20% des patrons seraient des psychopathes, selon une étude

 |   |  292  mots
Aucun doute pour Mr. Burns : le patron d'Homer Simpson est définitivement un psychopathe.
Aucun doute pour Mr. Burns : le patron d'Homer Simpson est définitivement un psychopathe. (Crédits : Fox/Les Simpson. Capture d'écran Youtube.)
Les traits psychopathiques seraient nombreux chez les dirigeants américains. Beaucoup plus, même, que chez le reste de la population mondiale, parmi laquelle on compte entre un et quatre psychopathes pour 100 personnes.

Antisocial, sans remords et manquant de "comportements humains". À l'image du défunt dirigeant et fondateur d'Apple, Steve Jobs, ce sont là pour beaucoup les traits caractéristiques (et caricaturaux) des chefs d'entreprise. Il s'agit pourtant des symptômes les plus fréquents de la psychopathie. Mais si la confusion existe, il y a une raison scientifique derrière : 21% des patrons montrent des traits psychopathiques, selon une récente étude de l'Université de Bond, aux États-Unis, présentée le 14 septembre au congrès annuel de la Société australienne de psychologie.

C'est en étudiant 261 patrons dans le secteur de la gestion de la chaîne logistique que le psychologie judiciaire Nathan Brookes et les chercheurs Katarina Fritzon (Université de Bond) et Simon Croom (Université de San Diego) sont arrivés à ce constat, grâce au développement d'un outil qui permet aux employeurs de détecter des traits psychopathiques.

Autant qu'en prison

Un tel ratio - une personne sur cinq - est "similaire à ce que nous pouvons trouver dans une population carcérale", a commenté Nathan Brookes lors d'une interview à ABC. À titre de comparaison, environ 1% de la population mondiale pourrait être considérée comme psychopathe mais certaines études estiment que le taux réel serait davantage proche des 4%.

En fonction des branches de métier, le taux de psychopathes varie toutefois beaucoup. Une étude canadienne réalisée en 2012 par le psychologue Robert Hare estimait ainsi que 10% des financiers serait atteint, voire plus encore à Wall Street. La journaliste Sherree Decovny écrivait alors dans le magazine de l'institut CFA (pour Chartered Financial Analyst) que les psychopathes peuvent apparaître comme des candidats parfaits pour les postes de direction, "montrant en abondance charme, charisme, intelligence, une capacité sans pareille à mentir [...] et à la manipulation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2017 à 20:02 :
" Psychopathes et Cie: La soif pathologique de profit et de pouvoir"

http://livre.fnac.com/a1592093/Joel-Bakan-Psychopathes-et-Cie
a écrit le 04/12/2016 à 10:20 :
Pour toute personne réellement intéressée par le sujet, je vous conseille "The psychopath code" de Pieter Hintjens, disponible en accès libre ici: http://hintjens.com/blog:_psychopaths

Ainsi que cette série d'articles, plutôt sur l'évolution de groupe et la dynamique de l'arrivée de psychopathe : https://meaningness.com/metablog/geeks-mops-sociopaths

Et celui là (plus court) particulièrement sur les managers : https://hbr.org/2013/08/why-do-so-many-incompetent-men
a écrit le 19/09/2016 à 17:20 :
Pas du tout étonné.
Du chiffre, du chiffre, du chiffre tout de suite pour le SMIC et plus si j'y pense.
a écrit le 19/09/2016 à 16:44 :
Ce raisonnement peut sans doute s'appliquer aux hommes et femmes de pouvoir en général (hommes politiques par ex.). Le ratio serait peut-être même supérieur dans ce cas.
a écrit le 19/09/2016 à 15:42 :
En France un salarié technico-commercial a connu 4 employeurs successifs, psychopathiques notoires

le 1er, en plasturgie, lui a fournit une voiture avec les 2 ressorts cassés dans le train avant et des plaquettes de frein a bout de souffle...

le 2ème en montage assemblage de produits industriels, lui fait quitter un emploi pour le recruter et lui annonce un plan social au bout de 4 semaines... pour ne pas payer le prix du licenciement normal, il lui fait une fin de période d'essai...

le 3ème, en découpage laser de métal, lui demandait de calculer les devis mais refusait de lui communiquer les taux horaires et les prix d'achats des matières premières...

le 4ème, en produits d'emballage industriel (près de 2 000 références), lui fournit une voiture sans roue de secoure sans kit de réparation, (trop cher), refusait d'éditer le moindre catalogue produits et demandait à ses salariés de calculer les prix à la calculette, de réaliser des tableaux au stylo à bille sur feuilles de papier ...

100% de psychopathiques graves ...
Réponse de le 21/09/2016 à 15:17 :
Je pense qu'en FRANCE,le problème est différent : on a les champions du monde de l'incompétence. Très peu sont capable de réfléchir au-delà d'un horizon d'1 mois. Quand le terme réfléchir a un sens (il faudrait mieux parler d'instinct).
Du coup, cela provoque l'effondrement de notre industrie.
Si nous avions plus de psychopathes intelligents, cela ne serait pas terrible pour les salariés, mais bon pour l'économie globale.
Il faut donc choisir : plus de psychopathes intelligents (USA), ou plus d'incompétents notoires (FRANCE).
Réponse de le 04/10/2016 à 8:22 :
Entièrement d'accord. Cela se nomme par le néologisme: "court-termisme"
a écrit le 19/09/2016 à 14:39 :
Moi je considère qu' un bon quart des employés et de la population en générale relève de la psychiatrie,
Les rations sont donc corrects pour les patrons.
Réponse de le 19/09/2016 à 17:20 :
En fait vous êtes un patron, et passez des après midi à laisser des commentaires sur LaTribune?
a écrit le 19/09/2016 à 14:17 :
Le % parait faible

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :