Royaume-Uni : quelles pourraient être les conséquences de l'assassinat de Jo Cox ?

 |   |  987  mots
Jo Cox, députée travailliste, a été victime d'un assassinat jeudi 16 mai, une semaine avant le référendum sur le maintien dans l'UE.
Jo Cox, députée travailliste, a été victime d'un assassinat jeudi 16 mai, une semaine avant le référendum sur le maintien dans l'UE. (Crédits : © Handout . / Reuters)
L'assassinat de la députée travailliste bouleverse le Royaume-Uni. Cet événement fera-t-il cependant pencher la balance pour le maintien dans l'UE le 23 juin ? Cela dépendra de plusieurs facteurs.

Le Royaume-Uni est encore sous le choc après l'assassinat de la députée travailliste Jo Cox jeudi 16 mai à Birstall, dans le nord de l'Angleterre. Si les circonstances exactes de cette attaque mortelle n'ont pas encore été clarifiées, il apparaît néanmoins que l'assassin, Thomas Mair, était proche des milieux d'extrême-droite, et qu'il aurait aussi été connu localement pour des problèmes psychologiques. La motivation politique semble donc mêlée à une confusion mentale. Pour autant, l'enquête devra établir si elle le peut ce qui a déclenché l'acte meurtrier. Ceci pourrait prendre du temps, et être mis à jour après le vote du 23 juin sur l'appartenance du pays à l'Union européenne. Pourtant, il est certain qu'une telle tragédie qui bouleverse tout le Royaume-Uni, va avoir un impact sur ce vote, même sans une clarification complète des circonstances.

Retenue politique

Quel sera cet impact ? C'est évidemment très délicat à établir. En suspendant la campagne, les deux camps officiels semblaient en tout cas désireux de ne pas « exploiter » politiquement cet assassinat. On les comprend. Les partisans du maintien dans l'Union européenne risqueraient d'être accusés d'immoralité en utilisant l'argument de cette mort tragique pour accuser leurs adversaires. Du côté des défenseurs du Brexit, politiciens et presse, on a montré la même émotion et avancé la même condamnation de ces actes que du côté du camp pro-UE. Il est vrai que cet événement a mis à jour tragiquement une polarisation extrême des positions politiques avant le 23 juin et que nul n'entend réellement mettre encore de l'huile sur le feu.

Les marchés croient dans un tournant

La campagne est une chose. Mais que se passera-t-il dans l'esprit des électeurs et notamment des indécis ou de ceux qui peuvent encore changer d'avis ? Il est impossible que cet acte ne pèse pas dans leur choix. Mais il est aussi impossible de savoir s'il aura un poids assez décisif pour provoquer un changement d'avis ou un vote pour le « Remain ». Cet assassinat a cependant montré qu'il existe au Royaume-Uni une extrême-droite nationaliste prête à la violence. Dans un contexte où la campagne en faveur du Brexit a beaucoup joué sur le refus de l'immigration, il est possible que, par un réflexe de rejet de ces positions extrêmes, certains se décident finalement pour le maintien dans l'UE pour lequel Jo Cox militait ardemment. Il peut également y avoir un vote « d'apaisement » visant à voter pour le maintien dans l'UE afin d'en finir avec une question qui divise trop le Royaume-Uni et conduit à des actes d'assassinat politique. C'est sur ces décisions que les marchés financiers ont parié jeudi, comme le prouve la hausse de la livre sterling de plus de 2,3 % hier face à l'euro.

Le précédent suédois

Rien ne dit cependant que l'impact sur le vote sera celui-ci. Les électeurs, tout en blâmant l'acte de Thomas Mair, pourraient ne pas se décider en fonction de cette tragédie. Il existe de ce point de vue un précédent en Europe qui montre que l'impact sur le choix final demeure incertain. Le 11 septembre 2003, trois jours avant le référendum sur l'entrée de la Suède dans l'euro, la ministre des affaires étrangères du Royaume scandinave, Anna Lindh, 46 ans, sociale-démocrate et mère de deux enfants est poignardée à mort dans un centre commercial. Anna Lindh avait été une des principales figures des partisans de l'entrée dans la monnaie unique. Le 14 septembre, les Suédois rejetaient à 54,7 % l'entrée dans l'euro. Ce pourrait montrer que le vote des électeurs ne se laisse pas influencer par l'émotion liée au meurtre.

En sera-t-il de même au Royaume-Uni en ce mois de juin 2016 ? Il convient de souligner les points de différences entre les deux cas. L'assassin d'Anna Lindh, Mijailo Mijailovic, n'était pas proche des milieux d'extrême-droite suédoise, c'était un déséquilibré qui a agi par haine des « politiciens ». Le lien avec la campagne en cours avait évidemment été effectué à l'époque, mais l'assassinat n'était pas identifiable politiquement. Dans le cas britannique, il semble que la proximité de l'assassin avec l'extrême-droite soit un élément de plus en plus établi. Mais il n'est pour autant certain que le fait que Thomas Mair soit proche des néo-nazis disqualifie l'ensemble du camp favorable au Brexit.

L'élément géographique

Un élément pourrait être déterminant : cet assassinat a eu lieu dans une des régions clé du scrutin, ce nord de l'Angleterre industriel traditionnellement acquis électoralement au Labour (Jo Cox l'avait emporté avec 43,2 % des voix et 12 points d'avance sur son adversaire conservateur en mai 2015). Dans cette région, les électeurs travaillistes, victimes de la désindustrialisation et de la stagnation salariale, sont fortement tentés par le Brexit. La grande question est donc de savoir comment va jouer cet assassinat sur ces électeurs. Ce meurtre d'une députée travailliste du Yorkshire par un homme proche des néo-nazis est aussi une agression contre la culture travailliste de la région. Y aura-t-il alors un réflexe de « retour » au Labour et à sa position officielle qui était celle de Jo Cox, le maintien dans l'UE ? C'est possible. Mais rien n'est moins certain, car les éléments de situation personnelle pourraient peser plus lourd que ce réflexe.

Impact difficile à évoluer

Evaluer l'impact de l'assassinat de Jo Cox sur le référendum du 23 juin est donc impossible dans l'immédiat. L'évolution de l'enquête, le poids des convictions déjà formées, celui de l'émotion et la réaction des électeurs travaillistes pro-Brexit (plus d'un tiers selon les derniers sondages) seront les facteurs déterminants d'une équation dont on n'aura la solution que lors de la publication des résultats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2016 à 18:21 :
On sait déjà à qui le crime ne paye pas, une femme de 41 ans, mère de deux gosses, une femme courageuse et engagée.

Je ne sais pas si ça peut faire évoluer le résultat et renverser la tendance qui semblait se dessiner.
Il est probable qu'il y aura des personnes qui étaient indécises, et qui ne voudront pas, par horreur de l'acte et ne pas vouloir y être associé de près ou de loin, voter pro-brexit, mais ce représente combien? 1%, 2% 15% ?

Pour les personnes qui ont déjà pris leur décision sur des bases plus rationnelles qu'émotionnelles, ça ne changera rien.

Nous vivons dans un monde qui devient de plus en plus violent, Bon Dieu, qu'est ce qu'on laisse à nos enfant !
a écrit le 18/06/2016 à 12:02 :
Avec cet assassinat, le Brexit s'éloigne...
a écrit le 17/06/2016 à 22:20 :
Il est toujours étonnant d'apprendre que ceux qui désire le Brexit joue "contre leur camp"!
a écrit le 17/06/2016 à 19:39 :
La mise en garde de François ASSELINEAU se trouvait terriblement exacte et prémonitoire ..

https://soundcloud.com/sputnik_fr/francois-asselineau-brexit-hysterie-des-medias-tout-est-bon-pour-faire-peur-aux-populations
a écrit le 17/06/2016 à 18:33 :
Nous avions les "morts pour la France", les "morts pour la Grande-Bretagne", voilà, terrible signe, la première "morte pour l'Union européenne" : http://acrostweet.blogspot.fr/2016/06/cox-jo.html?view=mosaic
Réponse de le 18/06/2016 à 18:27 :
Grave erreur due a l'ignorance. L'europe et sa politique au au service de la finance a fait de nombreux mort vivants nommés chômeurs et exclus. La grande tolérance envers les pesticides et les moteurs diesels très propres tuent lentement tout ce qui vit humain et animaux.
a écrit le 17/06/2016 à 15:36 :
Résumé de l'article : "on ne sait pas".
Réponse de le 18/06/2016 à 8:23 :
Tous en son t pas comme vous, qui savent ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :