La Tribune

Le bitcoin, une innovation que la France ne doit pas rater ?

Le bitcoin, dont le marché mondial n'excède pas 12 millions d'unités aujourd'hui, soit sept milliards d'euros, présente une très forte volatilité. REUTERS.
Le bitcoin, dont le marché mondial n'excède pas 12 millions d'unités aujourd'hui, soit sept milliards d'euros, présente une très forte volatilité. REUTERS.
Christine Lejoux  |   -  1020  mots
Mercredi 15 janvier, la Commission des finances du Sénat a auditionné des représentants de la Banque de France, du Trésor et de Tracfin, ainsi que des professionnels du bitcoin, afin de mieux cerner les enjeux liés à l’essor de cette monnaie virtuelle.

La commission des Finances du Sénat n'a rien d'un rassemblement de "digital natives", mais cela ne l'empêche pas de se passionner pour le sujet du "bitcoin."  Présidée par le sénateur UMP Philippe Marini, elle a ainsi auditionné, mardi 15 janvier, des représentants du ministère de l'Économie et des Finances, de la Banque de France, ainsi que des professionnels et des experts du bitcoin, afin de tenter de mieux cerner les enjeux liés à l'essor fulgurant de cette monnaie virtuelle.

Inventée en 2009 par un groupe d'informaticiens baptisé Satoshi Nakamoto, et émise à partir de codes informatiques complexes, cette e-monnaie peut-être échangée de gré à gré - sur des plates-formes Internet - contre des devises ayant cours légal. Stockée au sein de portefeuilles électroniques, elle peut servir à l'achat de biens et de services sur Internet, ou être utilisée à des seules fins de spéculation, comme n'importe quel autre actif financier. Le tout sans jamais passer par le moindre intermédiaire financier, d'où des coûts de transactions très faibles, qui expliquent l'engouement croissant pour le bitcoin.

 Le cours du bitcoin présente une très forte volatilité

Le hic, c'est que le bitcoin, dont le marché mondial n'excède pas 12 millions d'unités aujourd'hui, soit sept milliards d'euros, présente une très forte volatilité. Son cours avait ainsi chuté de près de 50% le 18 décembre, à cause de nouvelles restrictions imposées par la Chine. Non seulement "le cours du bitcoin est très fortement variable", mais, de plus, "le caractère anonyme des vendeurs et des acheteurs de cette monnaie fait qu'elle peut être utilisée pour le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme ou du trafic de drogue", a souligné devant les sénateurs Denis Beau, directeur général des opérations à la Banque de France.

 Et puis, en cas de piratage informatique des plates-formes sur lesquelles les bitcoins sont stockés, leurs détenteurs ne disposent d'aucun recours légal pour récupérer leur mise, si celle-ci vient à être subtilisée. Enfin, "quel est le statut fiscal d'un compte en bitcoins ?", s'interroge Jean-Baptiste Carpentier, directeur du service Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin), guère convaincu que le Trésor public soit "inondé de déclarations de plus-values réalisées sur les bitcoins."

 Le marché français du bitcoin, l'un des moins développés d'Europe

Reste que si la commission des Finances du Sénat a entendu ces réserves, elle s'est cependant montrée sensible à l'argument de l'innovation brandi par les promoteurs du bitcoin, en l'occurrence Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la fondation "Internet nouvelle génération" et Gonzague Grandval, président de la start-up Paymium, qui a développé la place de marché Bitcoin Central pour les utilisateurs européens de la monnaie virtuelle. "Pour parler du bitcoin, le biais que je vais prendre est celui de l'innovation", a déclarée d'entrée de jeu Jean-Michel Cornu, qui estime que "nous avons probablement besoin d'innovations monétaires pour faciliter l'innovation (tout court)."

 Or, en matière de bitcoin, la France ne brille pas par son avance, selon Gonzague Grandval :

"La France est en retard par rapport aux États-Unis, à l'Asie, à Israël. Et, au sein de l'Europe, le marché français du bitcoin est le moins développé, ou presque. Je suis à la fois content et affligé d'être la seule start-up française spécialisée dans le bitcoin."

Le précédent douloureux de PayPal

"La France est en retard dans le domaine des circuits de paiement", a confirmé le sénateur PS Richard Yung. Celui qui fut l'an dernier le rapporteur général du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires pour la Commission des finances du Sénat en veut pour preuve le succès du système de paiement électronique PayPal (groupe eBay), que les banques françaises s'efforcent aujourd'hui de rattraper avec le lancement du portefeuille digital Paylib, entre autres. Mais avec "13 ans de retard", déplore Gonzague Grandval. "Il ne faudrait pas à nouveau rater le coche", poursuit Richard Yung.

François Marc lui-même, rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, a "le sentiment" que le bitcoin représente "une innovation positive, notamment parce qu'elle permet de réduire les coûts de transaction." Et d'insister : "Nous sommes au début d'un processus d'innovation qui peut être porteur pour l'avenir."

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Ben Bernanke : en novembre, le président de la Réserve fédérale américaine, dans un courrier adressé à la commission de la Sécurité intérieure du Sénat, avait estimé que des innovations comme le bitcoin "pouvaient être prometteuses à long terme", évoquant "un système de paiement plus rapide, plus sécurisé et plus efficace." Tout en reconnaissant le risque de fraudes.

Le risque que la règlementation ne signe pas l'arrêt de mort du bitcoin

Un risque que les sénateurs n'éludent pas :

"Le bitcoin n'entrant pas dans le champ de la règlementation, il faut bien sûr s'interroger. Ne devrions-nous pas lui donner rapidement un statut légal, afin, justement, de le réguler ?",

s'est interrogé François Marc. Une règlementation que Gonzague Grandval lui-même appelle de ses vœux : "Je prends la régulation comme un soutien à mon activité, que personne ne veut assurer, aujourd'hui."

 "La question de légiférer se posera si on ne peut pas orienter le bitcoin vers des statuts existants, comme celui de prestataire de services de paiement pour les plates-formes d'échange de cette monnaie virtuelle »,

a indiqué Delphine d'Amarzit, chef du service du financement de l'économie à la direction générale du Trésor. Mais la règlementation, en augmentant inévitablement les coûts de fonctionnement du système bitcoin et, partant, les frais de transaction pour ses utilisateurs, ne risque-t-elle pas au contraire de signer l'arrêt de mort de cette monnaie virtuelle ?

Réagir

Commentaires

Metafr  a écrit le 27/01/2014 à 23:15 :

LE BITCOIN N'EST PAS PLUS ANONYME QU'UN BILLET DE BANQUE. Dans l'absolue il l'est même bcp moins (je rentre pas dans les détails techniques). Au passage, toutes les institutions qui proposent de changer vos bitcoins en monnaie réelle imposent un processus de vérification d'identité (photocopie carte ID, attestation de domicile,etc...)
Le principale problème pour les institutions bancaires n'est pas le blanchiment d'argent! Le vrai problème est que l'adoption d'un tel système serez pour eux la fin des haricots: plus de frais bancaire et autres bénéfices sur les transactions et même plus de compte bancaire ... c'est sûr ils vont pas se laisser faire.
Qui veut abattre son chien l'accuse d'avoir la rage...

aramis  a écrit le 20/01/2014 à 9:16 :

le btc c'est bien plus qu'une monnaie,c'est un protocole d’échange,tout comme le ftp qui permet d'envoyer des fichier a travers le net,le réseau du btc (et des alt) permet l'envoi de devises d'une personne a une autre.

CryptoMan  a écrit le 17/01/2014 à 23:51 :

Maintenant que la CryptoDevise existe, c'est terminé... C'est une révolution aussi importante que le Protocol Internet. L'avenir est en marche et rien ne pourra l’arrêter... Faites avec ;-)

On résume la situation  a écrit le 17/01/2014 à 18:36 :

Le processeur... raté !
Le micro-ordinateur... raté !
Le logiciel... raté (business object s'est fait coté au NASDAQ avant d'être racheté par l'Allemand SAP) !
Internet... raté (on a beaucoup de e-commerçant et quelques rares résussites de type Deezer) !
La finance... c'est fini !
Le tourisme... c'est le début de la fin (Londres vient de dépasser Paris en nombre de visiteurs) !
Le gaz de schiste... on ne veut même pas savoir si on en a !
Tout cela me donne envie de pleurer.
Alors OUI, le Bitcoin est une chance inespérée pour des loosers comme nous de rattraper notre retard.
Il faut se mobiliser.

toto  a répondu le 19/01/2014 à 19:20:

L'optimisme ... raté !
Ne soyons pas défaitistes !

Entrepreneur  a écrit le 16/01/2014 à 21:41 :

Bon article, qui ne parle malheuresement pas du principal avantage du bitcoin: d'être la première plateforme financière libre et transparente à l'échelle mondiale, et donc la seule à même de soutenir l'innovation dans ce domaine actuellement.

Quand aux commentaires suivants, ils sont affligeants de conservatisme frachouillard, les mêmes qui auraient dit il y a 20 ans qu'internet ne marchera jamais parce qu'on a le minitel. C'est comme ça que la france a perdu le marché de l'innovation sur internet.

Entrepreneur  a écrit le 16/01/2014 à 21:41 :

Bon article, qui ne parle malheuresement pas du principal avantage du bitcoin: d'être la première plateforme financière libre et transparente à l'échelle mondiale, et donc la seule à même de soutenir l'innovation dans ce domaine actuellement.

Quand aux commentaires suivants, ils sont affligeants de conservatisme frachouillard, les mêmes qui auraient dit il y a 20 ans qu'internet ne marchera jamais parce qu'on a le minitel. C'est comme ça que la france a perdu le marché de l'innovation sur internet.

pigeons  a écrit le 16/01/2014 à 17:00 :

Laissons les pigeons s'engouffrer dans cette monnaie spéculative...certains y laisserons des plumes.....!! et d'autres se seront fait des c.... en or...!! !!

FantoNas  a répondu le 16/01/2014 à 20:51:

Oui c'est exactement ce que souligne l'article...
Laissons les avant-gardistes comme paypal proposé des solutions innovantes, et après les gros boeufs suivront ...13 ans après pour proposé quelques choses de semblables par les banques françaises.
Continuez comme ça ... et ne vous étonnez pas que la France soit en queue de peloton de l'Europe ! La révolution BTC a déjà eu lieu ....vous êtes déjà en retard

EBT  a écrit le 16/01/2014 à 16:56 :

On vend et on achète des bitcoins avec de vraies devises. Mais ces plateformes d'achat/vente sont peu sûres et n'offrent aucune garantie. Certaines ont déjà coûté des millions de pertes à leurs utilisateurs. Pour les sécuriser, les établissement financiers commencent à monter leurs plateformes. Et que va-t-il se passer, ils vont y faire payer des commissions pour sécuriser les transactions. Et la boucle sera bouclée.

yokikon  a écrit le 16/01/2014 à 14:28 :

On n'est pas marri ni obtus avec un train de sénateur pour comprendre que la jungle financière et monétaire du grand Casino d'enchères mondialisée a engendré ce monstre informatique qui en profite. Faut pas se marrer à courir après.

Jean-Louis  a écrit le 16/01/2014 à 12:19 :

Le Bitcoin c'est un peu comme de l'or : ça n'a de valeur que parce que c'est difficile à extraire et qu'il n'y en a qu'un nombre limité; la cours fluctuent au gré des spéculateurs.

Mais il y a tout de même une grande différence : l'or est beau, a des propriétés physiques importantes, on peut en faire des bijoux. Les Bitcoins sont inutile en eux mêmes.

Gorillaz  a écrit le 16/01/2014 à 10:37 :

Le "bitcon" NON merci !

interro  a écrit le 16/01/2014 à 10:00 :

Y a t il un bien ou un service dans le monde pricé en bitcoin ? ou que faire de ses bitcoin a part spéculer?

FantoNas  a répondu le 16/01/2014 à 20:47:

Oui il y a plein de choses (de + en +) que l'on peut acheter avec des BTC.
Le plus grand magasin d'électronique en ligne aux usa permet maintenant les achats en bitcoin. (100.000$ d'achat en 24h). Les kings de Sacramento NBA accepte aussi pour acheter des places. Chaque jour il y a de plus en plus grosses entreprises qui les acceptent. Il y a aussi des distributeurs automatiques , pour échanger BTC contre $ ou Euro.

dilemblue  a écrit le 16/01/2014 à 9:36 :

Et si le bitcoins devenait la monnaie d'échange commercial internationale que le monde attendait ! ce sont les Américains qui vont faire la gueule !

max  a répondu le 16/01/2014 à 12:05:

la seule monnaie mondiale, historique et échangée dans le monde entier c'est et ce depuis 6.000 ans, toutes les monnaies papier (fiduciaire) et le bitmachin ce n'est que du vent.

Wind_Wind  a répondu le 25/01/2014 à 13:37:

Une VALORISATION à plus de 10 milliards de $ pour le seul BTC.
Du vent ?