La Tribune

Bitcoin : les "contre" haussent le ton

En trois ans à peine, le cours du bitcoin est passé de moins de 1 dollar - en février 2011 - à un pic de 1.240 dollars, en novembre 2013. REUTERS.
En trois ans à peine, le cours du bitcoin est passé de moins de 1 dollar - en février 2011 - à un pic de 1.240 dollars, en novembre 2013. REUTERS.
Christine Lejoux  |   -  789  mots
L’Autorité des marchés financiers alerte pour la première fois sur les risques liés aux monnaies virtuelles. Et l’Autorité bancaire européenne recommande aux banques de ne pas "toucher" au bitcoin, tant que celui-ci ne sera pas réglementé.

C'est une première : aux côtés de l'éventualité d'une remontée brutale des taux d'intérêt et autres risques financiers "classiques", les monnaies virtuelles - comme le bitcoin - figurent dans la cartographie 2014 des risques pesant sur les marchés et les épargnants, publiée le 4 juillet par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Certes, le gendarme de la Bourse "n'a encore jamais eu connaissance (en France) de plaintes ou de pertes d'investisseurs institutionnels ou particuliers liées à l'utilisation du bitcoin", reconnaît Olivier Vigna, chef économiste à l'AMF. Mais, pour cette dernière, mieux vaut prévenir que guérir : si l'autorité boursière tient pour la première fois à alerter investisseurs et consommateurs sur les dangers des monnaies virtuelles, c'est en raison du "développement spectaculaire" de ces dernières.

20.000 sociétés marchandes permettent de payer en bitcoin

L'AMF a recensé plus d'une centaine de monnaies virtuelles de par le monde, au premier rang desquelles figure le bitcoin, avec 90% du marché. Une monnaie numérique dont les volumes d'échanges quotidiens "ont véritablement explosé depuis 2012", insiste le gendarme des marchés financiers, qui dénombre quelque 40.000 achats de biens et services libellés en bitcoin chaque jour.

Il faut dire que pas moins de 20.000 sociétés marchandes dans le monde offrent à leurs clients la possibilité de régler en bitcoin. L'enseigne française de distribution Monoprix envisage d'ailleurs de leur emboîter le pas d'ici à la fin de l'année. A quoi s'ajoutent, pour les utilisateurs, rapidité d'exécution et faible coût des transactions, celles-ci étant réalisées de gré à gré, et non via un intermédiaire financier.

En moins de 3 ans, le bitcoin est passé de 1 à 1.240 dollars

Le hic, c'est que les monnaies virtuelles en général, et le bitcoin en particulier, "présentent énormément de risques, c'est le message que l'AMF veut faire passer", assène Olivier Vigna. L'un des principaux risques auxquels les détenteurs de bitcoins peuvent être confrontés étant celui de la très forte volatilité de cette monnaie digitale.

En moins de trois ans, le cours du bitcoin est en effet passé de moins de 1 dollar - en février 2011 - à un pic de 1.240 dollars, en novembre 2013, pour retomber à 600 dollars aujourd'hui. Autre risque pointé du doigt par l'AMF : l'absence de statut juridique du bitcoin, qui n'entre donc dans le champ d'aucune réglementation. Une carence qui fait que les utilisateurs de bitcoins ne bénéficient pas de la plus petite mesure de protection.

Les utilisateurs de MtGox ont perdu des centaines de millions de dollars

Ainsi, toute transaction réalisée en bitcoins est irréversible, quand bien même celle -ci est effectuée à l'insu du détenteur de cette monnaie virtuelle, par exemple par des "hackers" qui auraient piraté la plateforme Internet sur laquelle étaient stockés les bitcoins en question. De la même façon, si la plateforme fait faillite, ses utilisateurs ne reverront jamais leurs bitcoins, à l'image des quelque 500.000 personnes qui ont perdu des centaines de millions de dollars, après la fermeture brutale de MtGOX, en février.

Pour la simple raison que les plateformes de stockage et d'échange de bitcoins ne sont soumises à aucune garantie de qualité de service, et n'ont pas l'obligation de détenir un montant minimum de capital - ce qui est le cas des établissements de paiement traditionnels -, et ne sont pas non plus tenues de respecter des procédures minimales de gestion des risques.

L'ABE milite pour une réglementation des monnaies virtuelles

Un laxisme qui peut les amener à être utilisées à des fins de fraude fiscale, de blanchiment d'argent ou de financement du terrorisme, prévient de son côté l'Autorité bancaire européenne (ABE), dans un communiqué publié le 4 juillet. Aussi le gendarme du secteur bancaire européen - qui a planché sur le sujet avec la Banque centrale européenne (BCE) et l'Autorité de régulation financière européenne (Esma) - exhorte-t-il les autorités de supervision nationales des banques à "décourager (ces dernières) d'acheter, de détenir ou de vendre des monnaies virtuelles", tant que celles-ci ne seront pas régulées.

A cet égard, l'ABE recommande au Conseil européen, à la Commission et au Parlement de réglementer les monnaies virtuelles, via la création de structures de gouvernance dédiées chacune à une devise virtuelle (le bitcoin, le LiteCoin, le Webmoney, Perfect Money, Ven, Ripple, etc.). L'ABE souhaite également la création d'une autorité de régulation à qui incomberont les questions de gouvernance et de capitalisation minimum des plateformes de stockage et d'échanges de monnaies virtuelles. La rançon du succès du bitcoin, en somme.

 

Réagir

Commentaires

bitcoin  a écrit le 08/07/2014 à 11:49 :

A quand un vrai article sur les mecanismes du Bitcoin cela permetterai d'arreter de parler de ce feu de paille.
D'avance merci Mr les journaliste

fouyouyou  a écrit le 08/07/2014 à 11:37 :

Fouyouyou comme le système il a peur de ce qu'il peut pas contrôler ou taxer... Insupportable de voir les gens vivre hors de sa matrice.
Conclusion : je vous encourage à utiliser le bitcoin... comme tout ce qui est libre et hors d'atteinte. l'or, l'argent métal physique (pas en carton volatil)

Hors des doigts boudineux de l'état  a écrit le 05/07/2014 à 22:51 :

Il est vrai que les FIAT monnaies sont un havre de paix et de sécurité régulée :

- LTCM (600 Milliards de dollars)
- Madoff (50 milliards de dollars)
- Blocus et haircut des comptes chypriotes (6 milliards)
- Fonds de Garantie bancaire : en France vos impôts garantissent votre épargne ... ne riez pas, vérifier l'affectation du FGD au budget de l'état !

Liste à compléter ... merci

Et alors?  a répondu le 07/07/2014 à 0:33:

Ces sommes sont une goutte d'eau par rapport a la valeur totale des actifs valorisés en dollars. Bitcoin vaut ce à quoi il est adossé: rien. Et quand les 21 millions de BC auront été 'trouvés', alors il y aurai un cout transactionnel, la furie du minage sera passée et les seuls qui pourraient en vouloir seront... les banques!

lol absurde  a répondu le 08/07/2014 à 12:06:

Faut pas confondre scandale financier, faillite et monnaie.

Desolé mais je paye pas en LTCM, ni en MADOFF; etc....

Bref on a des champions qui confondent cupidités, scandale avec monnaies...

Moi  a écrit le 05/07/2014 à 14:28 :

Je sais pas ce qui est le pire entre le contenu l'article, ou ceux qui crois encore les institutions bancaires.
En tout cas, fuyez les banques, achetez du concret, et arrêter de penser que les numéros sur votre relevé de compte sont réels.

Michel  a répondu le 06/07/2014 à 16:00:

Hélas avec le Bitcoin vous n'avez rien de concret, que du vent de spéculateur. Lorsqu'il sera possible d'acquérir des biens et des services avec le Bitcoin nous pourrons réellement parler de monnaie. Pour le moment ce n'est qu'un jeu de hasard...

LA BUSE DE BOURGOGNE  a écrit le 05/07/2014 à 11:37 :

Les Bitcoins sont des jetons de caddie et sans valeur...

adz  a répondu le 05/07/2014 à 15:18:

Les billets sont des bouts de papier qui n'ont que la valeur qu'on veut bien leur accorder.
Euros, bitcoin ou or ( l'or peut avoir une utilité réelle mais ce n'est pas ce qui fait l'essentiel du prix ), ils n'ont que la valeur qu'on leur donne. Alors pourquoi donner la valeur aux euros alors qu'à la différence des deux autres, ils sont imprimables à volonté? Je comprend si vous êtes celui dans la poche duquel tombe les nouveaux euros, mais sinon?

LA BUSE DE BOURGOGNE  a répondu le 06/07/2014 à 12:22:

Vous avez 100% raison ADZ!
Je le pense aussi

Aux ignards  a répondu le 07/07/2014 à 13:41:

J'adore entre parler les gens du Bitcoin, qui a une valeur virtuel (comme les monnaies d'aujourd'hui).
Qui pour les révoltés ou indignés, candides serai la solution.
Savez vous que la masse monétaire du bitcoin est limité?

Dans l'hypothèse ou le Bitcoin entre dans l'économie réel (cad hors du net et du blanchiment d'argent) il n'y aurai pas assez de bitcoin pour toute l'economie.

Par ailleurs le bitcoin etant une monnaie virtuel cela signifie que les personnes qui n'ont pas accès à internet et aux ordinateurs sont d'offices exclues...
Donc le bitcoin au mieux sera une micro monnaie ou vraisemblablement une utopie.

A ceux qui confondent banques, finances et monnaies lisez, soyez curieux mais avant de dire des banalités fausses réfléchissez!

kro-magnon  a écrit le 05/07/2014 à 1:38 :

Les utilisateur de MtGox ont perdu ... des plus-values potentielles, quand pour un $ vous pouvez en gagner 1200 vous pouvez retomber a 600 c'est toujours une belle plus-value.
En même temps le bicoin c'est de s'affranchir du contrôle des états qui mangent dans la main des banquiers.

encore un illuminé  a répondu le 07/07/2014 à 13:42:

le bitcoin c'est le blanchiement d'argent donc s'affranchir des banquiers pour rtre dependant fdes criminels de toutes especes c'est beau :)

Alex  a écrit le 04/07/2014 à 21:43 :

D'un autre point de vue, les institutions perdent leur main-mise sur le contrôle de la monnaie, offrant une plus grand liberté au citoyen lambda. De plus, les institutions bancaires voient un manque à gagner du fait que les échanges en bitcoin se font de gré à gré et non pas par un intermédiaire. Il est vrai cependant que des risques subsistent pour une personne novice. A suivre en gardant un point de vue objectif.

jeangi  a écrit le 04/07/2014 à 18:38 :

le bitcoin est facilement piraté, il est virtuel donc il ne vaut strictement rien et le défendent surtout que tous les spéculateurs qui en ont et espèrent sans rien faire gagner beaucoup!
le système quelque part est donc pyramidal, très risqué, pouvant s'écrouler du jour au lendemain: cette soi disant monnaie ne sera soutenue par aucune banque ni aucun pays donc foutu et les pigeons arnaqués et l'argent réel lui évidemment envolé...
c'est pour les gogos ou les fous d'argent facile ou donc ceux qui ont des trucs à se reprocher: revenus illégaux, argent à blanchir ce qui le rend encore plus dangereux et volatil!

éee  a répondu le 05/07/2014 à 0:09:

...alors que les monnaies fiduciaires, elles sont soutenues...par...les impôts des citoyens...

adz  a répondu le 05/07/2014 à 0:19:

"il est virtuel donc il ne vaut strictement rien"
Et l'euro c'est quoi, un métal? L'euro est infiniment PLUS virtuel que le bitcoin, si les banques/états le décident ils peuvent en produire d'un claquement de doigt, en quantité illimité. Le bitcoin, sa quantité est limitée, sa production ne se fait pas d'un claquement de doigt parce qu'on est celui qui possède la planche à billet. C'est vous le pigeon, à chaque fois qu'un billet est imprimé, vous vous faites pigeonner, et vous défendez ceux qui vous pigeonnent! Vous vous cassez le dos à gagner des euros pendant que d'autres en crée en appuyant sur un bouton. Réveillez-vous!

djsté  a écrit le 04/07/2014 à 17:08 :

oui vive le bitcoin sans frais ni taxes