A partir de ce jour, les femmes ne sont plus rémunérées pour leur travail cette année

 |   |  796  mots
Actuellement en Europe, le salaire horaire moyen d'une femme est de 16,3% inférieur à celui d'un homme. Concrètement, lorsqu'un homme cadre gagne 4.380 euros nets, sa collègue perçoit 3.469 euros. Et ce, pour le même poste, avec le même diplôme et les mêmes compétences.
Actuellement en Europe, le salaire horaire moyen d'une femme est de 16,3% inférieur à celui d'un homme. Concrètement, lorsqu'un homme cadre gagne 4.380 euros nets, sa collègue perçoit 3.469 euros. Et ce, pour le même poste, avec le même diplôme et les mêmes compétences. (Crédits : Statista*)
L'inégalité salariale persiste en Europe et en France. Illustration de ce fléau : aujourd'hui marque le jour de l'année à partir duquel les femmes ne sont plus rémunérées pour leur travail par rapport à leurs collègues masculins. A 11h44, les femmes sont ainsi appelées à cesser leur activité pour dénoncer cette inégalité.

Près de deux mois avant la fin de l'année, les femmes travaillent "gratuitement". Actuellement en Europe, le salaire horaire moyen d'une femme est de 16,3% inférieur à celui d'un homme. En France, tout temps de travail confondu, les hommes gagneraient en moyenne 19% de plus que les femmes. Cela représente une perte annuelle de 62 milliards d'euros pour l'économie française, d'après un rapport du think tank la fondation Concorde.

| Lire aussi Emploi : les inégalités femmes-hommes persistent en Europe

Capture d'écran guide pour l'égalité dans les PME

[Capture d'écran du "Guide pour l'égalité femmes-hommes dans les PME" réalisé par le Laboratoire de l'Egalité.]

Ainsi, la journée de l'égalité salariale - cette année, le 3 novembre -, marque le jour à partir duquel les femmes cessent d'être rémunérées pour leur travail par rapport à leurs homologues masculins. Soit, près de deux mois avant la fin de l'année !

"Il s'agit d'une injustice choquante et inacceptable dans l'Europe du 21e siècle. Nous devons de toute urgence réaliser des progrès par rapport à cette situation persistante, qui touche les femmes et nos sociétés à bien d'autres égards : les femmes ont toujours tendance à travailler dans des secteurs moins bien payés, obtiennent moins de promotions et sont sous-représentées dans les postes de direction", ont déclaré à ce sujet le premier vice-président Frans Timmermans et les commissaires Marianne Thyssen et Věra Jourová dans un communiqué.

Déjà relayées, ces inégalités avaient été au cœur de dénonciations, notamment en Islande le 24 octobre 2016 : des milliers de femmes avaient cessé de travailler à 14h38, heure à laquelle elles n'étaient plus payées en comparaison à leurs collègues masculins. Des actions similaires avaient été organisées en France le 7 novembre 2016 à 16h34, heure à partir de laquelle les Françaises travaillaient "bénévolement".

Fondation Concorde inégalités femmes hommes

[L'inégalité salariale touche tous les milieux professionnels. Capture d'écran de l'étude de la fondation Concorde.].

Ce 3 novembre, les femmes sont donc invitées à cesser de travailler à 11h44, heure exacte à laquelle elles ne sont plus payées cette année.

#3Novembre11h44 Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes se creusent en France. https://t.co/6f6GfEpsF3 pic.twitter.com/fpqKGtgfuE

— Les Glorieuses (@Les_Glorieuses) 24 octobre 2017

L'égalité salariale permettrait 168,74 milliards d'euros supplémentaires

Force est de constater que ces inégalités ont été largement relayées et critiquées. Pour autant, un rapport du Forum économique mondial (WEF) estime que l'égalité ne serait pas attente avant 217 ans soit en 2234 !

| Lire aussi : Egalité entre les femmes et les hommes : la France progresse mais le monde régresse

Pourtant, les effets sur l'économie française de l'égalité salariale ne sont pas négligeables. D'après la fondation Concorde, le gain des recettes annuelles pour l'Etat s'établirait à 33,7 milliards d'euros(*) tandis que l'augmentation des salaires nets se chiffrerait 33,6 milliards d'euros.

"Une fois l'égalité salariale stricte appliquée, Bercy bénéficierait donc d'un nouveau levier fiscal qui permettra de dégager 168,74 milliards d'euros supplémentaires durant un quinquennat", souligne le rapport.

En complément, l'étude prévoirait, avec la fin des inégalités, une hausse de l'épargne (+6,16 milliards d'euros), de la consommation (+21,98 milliards d'euros), ainsi que 26.000 créations d'emploi supplémentaires par an et une augmentation de l'investissement à court, moyen et long terme.

| Lire aussi  Marché du travail : l'égalité femmes-hommes ferait bondir le PIB mondial de 3,9%

Des paroles. Et des actes ?

En énumérant les bienfaits de la réduction des inégalités salariales, on peut ainsi se demander pourquoi les gouvernements français et européens, ne s'activent pas plus assidûment pour pallier le problème. Ce à quoi semble répondre Bruxelles, toujours par les voix de Frans Timmermans, Marianne Thyssen et Věra Jourová :

"Dans quelques semaines, nous présenterons un plan d'action visant à lutter contre l'écart salarial entre hommes et femmes. En novembre, nous accueillerons également un colloque sur 'Les droits de la femme en ces temps troublés' et consacrerons une partie du programme à trouver de nouvelles solutions pour lutter contre l'écart de rémunération. À la même période, le socle européen des droits sociaux sera proclamé au plus haut niveau, réaffirmant que les femmes et les hommes ont droit à la même rémunération pour un travail de valeur égale."

Un premier pas pour des consultations, semble-t-il, mais les actions concrètes restent encore loin d'êtres actées.

__________

(*) La fondation Concorde détaille les 33,7 milliards d'euros de gain : hausse de la TVA 3,83 milliards + hausse des recettes de l'impôt sur le revenu 5,47 milliards d'euros + hausse des cotisations sociales et patronales 24,43 milliards d'euros.

** Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2017 à 14:09 :
Encore une belle escroquerie intellectuelle. L'article cherche à démontrer que s'il y avait égalité salariale il y aurait un gain de 62 Md € pour la France. Qui va croire que s'il y avait égalité au sens stricte c'est uniquement le salaire des femmes qui augmenterai et pas celui des hommes qui stagnerai pendant des années? Vous pensez sérieusement que les entreprises vont augmenter la masse salariale pour obtenir l'égalité?

J'ai eu l'occasion de faire du recrutement de cadre pendant des années, pourquoi les femmes ont elles des prétentions salariales plus basses que les hommes?
Pourquoi actuellement en poste ne demandent elles pas une augmentation pour être au niveau des hommes?

Tout les articles sur ce sujet depuis des années se base sur.........aucune étude de grande masse sérieuse, mais des déclarations d'associations. Il serait temps d'avoir une étude scientifique faite sur 5 à 6 millions de salarié, tout métier, tout niveau, toute ancienneté.
a écrit le 04/11/2017 à 12:08 :
Dans les pays de l'OCDE on est tous (même et surtout les femmes) mieux payés que dans les autres pays. Pourquoi les autres pays ne se mettent-ils donc pas en grève pour protester contre cette indubitable différence de traitement ? Au Vietnam, par exemple, quelqu'un imagine la même chose ? Pourtant je doute que les Vietnamiennes soient mieux payées que les Vietnamiens. C'est peut-être parce que là-bas on n'a pas le droit. Ne pas travailler et gagner de l'argent quand même est en effet un droit dont seule une certaine élite dispose. Même si ça met cette élite hors d'elle d'être considérée comme une élite, justement parce qu'elle se plaint et que ça discrédite sa plainte. Et je n'ai jamais entendu parler non plus d'une grève réussie des ouvriers pour le motif est qu'ils sont moins payés que les cadres. Confondre égalité et décalcomanie est une erreur.

Si on regardait je suis persuadé qu'on trouverait que les blonds sont plus payés que les roux, ou l'inverse (et si on cumulait avec la couleur des yeux ou l'âge, ce serait le cauchemar). De plus comme certains s'en sortent objectivement mieux que d'autres financièrement, pourquoi ces autres ne chercheraient pas à utiliser les méthodes des premiers, au lieu de se réfugier dans la facilité et râler ? Que les gens se prennent en main, un peu ! On est bien traité quand on est bon, et quand on perd son temps et son énergie à se plaindre ça ne laisse pas supposer qu'on puisse être bon.
a écrit le 03/11/2017 à 17:39 :
Ainsi donc, l'entreprise bénéficierait d'une force de travail compétente sinon plus que celle de la population masculine pour un coût inférieur de 20%. Mais que font donc les patrons pour ne pas embaucher que des femmes, les performances exploseraient non? Sont un peu bizarres ces gens qui continuent à embaucher des hommes....
a écrit le 03/11/2017 à 14:02 :
Il est donc permis de dénoncer les pseudo inégalités salariales des femmes (lesquelles, à quels postes, femmes de pouvoirs, caissières? passons...) en invoquant une sorte de jour de libération salariale des femmes, par contre on entend moins la presse subventionnée pour dénoncer la prédation de tout revenu au profit du collectivisme étatique en mettant en lumière le jour de libération fiscale! Un deux poids deux mesures qui rend la presse d'état bien peu crédible.
a écrit le 03/11/2017 à 13:07 :
Il ne faut pas confondre inégalité salariale et discrimination salariale.
L'inégalité salariale hommes/femmes en France, c'est de l'ordre de 30%.
Cette inégalité est due à de nombreuses causes (mi-temps, types d'emplois, expérience, ... et discrimination)
La discrimination, c'est un écart salarial qui ne s'explique pas sur des bases objectives.
Elle est d'environ 6% en France, principalement sur les hauts salaires.
Sur les salaires inférieurs à 3.000 euros, elle est de l'ordre de 3%.
Il ne faut pas faire accroire que la discrimination serait de 19 ou de 30%, et qu'à ce motif les femmes seraient fondées à cesser de travailler dès aujourd'hui !
OUI, il faut continuer à dénoncer toutes les formes de discrimination, mais en se basant sur des études complètes, impartiales, fines et objectives, en distinguant bien inégalité et discrimination.
Sinon, on perd en crédibilité.
Réponse de le 03/11/2017 à 15:34 :
Faut bien que l'état trouve des arguments pour faire baisser le salaire des hommes... Le travailleur détaché sert à ça, mais ne suffit pas.
a écrit le 03/11/2017 à 9:27 :
Pour baisser le coût de travail et ameliorer la competitivité de la France, il faut donc embaucher les femmes en CDD du 3 novembre au 31 decembre.
Réponse de le 03/11/2017 à 11:37 :
@Johnmackagan: pas de bol, c'est la période où elles partent en congé maternité :-) :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :