA. Si cela se fait, "on marche vraiment sur la tête"
a écrit le 07/11/2016 à 15:11 :
Un exemple très concret de ce qui nous pend au nez en cas d »accord TAFTA. A méditer et surtout à surveiller.
Réponse de le 22/11/2016 à 19:12 :
on l'a déja dans le baba. Le CETA est passé. Mac Do est implémenté au Canada, et pourra donc faire de même avec nous.
a écrit le 07/11/2016 à 11:54 :
On a mis l'anglais obligatoire un peu partout en Europe et notamment en Italie où l'anglais est devenu la langue d'enseignement de plusieurs universités. Berlusconi a fait campagne pour les 3 "I" : Italia, Informatica, inglese ! Faut-il s'étonner dès lors que les Anglo-Saxons se croient cher eux un peu partout et qu'ils vous intentent un procès si vous n'êtes pas d'accord avec eux.
Assurément, pour assurer l'indépendance de l'Europe, il faut dire NON à l'anglais obligatoire dans nos écoles et ainsi s'ouvrir aux autres langues européennes, dire NON à l'OTAN, et dire NON, bien sûr, aux traités TTIP et AECG.
Réponse de le 07/11/2016 à 15:15 :
:-)) :-)) :-))
Réponse de le 08/11/2016 à 9:31 :
"On a mis l'anglais obligatoire un peu partout en Europe"

Cela permet aussi à de bons français dans les grosses boites de délocaliser des pans entiers d'activités plus facilement dans les pays à bas coûts.
Réponse de le 27/11/2016 à 16:14 :
c'est une invasion, d'un côte l'islam, de l'autre tout ce qui vient des US
a écrit le 07/11/2016 à 7:48 :
Pourquoi ne pas réclamer à Mc Donalds les frais et les problèmes médicaux crée par la mal-bouffe? Quelques milliards d'EUR...
a écrit le 06/11/2016 à 23:56 :
Un Mc Donnald sur la Piazza del Duomo, c'est comme un dessin de Walt Disney collé sur un tableau de Raphael ou sur une statue de Michel Ange.
Réponse de le 08/11/2016 à 17:41 :
@JPL6: peut-être pas le meilleur exemple, car les dessins de Disney sont aussi de l'art, alors que MacDo, ce n'est ni de la restauration, ni de l'art :-)
a écrit le 06/11/2016 à 13:14 :
"Il prévoyait notamment d'utiliser 80 % de produits locaux et de servir à table," ils ont préciser 80 % de quoi ? du sel utilisé ?des serviettes de table ? lol c'est des filous
a écrit le 06/11/2016 à 9:19 :
Euh, les Florentins, je l'espère, ont quand même le droit de faire ce qu'ils veulent chez eux, non ?
Réponse de le 09/11/2016 à 8:43 :
C'est cela l'heureuse mondialisation chère à Alain Minc. mais cela se terminera mal très mal: Brexit, Trump et en france on attend l'homme et l'occasion
a écrit le 06/11/2016 à 8:41 :
Les vendus de la Commission européenne nous poussent droit dans le mur de la soumission aux USA....Le CETA, signé entre l'U.E. et le Canada (où est l'avis du peuple là-dedans?), avec ses filiales américaines et ses tribunaux spéciaux contre les décisions des Etats européens, va déréguler toutes nos normes de protection sanitaires, environnementales, sociales pour toujours plus de rentabilité...Les USA n'auront même plus besoin du TAFTA...Une seule solution: sortir unilatéralement de l'Union européenne.
a écrit le 05/11/2016 à 20:59 :
A punaise, quand ca va peter, ca va peter...conseil : venez pas vous planquer dans ma cave...
a écrit le 05/11/2016 à 15:52 :
Est-il possible de savoir comment mc Donnald justifie 20mlio de dommages sur un refu d'implantation?
Il doivent bien avoir justifié la somme.
Est-ce qu'ils ont engagé des frais suite à des incitations ou ils comptent les bénéfices non réalisés?
Car ca changerait la perception du dossier.
a écrit le 05/11/2016 à 13:23 :
C'est pour cela que l'Europe ne doit pas signer l'accord TTIP avec les EU. Dans ce cas une collectivité publique ne pourra plus s'opposer à ce qu'une société privée s'implante et vendent des choses que le public ne veut pas.
Aujourd'hui un tribunal, même si les juges n'ont pas été élu démocratiquement, peut encore s'opposé après signature, il ne pourra plus.
a écrit le 05/11/2016 à 11:49 :
Quand les vendus qui dirigent l'Europe auront réussi à nous imposer le TTIP, ils ne devront plus aller devant la justice italienne réclamer 20 millions. Ils obtiendront 200 millions devant un tribunal arbitral privé .
a écrit le 05/11/2016 à 0:04 :
SI McDo continue de voler le fisc français comme toutes les multinationales cow boys ,il faut refuser toute nouvelle implantation et qu'il aille vendre sa malbouffe ailleurs . US go home!
a écrit le 04/11/2016 à 20:34 :
Le référendum local ne serait-il pas ici très approprié? Mais je doute qu'il soit du goût de McDo, si les Florentins ont un peu de plomb dans la cervelle...
a écrit le 04/11/2016 à 20:22 :
MacDo ? Jamais Florentins, résistez !
a écrit le 04/11/2016 à 19:53 :
Il n' y a pas d' association de consommateurs pour appeler au boycot....
a écrit le 04/11/2016 à 18:46 :
boycottons la malbouffe !
a écrit le 04/11/2016 à 18:35 :
À Milan McDonald a un restaurant dans la feu très luxueuse galerie Vittorio Emanuele, qui donne sur la place du Dôme. Maintenant ça pue le graillon dans la galerie et il y a une queue permanente des touristes qui entravent le passage. Total, les grands restaurants et les cafés célèbres ont fermé. La galerie a perdu son cachet. Le maire de Florence a bien raison.
Vive les toscans!!
a écrit le 04/11/2016 à 18:16 :
Prémisses de ce qui va arriver régulièrement avec le Ceta, mais surtout avec le TAFTA;
US GO HOME.....US GO HOME..... US GO HOME.....US GO HOME.....US GO HOME...
a écrit le 04/11/2016 à 17:26 :
Signer des accords commerciaux avec l'Amérique ou le Canada est suicidaire....déjà sans accord ils engagent des procedures alors une fois les traités signés ce sera pire....toute politique de limitation ou de régulation sera contestée avec dédommagements à la clef....nos hommes politiques sont stupides!
a écrit le 04/11/2016 à 16:44 :
Mon soutien à la ville de Florence !
a écrit le 04/11/2016 à 15:51 :
Non! Ne me dites pas que le CETA et le TAFTA sont déjà mis en application?
Réponse de le 05/11/2016 à 13:14 :
je sais pas mais on le dirait bien
a écrit le 04/11/2016 à 15:51 :
Quelle outrecuidance (de la part de Mac Do) !
On n'ose imaginer ce qu'ils demanderaient avec le tafta !
a écrit le 04/11/2016 à 15:47 :
Système us. Soit, ce qui nous attend avec leur "accord"...
a écrit le 04/11/2016 à 15:46 :
Ben heureusement que le ttip n'a pas été signé et aussi que mac donald n'est pas canadien...
Réponse de le 04/11/2016 à 18:02 :
Sauf si ils créés ou si ils ont déjà une filiale au Canada ... dans ce cas l'accord s'appliquera aussi a eux! Fermez la porte, ils entreront par la fenêtre!
Réponse de le 04/11/2016 à 18:19 :
@citoyen blasé

Qu'est ce qui empêche Mac do ( et d'autres) de créer une filiale au Canada de façon à bénéficier du Ceta? Rien. Les US n'ont désormais que faire du Tafta.
Réponse de le 05/11/2016 à 0:10 :
VALBEL89 a tout compris, il va falloir resister!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :