Fusions-acquisitions, c'est reparti !

 |   |  283  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Signe de sortie de crise ? En tout cas, les annonces de projets, avortés ou non, de fusions-acquisitions, comme celle de BHP Billiton sur Potash, se multiplient ces derniers jours. Même en France, des opérations sont annoncées, comme l'acquisition dévoilée ce mercredi par Teleperformance qui rachète une société écossaise.

Pas un jour sans que ne soit annoncé un projet de fusion-acquisition, parfois avorté ou repoussé certes, mais pour des montants très importants, en milliards voire en dizaines de milliards de dollars.

Ainsi, mardi, c'est le géant minier anglo-australien qui a annoncé convoiter le spécialiste canadien des engrais Potash pour près de 40 milliards de dollars. Ce dernier a rejeté l'offre mais BHP, fort d'une capacité financière très élevée, revient à, la charge, cette fois de manière hostile, en proposant 43 milliards aux actionnaires de sa cible.

Signe que ces opérations de rachats d'entreprises sont bien reparties, le même jour, aux Etats-Unis, Reynolds Group Holdings a annoncé envisager de racheter Pactiv Corp, plus connu sous le nom de sa marque de produits d'emballage Hefty, pour 6 milliards de dollars.

Quelques jours plus tôt, une autre opération géante avait marqué les esprits avec le rachat par le groupe minier du milliardaire indien Anil Agarwal, Vedanta Resources, du quatrième pétrolier du pays, Cairn India. Un rachat d'environ 9 milliards de dollars, auprès du britannique Cairn Energy.

La Chine est également concernée avec un rachat dans le secteur automobile.

Même en France, des opérations voient le jour comme l'acquisition annoncée ce mercredi par Teleperformance qui rachète une société écossaise.

La finance n'est pas absente de ce mouvement. Le grand assureur britannique Aviva a ainsi annoncé avoir été approché par son concurrent RSA qui, éconduit, pourrait reprendre le contact.

Et la Deutsche Bank de son côté cherche à vendre sa filiale BHF Bank, opération qui susciterait un certain nombre de marques d'intérêt dont celle de BNP Paribas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :