Zone euro : la menace déflationniste toujours d'actualité

 |   |  1498  mots
Les prix ont baissé sur un an de 0,2 % dans la zone euro en février 2016.
Les prix ont baissé sur un an de 0,2 % dans la zone euro en février 2016. (Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters)
Les prix ont baissé de 0,2 % en février sur un an. Le premier chiffre négatif depuis septembre 2015. Une invitation à agir pour la BCE, mais l'équation devient de plus en plus insoluble...

L'inflation en zone euro est repassée en territoire négatif en février 2016, à -0,2 % sur un an. Les prix n'avaient plus baissé dans l'union monétaire depuis septembre 2015 et cette fois la chute est lourde : en janvier, les prix avaient progressé sur un an de 0,3 %. Les quatre premières économies de la zone euro ont connu en février 2016 une baisse des prix sur un an. Certes, les prix de l'énergie continuent à tirer l'indice vers le bas avec un recul sur un an de 8 % en février contre 5,4 % en janvier, mais ce phénomène n'est clairement plus le seul élément en cause.

Pourquoi l'inflation rechute

L'inflation « sous-jacente » qui rend compte du niveau des prix en excluant les effets de l'énergie, de l'alimentation, des alcools et du tabac recule en effet fortement, repassant de 1 % à 0,7 %, soit son niveau d'avril 2015. Une lourde chute qui s'explique par deux phénomènes : les effets de la remontée de l'euro et ceux des « effets de second tour » où la baisse du prix de l'énergie commence à se transmettre aux autres biens. Le président de la BCE avait, lors de sa dernière conférence de presse, mis en garde contre ce phénomène de contagion. Les chiffres semblent lui donner en partie raison. La réalité, c'est donc que, sans l'effet de la baisse de l'euro, la tendance lourde de l'économie est à l'affaiblissement des prix. Rien d'étonnant à cela compte tenu du peu de dynamisme des salaires, du chômage, de la croissance faible et de l'excédent courant de la zone euro.

Action sur les anticipations

La situation est donc plus que jamais sérieuse. Rappelons que si l'inflation faible ou négative peut avoir des effets immédiats positifs en dégageant du pouvoir d'achat sur les ménages, elle représente en réalité un véritable danger à moyen terme pour l'économie, pour au moins quatre raisons. D'abord, parce que l'inflation actuelle détermine toujours les anticipations futures d'inflation. Or, ces anticipations sont déjà très faibles, aux alentours de 1,4 % pour celles qui évaluent l'inflation moyenne sur cinq ans dans cinq ans. On est donc très loin de l'objectif de 2 % de la BCE.

L'investissement obéré

Or - et c'est la deuxième raison - une inflation faible durable réduit considérablement la capacité des entreprises à maîtriser et à anticiper leurs prix et, du coup, leurs bénéfices. Dans une telle situation, décider d'investir est pratiquement impossible. D'autant que la faiblesse des prix traduit aussi une faiblesse de la demande. A l'exclusion de l'Allemagne (mais les ventes au détail de janvier outre-Rhin ont reculé de 0,8 % en janvier sur un an), la consommation des ménages en zone euro, malgré l'effet « essence », reste inférieure à sa moyenne long terme. Logique compte tenu de la modération salariale généralisée et du chômage encore élevé en zone euro. Pourquoi alors investir ? La relance des anticipations d'inflation est une condition sine qua non à la reprise durable de l'investissement. Et la zone euro manque cruellement d'investissements.

L'alourdissement du poids de la dette

Par ailleurs, l'inflation faible est un piège pour les économies européennes parce qu'elle alourdit considérablement le poids de la dette en faisant pression sur les taux réels et en alourdissant le coût du remboursement du capital. Or, les Etats de la zone euro sont déjà lourdement endettés, la plupart des dettes publiques ayant été encore alourdies par les politiques d'austérité menées depuis 2010 qui ont affaibli la croissance. Mais les ménages et les entreprises sont déjà fortement endettés. Dans des pays comme les Pays-Bas, l'Irlande ou le Portugal, le poids de cette inflation faible risque de rogner in fine les revenus des ménages et compenser les effets de la baisse du prix de l'essence.

Le risque déflationniste

Enfin, l'inflation faible ou faiblement négative est une porte d'entrée vers une vraie logique déflationniste, celle où la baisse des prix s'alimente elle-même. Si les acteurs économiques s'habituent à des prix stables ou en faible baisse, ils peuvent préférer attendre des opportunités meilleures pour réaliser leurs achats et, ainsi les reporter. Pour relancer leurs ventes, les entreprises doivent alors se lancer dans une guerre des prix et rogner sur leurs marges et leurs effectifs. C'est le vrai scénario de déflation, celui que craint par-dessus-tout la BCE, car il est très difficile d'en sortir. On n'en est pas encore là, mais chaque mois avec une inflation faible rapproche clairement de ce risque en affaiblissant les anticipations d'inflation. L'inflation n'a pas été supérieure à 1 % par an en zone euro depuis octobre 2013, voici 30 mois...

Le demi-succès du QE1

Que faire alors contre ces dangers ? La politique d'assouplissement monétaire quantitatif (QE) de la BCE a clairement montré ses limites. Elle a, fin 2014 et début 2015, permis un fort affaiblissement de l'euro qui a bloqué, alors, le risque déflationniste. Mais cet effet s'est aujourd'hui effacé devant les fondamentaux : une croissance de la zone euro désespérément faible et qui s'affaiblit encore, une politique de consolidation budgétaire et de compétitivité externe qui alimente un excédent courant important et un affaiblissement général de l'inflation dans le reste du monde, particulièrement en Asie. Mario Draghi a annoncé qu'il lancerait le 10 mars une deuxième phase de cet assouplissement quantitatif. Il trouvera un argument supplémentaire dans ce chiffre de l'inflation de février.

Le QE2 réussira-t-il ?

Mais ce « QE2 » peut-il sauver la situation ? On ignore la forme qu'il prendra, mais la tâche de « Super Mario » sera beaucoup plus délicate que l'an passé. Voici un an, on pouvait encore croire à la perspective d'une « reprise se renforçant progressivement » et aux bienfaits de la baisse de l'euro. C'est plus difficile aujourd'hui. D'abord, parce que la BCE a « grillé » une cartouche. L'incapacité du QE1 à relancer l'inflation va forcément peser sur le QE2. Ensuite, parce que la BCE avait bénéficié l'an dernier de circonstances fort bénéfiques : l'anticipation de la hausse des taux de la Fed, l'insouciance vis-à-vis du ralentissement chinois et la croyance dans l'effet du QE. Tout ceci a disparu aujourd'hui.

Enfin, la situation actuelle est très périlleuse. L'économie mondiale est dans une phase de ralentissement. Le commerce mondial est au plus bas : l'indice Baltic Dry, qui mesure les échanges internationaux, est aujourd'hui au plus bas, plus bas même que son niveau durant la « grande récession » de 2009. Le gâteau que doivent se partager les grandes économies est donc moindre et la lutte pour conserver ses parts est naturellement plus féroce. La Banque du Japon a fait récemment entrer ses taux en territoire négatif, la Chine a lâché du lest sur le yuan, la Fed envisage de faire une pause dans son resserrement monétaire et les banques centrales asiatiques sont très nerveuses. Bref, tout le monde est l'arme au pied. Le risque est que le QE2 soit le déclencheur d'une guerre des monnaies exacerbée, où chacun tentera d'exporter chez ses voisins sa déflation à coup de QE et de taux négatifs. Une perspective bien dangereuse qui pourrait s'achever par une défaite généralisée.

Les conséquences du « nein » allemand à toute relance

Il existe certes des alternatives qui pourraient prendre la forme d'une relance menée par les pouvoirs publics ou la Banque européenne d'investissement (BEI). La BCE pourrait financer un plan de la BEI plutôt que de verser des milliards aux banques. Elle pourrait aussi contourner l'obstacle des banques pour toucher directement les comptes des ménages et des entreprises et créer un « effet richesse » naturellement inflationniste. Le problème, c'est que l'Allemagne ne veut pas de ces méthodes, comme l'a encore prouvé ce week-end lors du sommet du G20 à Shanghaï le refus du ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble d'organiser une relance coordonnée de l'économie mondiale. Un refus soutenu tacitement par son homologue français Michel Sapin. Wolfgang Schäuble a même rejeté comme « pitoyable » la demande de son vice-chancelier Sigmar Gabriel de dépenser davantage pour les réfugiés en Allemagne.

Ce refus obsessionnel de toute dépense publique de la part d'un pays qui dispose des moyens d'agir plus que tout autre au monde condamne les banques centrales à agir seules. Il les condamne donc à l'échec. Le « nein » de Wolfgang Schäuble a une conséquence immédiate : l'exacerbation de la guerre des monnaies par les banques centrales. Mario Draghi n'a donc pas le choix. Ne rien faire ferait s'effondrer les perspectives d'inflation, il doit donc se jeter dans la mêlée. Mais rien ne dit qu'à ce petit jeu, la BCE qui a épuisé déjà beaucoup de cartouches, gagnera la partie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2016 à 11:23 :
QUAND LE VENT SE LEVE IL FAUT PLIE COMME LE FAIT LE JONC DANS LA NATURE/ CEUX QUI RESISTERONS CASSERONS COMME LE CHENE /// LA FONTAINE/// AUTREMENT DIT ILS VAS FALLOIR BAISSE ENCORE LA VALEUR DE L EUROS???
a écrit le 01/03/2016 à 13:11 :
Nous ne ĺ étions pas et maintenant c est très clair dans une situation que les théoriciens de sciences économiques ont prévu ou décrite. C est pourquoi aucune vieille recette ne marche, les banques centrales n y arrivent plus et les états sont endettés. Je crois que dans ĺ analyse Mr Godin oublie de citer des causes majeurses: révolution numérique, mondialisation et renforcement de ĺ asie, désordre international...sans vouloir jouer les Cassandre dans l Histoire on a connu des épisodes de déflation longue: fin du XIXeme qui se termine avec la 1guerre mondiale, et crise de 29 qui se termine avec 2 guerre mondiale...rendez vous dans 10 ans pour découvrir les causes réelles de cette crise.
a écrit le 01/03/2016 à 12:04 :
Dire qu'un certain Lord Melvyn King (ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre pendant plus de 10 ans) vient de dire dans The Daily Telegraph d'hier : "The Eurozone is doomed" ! Dans cette île où les financiers se battent pour stipendier le Brexit et où la City est le cœur du pays !!! Une voix discordante ??
"la zone euro est condamnée, et va continuer de crise en crise jusqu'à sa destruction". Il précise "Quitter l'euro zone est peut être le seul moyen de tracer l'itinéraire de retour à la croissance économique et au plein emploi. Les avantages à long terme seront supérieurs aux coûts à court terme". Cette info a été reprise également par l'UPR ce matin (François Asselineau).
Certains anglais voient clair malgré le fog : nous sommes sur le Titanic, le pilote (la Commission Européenne) regarde ailleurs, mais l'iceberg est droit devant. La menace déflationniste perdure malgré les QE et les taux négatifs, la politique d'offre (malgré des carnets de commande en berne) /* mais d'affaiblissement de la demande */, bref, rien ne va plus. La menace est toujours d'actualité, vraiment. Même les anglais nous le disent !
a écrit le 29/02/2016 à 19:50 :
Dire qu'un certain Roosevelt avait mis en place les solutions en 1929-39. Et ça avait marché.
Réponse de le 01/03/2016 à 13:14 :
Sans doute , mais rappelez moi ce qui commence en 39? Succes a la Pyrrhus, non?
a écrit le 29/02/2016 à 18:05 :
C'est de voir les produits qui sont exclus de l'inflation sous jacente ! :)))
a écrit le 29/02/2016 à 17:18 :
truc a raison et le seul mauvais élève c'est l' état avec sa fonction publique pléthorique qui vit au-dessus de ses moyens depuis des lustres ... il faut baisser sa masse salariale de façon à dégager une masse critique pour l'investissement . Tout le reste est voué à l'échec comme chacun peut le constater .
Réponse de le 29/02/2016 à 19:49 :
Tout privatiser comme aux us..?? Et vous avez vu le déluge chez eux..?? NON merci.
Réponse de le 29/02/2016 à 20:19 :
A court ou moyen terme, diminuer la masse salariale de l'Etat aura un effet nul à court ou moyen terme car la diminution du pouvoir d'achat de fonctionnaires agira négativement sur la consommation et donc le pib ; sans profiter aux autres personnes car la diminution de la massa salariale ne se traduira pas par une diminution d'autant des impôts, qui viendrait contrebalancer la baisse de la consommation, mais au mieux par une légère baisse du déficit, sans influence sur le pib.
Réponse de le 01/03/2016 à 10:44 :
Si cela ne fonctionne plus c'est que l'on a changé les termes du problème depuis notre entrer dans l'euro, donc n'aller pas chercher plus loin les causes! Le dogmatisme a repris le relais du pragmatisme d'antan!
a écrit le 29/02/2016 à 17:15 :
Ces arguments anti-déflation ne sont pas convaincants ; les prix agricoles et pétroliers ont fortement baissé ; cela met en problème les producteurs dans la mesure où les autres prix ou coûts (yc salariaux) ne baissent pas aussi.
La croissance et l'inflation perpétuelles sont des mythes ; il y a des flux et des reflux, mais la science économique paraît ne pas pouvoir l'admettre ni le gérer.
Et si on veut de l'inflation, pourquoi ne pas augmenter la TVA ?
a écrit le 29/02/2016 à 16:42 :
La déflation n'est un risque que pour ceux qui s'endettent à l'excès. Pour les autres il s'agit d'une difficulté passagère ou d'un accroissement de leur pouvoir d'achat.
Réponse de le 29/02/2016 à 20:29 :
La baisse des prix régulière apporte effectivement un gain de pouvoir d'achat au début mais après, elle fait fuir les entreprises. Les entreprises n'investissent plus dans une zone économique vouée à consommer demain, moins qu'aujourd'hui et qui se meurt petit a petit. La hausse du chômage entraîne une baisse de la consommation, qui entraîne à son tour une baisse de la production, qui entraîne une hausse du chômage...et ainsi de suite.
a écrit le 29/02/2016 à 16:41 :
Cette histoire de déflation est due au prix du pétrole , mais qu'en est il réellement ?
Réponse de le 29/02/2016 à 20:35 :
L'inflation dite sous jàcente est celle qui exclue les variations des prix sur lesquels la politique monétaire n'a pas prise. Elle exlclut donc le prix du pétrole en particulier. Elle est effectivement plus correcte pour estimer la gravité ou non de la situation. Elle est de 0,7% sur un an. Les prix augmentent donc mais très peu. Car une inflation a 0,7% en moyenne signifie que certains produits voient leur prix augmenter mais que des pans entiers de l'industrie sont sûrement déjà dans une spirale de prix à la baisse, avec des fermetures a la clé.
a écrit le 29/02/2016 à 16:38 :
R.Godin insiste avec raison sur la position calamiteuse de Schaüble (Sapin c'est moins que rien !). Les néo ordo-libéraux ont fait de la relance keynésienne un péché mortel, une cause de damnation éternelle. Ce sont des religionnaires. La prédiction lugubre de Joska Fischer se vérifie hélas chaque jour : la patrie de Martin Luther nous précipite peut-être vers un nouveau chaos.
Réponse de le 29/02/2016 à 18:00 :
Quand on voit les effets de 40 ans de stimulation keynesienne de l'économie en France (pas un seul excédent budgétaire, une dette devenue abyssale, un chômage qui ne baisse pas contrairement à la plupart des pays européens, un financement de la protection sociale de moins en moins assuré, une croissance parmi les plus faibles de la zone €) on se dit que ce n'est pas la solution.
Réponse de le 01/03/2016 à 13:04 :
Keynes, un libéral pas un socialiste, parlait de relance par ĺ investissement public pas des dépenses sociales ou de fonctionnement comme en france. Dans un environnement de taux aussi bas et compte tenu des excédents de la zone euro au global, moi il me paraît pas idiot d imaginer lancer des grands travaux d'infrastructures utiles un peu partout en Europe. On peut penser notamment aux énergies renouvelables, gage d'emplois industriels et de services avec de la valeur ajoutée.
a écrit le 29/02/2016 à 16:31 :
Oui à force tout faire pour ne pas toucher à l'augmentation du pouvoir d'achat des ménages, tous les leviers sont totalement usés... Iront-ils jusqu'au bout de leur dogme stupide ? Vu le niveau intellectuel de nos décideurs économiques et politiques la tendance actuelle serait hélas mille fois hélas au oui.

Après avoir scratché l'économie mondiale ces gens là recommenceront ils les mêmes erreurs ? Ben tiens ils vont se gêner.

Merci beaucoup pour cette excellente analyse bien pessimiste certes du coup réaliste puisqu'ils ne nous ont pas vraiment habitué à l'optimisme tous.

Ils ne redistribueront pas, jamais, même quand nous retomberons à l'age de pierre de leur seul fait ils ne se remettront pas en question.

Mike le poulet sans tête s'en fout, il continue de picorer son blé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :