Mersen cherche un repreneur pour ses usines de Grésy-sur-Aix et de Brignais

 |   |  233  mots
Une usine Mersen, en Chine. Copyright Mersen
Une usine Mersen, en Chine. Copyright Mersen (Crédits : Mersen)
86 postes sont concernés par cette décision du fabricant français de matériaux et équipements industriels Mersen, ex-Carbone Lorraine.

Mersen, le fabricant de matériaux et d?équipements industriels basé à Gennevilliers, lance un appel : il cesse son activité sur deux sites de production français, et recherche donc un repreneur.

Les usines de Grésy-sur-Aix (Savoie) spécialisé dans la chaudronnerie nucléaire et de Brignais (Rhône), spécialisé dans les échangeurs à plaques et les agitateurs sont concernés par ce projet. Ce sont au total 86 salariés qui voient leur emploi menacé.

L?ex-Carbone Lorraine explique sa décision dans un communiqué publié le 14 février : "Affectées par des évolutions de marché défavorables, par la crise économique, ainsi que par les conséquences, sur la filière nucléaire, de la catastrophe de Fukushima, ces activités génèrent une marge opérationnelle négative et ne présentent pas de perspectives de redressement au sein du Groupe."

Les usines concernées font partie du pôle Système et Matériaux Avancés de l?entreprise, et ont généré un chiffre d?affaires d?environ 20 millions d?euros en 2012.

Parallèlement à ces projets de cession, Mersen a décidé d'arrêter son activité à destination du marché nucléaire du site de Xianda (Chine), liée à celle du site de Grésy. Ces opérations conduiront Mersen à constater dans ses comptes 2012 une perte estimée à 25 millions.

POUR ALLER PLUS LOIN :

» Mersen joue la prudence pour 2011

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2013 à 6:16 :
Et les dirigeants qui ont fait d'un site rentable un site non rentable par la prise de mauvaises décisions et par leur manque de gestion seront ils également remerciés ou vont ils continuer à détruire le reste de l'entreprise.
a écrit le 15/02/2013 à 17:31 :
Cette information n'est pas une nouvelle vu la façon dont c'était géré depuis 3 ans. Ce qui est domageable c'est que les erreures de dirigeant ne voulant rien écouté vont couter les emplois de personnes qui ont beaucoup donné pour cette entreprise. Toujours la même chose.
a écrit le 15/02/2013 à 10:29 :
J'achete, heu non je nationalise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :