Plus de 80% des entreprises en faillite en 2013 n’étaient pas présentes sur Internet

 |   |  257  mots
À peine 16,09% des sociétés françaises possèdent un profil Facebook
À peine 16,09% des sociétés françaises possèdent un profil Facebook (Crédits : reuters.com)
L'Hexagone compte de moins en moins de sites internet, à l'heure où tout se passe sur le Web, révèle une étude.

Seuls 20% des entreprises qui ont fait faillite en 2013 étaient présentes sur Internet, révèlent les résultats du nouveau baromètre de la société Email-Brokers.

"81% des entreprises françaises ayant fait faillite en 2013 ont purement et simplement omis de parier sur le Net" en n'ayant pas de site ou/et en n'étant pas présentes sur les réseaux sociaux, résume dans le communiqué William Vande Wiele, un des fondateurs d'Email-Brokers.

Les entreprises françaises ont un problème avec Internet

Spécialisée dans les bases de données, cette entreprise belge a analysé les 2,59 millions de sites français actifs pour arriver à ce constat. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce chiffre est en baisse «de manière inquiétante» par rapport à 2012, où Email-Brokers avait comptabilisé 2,6 millions de sites webs en France.

Et si le nombre d'entreprises présentes sur le réseau social Facebook passe de 4,2% à 16,09%, ce n'est que l'arbre qui cache la forêt d'une faible présence social-média pour les entreprises de l'Hexagone, là où près d'une société sur cinq (19,71%) en Allemagne a un profil Facebook et plus d'une sur quatre (25,03%) en Espagne.

"Internet constitue un facteur clé dans la dynamisation et la pérennité d'un business", indique pourtant Email-Brokers. Au vue des résultats décevants des sites d'e-commerce en France, on comprend que les entreprises françaises ne soient pas forcément tentées par l'aventure du Web. Cette étude indique pourtant toute la nécessité d'une présence sur le Web.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2014 à 15:56 :
Bonjour,

Le chiffre annoncé sur votre article concernant les "2,59 millions de sites français actifs" m'étonne beaucoup compte tenu des chiffres trimestriels e-commerce publiés par la FEVAD.
Quels sont vos critères pour définir un site actif ?

Merci d'avance pour vos précisions sur ce sujet.
a écrit le 24/02/2014 à 18:10 :
Le simple fait d'exister sur Internet permet d'apporter plus de visibilité et donc de mettre un 1er pas chez un professionnel. Les internautes ne choisissent pas un professionnel parce qu'il a un joli nom, ils comparent, visitent, regardent les photos... et sans un minimum d'infos sur Internet, on passe son chemin et on appelle le concurrent qui se "montre" sur la toile et ouvre sa porte.
a écrit le 18/02/2014 à 19:51 :
Cette étude ne prouve effectivement pas grand chose, mais si demain un plombier, maçon ou autre à un site internet bien réalisé, il sera un des seuls malins à l'avoir justement fait.
Ce que ça veut dire ? Que n'importe qui, qui fera une recherche sur Google dans la région trouvera ce prestataire. Le problème se situe en fait aussi dans l'utilisation des moteurs de recherche par les français. On va généralement plutôt chercher sur les Pages Jaunes plutôt que Google pour trouver un prestataire, donc ceux-ci y voient moins d'intérêt, mais quand on voit le prix que paient les prestataires pour être dans les pages jaunes, ils peuvent largement avoir un bon petit site internet avec un peu d'investissement.
Réponse de le 27/02/2014 à 15:57 :
Mais n'oublions pas que PagesJaunes SA (Solocal group) est la première société en nombre de site web créé en France. De plus la liste des résultats pagesjaunes.fr en local est tres bien référencée sur Google..
Réponse de le 04/03/2014 à 23:16 :
J'adore les commentaires des employés de Pages Jaunes... Vous devriez aussi avouer que dans le sondage IFOP de 2011 que Pages Jaunes ne veut pas rendre publique, il y ai note que 73% des gens qui font une recherches de pagesjaunes.fr recherchent les coordonnés d'une entreprise qu'ils connaissent déjà.
Pages Jaunes à peur pour son avenir. C'est pour cette raison qu'ils font des sites. Quand Google décidera de faire un annuaire de qualité, Pages Jaunes fera tout simplement faillite.
Réponse de le 18/11/2014 à 17:59 :
Tout à fait d'accord. Ça sent les employés pages jaunes. Aujourd'hui les gens cherchent directement sur Google, aucun intérêt d'aller sur les pages jaunes. En sachant que la plupart des entreprises se désengage de pages jaunes.
Les entreprises quel qu'elle soient on intérêt de faire un site internet. Cela fait plus pro, sérieux et ça rassure le client.
a écrit le 15/02/2014 à 22:33 :
Et combien d'entreprises qui possèdent un site internet et qui sont coté en bourse ont délocalise malgré leur profits?
a écrit le 15/02/2014 à 0:30 :
Certaines PME n'ont pas besoin de site internet mais seulement de contacts, comme le boulanger ou le plombier du coin.
C'est différent pour d'autres.
Il faut comparer des entreprises comparables.
a écrit le 14/02/2014 à 20:47 :
Ça dépend du type d'entreprise, si pour un magasin, internet est indispensable et que ceux qui non pas un site de recherche perde des clients, pour un petit terrassier, une boulangerie, ou autre petit commerce, internet n'est pas leur priorité et ne leur servirait à rien... Quand ils rentre chez eux ils ont fait de longues heures interminable et on du travail pour les mois avenir. Leur pub ce fait par le bouche a oreille "j'ai fait faire cette terrasse regarde elle m'a coûté - - a oui c’est pas mal tu as son numéro - - oui tiens"... Pour eux ça c'est l'avenir le plus important c'est la qualité de leur travail et la vitesse qu'ils y passent et le soir c'est dodo et pas que doit je mettre a jour sur mon site?
a écrit le 14/02/2014 à 18:51 :
Condensé de réponses qui montre bien que beaucoup n'y comprennent rien à Internet. Certes le lien de causalité est facile. Mais dire que la priorité du maçon du coin ce n'est pas d'être sur Internet montre que beaucoup ne comprennent pas comment cela fonctionne. #LongWayToGo.
Si même les syndicats de dentistes aux USA en sont au stade où ils publient des guides sur les réseaux sociaux... Enfin, bon.
Réponse de le 04/03/2014 à 23:22 :
Bien d'accord avec toi. S'en est même déprimant de voir à quel point notre pays à du mal à s'adapter aux changements... Les artisans et commerçant qui se plaignent en permanence et ne font rien sont légion. Malheureusement.
a écrit le 14/02/2014 à 15:12 :
Qui nous révèle en fait que non, Facebook n'a quasiment aucun intérêt pour une entreprise, à part peut être la pub sous forme de bannière... Et un site web, oui, c'est indispensable c'est la nouvelle brochure. Mais le reste poubelle ça rapporte rien.
a écrit le 14/02/2014 à 13:22 :
Et combien présentes sur internet ont fait faillite...?
Réponse de le 18/11/2014 à 18:01 :
Vous pouvez avoir un site, mais être un très mauvais gestionnaire, arnaquer vos clients, pratiquer des tarifs 3x plus chère que vos concurrents ou avoir de mauvais produits .. En tout cas être sur internet me paraît indispensable pour toute entreprise aujourd'hui.
a écrit le 14/02/2014 à 12:44 :
huit clos etait bien sur le net , depot de bilan apres fait des arnaques,
a écrit le 14/02/2014 à 12:27 :
Une corrélation n'est en aucune façon une causalité.
Tout comme les résultats passés n'augurent en aucune manière ceux à venir.
a écrit le 14/02/2014 à 11:46 :
Votre raisonnement est une probabilité inversé et n'a aucune sorte de validité.

Pas de relation de cause à effet, vous ne prouvez rien.
Si je peux vous apprendre votre métier vous devez procéder ainsi :
Comparer la proportion d'entreprises qui ont fait faillite alors qu'elle avait misé sur internet avec la proportion d'entreprise qui ont fait faillite alors qu'elle n'avait pas miser sur internet.

Je ne critique pas l'analyse, mais la démonstration qui repose sur un raisonnement pseudo scientifique et invalide.
Réponse de le 15/02/2014 à 1:19 :
On ne saurait mieux dire. Merci.
a écrit le 14/02/2014 à 11:08 :
Cet article, c'est du n'importe quoi! Si votre plombier fait faillite, c'est parce qu'il n'est ni sur Facebook, ou qu'il n'a pas de site? regardez le profil des sociétés qui font faillite et vous comprendrez. Bel exemple l'Espagne, dont l’économie va très bien, merci, puisque tout le monde est sur Internet.
a écrit le 14/02/2014 à 10:19 :
INTERNET c est l auto route du monde? CEUX QUI LE CONPRENNENT PAS ECONMIQUEMENT seront depasee ???
a écrit le 14/02/2014 à 10:07 :
Si je sais que je vais vers la faillite, ma dernière dépense n'est pas celle là!
a écrit le 14/02/2014 à 8:52 :
Internet est devenu un magma ou plus personne ne trouve plus rien, seuls les sites marchands supportés par la finance pour dépenser des sommes astronomiques en budgets publicitaires en retirent un revenu.
Réponse de le 18/02/2014 à 19:47 :
Ceux-ci prouvent bien que vous n'avez aucune connaissance dans le domaine. Un site bien développé et optimisé pour le référencement peut être très bien référencé. Mon propre site web est bien optimisé, je ne dépense rien, et pourtant je reçois au minimum 2 mails de contact par semaine via mon site web.
Réponse de le 09/12/2014 à 22:11 :
je suis du meme avis, et vis la meme experience!
a écrit le 14/02/2014 à 8:23 :
Et même plus fort 100 % ne m'avait pas à leur direction : qu est ce que cela prouve? en fait pas grand chose , un site internet n est surement pas la priorité du maçon du coin.
Réponse de le 14/02/2014 à 11:08 :
bien vrai!
Réponse de le 21/02/2014 à 22:55 :
Effectivement les entreprises qui ne maitrise pas la portée d internet et qui pense que cela ne concerne pas le Macon du coin sont bien loin de la vérité mais souvent ce sont ces mêmes attisant qui ne comprennent pas d ou vient leur baisse de chiffre aujourd'hui même pour monter un mur avant tout on ce renseigne et ça passe par internet ça s appel la E-réputation :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :