JP Morgan en manque de cash cède sa filiale asiatique pour 1 milliard de dollars

 |   |  365  mots
Cette branche de JPMorgan détient plus de 2 milliards de dollars d'actifs en Asie, en Europe et aux États-Unis. Les repreneurs potentiels sont Blackstone, Carlyle et KKR, ainsi que d'autres sociétés de capital-investissement, selon des informations du journal qui cite des sources proches du dossier.
Cette branche de JPMorgan détient plus de 2 milliards de dollars d'actifs en Asie, en Europe et aux États-Unis. Les repreneurs potentiels sont Blackstone, Carlyle et KKR, ainsi que d'autres sociétés de capital-investissement, selon des informations du journal qui cite des sources proches du dossier. (Crédits : Reuters)
Engoncé dans de multiples ennuis judiciaires, la banque américaine a mis en vente sa branche asiatique Global Special Opportunities Group pour un montant qui pourrait dépasser le milliard de dollars, soit près de 725 millions d'euros.

JP Morgan Chase va réduire la voilure et récupérer un peu d'argent frais qui ne devrait pas lui être inutile vu ses prochaines échéances. Engoncé dans de multiples ennuis judiciaires - dont la note devrait allégrement dépasser les 10 milliards de dollars - la banque américaine a mis en vente sa branche asiatique Global Special Opportunities Group pour un montant qui pourrait dépasser le milliard de dollars, soit près de 725 millions d'euros, a rapporté ce mardi le Financial Times.

Cette branche de JP Morgan détient plus de 2 milliards de dollars d'actifs en Asie, en Europe et aux États-Unis. Les repreneurs potentiels sont Blackstone, Carlyle et KKR, ainsi que d'autres sociétés de capital-investissement, selon des informations du journal qui cite des sources proches du dossier.

Les coûts des contrôles devraient doubler

Une annonce qui tombe alors que la semaine dernière, le PDG, Jamie Dimon, a affirmé mercredi dernier que sa banque allait doubler à 2 milliards de dollars l'an prochain ses dépenses pour renforcer ses contrôles internes. Ce dernier a ainsi affirmé que :

En 2014, nous aurons des problèmes de contrôle à renforcer (...) et nous devons faire face à d'énormes changements de règlementation (...) Nous allons avoir une structure de coûts plus élevée parce que nous avons établi environ un milliard de dollars de (dépenses) en plus dans les contrôle, la conformité avec la règlementation etc. Ça va représenter deux milliards de dollars d'ici la fin 2014.

Des dépenses d'un montant de 60 milliards de dollars

La veille, les textes d'application de la règle de Volcker, point phare de la réforme financière de 2010, ont finalement été adoptés mardi par les régulateurs bancaires américains.

"Une partie de ces coûts disparaîtra à terme, nous n'allons pas avoir des consultants ici tout le temps" mais la plupart de ces coûts sont "permanents", a-t-il souligné. JP Morgan devrait cela dit globalement réduire ses dépenses en 2014 par rapport à 2013, qui devraient se situer autour de 60 milliards de dollars, car le groupe multiplie les mesures pour faire des économies et accroître son efficience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2013 à 19:41 :
Ce n'est malheureusement pas "comique". C'est un vol du contribuable, une spoliation du citoyen, tout simplement !
a écrit le 17/12/2013 à 14:34 :
@Bob : hey Bob un peu de sens critique, regardez leur leverage...
Réponse de le 17/12/2013 à 23:47 :
leur endettement..., au lieu de défendre la banque, défendez au moins votre langue....
a écrit le 17/12/2013 à 14:13 :
Avec tout le cash qu'on leur balance dans le QE, dans des spéculations financières ubuesques et dans des frais de gestion délirants, il manque de cash... C'est vraiment 100% comique de voir ces guignols se gorger en bonus et mettre leur banque subventionnée au tapis.
Réponse de le 17/12/2013 à 14:31 :
Comme dans le foot ou le showbiz, chacun s'en met plein les poches, le plus possible...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :