Royaume-Uni : Cameron a bien gâté ses conseillers avant son départ

 |   |  408  mots
Prise malgré l'opposition du directeur général de la fonction publique, John Manzoni, la décision vise à compenser le chômage prématuré de ces conseillers.
Prise malgré l'opposition du directeur général de la fonction publique, John Manzoni, la décision vise à compenser le chômage prématuré de ces conseillers. (Crédits : TOBY MELVILLE)
Les conseillers spéciaux les plus proches de celui qui était alors Premier ministre ont connu une augmentation de salaire allant jusqu'à +24% sur un an, d'après des analyses de Civil Service World. Pour certains, cela représente 18.000 livres sterling de plus.

Après la victoire des Conservateurs de David Cameron lors des élections générales britanniques en mai 2015, certains s'interrogeaient : était-ce le triomphe de l'austérité ? Visiblement, la réponse est non. Pour ses proches, en tout cas. Quelques mois avant son départ, le Premier ministre britannique a accordé d'importantes augmentations de salaire à ses conseillers spéciaux (également appelés "spads" pour special political advisors) lors de leur renouvellement en mai 2015, certaines allant jusqu'à 24%, révèle le magazine indépendant Civil Service World sur son site Internet. La même année, les employés du secteur public recevaient une augmentation de 1%.

"Ces augmentations, qui ont été approuvées par le Premier ministre alors en place, reflète des changements quant à la portée et l'étendue des responsabilités dans le rôle d'un nombre de conseilles spéciaux après leur renouvellement suite aux élections générales de 2015", a déclaré le porte-parole du Bureau du Cabinet au Civil Service World.

Déjà très correctement payés, ces hommes et femmes, souvent des jeunes loups de la politique, ont vu leur rémunération atteindre des sommets. Le directeur de la stratégie Ameet Gill et l'ancienne chef des opérations au 10, Downing Street Lizz Sugg, ont perçu 98.000 livres en 2015 contre 80.000 livres en 2014, soit une augmentation de 23%. Plusieurs conseillers ont également été récompensés de l'Ordre de l'empire britannique, tandis que Lizz Sugg, qui avait déjà reçu cet ordre un an auparavant, a été nommé pair à vie, une catégorie de la noblesse britannique.

Près de 10 millions d'euros pour le salaire des "spads"

Le directeur général de la fonction publique et secrétaire permanent au Bureau du Cabinet, John Manzoni avait protesté publiquement en juillet contre les augmentations et primes accordées en "bonus de sortie" aux conseillers de David Cameron, afin de compenser son départ prématuré, annoncé initialement en septembre mais effectif finalement le 13 juillet. La décision avait coûté quelque 282.000 livres au Bureau du Cabinet.

Selon les estimations du gouvernement, la somme totale dépensée pour les salaires des près de 100 conseillers spéciaux (97 en décembre 2015) devrait atteindre 8,4 millions de livres (9,8 millions d'euros) en 2015/2016, contre 6,8 millions de livres pour l'année 2009/2010, avant l'arrivée de David Cameron à la tête du gouvernement.

>> Lire aussi Brexit : pourquoi le Royaume-Uni a besoin d'un nouveau modèle économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2016 à 10:45 :
On comprend pourquoi ces gens sont des chantres de l'austérité et du libéralisme. Il faut bien financer leur voracité...
a écrit le 31/08/2016 à 10:29 :
Il faut toujours bien récompenser un bon serviteur afin que celui-ci ne soit pas trop enclin à vous trahir.
a écrit le 31/08/2016 à 9:23 :
Ben c est normal. Vous avez un Contrat jusque Septembre. Vous l arretez en Juillet. Il faut indemniser ou bien Tribunal.
a écrit le 31/08/2016 à 4:04 :
Il considère sans doute qu'il a été bien conseillé pour le referendum.
a écrit le 30/08/2016 à 18:36 :
Et ça continu...
Il restera pas dans les annales le cameron
a écrit le 30/08/2016 à 18:10 :
Les politiques sont toujours généreux avec l'argent du contribuable, n'est-ce pas :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :